Perfect-Crime

Perfect Crime tome 2 : le recueil d’un tueur perdure

Après un premier tome très prometteur, Perfect Crime revient avec un nouveau volume. Ce seinen, édité par Delcourt Tonkam, nous plongeait au cœur d’un thriller haletant où le crime parfait existe. Les premiers chapitres mettaient en place le personnage principal de l’intrigue ainsi que sa faculté hors du commun. Ce deuxième tome arrive-t-il à procurer autant de plaisir que son prédécesseur ? De plus, l’histoire évolue-t-elle dans le bon sens ? Après lecture, il est temps de donner notre opinion sur le sujet. Retour au côté du criminel le plus doué qui soit.

Tadashi fait encore des siennes

Pefect Crime-Tadashi

Il est impossible d’échapper à cette ombre

Comme dans le premier tome, Perfect Crime se concentre toujours sur notre tueur charismatique. Tadashi continue de mener à bien ses missions avec une aisance qui lui est propre. Ce tome est l’occasion d’analyser plus en détail le comportement de notre anti-héros. Ces nouveaux chapitres montrent encore plus l’aspect très détaché de cet homme envers la nature humaine. On ressent toujours plus son dégoût de la faiblesse de l’homme et son envie de le voir s’empêtrer et mourir par sa simple volonté. La sensation d’être face à un individu dénué d’humanité, possédant une aura presque divine, se conforte. Rien ne semble pouvoir se mettre sur son chemin. Même les efforts de l’inspecteur Tada semblent infructueux. Tadashi ne laisse jamais le filet de police se refermer sur lui, arrivant même à le retourner contre eux.

Cette démonstration de force et d’intellect inverse le rapport de forces habituel. Personne ne semble pouvoir échapper au contrôle de notre tueur aux yeux rouges. Une fois que son regard écarlate se pose sur sa cible, il n’y a aucune chance pour que celle-ci s’en sorte. Il avoue pourtant qu’il existe deux solutions pour lui faire arrêter son contrat. La première vient de sa propre mort qui l’empêcherait définitivement de commettre ses meurtres. L’autre possibilité est que le commanditaire meure avant que Tadashi n’ait accompli son travail. En entendant cela, une porte de sortie se dévoile afin de mettre un terme aux assassinats. Malgré tout, le fait que ce soit le tueur lui-même qui divulgue cette information nous pousse à douter de la réalisation de ces objectifs. Comment vaincre un ennemi dont la volonté est toute puissante ?

Le personnage de Tadashi reste toujours aussi captivant et intriguant. Malheureusement, ce tome montre quelques petites faiblesses notamment au niveau du rythme de l’histoire. Cette dernière suit la continuité du premier volume.

Des contrats encore des contrats

Dans le premier tome de Perfect Crime, le récit était divisé en plusieurs contrats, chacun avec une histoire bien différente. Le seul fil conducteur reposait sur le meurtrier qui était Tadashi. Dans ce deuxième tome c’est malheureusement la même chose. Le problème ne vient pas des missions en soi mais c’est surtout que l’on ne voit pas trop la différence entre ces deux premiers tomes. L’écriture des personnages et des intrigues de chaque contrat reste parfaitement maîtrisée. Malgré tout, on aurait aimé voir l’histoire autour de Tadashi se développer davantage. On reste dans le flou total concernant cet homme qui passe son temps à tuer. La seule chose que l’on découvre est l’endroit où il habite mais ce n’est là qu’un très court passage.

L’intérêt de Perfect Crime repose toujours sur les missions de notre tueur. Le lecteur a plus l’impression d’assister à un recueil d’histoires qui aboutissent toujours au même point. Cela a beau être intéressant on souhaite réellement voir le duel entre Tadashi et Tada se concrétiser. Notre tueur à gages reconnaissait même dans le premier tome que cet inspecteur avait réussi à le surprendre. Il allait même jusqu’à dire qu’il serait bien plus difficile de s’en débarrasser que les autres membres des forces de l’ordre. Malheureusement, ce deuxième tome installe un calme plat entre les deux hommes. A part quelques échanges de mots, le rapport de forces reste le même. On se retrouve légèrement frustré mais en même temps on espère ardemment la suite pour que tout se lance vraiment.

Malgré tout, il faut le reconnaitre, les histoires des protagonistes ponctuant le récit sont toujours aussi fabuleuses. C’est une plongée dans les pires facettes du genre humain que nous offre ce tome envoûtant par cet aspect.

Des histoires toujours haletantes

Perfect Crime-oeil

Des yeux qui dictent la volonté

La galerie de sentiments que nous font vivre ces courts récits sont nombreux et des plus prenants. Qu’il s’agisse de culpabilité, d’ambition, de jalousie ou de violence les raisons de faire appel aux services de Tadashi sont toujours plus nombreuses. Maintenant que l’on ait un peu habitué à comment se déroulent la plupart des contrats on se dit que la conclusion sera prévisible. Rien n’en est car même si on se doute que les faits sont plus complexes qu’on nous les expose, la surprise est toujours là à la conclusion. Les retournements de situations ainsi que la nature humaine que l’on nous offre sont magistralement orchestrés. On passe du dégoût pour certaines personnes à la compassion et la tristesse pour d’autres. Les apparences sont encore plus trompeuses dans ce tome qui nous plonge en plein cœur de la part d’ombre que chacun peut avoir.

Au final, Tadashi arrive toujours à nous montrer le vrai visage de ces victimes et commanditaires. Il ne souhaite pas exposer la haine, la peur ou la brutalité de ces hommes mais leur stupidité. Stupide de croire que ce qu’ils croient soit la stricte vérité et c’est cet aveuglement qui les fait courir à leur perte. Ces courtes histoires ne font que tracer un chemin sanglant et empli de tristesse jusqu’à leur propre destruction. Tadashi appuie encore plus les deux rôles qu’il joue. Le premier est celui de l’outil qui accomplit la volonté de ses clients. Peu importe ce qui se passe il accomplira sa mission sans le moindre remords. La deuxième est son rôle d’observateur cherchant à afficher le vrai visage de l’être humain au grand jour.

Le soin apporté à l’écriture de ces assassinats est parfaitement maitrisé et on reconnaît tout le talent de l’auteur. En voyant cela, on a hâte de voir ce que cela pourrait donner lorsque l’enquête démarrera vraiment et comment Tadashi tentera de s’en sortir.

L’enquête progresse… un peu

Voilà le point que l’on attendait le plus dans ce second tome de Perfect Crime. On souhaitait vraiment voir la poursuite entre notre inspecteur justicier et notre tueur à gages. Malheureusement, à part quelques discussions houleuses, on ne peut pas dire que l’enquête avance grandement. Tada et les autres policiers se doutent que Tadashi se cache derrière cette série de meurtres mais il est pour l’instant impossible de le coincer. L’histoire continue donc sur la même lancée que les premiers chapitres. Tadashi ne se cache même pas pour rendre visite à ses victimes. Peu importe qu’il soit présent sur les caméras de surveillance ou que les témoins le désignent. De par son talent, notre assassin sait qu’il ne craint rien et en profite même pour s’amuser un peu.

Il y a pourtant un passage très intéressant dans ce Perfect Crime. Tadashi, après avoir dévoilé les deux seules raisons pouvant arrêter un contrat, arrive à faire douter notre inspecteur. Suite à certains évènements, notre homme aux yeux rouges rend visite à Tada. Il lui démontre à quel point la nature humaine peut être horrible et stupide et appuie le fait que ces gens méritaient de mourir. Pendant un court instant on voit le doute s’installer dans l’esprit de notre policier. Malgré tout, son sens de la justice finit par reprendre le dessus et le pousse à vouloir l’attraper davantage. Cette petite hésitation qui s’est pourtant inscrite sur son visage en voyant la justice de son ennemi nous pousse à nous poser des questions. Est-ce que Tadashi va réussir à convaincre notre héros du bienfait de ses actions ? Notre jeune inspecteur va-t-il rester fidèle à ses principes ? C’est une lutte entre deux justices bien différentes qui va bientôt éclater.

Ce tome a beau ne pas décevoir dans son écriture toujours de haut vol, on attendait un peu plus concernant l’intrigue principale. Malgré tout, le scénario qui se dessine pour le futur de la série s’avère pleine de promesses.

De grandes attentes pour la suite de Perfect Crime

Il est très difficile de juger de ce second tome car l’intrigue n’a pas réellement commencé. Ce thriller a beau nous prendre aux tripes à chacune de ces histoires, on aimerait pouvoir admirer la confrontation qui se prépare dans l’ombre. Malgré cela, ce tome reste tout de même très divertissant et la pertinence dans l’écriture ne faiblit jamais. On a de vraies attentes concernant la suite qui, on l’espère, ne tombera pas dans le même schéma que ses deux premiers volumes. Nous ressortons donc autant frustré qu’impatient de voir ce qui nous attend dans la suite de ce seinen haletant.

De plus, les petites affaires constituant l’ensemble de l’œuvre sont loin d’être déplaisantes à suivre. Le plaisir est toujours là et on cherche constamment à savoir comment se terminera chacune de ces affaires. Perfect Crime a de quoi devenir un grand seinen si l’action et l’intrigue se développent plus en avant. En tout cas, on est toujours heureux de voir notre charismatique antihéros manipuler à sa guise l’ensemble des personnes qui croisent sa route. Est-ce que Tadashi va enfin rencontrer un obstacle difficile à surmonter ? La série de crimes parfaits va-t-elle enfin cesser ? L’inspecteur Tada va-t-il atteindre son but ou sombrer sur cette voie dans laquelle il s’est engagé ? Nombreuses sont les questions dont on espère avoir des réponses.

Laissez en commentaires vos impressions sur ce second tome ainsi que vos attentes concernant la suite des péripéties de notre tueur aux yeux écarlates !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *