Final-Fantasy-12-zodiac-age

Final Fantasy XII The Zodiac Age : retour en Ivalice

Aujourd’hui, on va s’attarder sur un très gros morceau. Il s’agit d’un titre d’une licence que j’adore profondément et qui m’a beaucoup marqué en tant que joueur. Il s’agit de la saga Final Fantasy, créé par Square Enix, et plus particulièrement de Final Fantasy XII. En effet, ce dernier a fait l’objet d’un remaster apportant son lot de nouveautés. C’est donc l’occasion idéale de retourner dans le fabuleux monde d’Ivalice et d’en découvrir ou redécouvrir ses trésors. De plus, le titre n’avait pas forcément fait l’unanimité à sa première sortie et il est donc intéressant de voir ce qui a été apporté comme changements. On démarre le vaisseau et c’est parti pour une vie de pirate du ciel !

La reconquête d’un royaume déchu

Comme à chaque fois, il est temps de faire une petite piqûre de rappel concernant l’histoire du soft. Final Fantasy XII est un RPG qui nous plonge dans les contrées d’Ivalice, un monde médiéval-fantasy. Tout débute par un heureux événement avec le mariage de la princesse Ashe, héritière du trône de Dalmasca avec le prince Rasler, héritier du trône de Nabradia. La fête et la joie sont au rendez-vous, mais ce bonheur n’est que de courte durée. Par malheur, l’Empire d’Archadia a lancé une invasion massive pour annexer Dalmasca et renforcer sa puissance contre son ennemi de toujours, l’Empire de Rozarria. Cherchant à tout prix à défendre leurs terres, le peuple de Dalmasca entre en guerre face à cet adversaire imposant. Malheureusement, la guerre finit par être emporté par Archadia, faisant des milliers de morts dont le prince Rasler.

Le roi Raminas est contraint d’accepter le traité de reddition de l’Empire. Cependant, dans l’ombre se réunisse une troupe de chevaliers Dalmascans prêt à sauver leur seigneur de cette situation. Malheureusement, leur plan échoue de par la traîtrise du capitaine Basch qui cause la mort de ses hommes ainsi que celle du roi. L’aventure débute réellement deux ans plus tard aux commandes de Vaan. Cet orphelin de guerre doit survivre dans une ville qui n’est plus la sienne. Faisant quelques travaux divers ainsi que certains larcins envers les soldats de l’Empire, ce jeune homme ne peut s’empêcher de regarder le ciel. Il rêve de devenir un pirate du ciel afin de connaître la liberté et de prendre en main son destin. Vaan ne le sait pas encore, mais son rêve va lui faire entamer un long voyage aux quatre coins du monde dont la conclusion changera l’avenir de Dalmasca.

Cette nouvelle version de ce jeu mythique n’est pas qu’une simple refonte graphique. En effet, il propose quelques nouveautés bienvenues et qui peuvent changer totalement l’expérience que l’on a vécue dans la première mouture du titre.

Des nouveautés qui font plaisir

Le premier point qui fait plaisir est la présence d’un bouton permettant d’accélérer le jeu. Pouvant aller jusqu’à quatre fois plus vite, cela permet de faciliter grandement les phases d’entraînements que l’on est obligé de faire. Il s’agissait d’un des points faibles de la première version du fait de la longueur du farm ainsi que la difficulté du jeu. Vient ensuite la présence des voix japonaises qui est un plus toujours appréciable. À cela s’ajoute la présence d’un nouveau mode dans le menu titre. Il s’agit d’un mode où l’on enchaîne les combats afin de gravir différents étages avec à la clé de nombreuses récompenses. Bien sûr, l’ensemble du soft a été dépoussiéré pour nous proposer un voyage toujours plus beau et enchanteur.

Final Fantasy XII - refonte graphique

Le titre est bien plus beau

Les autres gros changements viennent du gameplay qui a été partiellement remanié. Je m’attarderais dessus un peu plus bas mais je vais rapidement proposer ses nouveautés. Tout d’abord, la grille des permis a subi une refonte totale pour proposer différents jobs. Il est donc ainsi plus facile de créer une équipe diversifiée et complémentaire. L’autre grosse nouveauté vient dans les personnages “invités” du groupe que l’on peut maintenant diriger. Cela est aussi le cas pour les éons qui permettent de lancer ainsi plus facilement les attaques ultimes. Mais à part cela, le titre reste identique au niveau scénario qui n’avait nullement besoin d’être remanié.

Parmi tous ces changements, ceux qui sont le plus bénéfiques pour le joueur sont au niveau du gameplay. La virée dans les régions d’Ivalice n’en est que plus savoureuse et rend le titre bien plus complet et intéressant à jouer.

Un gameplay remanié

Final Fantasy XII-gameplay

Bien choisir son job est essentiel

S’il y a bien un aspect de Final Fantasy XII qui avait fait couler beaucoup d’encre c’est celui-ci. Son gameplay était, à l’époque, un changement total de cap pour la licence. Fini le fameux tour par tour et bonjour à du semi-temps réel dans un monde très dense. Je l’avoue, il s’agissait d’un des points qui m’avaient pas mal rebuté à l’époque. Il m’a fallu du temps pour m’y habitué par la suite. De plus, la grille de permis qui servait à apprendre les différents sorts et à s’équiper d’objets n’était pas très pratique. À cela s’ajoutait une difficulté parfois mal jaugée qui rendait le soft assez ardu par moments. Alors finalement, qu’est-ce qu’apportent réellement les nouveautés de ce Final Fantasy XII remaster en terme de gameplay ? Je vous le dis tout de suite, cela change énormément les combats.

Cela vient donc de la nouvelle grille de permis qui permet de spécialiser ses personnages dans un job particulier. Cela peut être un classique mage noir ou chevalier ou un job plus atypique tel que machiniste ou samurai. Le choix de la classe est crucial car il ne sera pas possible de revenir en arrière. Il faut donc repenser toute notre stratégie afin de composer l’équipe la plus adaptée à chaque situation. Cela permet aussi à chaque héros à jouer un rôle précis pendant les combats. En fait, ce système mélange les anciens Final Fantasy qui proposait de choisir différents jobs avec le mode de combat en semi-temps réel de cet opus. On peut donc établir une stratégie bien plus poussée pour venir à bout des futurs adversaires qui se dresseront sur notre route.

Toutes ces modifications apportent un net avantage à un épisode dont la force réside dans son univers. Ce qui éblouit le joueur tout au long de la partie vient de tous les éléments qui constituent le monde d’Ivalice. C’est un voyage inoubliable qui attend ceux qui osent s’aventurer dans ces contrées aussi magiques que dangereuses.

Un monde riche et complexe

Final Fantasy XII-race

Le monde d’ivalice est peuplé d’individus surprenants

On s’attaque maintenant à ce qui est, selon moi, le plus gros atout de Final Fantasy XII. Il s’agit de l’univers que celui-ci met en place. Ivalice est un monde fabuleux avec de nombreuses races, différentes civilisations et des lieux aussi variés que merveilleux. Il faut dire que ce n’est pas la première fois que l’on met les pieds sur ces terres. S’il y a bien un monde, dans la licence Final Fantasy, qui a été souvent utilisé c’est Ivalice. Pour ma part, ma première excursion date de Final Fantasy Tactics advance sur GBA. Si chaque épisode se situant dans cet univers ne se suit pas, ils offrent une richesse supplémentaire à ce dernier. Il s’agit peut-être d’un des mondes les plus travaillés dans l’histoire de la saga. Les royaumes qui parcourent ces contrées sont nombreux et possèdent chacun des origines, des traditions et un mode de vie propre.

On peut aussi parler de tout le travail fourni pour créer une vraie mythologie à Ivalice. Au-delà du conflit qui oppose les hommes se jouent une partie d’échecs entre des forces bien supérieures. Il n’y a qu’à voir les éons et le récit qui tourne autour d’eux pour être totalement conquis. On parcourt chaque région avec un immense plaisir et même si le destin du royaume est entre nos mains, on ne peut s’empêcher de rêver face à ces paysages grandioses. Dans un sens, Vaan peut aisément représenter le joueur. Il découvre en même temps que nous les beautés qui se cachent dans ce monde. L’univers de Final Fantasy XII est si riche et complexe qu’il serait difficile de tout parler en seulement quelques lignes. Que ce soit les différentes races qui possèdent chacun leur propre histoire, le conflit géopolitique qui se déroule devant nos yeux ou toutes les légendes qui entourent Ivalice, il y a de quoi occuper le joueur.

La saga Final Fantasy a toujours su émerveiller le cœur des joueurs. Cet épisode ne déroge pas à la règle et offre un voyage dépaysant et inoubliable sur des terres chargées d’histoires. La magie opère toujours et cela même dix ans après la sortie de la première version.

Pari réussi pour Final Fantasy XII

Au final, je peux dire que Final Fantasy XII The Zodiac Age apporte un vent de fraîcheur à un titre qui pouvait en avoir besoin. Les changements ont beau ne pas changer l’histoire, ils influencent grandement notre ressenti durant la partie. Le gameplay plus travaillé permet une personnalisation plus poussée de nos héros et nous fait apprécier davantage le monde qui nous entoure. Mise à part cela, ce remaster est surtout l’occasion de découvrir ou de revoir les paysages ainsi que les mystères qui donnent vie à Ivalice. Un gros coup de cœur pour ce Zodiac Age qui m’offre la possibilité d’apprécier à sa juste valeur un épisode magistral. Et puis c’est aussi une chance de retrouver notre cher Balthier, toujours aussi fringant et charismatique !

Je conseille donc le jeu à tous les amoureux de la première version ainsi qu’aux fans de la licence Final Fantasy. Les nouveaux joueurs peuvent aussi s’attarder dessus sans problème. Ils découvriront un titre avec un scénario travaillé, des personnages charismatiques et un univers grouillant de vie. De plus, il s’agit ici d’un très beau cadeau pour fêter les 30 ans de la série et moi, en tant que fan de la licence, j’espère qu’elle continuera de nous émerveiller malgré les petits soucis qu’a pu connaître le XV. Je recommande donc chaudement Final Fantasy XII qui mérite de trôner fièrement parmi les autres jeux de la saga. Sur ce je vais vous laisser car je retourne faire un peu d’exploration en tant que pirate du ciel !

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre avis sur ce Final Fantasy XII. Trouvez-vous qu’il change suffisamment le titre pour que l’on s’attarde dessus ? 🙂

© Square Enix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *