Final-Fantasy-XV

Final Fantasy XV : le voyage initiatique d’un roi

On conclut donc cette semaine par le titre que tout le monde attendait. L’impatience qui nous a assaillis durant plus d’une dizaine d’années est enfin récompensé. Est-ce que notre attente tout ce temps valait-elle le coup ? La saga Final Fantasy trouve-t-elle un nouveau souffle dans l’aventure qui nous est offerte ? Esprit Otaku vous donne ses impressions concernant la conclusion de ce voyage qui s’annonce grandiose.

A la reconquête d’un royaume

Notre aventure suit le voyage de Noctis, héritier du royaume du Lucis, se rendant à la rencontre de sa future femme. Afin de l’accompagner et de le protéger, il sera accompagné de sa garde rapprochée. Constitué de ses amis et frère d’armes Gladiolus, Ignis et Prompto, notre prince va entamer un long périple. Il ne le sait pas encore mais une terrible destinée l’attend. Du jour au lendemain, Noctis va perdre tout ce qui lui est précieux et être recherché activement par l’empire. Complètement désespéré et ayant du mal à accepter les récents évènements, il pourra compter sur ses trois comparses. Il va donc devoir se battre pour sa survie mais aussi pour reconquérir son royaume. Ces quatre hommes seront le seul rempart contre l’armée de Niflheim.

Le futur roi devra donc explorer l’ensemble d’Eos pour trouver la source d’un pouvoir lui permettant de renverser la situation. Il pourra compter sur d’autres alliés au cours de l’aventure comme Cid le mécanicien, l’une des icônes phares de la saga. Il se retrouve impliqué dans un conflit qui va au-delà de celle de deux royaumes. C’est l’avenir du monde entier qui se retrouve entre ses mains. La clé de la réussite repose dans la rencontre de Noctis, le roi élu, avec l’oracle Lunafreya. L’ensemble de l’histoire s’affiche comme un gigantesque road-trip qui emmènera notre tout jeune prince à son rôle de roi. Toute l’aventure tourne sur l’apprentissage et l’acceptation des responsabilités qui incombe à un souverain.

Pourtant rien ne serait possible sans l’aide de ses amis de toujours. Noctis se serait sûrement perdu si ses compagnons n’avaient pas été là pour le faire aller de l’avant. Le fardeau royal aurait été trop lourd à porter pour notre seul héros. Que ce soit dans l’histoire ou même dans le gameplay, les trois acolytes savent se rendre indispensables.

Un quatuor efficace

Même si Final Fantasy XV ne nous met aux commandes que de Noctis, ses trois compagnons s’avèrent tout aussi importants que le héros. Que ce soit par leur style de combat ou les aptitudes propres à chacun, ils s’avéreront indispensables à votre progression. Les liens entre les protagonistes étant introduits dans Brotherhood, il est possible d’être un peu perdu de voir ce groupe si uni dès le départ. Malgré tout, ce voyage risque bien de faire évoluer davantage leurs relations. Ces hommes qui n’étaient qu’une escorte deviendront de vrais frères pour le héros.

La première particularité vient de l’aptitude propre à chacun. Prompto le photographe saura immortaliser vos plus beaux faits d’armes. Pendant ce temps, Gladio et sa maîtrise de la survie vous permettront d’obtenir des objets essentiels à la fin de chaque combat. Pour finir, Ignis donnera un boost à votre équipe de par ses plats qui vous feront saliver. On n’oublie pas bien évidemment Noctis et son talent pour la pêche.

Concernant le gameplay, il est possible de donner des ordres à ses coéquipiers en plein combat. Pour cela, il faudra attendre qu’une jauge se remplisse afin d’utiliser leurs techniques. Ces dernières s’avèrent souvent essentielles à la bonne réussite des affrontements. De plus, il sera de votre devoir de veiller à ce que chacun soit équipé en circonstances des épreuves à traverser. Que ce soit pour des attaques combinées, du soutien ou pour vous protéger, leurs aides sont multiples et la bienvenue. On sent à chaque combat que chacun à son propre rôle et que leurs compétences se couplent parfaitement.

L’équipe ne sera pas trop de quatre pour faire face aux innombrables créatures qui parcourent cette terre. Les contrées qui s’offrent à nous sont l’habitat de nombreux citoyens qui doivent vivre malgré le danger que représentent les monstres.

Un monde vaste et vivant

Dès les premiers instants de la partie on sent tout de suite la liberté qui nous est offerte. Sans même continuer l’histoire il est possible de partir explorer les étendues sauvages qui se dressent devant nous. Le titre porte bien son étiquette d’open world et le mot qui vient dès qu’on lance Final Fantasy XV est liberté. Les paysages qui nous sont présentés sont tout simplement stupéfiants. Que ce soit les zones désertiques, les montagnes escarpées ou les plaines verdoyantes tout a été minutieusement travaillé pour fournir une expérience visuelle hors du commun. Cet univers est ensuite sublimé par la faune qui y vit. Cette dernière, souvent hostile, n’en est pas moins magnifique. Voir les catoblepas, ces gigantesques créatures, se balader tranquillement au cœur d’un lac offre un tableau inoubliable.

Final Fantasy XV-Catoblepas

Une vision impressionnante

C’est la nature qui prend le dessus une bonne partie de l’aventure. Les quelques villes où le groupe séjourne ne sont pas pour autant laissé à l’abandon. Le garage de Cid à Hammerhead est le premier lieu de repos qui nous est offert et tout nous donne la sensation d’être dans une vraie station essence. Mais le plus beau reste la cité des eaux Altissia qui est une perle de design. Son architecture élégante et raffinée nous fait totalement oublier les zones sauvages que l’on parcourait peu de temps avant. La clarté de cette ville dénature avec celle d’Insomnia qui nous plonge dans un noir inquiétant. Les décors servent parfaitement à l’ambiance générale du titre. Il est possible de passer son temps à explorer chaque sentier à la recherche de nouvelles découvertes.

Tous ces lieux plus atypiques les uns des autres seront vos principaux terrains de jeux. De plus il est nécessaire d’explorer chaque recoin si l’on souhaite venir à bout de l’ensemble des quêtes secondaires. Tout a été fait pour proposer une durée de vie conséquente en dehors de l’intrigue principale.

Des quêtes annexes à foison

Comme tout RPG qui se respecte, Final Fantasy XV propose son lot de requêtes secondaires. Ces dernières existe sous diverses formes allant de la chasse au monstre à la pêche de certains poissons en passant par des randonneurs à sauver. Il est vrai que le principe peut être assez redondant à la longue car elle n’apporte pas de réel intérêt scénaristique. Il est possible que ce type de missions sert à remplir le vide parfois ressenti lors de nos promenades au grand air. Cependant ses quêtes sont surtout un prétexte pour voyager à chaque recoin du monde. De plus ces dernières fournissent une source non négligeable d’expérience. Il ne faut pas croire que le soft se contente de cela et montre qu’il peut offrir bien davantage.

Le meilleur exemple reste la visite des différents donjons et grottes. Celles-ci sont le repaire de créatures et daemons très puissants et requièrent tous vos talents de combattant. Permettant d’engranger de nombreux points d’expérience et d’obtenir des équipements de haute facture, ce sont des passages obligés pour profiter pleinement de l’aventure. L’ambiance très glauque et pesante de ces lieux fait partie intégrante de leur charme. On avance sans savoir ce qui va nous tomber dessus. Il est très difficile de faire le tour de tout ce qu’il est possible de réaliser sur Eos. Il faudra de nombreuses heures pour atteindre les 100% de réussite. Ce Final Fantasy n’aurait pas la même saveur sans ces moments passés à remplir son journal de quêtes.

La plupart des quêtes nous forçant à combattre la faune locale, il était nécessaire de proposer un système de combat efficace. S’il y a bien un point sur lequel Final Fantasy XV a beaucoup misé c’est sur son gameplay durant les affrontements qui vaut le coup d’œil.

Des combats rapides et exaltants

La saga Final Fantasy a toujours été connu pour changer son système de combat. Passant du tour par tour des anciens épisodes à du semi-actif dans les plus récents, le 15ème épisode change totalement la donne. Cette fois on mise sur de l’action-rpg pur et dur et il faut reconnaître que c’est particulièrement efficace. On doit l’avouer le doute nous assaillait, étant adepte du tour par tour des premiers opus. La démo n’avait pas arrangé cela mais une fois la manette en main on sent le travail effectué. Après un temps d’adaptation on est totalement conquis par les possibilités qu’offre le système de combat. Chaque affrontement laisse place à un déluge de coups et de pouvoirs à couper le souffle. On sent que le tout a été pensé autant pour les fans que pour les nouveaux venus.

Avec une touche il est possible d’esquiver tandis qu’une autre nous permet d’enchainer les attaques avec une grande fluidité. Très vite on s’amuse à utiliser les pouvoirs du prince pour se téléporter d’un endroit à l’autre du champ de bataille. On passe d’un adversaire à l’autre avec fluidité et tout a été fait pour que rien n’empêche la bonne lecture du combat. Pourtant il ne suffit pas de bourriner la touche d’attaque pour gagner contre les ennemis plus imposants. Il faut donc choisir le type d’arme efficace et switcher d’équipement en plein milieu de l’affrontement pour espérer sortir vainqueur. Si cela ne suffit pas, le système de création de magie est là pour vous sauver la mise. En récupérant de l’essence élémentaire sur la map liée à trois éléments on peut créer une multitude de sort. Pour cela on ajoute un catalyseur qui peut être tout objet récupéré ou acheté.

Les effets visuels sont stupéfiants et si l’on ajoute les invocations chaque rencontre reste mémorable. Ce changement de gameplay permet de couper avec la monotonie propre au tour par tour, nous forçant à rester constamment sur le qui-vive. Avec ceci c’est toute la progression des personnages qui est redéfinie.

Combat-Final Fantasy XV

Noctis toujours prêt à en découdre !

Un système de progression particulier

Un autre gros changement de la série vient de la montée en puissance des protagonistes. Fini le gain d’expérience immédiat après une victoire. Tous les points récupérés sont ainsi stockés sans être utilisés. Ce système, déstabilisant au premier abord, se montre très vite efficace. Pour que l’on récupère toute cette expérience accumulée il suffit de camper dans l’un des nombreux sanctuaires. Ces lieux de repos offrent un moment de répit au joueur qui peut donc faire monter de niveau le quatuor. Cette pause permet aussi de consulter les nouvelles photos de Prompto ou de cuisiner l’un des nombreux plats qu’Ignis apprend. Il faut donc faire attention à ne pas perdre tous ces points au cours d’une rixe avec un ennemi trop puissant.

Les sanctuaires ne sont pas pour autant les seuls lieux de repos qui sont offerts au joueur. Il est en effet possible de payer pour louer une caravane ou un hôtel afin de profiter d’une bonne nuit de sommeil. Le fait de payer un service qui est gratuit dans la nature peut rebuter. Il y a pourtant une raison précise au prix parfois astronomique de ces logements. En effet, ces lieux offrent un multiplicateur à votre nombre d’expérience améliorant votre gain de niveau. Ce chiffre peut être multiplié par 1.5, 2 voire même 3 ce qui permet d’optimiser vos gains ainsi que votre temps. On ne voit pas les niveaux passés et lorsque l’on se rend compte on est déjà au level 50, facilitant grandement la suite de l’aventure. On règle ainsi en partie l’ennui que peut provoquer l’entraînement même si cela rend le challenge parfois trop facile.

Le voyage n’étant pas de tout repos, il sera nécessaire de passer par ces quelques phases de leveling pour venir à bout des obstacles se dressant sur la route. Cela ne sera pas de trop pour affronter l’un des méchants les plus intéressants de la licence.

Un antagoniste charismatique

Tout au long de Final Fantasy XV, l’ombre de l’empire plane sur nos héros. Cependant cette force cache un ennemi bien plus retors. Le vrai danger vient d’Ardyn Izunia, chancelier et conseiller de l’empereur. Il se détache des autres antagonistes de la licence par ses objectifs. On est loin du méchant mégalomane cherchant à détruire le monde. Ardyn à un but beaucoup plus complexe que la destruction. Il est la première figure importante de l’empire que Noctis rencontre durant son voyage. Pour atteindre ses objectifs il n’hésitera pas à venir en aide à l’ennemi de son suzerain. S’amusant à manipuler et à voir se débattre le prince, il faudra attendre les derniers instants du récit pour comprendre enfin le dessein de cet homme.

Ce n’est pas la première fois que dans un jeu de la franchise, le méchant n’est pas celui auquel on croit. La présence d’un empereur n’étant souvent qu’une diversion pour nous cacher le véritable ennemi que l’on doit affronter. On peut évidemment penser à Kefka de Final Fantasy VI qui, sous ses allures de clown, est un manipulateur de talent. Là ou Ardyn diffère c’est que il ne recherche aucunement le pouvoir mais cherche juste à obtenir réparation. On fait face à un ennemi très retors qui nous fascine de par son caractère amusant et sa gestuelle désinvolte. A cela s’ajoute la profondeur de l’écriture de ce personnage qui représente le plus grand obstacle à l’ascension de Noctis. On ne pourra bien sûr pas en dévoiler davantage afin de vous éviter tout spoiler.

Final-Fantasy-XV-Ardyn-Izunia

Un adversaire mémorable

Mais que serait un Final Fantasy sans un scénario profond et prenant. Il est de coutume pour la série que l’un de ses points fort et dans son script. Travaillant de nombreux sujets parfois difficiles ou complexes souvent liés à l’être humain, cet opus ne déroge pas à la règle.

Un scénario digne de la série

Noctis-Luna-Final Fantasy XV

Une rencontre qui changera le monde

L’un des points les plus importants à nos yeux repose sur l’histoire qui nous est contée. Lorsque l’on parle de Final Fantasy on s’attend toujours à être immergé dans un récit qui transcende tous les autres. A nos yeux, le XV parvient amplement à mener cette mission à bien. Le conflit qui nous est montré ne sert que de toile de fond au vrai sujet qui nous est montré. C’est avant tout l’évolution d’un homme, passant de la jeunesse insouciante au roi aux grandes responsabilités. Noctis a beau savoir qu’il devrait un jour prendre la place de son père ne se sent pas à la hauteur. Il est perdu, ne sait pas ce qu’il doit faire et agit en vrai adolescent par moments. Ceci est normal car c’est ce qu’il est et ses moments d’irritations nous font comprendre qu’il n’est pas encore prêt à reprendre le flambeau.

Le pouvoir qu’il recherche à beau être son objectif c’est le voyage qu’il entreprend qui le rendra plus adulte. Ses amis sont là aussi pour lui faire ouvrir les yeux sur ces devoirs royaux. Ils n’ont pas peur de lui dire que son comportement n’est pas digne d’un souverain et qu’il doit grandir. Comme dit précédemment, le sujet au centre de Final Fantasy XV est la découverte. N’ayant presque jamais été en dehors de la capitale, Noctis s’émerveille devant chaque paysage, chaque relief et chaque ville. Mais c’est surtout la découverte de soi-même qui va le transformer. Il comprend au fil de l’intrigue ce dont il est capable et qu’il n’est plus possible de rester l’enfant apeuré. Bien sûr, le jeu traite aussi de nombreux autres sujets qui ne se dévoilent qu’au fil du temps.

Un scénario magistral qui malheureusement ne permet pas de cacher certains points faibles. Toute oeuvre possède des faiblesses et il nécessaire de faire le point là-dessus pour vraiment appréhender et profiter de Final Fantasy XV.

Quelques petits soucis

Tout d’abord, le premier souci vient aussi du scénario qui, aussi fantastique qui soit, mais beaucoup de temps à se lancer. La première partie de l’aventure se concentrant sur l’aspect monde ouvert, l’histoire passe au second plan. Ce problème est très vite réglé en cours de route par une narration qui s’accélère à partir d’un certain nombre de chapitres. On passe donc à une phase de couloir qui coupe totalement avec la liberté du début. Malgré cela l’intensité du récit nous fait oublier cet aspect linéaire qui était trop présent dans les épisodes précédents. Au final l’ensemble de l’histoire s’écoule sur une vingtaine heure ce qui peut sembler peu au vu du titre. Après cela diffère beaucoup de chaque joueur et du degré par lequel on est happé par le scénario.

L’autre gros souci vient des problèmes au niveau de la caméra. Cette dernière a parfois du mal à suivre le personnage. C’est souvent le cas lors des affrontements quand les téléportations deviennent nombreuses. On sent que les développeurs ont fait de leur mieux pour rendre le tout fluide mais il existe encore des petits soucis. Malgré tout, on finit par oublier ce détail au cours de notre expérience et l’on finit par gérer nous-mêmes la caméra afin qu’elle soit au plus proche de l’action.

Ensuite au niveau du design on peut admirer par moments un peu d’aliasing s’inviter mais on n’y fait presque pas attention lorsque l’on compare au reste de la modélisation. Le petit point qui nous a dérangés vient surtout de la magie qui a beau être spectaculaire et utile, n’est pourtant pas assez mise en avant. Le fait de se concentrer uniquement sur la glace, le feu et la foudre réduit les possibilités malgré les nombreuses variantes de sort que l’on peut fabriquer.

L’ensemble de ces défauts peut être gênant, surtout pour une arlésienne du jeu vidéo. Après tant d’attentes, ces petits soucis peuvent être irritants car on se dit que cela ne devrait pas avoir lieu. Il faut quand même reconnaître que comparé à l’ensemble de l’œuvre, ces défauts ne sont qu’une faible partie qui ne nuit nullement au résultat final.

La mythologie Final Fantasy perdure

FF-tomberry

Notre cher tomberry est toujours de la partie !

Même si cet épisode essaye de se différencier le plus de ses aînés, il arrive à faire perdurer l’héritage de la saga. De nombreux éléments raccordent cet univers à celui des légendes de la licence. La présence d’un cristal au sein de l’intrigue est récurrente depuis le premier épisode. Outre ceci les invocations, ici présente sous la forme de divinités, font partie intégrante du background. Ces dernières restent toutes puissantes et sont parmi les créatures les plus connues de Final Fantasy. On peut aussi compter sur le retour de créatures bien connues telles que le pampa, le tomberry ainsi que nos oiseaux préférés les chocobos.

Aujourd’hui, la licence fait partie intégrante de notre patrimoine vidéoludique. Elle fut et reste l’un des grands piliers du monde du gaming. Il est vrai que les derniers épisodes avaient provoqué la peur de voir cette saga diminuée. Pourtant Final Fantasy XV arrive à retrouver le cœur de ce qui faisait la réussite de ses prédécesseurs. Sans pour autant se concentrer sur le passé, il apporte un vent de fraîcheur et une nouvelle direction à la série. Bien sûr cette tournure n’est pas au goût de tous les joueurs et il est impossible qu’un titre fasse l’unanimité. Avec un marché en perpétuelle évolution, il était nécessaire que cette licence finisse par évoluer. Arrivant à lutter face à des titres tel que The Witcher 3, Final Fantasy XV symbolise le renouveau d’une saga qui a unifié des générations de joueurs.

Réussir à proposer un titre inédit tout en gardant les fondements de ses aînés est un véritable tour de force. Comme il est dit au lancement du jeu, il s’agit d’un Final Fantasy autant pour les fans que les nouveaux venus.

La conclusion d’un univers étendu

Chaque épisode de la licence Final Fantasy est toujours un évènement. Malgré tout, il est très difficile de juger un titre attendu depuis si longtemps. Pour une partie des joueurs il ne sera clairement pas à la hauteur et pour d’autre il sera une grande réussite. Pour Esprit Otaku, cet opus mérite que l’on s’attarde dessus. Il possède un très grand potentiel et combiné à brotherhood et Kingsglaive on est face à un univers riche et complet. Même si le scénario met du temps à se lancer et que l’on peut trouver certaines missions rébarbatives, ce 15ème épisode mérite amplement de faire partie de la saga. On s’émerveille, on découvre et on grandit en même temps que Noctis.

Cet opus ne sera pas forcément au goût de certain et c’est compréhensible. Il est rare qu’un titre puisse satisfaire tout le monde et c’est le mieux. Ce sont nos opinions divergentes qui font que l’univers du gaming est aussi intéressant. Le ressenti de chacun et sa propre expérience sont uniques. Il représente le renouveau d’une saga qui provoque la même tornade de sentiments que ses prédécesseurs. Le coeur de Final Fantasy perdure tandis que sa forme évolue pour proposer de nouvelles expériences de jeu. Cette saga a marqué des générations et, on espère, continuera de nous offrir des voyages qui nous touchent et nous émerveille. Un jeu qui, en plus de nous divertir, provoque une multitude d’émotions.

On vous laisse avec la dernière vidéo en date du jeu, qui on espère, vous donnera envie de découvrir ce titre prometteur.

J’espère que cette semaine autour de Final Fantasy XV vous aura plu et qu’elle vous donnera envie de plonger dans cet univers féerique. Comme toujours n’hésitez pas à laisser votre avis sur cet opus ainsi que votre ressenti 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *