shoukoku-no-altair

Shoukoku No Altair : l’envol du fauconnier

On va finir ce premier tour des animes de l’été avec une review d’une série que j’ai grandement apprécié. Il s’agit de Shoukoku No Altair, l’adaptation animée du manga du même titre. Ayant eu du mal avec le manga de base, j’étais curieux de voir ce que donnerait cet anime. Arriverait-il à me redonner goût à cet univers riche et pourtant très complexe ? Les premiers épisodes sont-ils à la hauteur de nos attentes ? Esprit Otaku est là pour vous donner son avis sur cette œuvre qui, malgré les conflits, prône la paix à travers son héros. Il est temps de monter en selle et de parcourir les larges étendues du monde de Rumeriana !

Lutter pour la paix

Shoukoku No Altair nous plonge en Rumeriana et plus précisément en Türkiye. On y suit Mahmud, un fauconnier de talent accompagné de son fidèle aigle Iskender. Il est le dernier survivant de son village. Ce dernier fut rasé et pillé durant la guerre d’il y a douze ans opposant la Türkiye et l’empire Balt-Rhain. Recueilli par l’un des grands généraux du royaume, il va se lancer dans une quête pour atteindre le grade tant convoité de pacha. Malgré son très jeune âge, il parvient finalement à exaucer son souhait et devient le plus jeune pacha du pays. Ce rang, réservé aux plus grands talents de Türkiye, offre à Mahmud la possibilité d’assister sa terre natale de son mieux. Assistant aux réunions entre les différents généraux appelés “le divan”, il espère ainsi pouvoir être au courant si une nouvelle guerre approche et ainsi empêcher son déclenchement.

Altair-mahmud-iskender

Mahmud et son fidèle Iskender

Malheureusement, il va très vite comprendre qu’il ne suffit pas d’avoir de bonnes intentions pour parvenir à ses fins. Mahmud va entrer dans un monde où les coups bas et les trahisons sont monnaie courante. De plus, la paix entre les nations semble bien plus frêle qu’il le pensait et le moindre incident provoquerait un conflit sans précédent. Face à la menace croissante de l’empire Balt-Rhain et autres menaces dissimulés dans l’ombre, le pays est proche du déchirement. Le désir de paix de Mahmud sonne comme un caprice d’enfant pour les autres pachas qui ne le prennent pas au sérieux. Le monde est un immense échiquier où les puissants s’affrontent et où Mahmud ne semble pas avoir sa place. Le souhait de ce dernier peut-il encore exister sur ces terres rongées par la soif de conquête ? C’est ainsi que le jeune fauconnier va entamer un périple pour devenir le pacha qu’il devrait être et prôner ainsi son désir de fraternité.

Il ne faut que peu de temps à la série pour nous faire comprendre que l’on entre dans un univers complexe et difficile. C’est une vision très réaliste et néfaste de l’humanité qui nous est dépeint dans Altair dont la survie semble reposer entre les mains d’un garçon idéaliste.

Un univers riche et profond

Altair-Zaganos

Zaganos, figure importante du Divan

S’inspirant grandement de pays et cultures réels, Altair propose un voyage particulièrement dépaysant. Les paysages qui s’offrent à nous, que ce soit dans le manga ou l’anime, fourmillent d’éléments captivants. À cela s’ajoute les us et coutumes de chaque pays qui permet de s’immerger pleinement dans le récit. On sent vraiment tout le travail apporté au titre afin de rendre son monde riche et vivant. Tous ces petits détails font d’Altair, une œuvre prenante et l’une des plus développées que j’ai pu observer. Si le décor de fond est fabuleux, le récit que l’on suit possède aussi de nombreux atouts. Même si on peut apercevoir quelques combats dans les premiers épisodes, le réel intérêt de la série est dans son aspect contemplatif mais aussi stratégique.

L’ingéniosité, la ruse et l’information sont les meilleures armes pour emporter la lutte qui se déroule dans l’ombre. Mahmud est d’ailleurs parfaitement écrit sur ce point notamment sur son évolution. Malgré son désir louable de paix, on ne peut s’empêcher de le voir comme un enfant. Le spectateur porte le même regard sur le fauconnier que les autres pachas. En réalité, on a la même réaction que Zaganos pacha envers notre héros. Ce général expérimenté, derrière son air impassible, tente de faire comprendre à Mahmud la vérité qui se cache derrière le monde. C’est alors que débute la transformation du héros. Son idéal d’équilibre et de fraternité ne disparaît pas, mais il comprend enfin le chemin qu’il doit suivre. Si la menace du conflit est toujours présent, l’œuvre s’attarde avant tout sur l’apprentissage de Mahmud.

On est donc face à une série qui possède de nombreux sujets à traiter. Elle arrive à apporter un intérêt profond à chacun des thèmes abordés sans jamais trop s’éparpiller. Un anime au contenu gigantesque qui accroche le spectateur sans jamais le perdre.

Altair et son fort potentiel

Je l’admets, le manga Altair n’avait pas réussi à totalement me séduire à la base. Cela était dû notamment à de nombreuses lourdeurs qui venaient entacher la lecture. Cependant, l’adaptation animée m’a fait voir d’un autre œil cette œuvre au très grand potentiel. Il est donc sûr que je vais me remettre à lire les mangas afin de profiter pleinement de l’univers que la série nous offre. Au final, Shoukoku No Altair arrive parfaitement à accrocher le lecteur de par les nombreux points qui le caractérisent. Ce début est, en effet, très prometteur et laisse entrevoir un récit saisissant à travers le conflit géopolitique qui se dessine au loin. On prend un réel plaisir à suivre le périple de Mahmud pour devenir un vrai pacha et ainsi préserver son pays de la guerre.

Je conseille donc vivement cet anime à tous ceux qui, comme moi, ont eu du mal avec la version papier. Elle permettra peut-être de voir différemment cette série et à donner envie à certain de replonger dans ce monde fantastique. De plus, les amoureux de stratégies, de jeux de dupes et d’enjeux politiques seront conquis par ce récit où la guerre peut éclater à tout instant. À cela s’ajoute une galerie de personnages très plaisants à suivre. Ils apportent leurs savoirs et leurs visions du monde à notre cher fauconnier. C’est en tout cas un très bon début pour l’anime Shoukoku No Altair. S’il continue sur la lancée, il pourrait vraiment se distinguer cette saison. En attendant le prochain épisode, je vais me replonger dans les tomes avec grand plaisir afin de voir ce qui attend notre jeune Mahmud !

N’hésitez pas à partager votre avis sur le début de l’anime Altair ainsi que votre opinion sur le manga. Pour vous, cette série a-t-elle le potentiel pour aller très loin ? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *