Yakuza-0-bannière

Yakuza 0 : les malfrats sont de retour !

On a toujours été attiré par les méchants et c’est encore plus vrai dans les jeux vidéo. Les titres nous mettant aux commandes de bad boy ont toujours su attirer un grand public. Parmi eux, une licence a réussi à se démarquer par de nombreux aspects. La série Yakuza, édité par Sega, a beau avoir eu du mal à venir dans nos contrées, le dernier né de la saga est arrivée dans nos salons. Il est temps de plonger dans l’univers criminel japonais des années 80 !

Les origines de deux légendes

Yakuza-0-personnages

Deux héros mémorables pour une aventure fantastique

Cet opus sert de préquel à l’ensemble de la saga Yakuza. Il se divise en deux parties chacune centré sur un personnage emblématique de la série. Le premier est le grand Kazuma Kiryu avant que sa célébrité ne soit faite. Étant une jeune recrue de la puissante famille Dojima, il officie en tant que soldat s’occupant de la basse besogne. Un jour, il est chargé de récupérer la dette d’un homme envers l’un des alliés du clan. Peu après sa visite, le débiteur est retrouvé mort à l’endroit où l’avait laissé Kazuma. Soupçonné par le clan d’être derrière tout cela et poursuivi par la police, il fera tout pour être blanchi et retrouvé sa place auprès des siens. Au fur et à mesure de son investigation, il va comprendre qu’il s’agit bien plus que d’un vulgaire meurtre. La situation pourrait chambouler les fondements de l’ordre établi.

De l’autre côté se trouve Gorô Majima, ancien membre du clan Shimano. Puni pour avoir désobéi aux ordres, il se retrouve à diriger un cabaret à Osaka pour payer sa dette. Souhaitant ardemment retrouver sa place au sein de la famille, il ronge son frein dans l’attente de voir une occasion arrivée. Le temps passe et les talents de manager de Majima font du cabaret un établissement très lucratif. Son supérieur finit par venir le voir en lui demandant jusqu’où il est prêt à aller pour laver son honneur. Devant la détermination de Majima, il lui propose de regagner son statut de yakuza à la condition d’éliminer une personne. Hésitant en entendant cette proposition, il décide de l’accepter sans savoir s’il sera capable de passer à l’acte une fois devant sa proie.Dans ces conditions, Gorô Majima est-il prêt à commettre le plus grand crime pour espérer obtenir réparation ?

L’histoire qui nous est contée est absolument fantastique et on est heureux de voir enfin les origines de ces deux grandes figures de la saga. Le tout est porté par une ambiance parfaitement retranscrite de la vie japonaise en 1988.

Bienvenue au Japon des années 80

Du fait du retour en arrière de la série, il était normal que la ville de Kamurocho se mette aux couleurs de l’époque. Cette dernière retranscrit parfaitement le côté festif, luxueux mais aussi sombre de ce genre de ville. Qu’il fasse jour ou nuit les deux villes que l’on visite fourmille de vies et ne semble jamais trouver le repos. Tout brille de mille feux et on sent les strass et paillettes tout au long de notre exploration. L’excès est clairement dépeint dans la majorité des rues dans lesquels on se promène. Il ne faut pas pour autant oublié les nombreuses ruelles sombres où le danger guette. Cette époque était aussi le paradis des salles d’arcade qui étaient nombreuses au pays du soleil levant. Notre regard finit par se poser sur chaque détail qui nous émerveille.

Que ce soit les boutiques, les restaurants et les nombreuses enseignes que l’on croise, on arrive à se sentir emporté à cette époque. C’est un vrai retour dans le temps qui nous est exposé. Cette période, pas si lointaine, saura rappeler de nombreux souvenirs aux plus anciens joueurs. Les nombreux promeneurs que l’on croise, les businessmans sortant du travail pour aller faire la fête et même les mendiants servent parfaitement à l’ambiance générale du titre. La série des Yakuza a toujours su rendre ses univers très vivants. Les nombreuses activités ne font que rendre le soft plus prenant encore. Chacune des deux villes visitées montre un double visage. L’aspect festif est appuyé par les nombreux fêtards et les établissements de divertissement. Il existe aussi un reflet plus obscur de ces cités où les règlements de comptes et les affrontements sont monnaies courantes.

Dans cette vie de luxure et d’excès à tout va, un genre d’homme se démarque. Les yakuzas se cachent derrière chaque activité et il est presque impossible de faire un geste sans qu’ils soient au courant. C’est ce monde dans lequel on se retrouve propulsé.

La vie d’un yakuza

C’est un univers très particulier dans lequel on se retrouve plongé. Les joueurs sont propulsés dans l’envers du décor, là où les vrais dirigeants tirent les ficelles. Malgré toutes les couleurs et le bruit qui nous entoure, il ne faut pas oublier que nos héros progressent sur un sentier bien plus obscur. Ils sont loin d’être des enfants de choeur et sont prêts à tout pour accomplir la volonté de leur famille. Ce milieu criminel où la mort et la violence sont monnaies courantes montre aussi un visage très humain. Yakuza Zero décrit avec précision toute la société et les règles qui se cache derrière la mafia japonaise. Ils ont beau être perçu comme des criminels, les hommes constituant le clan Tojo sont avant tout une immense famille. Une fois que l’on rentre dans le clan il est très difficile de pouvoir en ressortir et encore plus vivant.

Se présentant avant tout comme des hommes d’affaires, les membres faisant partie des yakuzas sont au-delà du commun des mortels. Régnant en maître sur chaque parcelle de terrain, ils inspirent la crainte et la peur à l’ensemble des concitoyens. Malgré les complots, l’ambition et la tyrannie régnant sur ce monde, Yakuza 0 expose d’autres liens bien plus forts entre les membres de la mafia. Même chez ces criminels, la notion de loyauté, de camaraderie et aussi de fraternité existe. Des liens forts peuvent unir les yakuzas comme n’importe quelle famille existante. Tous ses éléments font que, même si Kazuma et Gorô sont des criminels, les joueurs peuvent facilement s’attacher à nos héros. Leur humanité et leur sens du devoir arrivent à nous faire avoir du respect pour ces hommes qui cherchent à survivre dans ce monde dangereux.

Yakuza-0-malfrat

L’argent dirige le monde des Yakuzas

L’ensemble du titre est dirigé d’une main de chef. Certaines scènes nous donnent même l’impression qu’on est face à une oeuvre presque hollywoodienne. Un long métrage dont vous êtes le héros.

Une direction cinématographique

Yakuza Zero a beau présenter des graphismes un peu faibles par moments, cela s’explique par sa sortie tardive chez nous. Présent depuis 2015 sur le sol nippon, ce jeu arrive pourtant à sublimer toute son histoire à travers de nombreux détails. Le travail méticuleux apporté au niveau des personnages est tout simplement bluffant. Plus particulièrement au niveau du faciès des individus peuplant ce récit, on a l’impression d’être en face de vrais acteurs qu’à une modélisation 3D. Chaque mouvement du visage, chaque tic nerveux ainsi que la gestuelle sont magistralement orchestrés pour donner encore plus de vie à nos protagonistes. Les scènes de l’intrigue principale collent parfaitement à cette sensation qui nous scotche à notre canapé en regardant, totalement captivé, ce qui se passe à l’écran.

Les aventures de Kazuma et Gorô offrent de fabuleuses heures de jeu et de divertissement. Le tout est mené par une direction artistique tout simplement magique. On oublie le fait qu’on est face à un jeu vidéo pour regarder un film sur la mafia japonaise. Yakuza Zero tire à merveille le meilleur de chacun de ces médias. Qu’il s’agisse des affrontements entre les membres des différentes familles ou de simples discussions entre les personnages, le joueur est captivé par ce récit. L’intrigue de base s’étend au fur et à mesure de notre avancée et on ne comprend toute l’étendue et la puissance de l’histoire qu’une fois arrivée au bout du chemin. Une oeuvre à part entière faisant parfaitement le lien entre le cinéma et le jeu vidéo.

Mais que serait un Yakuza sans ses confrontations contre de multiples adversaires. Pour survivre dans ce milieu hostile il sera nécessaire pour nos héros de se frayer un chemin à coup de poing. Les victimes seront nombreuses dans le sillon de nos deux yakuzas.

Des combats dynamiques

Yakuza-0-combat

Kazuma ne fait pas dans la dentelle !

Pour réussir à regagner leur place parmi les leurs, nos deux hommes devront lutter contre de multiples ennemis. Rien que le simple fait de se balader nous fera croiser la route de nombreux adversaires. Que ce soit face à d’autres yakuzas, de hooligans ou de voyous des rues, la liste est longue et vous donnera l’occasion de vous exercer dans le style de combat de chacun. En effet, Kazuma mise avant tout sur la force brute et la puissance de ses poings pour exploser le visage de ses pauvres victimes. Pour ce qui est de Majima, celui-ci est beaucoup plus roublard et mise sur des styles vifs mais aussi sur le maniement d’armes pour venir à bout des obstacles sur sa route. Il faudra s’adapter au maniement de ces deux hommes pour espérer résoudre les conflits les plus retors.

Le système de combat se divise en différents styles de combat pour nos héros. Au nombre de trois chacun, ces derniers possèdent des techniques et des avantages différents. Il faudra s’adapter en fonction de l’ennemi pour faire appel au meilleur style possible. De plus, en dépensant ensuite des yens il sera possible de développer chaque manière de combattre pour débloquer de nouvelles compétences. Cela ne sera pas de trop contre les ennemis qui n’hésiteront pas à utiliser toutes sortes d’armes pour vous terrasser. Heureusement, il sera possible d’utiliser différents outils pour se défendre allant du simple plot de signalisation au katana en passant par des armes à feu. Les combats sont ainsi très dynamiques et poussent le joueur à être constamment sur le qui-vive pour esquiver et contrer les ennemis souvent en supériorité numérique.

L’autre grand attrait des jeux Yakuza est sans nul doute les multiples activités annexes. Si vous souhaitez faire une pause dans l’histoire pour explorer et vous détendre alors sachez que vous risquez de ne pas voir le temps passer.

Des activités à foison

L’un des fers de lance de la saga Yakuza vient de l’ensemble des quêtes secondaires et autres mini-jeux disponibles. Cet opus ne déroge pas à la règle en proposant un vaste choix d’occupation pour nos héros. Entre deux missions principales rien ne vous empêchent de partir à la salle d’arcade pour vous lâcher sur l’excellent Out Run. Envie de pousser la chansonnette alors il suffit de vous rendre dans le bar karaoké pour montrer vos talents de chanteur. Pour finir la journée en beauté rien de mieux que de partir dans la discothèque pour vous lâcher sur la piste de danse. La pêche, le billard, le baseball, le bowling… Les activités annexes sont nombreuses et variées et allongent encore plus la durée de vie du titre déjà conséquente.

Ces diverses quêtes et occupations rappellent ce qui avait fait le succès de titres comme la grande saga des Shenmue. Elles apportent autant une grande source de distraction qu’un grand plus à l’univers. Ce tsunami d’activités annexes permet d’accentuer encore plus l’aspect réaliste du titre. Il ne faudra pas hésiter à prendre du temps pour essayer chacune de ces animations. En dehors de l’aspect ludique, celles-ci donnent la possibilité de gagner des objets mais aussi des CP en fonction du score obtenu. Ces derniers sont extrêmement importants car ils offrent la possibilité d’améliorer divers aspects du gameplay. Besoin d’argent mais les malfrats n’en laissent pas suffisamment tomber ? Le joueur n’a qu’à se rendre au temple pour échanger les CP contre un boost des gains obtenus. Il est clair que vous ne verrez pas les heures passées lors de votre périple au cœur de Kamurocho et d’Osaka.

Yakuza-0-activités

Un moment de détente dans ce monde de brute

Il serait difficile de décrire tous les éléments constituant ce soft tant il y a une pléthore de sujets à traiter. C’est au joueur de prendre le temps d’explorer chaque recoin à la recherche de tous les secrets constituant le voyage de ces yakuzas.

Une préquelle à la hauteur de ses aînées

En conclusion, après une longue session de jeu, Esprit Otaku est totalement convaincu par ce soft. Même s’il montre une petite faiblesse graphique on oublie cela rapidement. L’histoire jonchant notre voyage est tout simplement magique. La qualité apportée à l’écriture et de l’ambiance rétro parfaitement retranscrite. Ses nombreuses activités annexes et quêtes secondaires vous feront oublier toute notion du temps. De plus, c’est un vrai plaisir que de retrouver nos deux yakuzas préférés et de connaître enfin les événements qui les ont rendus si célèbres. Le fait qu’il s’agisse aussi d’une préquelle permet à n’importe qui de pouvoir se plonger dans l’univers sans se sentir perdu.

Yakuza Zero plaira donc autant aux fans de la première qu’aux vétérans de la série. Cependant, il ne faudra pas être rebuté par la langue de Shakespeare. Le titre n’a pas été traduit et il faudra donc avoir quelques bonnes notions d’anglais pour comprendre l’histoire et les quelques termes assez complexes agrémentant les dialogues. Malgré tout, on vous conseille fortement de tester cette aventure inoubliable. Plonger en plein cœur de la vie de malfrat dans le Japon des années 80.

N’hésitez pas à partager votre avis concernant ce nouvel opus de Yakuza ainsi que vos meilleurs souvenirs de cette licence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *