Tekketsu no Orphans

Tekketsu no Orphans : la fleur de fer ne fane jamais

La série des Gundam est l’une des plus grandes sagas du monde otaku. Ayant fait sa place depuis des années, cette licence a su apporter un renouveau et poser des nouvelles bases au style space opera. Faisant souvent preuve d’univers très complexe et rattaché entre les différentes séries par de nombreux liens, Gundam est un classique de la japanimation. Aujourd’hui on va s’attarder sur la série Tekketsu no Orphans qui s’inscrit dans la lignée de ses confrères. Vaut-il de rejoindre ses aînés au panthéon des animes ? Il est temps d’enfiler sa combinaison et de rejoindre les rangs de Tekkadan.

Les orphelins de Mars

Afin de bien comprendre Tekketsu no Orphans, il est nécessaire de se pencher sur son script. On se retrouve en l’année 323 sur Mars. Cette dernière fut colonisée il y a bien longtemps et une société à part entière s’est construite sur la planète rouge. Après un terrible conflit 300 ans auparavant, les relations entre Mars et la Terre ne sont pas au beau fixe. Kudelia Aina Bernstein, représentante officielle du mouvement d’indépendance pour Mars décide de se mettre en route pour la planète bleue. Pour la protéger et l’escorter, le CSG (Chryse Guard Security) lui assigne une garde rapprochée. Embauchant de nombreux orphelins et enfants soldats, cette troupe compte Mikazuki Augus et Orga Itsuka, deux jeunes hommes talentueux. Ces enfants sont traités comme de vulgaires outils par leur supérieur et ne sont fidèles qu’entre eux.

Tekketsu no Orphans-orphelins

Le destin funeste des orphelins de Mars

Malheureusement, une attaque de Gjallahorn, le groupe de maintien de la paix Terrien, provoque de nombreuses pertes. L’assaut se termine par la victoire du CSG grâce au talent de pilote de Mikazuki et de son gundam “Barbatos”. Profitant de cette occasion, Orga prépare un coup d’état et s’empare des lieux avec les autres jeunes. N’hésitant pas à tuer ceux qui refusent son autorité, il change le CSG en Tekkadan. Ils comprennent vite que cette escarmouche visait Kudelia avant tout mais cela ne change rien à leur objectif de départ. Cette nouvelle force décide d’accomplir leur mission en conduisant la représentante sur Terre. C’est donc une première mission périlleuse pour ces enfants qui décident de prendre leur destin en main. Une tâche qui les fera voyager et grandir au fil des épisodes.

Comme toujours dans les Gundam, on est face à un scénario riche et complexe. Tekketsu no Orphans possède une écriture parfaitement développée et traite de sujets graves. Tout cela nous est raconté à travers les yeux de ces enfants qui cherchent leur place dans ce monde.

Tekkadan au pouvoir

En prenant le contrôle du CSG et en créant une nouvelle puissance, Orga décide d’offrir un avenir différent à ses compagnons. Tout ce passage symbolise une libération pour ces jeunes qui étaient maltraités et poussés au travail forcé. C’est aussi une manière pour eux de prendre en main leur destin qui leur a échappé depuis trop longtemps. Cependant, l’objectif de Tekkadan reste sur un plan militaire. N’ayant jamais connu autre chose que la guerre et la violence, ces enfants ne peuvent que se tourner vers ce pour quoi ils ont été formés depuis des années. On a fait d’eux des armes et ils décident de faire usage de ce rôle, non pour les autres, mais pour eux. Dans un sens, ils se libèrent mais restent quand même accrochés à leur ancienne vie. Ils savent que c’est par les armes que se trouvera leur voie.

Malgré tout, il existe aussi de vrais liens entre chacun de ses membres dans Tekketsu no Orphans. Ils se protègent et se serrent les coudes depuis si longtemps qu’il est impensable pour eux d’être séparé. Ce sont toujours des enfants qui ont besoin d’une famille pour espérer survivre et avoir l’impression de vivre une vie normale. Orga et les autres jeunes plus âgés servent de chef et tentent de leur mieux pour guider les autres enfants. Cependant, ce rôle est totalement nouveau pour eux et de nombreuses erreurs sont commises et une peur constante les guette. On est ici face à une description parfaite de ce qu’est la vie d’enfants soldats. Le sujet est magistralement orchestré et arrive facilement à nous toucher. Au cours des épisodes, notre souhait est que ces jeunes guerriers trouvent enfin l’existence qui leur convient. Une vie où ils ne seraient plus considéré comme de vulgaires rebuts.

Parmi cette troupe de soldats, une personne se démarque. Il s’agit évidemment de Mikazuki qui est le symbole de force de Tekkadan. Le studio Sunrise donne naissance ici à un héros puissant qui arrive à nous émouvoir malgré tout.

Un héros atypique et charismatique

Tekketsu no Orphans-Mikazuki

Un héros qui n’a pas froid aux yeux

Dans Tekketsu no Orphans, on suit avant tout un groupe cherchant à s’en sortir dans un contexte géopolitique complexe. Cependant, un personnage se démarque rapidement de l’ensemble de ses camarades. Mikazuki Augus est un peu l’ombre d’Orga, suivant ce dernier peu importe où ça le mène. Ce jeune homme se symbolise avant tout par le manque d’émotions qui se dégage de son visage. On a l’impression qu’il n’est plus capable de ressentir, ou du moins d’exprimer la moindre émotion. D’ailleurs il n’a aucun remords à éliminer ceux qui se dressent devant lui et ses camarades. Malgré tout, ses actions reposent avant tout sur son envie de protéger les autres membres de Tekkadan. Il semble donc mener, dans un premier temps, par un esprit de camaraderie.

Il ne cherche pas à se mêler des affaires trop complexes, sachant pertinemment qu’il ne comprendra pas. Illettré, Mikazuki sait parfaitement où se trouve sa place. Il laisse la gestion du groupe à Orga, son ami de toujours, et s’occupe de détruire tous les obstacles qui leur barrent la route. Le champ de bataille est son domaine et cela se caractérise par le fait que c’est lui qui est aux commandes de Barbatos. De plus, les expériences qu’il a subit pour lui implanter le alaya-vijnana (système permettant de faciliter le contrôle des mobile suits) ne font que consolider son rôle de soldat. Au fur et à mesure des épisodes, son caractère évolue et on comprend qu’Orga a beau être le chef, il ne fera rien qui ira à l’encontre de la volonté de Mikazuki. De plus, notre pilote d’exception se met à apprécier de plus en plus d’enlever une vie et en vient même à trembler.

Il n’est pas vraiment un héros au sens littéral, d’ailleurs il n’y a pas de vrai héros dans l’univers Gundam. Le bien et le mal n’existent pas, c’est avant tout des convictions qui s’opposent et qui provoquent des conflits. C’est une approche bien plus réaliste de la nature humaine et de la politique.

Un équipage d’enfants soldats

Tekkadan est, comme dit plus haut, avant tout un groupe d’enfants cherchant à prendre en main leur existence. Il n’existe pas de véritable figure parentale au sein de cet équipage qui malgré tout va s’engouffrer dans un monde très adulte. Ils ont beau être des enfants, chacun sait parfaitement le rôle qu’il doit jouer ainsi que ses capacités propres. Les plus âgés servent de tuteur aux plus jeunes afin de leur apprendre comment se rendre utile. Le travail acharné qui s’offre devant nos yeux nous fait presque oublié l’âge de ces protagonistes. La réalité nous revient rapidement lorsqu’on les voit agir comme des enfants tout à fait normaux. Dans ces moments, les conflits, les responsabilités et les dangers disparaissent pour laisser place à des moments de détente qui nous font sourire. Ces moments sont comme une paix éphémère pour ces garnements dans leur vie de soldat.

Il existe bien d’autres situations qui nous ramène au fait qu’il s’agit avant tout de jeunes garçons. Leurs réactions face à l’inconnu montrent qu’ils ne savent pas grand chose du monde qui les entoure. Le meilleur exemple est lorsqu’il débarque sur le Turbine, un vaisseau constitué à 99% de femmes. N’étant encore que des jeunes hommes ils ne savent pas comment réagir devant ses demoiselles bien plus âgées qu’eux. Ils arrivent pourtant à faire preuve d’une grande détermination et sont prêts à surmonter tous les obstacles tant qu’ils sont ensemble. Cet équipage est avant tout une famille pour eux qui ont toujours cherché un foyer. Ces hommes sont prêts à défendre de leur vie ce toit que leur a offert Orga. C’est l’histoire d’enfants soldats qui prennent les armes, non plus pour les autres mais pour eux-même.

Tekketsu no Orphans-équipage

Plus qu’un équipage, une famille

On suit donc les aventures de ce groupe qui nous charment de par sa volonté sans failles mais aussi par son innocence. D’ailleurs, le voyage qu’ils entreprennent est comme un rite initiatique les faisant passer de la vie de jeunes garçons à celui d’adulte.

Le passage à l’âge adulte

Tout au long des épisodes, on peut assister à l’évolution de nos protagonistes. Les combats qu’ils remportent et les événements auxquels ils assistent permettent à chacun de grandir. Le fait d’être enfin libre sonne dans un premier temps comme une délivrance mais cela implique aussi de nouvelles responsabilités. Orga, malgré ses efforts, ne sait rien du rôle de chef et doit apprendre sur le tas. Ses réactions sont d’ailleurs très souvent enfantines et on se rend compte dans ces moments qu’il est lui aussi un enfant cherchant à garder en vie ses camarades. D’ailleurs Tekkadan est souvent pris par les autres groupes comme un rassemblement de gamins avant tout. C’est le cas de l’équipage du Turbine qui, même s’il va devenir très proche, les considère encore comme des petits garnements.

Dans ce monde en guerre où la mort guette à chaque instant, il est nécessaire de passer rapidement à l’âge adulte. On ressent donc une certaine tristesse pour eux car ils n’ont jamais eu de véritable enfance. Ils suivent une voie qu’ils ont choisie mais qui les mènera forcément à vivre de terribles expériences. Tekketsu no Orphans,  contrairement à la majorité des autres Gundams, se concentre avant tout sur son groupe de héros. L’indépendance de Mars vient même en second plan tout au long de la première saison. On se concentre avant tout sur l’évolution de ces enfants propulsés dans la cour des grands. Ce chamboulement est magistralement orchestré et on est subjugué par l’aventure humaine que nous offre cet anime. Des jeunes guerriers à qui on a arraché tout espoir d’avoir une vie normale et qui cherchent pourtant à regagner le respect et l’existence qui leur est due.

Bien sûr que serait un Gundam sans ces luttes incessantes. Que ce soit pour le pouvoir, la politique ou même la liberté, les raisons sont nombreuses pour prendre les armes. Tekketsu no Orphans ne déroge pas à la règle.

La lutte selon Tekketsu no Orphans

Tekketsu no Orphans-barbatos

Barbatos est prêt à faire couler le sang

Cette oeuvre dépeint avec brio les conflits pouvant exister entre les différentes forces présentes. De nombreux opposés s’affrontent avec en premier plan Mars contre la Terre. Cette guerre a beau ne pas être ouverte, elle reste cependant bien présente à travers les opinions de chacun. Les images qui nous sont montrées de la planète rouge sont surtout des décors de pauvreté et d’abus. La famine et la faible économie se ressentent aisément. A contrario, les quelques visuels que l’on a de la Terre sont sublimes et démontre une grande richesse. Les bidonvilles de Mars s’opposent aux cités terriennes. Il s’agit donc de deux classes sociales bien distinctes mises en opposition. Cela est identique entre Tekkadan et Gjallahorn, les deux forces principales que l’on croise dans la série.

D’un côté nous avons des enfants soldats qui cherchent à tout prix à s’élever et réclamer leur liberté et dû. De l’autre, le commandement de Gjallahorn symbolise la noblesse et cherche à mater tout signe de rébellion pouvant gêner leur prise de pouvoir. Toutes ces oppositions nous dépeignent finalement la situation géopolitique dans laquelle on s’aventure. Le titre montre clairement son aspect space opéra et nous plonge dans un univers complexe où chaque camp se bat pour ses idéaux. D’ailleurs, Tekkadan est loin d’être un enfant de chœur. Ses membres n’hésitent pas à tuer et à s’allier avec des organisations criminelles pour atteindre leur but. Le bien et le mal n’ont pas de place ici, seule la dure réalité du conflit présent gouverne.

Au final, Tekketsu no Orphans nous offre une histoire envoûtante de par son réalisme mais aussi de son humanité. C’est une multitude de sentiment que l’on ressent au fur et à mesure du visionnage, passant de la tristesse à la joie avec maestria.

Un gundam qui vaut le coup d’oeil

La conclusion que l’on peut tirer après le visionnage de Tekketsu no Orphans est qu’il s’agit d’une oeuvre magistrale. Elle saura prendre aux tripes la majorité des fans du genre tout en séduisant de nombreux néophytes de l’univers Gundam. D’ailleurs, il n’est nullement nécessaire de connaître les autres oeuvres de la saga pour profiter de cet anime. Esprit Otaku est totalement conquis et je ne peux que vous conseiller de vous lancer dans l’aventure. Que vous soyez un adepte des space opéra ou des Gundams, un fan de mecha ou bien juste une personne souhaitant une nouvelle série, cet anime saura satisfaire tout le monde.

Que ce soit par la profondeur de son récit, l’écriture de ses personnages ou l’importance donnée aux détails, cette oeuvre peut fièrement se placer à côté de ses aînés. L’évolution que prend l’histoire à chaque épisode relance sans cesse l’intérêt et nous donne envie d’en savoir toujours plus sur Tekkadan. Ces enfants trouveront-ils enfin la vie qu’il souhaitait ou sombreront-ils dans le désespoir ? Je vous laisse le plaisir de le découvrir 🙂 . Le voyage que nous propose Tekketsu no Orphans est loin d’être des plus joyeux mais offre une lueur d’espoir à ses héros qui lutteront sans cesse pour leur objectif.

Et vous, qu’avez-vous pensé de ce Gundam ? N’hésitez pas à partager votre ressenti ainsi que votre anime de mecha préféré !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *