Vega

Carnet de voyage d’un otaku spécial VEGA

On vit vraiment une très bonne période pour l’univers du manga. En effet, 2018 fut l’année où de nombreuses et nouvelles maisons d’édition se sont lancées sur le marché. Parmi elles se trouve VEGA qui a débuté son catalogue avec trois titres que l’on a pu lire récemment. On s’était donc dit que l’on allait faire une chronique afin de parler de ces premiers tomes qui ont tous une force incroyable. Trois œuvres inédites qui affichent chacune un style différent mais marquant. On assiste à un début très prometteur pour cette maison d’édition qui sait comment capter toute notre attention avec sa brochette de seinen. Au programme, une bataille historique ayant détruit toute une jeunesse, une plongée dans un aquarium hors du commun et des leçons de survie. L’heure est venue de reprendre notre expédition à travers ces nouvelles histoires fantastiques !

Peleliu tome 1

Peleliu-VegaOn débute notre tour d’horizon des séries de chez VEGA avec Peleliu. Cet ouvrage est réalisé par Kazuyoshi Takeda avec le concours de M. Masao Hiratsuka et nous plonge en plein été 1944. On découvre alors l’île de Peleliu où l’armée japonaise est stationnée et s’apprête à défendre ce lieu face à l’attaque américaine. Parmi tous ces soldats se trouve Tamaru, un garçon rêvant de devenir mangaka. Malgré le conflit qui s’annonce, celui-ci ne peut s’empêcher de s’extasier devant la beauté d’un tel endroit. Malheureusement, cette terre va très vite se transformer en un enfer sans nom où les bombes ne cessent de pleuvoir. 50 000 militaires s’apprêtent à s’entretuer, japonais et américains, pour pouvoir occuper un aéroport stratégique. Ainsi débute une lutte atroce où les 10 000 soldats du Japon vont devoir résister jusqu’au dernier pour repousser la force ennemie quatre fois plus nombreuses qu’eux. Une île paradisiaque déformée pour devenir un immense charnier où le destin de nombreux hommes va prendre fin.

Voilà un titre qui nous a particulièrement chamboulés. De par ses propos, Peleliu a réussi à nous faire verser notre petite larme à l’attention de tous ces jeunes garçons qui sont partis combattre pour défendre leur patrie. Il ne faut pas se fier aux dessins qui peuvent sembler enfantins. Il s’agit d’un parti-pris qui vient justement s’opposer à la violence de cette guerre et qui nous ouvre les yeux sur l’horreur qui s’est passé. En regardant ses pages, on a presque le sentiment qu’il s’agit d’enfants qui vont se battre et mourir sur cette île. Le titre traite de nombreux sujets propre à ce contexte à cette époque où défendre son pays jusqu’à la mort se confronte à la volonté de certains soldats de vivre et de revoir leur famille. Une chronique déchirante d’un quotidien où la peur et l’horreur du champ de bataille ne laissent que peu de place à la rêverie. C’est justement là qu’intervient le personnage de Tamaru. Ce simple militaire ne rêve que de devenir mangaka. Là où tous les autres voient Peleliu comme un lieu stratégique à défendre, il y voit un sublime paradis. Que ce soit sa nature luxuriante, ses plages magnifiques ou même son ciel étoilé, tous ces éléments apportent une douceur qui contre ce déferlement de haine et de sang. Une oeuvre qui est à la fois une critique sur cette bataille effroyable qu’une ode à la vie. À chaque case, on se rend compte de l’importance de cette existence qui a été donné à chacun. Un magnifique et éprouvant récit que l’on ne peut que recommander.


Survivant tome 1

Survivant-VegaOn continue d’analyser le catalogue de VEGA avec le premier tome de Survivant. Scénarisé par Saito Takao et dessiné par Miyagawa Akira, ce seinen nous fait suivre le jeune Satoru. Alors qu’il était en randonnée en montagne avec ses amis, un évènement inattendu va venir bouleverser sa vie. Pendant qu’il explorait une grotte, un violent séisme a lieu et l’adolescent va se retrouver pris au piège. Complètement perdu et désorienté, il décide de trouver une autre issue. Finalement, il parvient à sortir tant bien que mal de cette caverne, mais le spectacle qui va s’offrir devant lui va le chambouler à jamais. Alors qu’il était en pleine montagne, Satoru se retrouve sur une île perdue entourée par la mer. L’incompréhension et le désespoir s’emparent de lui alors qu’il tente de comprendre ce qui s’est passé. À présent qu’il est seul et livré à lui-même, ce garçon va devoir se retrousser les manches pour espérer survivre. Ce lieu sauvage va devenir son nouveau foyer et il lui faudra s’adapter à ce nouvel environnement pour ne pas connaître un destin funeste.

Parmi les trois titres que l’on a lus, voici peut-être le manga qui nous a paru le plus “classique” dans son récit. Malgré tout, on n’a nullement boudé notre plaisir, loin de là. Ce qui fait la force de Survivant vient de la nécessité d’apprendre et de s’acclimater à ce quotidien difficile. Si Satoru peut sembler être très débrouillard, il subit quand même beaucoup d’épreuves et assimile peu à peu les connaissances nécessaires à force de travail et d’expérience. Ainsi, on l’accompagne autant dans ses moments de doute et de tristesse que dans ces succès. Une puissante empathie se joue entre le lecteur et ce protagoniste et l’on va même jusqu’à partager sa joie lorsqu’il parvient à faire un simple feu. Bien sûr, il y a aussi tout le mystère qui plane sur l’état de ce monde. Cependant, ce qui nous a vraiment conquis est cette volonté de survivre et de tenir malgré l’adversité. Ces terres représentent à présent sa demeure et il lui faut devenir rapidement mature et solide. Il y a donc aussi cette facette qu’il y a de l’enfant qui quitte le cocon familial, mais poussé à l’extrême de par le contexte. On est impatient de voir quels seront les prochains obstacles qui se dresseront sur sa route ainsi que la façon dont il va aborder chaque problème.

En conclusion, Survivant offre une très bonne première approche qui est extrêmement divertissante. Le début de ce qui peut être une formidable et éprouvante quête de survie. Ce monde est à présent le sien et il ne revient qu’à lui de réussir à le dompter.


Deep Sea Aquarium MagMell tome 1

Deep Sea Aquarium Magmell-VegaPour conclure de manière magistrale notre exploration des univers proposé par VEGA, on va s’attarder sur le premier tome de Deep Sea Aquarium MagMell. Imaginé par Kiyomi Sugishita, cette aventure nous plonge au coeur des abysses. On découvre un aquarium hors du commun qui fut construit dans la baie de Tokyo à 200 mètre de profondeur. Ce lieu unique et magique est le seul endroit au monde où il est possible aux gens d’observer de près la faune abyssale. C’est dans ce bâtiment que l’on fait la connaissance de Kôtarô Tenjô. Ayant assisté à l’ouverture de l’aquarium, il fut subjugué par la beauté du spectacle qui s’offrit à lui. Il décida de tout faire pour intégrer l’équipe derrière tout cela et finit par devenir balayeur au Deep Sea Aquarium MagMell. Même si son poste n’a rien de prestigieux, il est heureux de pouvoir admirer chaque jour toutes ces créatures peuplant les fonds marins. Cependant, sa vie va bientôt basculer suite à sa rencontre avec Minato Osezaki, le directeur de l’établissement. C’est un nouveau quotidien enchanteur et magnifique qui attend ce jeune homme timide.

On change totalement de registre avec ce seinen qui apporte une bonne dose de fraîcheur. Ici pas question de violence, de survie ou d’intrigue grandiose. Il est juste question d’être ébahi par ce qui nous est présenté. L’œuvre est tout bonnement spectaculaire sur le plan visuel et possède un aspect très poétique et apaisant. On aborde chaque nouveau chapitre avec des étoiles pleins les yeux au même titre que Kôtarô. L’envie d’en apprendre plus et de s’émerveiller devant chaque nouvelle espèce est palpable et grisante. Si l’on pouvait sembler sceptique au départ de ce que cela pourrait donner sur le long terme, cette première approche et fascinante. Il ne faut que quelques secondes pour se laisser embarquer par la magie de cet aquarium extraordinaire. Une excursion contemplative où une certaine féerie plane dans cette bâtisse presque surréaliste. En plus de la curiosité que la série éveille en nous concernant cet univers aquatique, on a aussi envie de savoir le futur de notre balayeur. On a cette sensation d’être entièrement coupé du monde extérieur et de découvrir un environnement à la fois captivant et bluffant.

Une lecture qui offre un pur moment d’évasion au milieu de tous ces êtres abyssaux. On se laisse porter par ces sublimes visuels qui rendent parfaitement la beauté de ces instants. Une expérience originale et unique qui nous fait rêver et oublier tous nos soucis. Et vous, avez vous été conquis par l’une de ces trois nouvelles sagas ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *