Red Dragon 2

Red Dragon tome 2 : la rébellion prend de l’ampleur

La fin du mois de novembre approche à grand pas et pourtant ce mois continue de nous surprendre. En effet, on refait un voyage dans le temps pour voguer de nouveau dans l’Histoire de Chine. Cette expérience est possible grâce à Red Dragon, édité chez Glénat, qui nous revient dans un second tome fascinant. Le combat que mène Liu Bang et Lu Wan redouble d’intensité à travers cette nouvelle excursion qui nous immerge totalement dans le récit. Introduisant toute une gamme de nouveaux personnages, ce deuxième volume s’avère encore plus riche que son prédécesseur. La guerre commence lentement à embraser le pays tout entier tandis que de nouvelles forces se dressent contre les Qin. L’heure est venue de se joindre à la cause de ces hommes pour offrir un nouveau futur à leur pays !

La conquête est en marche

Red Dragon-Xiang Yu

Une force démoniaque habite ce guerrier

Red Dragon, imaginé par Masahiro Ikeno, nous avait laissé alors que Liu Bang venait tout juste de mettre le feu aux poudres. Suite au décès du premier empereur de Qin, les soulèvements n’ont fait que se multiplier aux quatre coins de la Chine. Le vent de la rébellion commence à souffler tandis que les fondations de l’ancienne dynastie se mettent à s’effriter. Alors que nos deux héros viennent tout juste de prendre la ville de Pei, Liu Bang s’empare du titre de “Duc de Pei” et devient un adversaire que les Qin ne peuvent ignorer. Cependant, il n’est pas le seul à mener le combat pour renverser le pouvoir en place. En effet, dans la région de Kuaiji se dresse un homme prêt à marcher sur la voie de la conquête. Il s’agit de Xiang Liang, ancien homme de confiance du préfet, qui a envoyé son neveu occuper le château tout en se débarrassant de la garnison constituée d’un millier d’hommes.

Même si le rapport de force semble totalement déséquilibré, le combat va prendre une tournure inattendue. Le jeune guerrier fait preuve d’une force surhumaine et parvient à éliminer toutes les vagues d’ennemis se dressant face à lui. À travers ce fait d’armes, il offre la victoire à son oncle qui s’établit dans la région. Maintenant que la révolte vient tout juste de débuter, les regards se tournent vers ceux qui pourront faire basculer le pays dans une nouvelle ère de paix. Malgré tout, la dynastie Qin est loin d’avoir perdu toute son influence et sa puissance. Elle continue de faire souffrir le peuple à travers l’eunuque Zhao Gao qui détient la mainmise sur le gouvernement. C’est ainsi que les premières expéditions punitives ont lieu afin de mater les différentes poches de résistance. Liu Bang et ses alliés parviendront-ils à faire face aux dangers qui s’annoncent ? La partie continue tandis que les joueurs se font de plus en plus nombreux.

Le premier élément caractérisant ce tome de Red Dragon est sa volonté de mettre en place de nouveaux protagonistes. On découvre ainsi une pléthore de nouveaux soldats ayant chacun un côté captivant.

Une galerie de personnages légendaires

Si nos deux héros restent les personnages principaux du manga, une grande partie de ce tome nous conte l’aventure d’un autre groupe. Il s’agit bien sûr de Xiang Liang et de son armée qui font forte impression en très peu de temps. On pourrait craindre qu’avec tous ces nouveaux arrivants, le récit s’éparpille un peu dans tous les sens mais c’est tout le contraire. Dans un premier temps, cela nous fait comprendre qu’il n’y a pas que Liu Bang et Lu Wan qui ont joué un rôle crucial durant cette période. Celle-ci a vu naître de nombreuses légendes à propos des hommes qui se sont jetés dans la bataille. L’auteur parvient donc à donner vie à ces héros avec habileté et suffisamment d’impact pour qu’il ne quitte plus notre esprit. En tant que lecteur, on prend plaisir à découvrir toutes ces nouvelles figures historiques qui arrive à nous séduire en seulement quelques pages.

On avait déjà un très bon exemple de personnages charismatiques à travers nos deux comparses. Cependant, Red Dragon arrive à faire encore plus fort. Il suffit simplement de voir l’introduction de ce second volume pour que le souvenir de la puissance de Xiang Yu s’ancre profondément dans notre mémoire. C’est pareil pour le caractère bien trempé de son oncle qui s’avère être un chef à la fois rusé, imposant et prêt à se salir les mains. Dans une époque où les conflits ne cessaient d’éclater, il est normal que de nombreux hommes se soient illustrés. De ce fait, l’œuvre parvient à retranscrire parfaitement l’aura que l’on donne à ces officiers qui ont marqué l’Histoire. À chaque fois que l’on repère un nouveau protagoniste, on a tout de suite envie de se renseigner un peu plus sur l’empreinte qu’il a laissé. Cette lecture, en plus d’être divertissante, apporte une fascination nous poussant à en savoir plus sur cette époque au-delà de ce titre.

Pourtant, il existe un autre aspect de ce volume qui nous accroche littéralement à ce qui se joue devant nos yeux. Il s’agit du combat qui se joue entre la force brute et la stratégie militaire.

Une lutte entre l’esprit et la force

Red Dragon-confrontation

Comment Liu Bang va faire face à cette menace ?

Tout au long de la lecture, on ressent cette dualité. Cette dernière ajoute un grand intérêt à Red Dragon, car elle permet de voir deux points de vues bien différents. D’un côté, il y a Liu Bang qui ne possède pas encore une puissance suffisante et doit donc combler ce manque. Pour cela, il peut compter sur sa ruse mais aussi sur les stratégies de son nouveau conseiller Zhang Liang Zifang. Concernant l’armée de Xiang Liang, celle-ci est totalement à l’opposé de celle du “Duc de Pei”. Même s’il possède lui aussi un stratège lui prodiguant de bons conseils, ce n’est pas ce qui frappe en premier le lecteur. Après la démonstration de force que fait Xiang Yu, on constate l’écart entre ces deux puissances. De ce fait, cette lutte entre ces deux manières de combattre attire notre regard. Notre esprit ne cesse de se poser la question de qui pourrait l’emporter entre ces deux dirigeants. D’ailleurs, ce conflit est palpable à de nombreuses reprises au cours de la lecture.

En effet, cette opposition ne cesse de se jouer en arrière-plan du récit. Elle constitue presque une histoire à part entière. Cela commence avec Xiang Yu qui renverse une troupe de mille soldats de par sa propre force. On est stupéfait et on voit de quoi est capable une armée se reposant grandement sur la puissance de ses généraux. Vient ensuite l’affrontement entre Liu Bang et l’armée principale des Qin. Tout semble être en faveur de l’ennemi de par sa supériorité numérique et ses soldats d’élites. Pourtant, notre groupe arrive à emporter une grande victoire grâce à l’ingéniosité d’un seul homme. L’armée de Xiang Liang se définit par les muscles et la violence. Elle n’hésite nullement à foncer dans la mêlée pour atteindre le chef adverse. Cela entre en totale opposition avec la façon de faire de celle de Liu Bang. Celle-ci va miser avant tout sur la distraction et l’effondrement du moral de l’ennemi. Il y a donc une double lecture qui se fait au cours du récit et qui retient toute notre attention. Un habile travail d’écriture qui ne cesse d’étoffer l’intérêt que l’on porte à l’œuvre.

Au final, ce nouveau tome de Red Dragon s’avère très riche en nouveautés. Il sublime les sujets traités dans le premier volume afin d’offrir un univers toujours plus riche et convaincant.

Red Dragon continue son envol

Ce shônen historique reste un réel coup de cœur. Si le premier voyage offrait des bases solides, cette seconde excursion les renforce tout en développant l’univers se trouvant autour. De plus, le rythme appliqué à l’intrigue n’offre aucun temps mort et l’on reste captivé du début jusqu’à la fin. C’est un pur plaisir que d’observer toutes ces figures historiques façonner leur propre légende. À cela s’ajoutent les nouveaux protagonistes qui marquent le récit tout autant que le spectateur. Red Dragon est entouré d’une aura incroyable qui saisit notre regard et nous pousse à aller jusqu’au bout de la lecture. Le titre est bien plus qu’un simple manga. Il donne vie à une histoire tirant le meilleur des deux genres qui le constitue. À la fois divertissant et instructif, cette fresque historique n’a pas fini de nous étonner.

En conclusion, je ne peux que vous recommander de vous lancer dans l’aventure Red Dragon. Comme je l’ai déjà dit dans ma première chronique, cette série saura plaire aux amoureux de faits historiques ainsi que combler les lecteurs en manque d’action. On s’immerge aisément dans cette œuvre où de nombreux guerriers s’affrontent pour leurs convictions. Ces hommes, disparus depuis fort longtemps, continuent de vivre à travers des titres comme celui-ci et nous donnent envie d’en savoir plus sur cette époque. Le combat de Liu Bang et de Xiang Liang pour renverser la dynastie Qin ne fait que commencer. Quelle sera la prochaine étape de leur révolte ? Les exploits de nos héros ne vont faire que se multiplier dans le futur. Il faudra donc être patient avant de pouvoir découvrir ce que réserve l’avenir à nos chers révolutionnaires.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre avis sur ce second tome de Red Dragon. Qu’attendez-vous pour la suite de cette révolution historique ? 🙂

© Ikeno Masahiro / Kadokawa Shoten

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *