Re-Monster 2

Re:Monster tome 3 : toujours plus grand !

Aujourd’hui, on va retourner explorer les vastes contrées d’un titre que j’attendais depuis longtemps. Ce monde fantastique est peuplé de créatures surnaturelles et de pouvoirs magiques. Vous l’aurez sans doute compris, le voyage qui nous attend est celui de Re:Monster, édité chez Ototo. Revenant arpenter nos étagères, ce tome 3 promettait de belles choses avant même que l’on puisse y jeter un coup d’œil. Il faut dire que le début de la saga avait su particulièrement séduire une partie des lecteurs à travers son univers mêlant fantasy et jeu de rôle. Ce nouveau chapitre de la nouvelle vie d’Ogu-Rô conserve-t-il tout ce qui faisait la force de ses prédécesseurs ? La réponse est oui et il est donc grand temps de rejoindre de nouveau la plus puissante tribu de gobelin.

Intervention au cœur d’un conflit

Re-Monster affrontement

Ogu-Rô et sa troupe vont devoir prendre les armes

Pour rappel, la série Re:Monster fut créé par Kogitsune Kanehiru et dessiné par Haruyoshi Kobayakawa. Le deuxième volume avait laissé le spectateur contempler les premiers contacts d’Ogu-Rô et des siens avec d’autres races. On pu ainsi découvrir les elfes et leur immense fierté se frotter à l’esprit acéré du chef des gobelins. Le récit commençait tout doucement à introduire les prémices d’un futur conflit opposant les habitants de la forêt et les humains. Finalement, ce troisième volume met plus en avant cette lutte à travers différentes escarmouches et affrontements. Malgré son désir de ne pas se mêler à toute cette histoire, notre anti-héros ne peut laisser la situation s’aggraver sans avoir la moindre information. Partant de ce constat, il comprend que lui et les siens ne devront plus tarder à entrer en action. De plus, c’était l’occasion idéal pour permettre aux siens de s’améliorer.

Alors qu’il partit chasser en compagnie de son meilleur ami Ogu-Kichi. Il finit par apercevoir un contingent de soldats prendre en embuscade une troupe d’elfes. Cette dernière était en réalité un cortège qui escortait la fille du chef de village lors d’un rituel. En voyant cela, Ogu-Rô comprit qu’il s’agissait d’une occasion en or et qu’il devait la saisir. Alors que les humains attaquèrent le convoi, notre ogre noir décida de sauver la jeune femme dans l’espoir d’obtenir une compensation de la part de son père. C’est alors que va débuter des négociations entre les deux peuples. Pourtant, le chef de la tribu des gobelins a bien quelque chose derrière la tête. La restitution de la jeune elfe n’est que le début d’un long échange qui pourrait changer le cours du conflit qui s’approche. Les tambours de guerre résonnent tandis que les créatures de la forêt prennent les armes. Le sang s’apprête à couler à flots !

Comme vous pouvez le voir, le récit de Re:Monster commence à entamer une nouvelle étape de son intrigue. Pourtant, l’intérêt principal de cette épopée repose tout d’abord sur l’évolution de l’univers et ses personnages.

Une évolution prodigieuse

Ce mot est ce qui définit au mieux l’ensemble de la série. Il s’agit de l’élément principal sur lequel repose tout le système régissant cet univers. Cela était déjà bien intégré à travers les deux premiers tomes mais ici, cela prend une toute autre tournure. Tout d’abord, les seuls que l’on voyait évolué depuis le départ étaient les gobelins. Cependant, on assiste dans ces nouveaux chapitres à la transformation des nouveaux alliés d’Ogu-Rô. Cela permet de mieux appréhender la manière dont chaque être progresse dans ce monde régit par la loi du plus fort. De plus, l’évolution qui nous était décrite servait avant tout de solution pour survivre parmi les dangers qui rôdaient sur ces terres. Ce concept de changement s’étend dans ce tome afin d’aller au-delà de son rôle primaire. Subsister est ainsi passer au second plan du fait de la grande puissance acquise par l’entourage de notre anti-héros.

Outre cela, il est plus question d’évoluer pour faciliter la vie en communauté qui se forge doucement. C’est là l’une des premières forces de ce tome qui s’attarde bien plus sur comment organiser un groupe qui ne cesse de croître. L’action est toujours présente mais cette fois, il ne s’agit pas de simples duels. La tribu étant suffisamment forte à présent, elle se doit d’être organisé de manière à ce que tout se passe au mieux. Si Ogu-Rô est le personnage principal ainsi que le narrateur, le protagoniste que l’on voit grandir à chaque page est cette communauté. C’est là où le récit puise toute sa force, car cette évolution a beau s’étaler sur chacun des tomes, on est captivé par celle-ci. Outre notre ogre noir, on veut voir jusqu’où peut aller le potentiel de chacun des membres constituant le groupe. En tant que lecteur, on ressent toujours une joie en voyant le chemin qu’emprunte chaque guerrier même s’il ne s’agit que d’un personnage secondaire. Un récit qui, de par son système ingénieux, arrive à nous faire aimer chacun de ses protagonistes. Le tout formant une société fascinante que l’on désire voir gagner en puissance.

En plus de cet aspect vital à Re:Monster, il existe une autre facette à cette tribu. Il s’agit de la diversité concernant les individus la constituant qui est particulièrement accentué dans ce tome.

Une tribu aux multiples visages

Re-Monster diversité

La tribu accueille des recrues de tout horizon

On avait pu observer au cours de nos deux premières excursions que notre groupe de gobelins s’était agrandit à travers des membres d’autres espèces. Pourtant, cela restait assez minime comparé à ce qui nous est proposé dans ce troisième volume. Il est même difficile à présent de décrire cette tribu comme étant constitué en majorité de gobelins. Cela est dû aux nombreuses recrues qu’Ogu-Rô incorpore dans ses rangs. Cela passe par des elfes, des humains, des kobolds et même des animaux. Cette mixité offre une toute nouvelle vision de cette communauté où les membres doivent apprendre à coexister. De plus, le chef de cette petite armée ne privilégie jamais une race plutôt qu’une autre. Il fait ainsi tout son possible pour que chacun puisse grandir et s’améliorer afin de renforcer le groupe dans sa globalité.

Cela permet de ne pas s’attarder uniquement sur les gobelins, mais aussi sur les autres races. On découvre ainsi le point fort et le caractère de chacun qui sont donc rattachés à un poste qui leur convient. Cet aspect misant sur la diversité est un grand atout pour l’œuvre, car cela permet de traiter de nouveaux sujets. On peut citer les tensions de départ entre les différentes races, l’acceptation de l’autre et l’intérêt de réunir des êtres aux capacités variés afin de créer une union plus forte. Dans un monde où chaque race reste éloigné des autres, notre clan fait office d’ovni. Même le lecteur avait du mal croire qu’il serait possible de réunir autant de gens différents sans que cela n’implose de l’intérieur. Pourtant, Re:Monster nous surprend une fois de plus à travers la cohésion et les liens qui se forment dans cette troupe. Comme à chaque fois, on ne peut s’empêcher de se demander jusqu’où va s’étendre cette force implacable qui absorbe tout sur son passage.

Au final, Re:Monster garde toujours cette identité qui lui est propre tout en y incorporant de nouveaux éléments. Une saga qui évolue tout autant que ses personnages et qui fait preuve de ressources stupéfiantes.

Re:Monster ne cesse de nous étonner

Comme vous l’aurez compris au cours de cette chronique, j’ai été totalement séduit par ce troisième tome de Re:Monster. Toujours aussi efficace dans la mise en place de son univers complexe, ce volume permet d’introduire bon nombre de nouveaux éléments. De ce fait, on prend toujours plaisir à voir la troupe d’Ogu-Rô prendre de plus en plus d’ampleur. Les rangs de son armée ne font que croître tandis que sa renommée commence à s’étendre aux autres races. On ne peut détacher le regard de cet anti-héros qui nous éblouit à travers toute sa puissance. Cette série est loin d’être un simple conte où magie et épée se rencontre. Il s’agit avant tout de la construction d’une communauté atypique où tout repose sur un leader charismatique. L’histoire a beau prendre son temps, cela nous permet de suivre chaque changement qui se déroule dans la tribu avec attention.

Je ne peux que vous recommander cette série qui continue de suivre sa voie avec une force percutante. Ce tome est dans la droite lignée de ses aînés, mais arrive à insuffler une toute nouvelle dimension au récit. En conclusion, cette nouvelle excursion plaira toujours aux amoureux de la série. De plus, si vous êtes un passionné de fantasy ou de jeux vidéo alors Re:Monster est fait pour vous. Cependant, je préfère vous avertir qu’au vu de sa construction et de sa narration, cette œuvre est riche en texte. Malgré tout, on est facilement happé par cette aventure formidable qui propose un changement intéressant au genre. Maintenant, il va falloir de nouveau attendre pour espérer découvrir la suite des aventures de cette communauté envoûtante. Jusqu’à quel point Ogu-Rô et ses alliés vont-ils évoluer ? J’espère en tout cas qu’ils n’ont pas fini de nous surprendre ! Une épopée qui n’a pas encore dévoilé tout son potentiel.

Quel est votre avis concernant ce troisième tome de Re:Monster ? Avez-vous été séduit par la tournure que prend le groupe de notre ogre noir ? 🙂

© Kanekiru Kogitsune &  Kobayakawa Haruyoshi / Alpha Polis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *