The Empire of Corpses

The Empire of Corpses tome 1 : quand les morts reprennent vie

Quelle joie que de pouvoir se lancer au sein de toutes nouvelles aventures littéraires. À chaque fois, c’est un monde inédit qui s’offre à nous avec tout un tas de péripéties à vivre. Il y a certaines œuvres qui nous font rêver, d’autre qui nous font réfléchir et certaines qui nous divertissent tout simplement. Cette fois, on va s’attarder sur un manga qui a su nous marquer de par les thématiques qu’il traite. Il s’agit du premier tome de The Empire of Corpses, édité chez Pika. On ne savait absolument pas à quoi s’attendre en tournant la première page et force est de constater que l’on a été agréablement surpris. Un récit profond et complexe qui vogue sur un contexte aussi original qu’intéressant. Les prémices d’un voyage à la fois malsain et unique où la frontière entre les morts et les vivants n’a jamais été aussi floue. Sans perdre une minute, il est grand temps d’accompagner ce cher Watson.

L’expérience de Frankenstein

The Empire of Corpses-décision

Un choix qui va dicter toute sa vie.

The Empire of Corpses, scénarisé par Project Itoh, Toh EnJoe’s et dessiné par Tomoyuki Hino nous plonge à la fin du XIXème siècle. C’est à cette période qu’une technologie révolutionnaire fit son apparition et s’étendit sur l’ensemble du globe. Cette dernière permet de réinsuffler la vie aux gens décédés. Un tel miracle fut possible grâce aux travaux d’un homme qui a voulu jouer à Dieu en créant un être humain. Son nom a perduré malgré sa disparition, car il ne s’agit nul autre que du célèbre docteur Frankenstein. À présent, notre regard se porte sur un jeune étudiant en médecine prometteur prénommé John Watson. Accompagné de son fidèle nécromate, l’un de ces pantins que l’on a ramené d’entre les morts, ce garçon est contraint de servir la couronne britannique. Il fut interpellé deux mois plutôt par deux hommes qui lui proposèrent un marché difficile à refuser. Watson fut donc obligé de rejoindre les rangs du service de renseignements Walsingham afin d’éviter les travaux forcés. Aujourd’hui, il se retrouve en Inde à devoir attendre l’un de ses contacts pour une mission de la plus haute importance.

Il va alors se lancer dans une expédition capitale à la recherche d’un homme qui pourrait bien avoir quelque chose de très précieux. Cette cible n’est autre que le grand spécialiste russe des nécromates, Alexeï Karamazov. Ce dernier se serait retranché en Afghanistan avec une armée de ces êtres artificiels. Cependant, le plus important n’est pas ce qu’il compte faire, mais ce qu’il possède. Le véritable objectif de ce travail consiste à s’emparer des fameux écrits du docteur Frankenstein qui serait entre les mains du scientifique. En découvrant cela, John n’hésite pas une seconde car cela représente la chance qu’il a toujours voulue. Trouver ses notes est pour lui l’unique espoir de redonner l’âme et la parole à son ami Vendredi. Après tout, seul ce savant légendaire aurait réussi à créer une créature capable de réfléchir et d’agir par elle-même. L’adolescent va donc devoir s’infiltrer dans ce territoire hostile afin de trouver et de s’emparer de ce savoir. Malheureusement, il se pourrait bien que la vérité soit plus complexe et sombre qu’il n’y paraît.

Ce qui retient tout d’abord notre attention dans The Empire of Corpses est cette société qui vit sur la manipulation des corps. Un contexte loin d’être inintéressant et qui apporte une profondeur incroyable à cette histoire. Ces mort-vivants sont-ils de simples jouets pour l’homme ou bien peuvent-ils avoir un véritable avenir ?

La place de ces cadavres ambulants

Derrière le scénario que l’on savoure au fur et à mesure des chapitres, cette oeuvre nous expose avant tout un monde où les gens ont pu, dans un certain sens, gagner le combat contre la faucheuse. Malgré tout, les nécromates que l’on peut découvrir tout au long de l’aventure ne sont que des morts qui obéissent au doigt et à l’œil de leur maître. Ils ont beau sembler vivant, ils restent totalement amorphes et incapables de penser par eux-mêmes. Alors que l’on voit ce spectacle, un sentiment de malaise s’empare de nous. En effet, ceux qui étaient autrefois des gens ordinaires ne sont plus que de simples outils pour ceux ayant les moyens. Ils deviennent une main-d’œuvre bon marché qui ne se plaint jamais. On ne considère même plus leur humanité et ils vont même être sacrifiés dans les luttes qui peuvent ronger les différents pays. Si l’on se sent mal, c’est qu’il s’agit avant tout d’anciens humains. Leur condition a beau être particulière, il n’en reste pas moins des hommes et des femmes qui ont tous eu un passé, une famille et des amis. Cela va aussi engendrer de multiples problèmes sur l’ensemble de la population.

Après tout, le fait d’avoir des êtres aussi obéissants et qui ne se fatiguent pas est une aubaine pour les entreprises. Ainsi, l’apparition des nécromates a causé la perte de bon nombre d’emplois. Voilà une question qui est aussi d’actualité en vrai avec tout ce qui concerne la robotique et l’intelligence artificielle. Un très bon parallèle qui nous divertit tout en nous faisant prendre conscience du problème. Un autre détail concerne justement ces guerres où l’on oppose ces êtres artificiels. Il ne s’agit plus tant de conflits pour un territoire, mais surtout une manière pour une partie de la population de se divertir au vu de la paix qui ronge ce monde. Telle une représentation théâtrale, les puissants envoient des centaines de cadavres combattre pour leur simple plaisir. On est donc très touché par ce terrible destin qui attend ces individus qui n’ont absolument aucun droit. Une avancée technologique qui n’apporte pas que du bon et qui nous fait réfléchir sur le fait d’être humain.

En plus de traiter de manière très habile la situation de ces corps sans vie dans la société, il y a un autre point fort. La cohabitation entre les humains et les nécromates nous fait cogiter sur de nombreuses questions concernant la vie et la mort. Cela ne va-t-il pas à l’encontre même de l’existence que de ramener ces individus même si cela n’est que de manière artificielle ?

Une intense réflexion sur la vie et la mort

The Empire of Corpses-Watson

Watson ne plaisante pas.

Outre le fait que ce contexte nous fasse réfléchir sur la place de ces coquilles vides, le titre pousse encore plus loin la réflexion. En effet, si l’on prend l’exemple de la robotique, il s’agit avant tout de quelque chose créé par l’homme. Ici, il y a cet aspect fabrication, mais aussi organique. Cela s’explique par l’origine de ces corps qui sont constitués à partir de cadavres. Il y a donc cet aspect assez effroyable que l’on joue avec la vie de ceux qui ont péri. Au lieu de les laisser reposer en paix, la majorité des gens décident de briser leur sommeil éternel. Les vivants ont ainsi le contrôle quasi-total sur la mort. Un moyen de détruire ce cycle naturel et qui nous pousse à nous demander si tout cela est juste. Il est sûr que s’il existait une telle technologie, on serait presque tenté de l’utiliser. D’ailleurs, on peut tout à fait comprendre les intentions de certaines personnes comme Watson qui cherche à ressusciter un proche disparu. Pourtant, un doute subsiste dans notre esprit qui ne nous lâche à aucun moment.

C’est ce ressentiment et ce côté un peu écœurant qui apporte une immersion encore plus grande au sein de cette oeuvre. Tout est là pour bouleverser notre vision sur ces pratiques assez rebutantes, mais qui en même temps sont compréhensibles. Par exemple, quand on voit les raisons qui poussent Watson à entreprendre ce voyage, on éprouve une certaine empathie à son égard. Le lien qui l’unit à son ami est si palpable que cela nous touche profondément. En constatant cela, on a envie qu’il parvienne à accomplir ce miracle même si cela va à l’encontre même des lois naturelles. The Empire of Corpses est donc un manga qui parvient à jouer avec nous pour nous faire hésiter quant à la marche à suivre. Un conflit qui se propage dans notre esprit et ne fait que rendre cette lecture plus savoureuse et palpitante. Une aventure qui mène à un questionnement important nourrissant l’intérêt du lecteur concernant l’évolution des personnages, du contexte et de l’intrigue.

Au final, The Empire of Corpses parvient à mettre en place une intrigue captivante porté par des sujets importants et prenants. On se retrouve tiraillé par cette lutte qui oppose ces deux faces d’une même pièce. Un excellent moyen d’immerger le lecteur tout en l’impliquant dans ce récit par ces nombreuses interrogations. Un seinen particulièrement efficace.

The Empire of Corpses réussit son expérience

The Empire of Corpses fut vraiment une expérience marquante. Ce premier tome pose les bases d’un univers incroyable et traitant de sujets à la fois sérieux, actuels et fascinants. Outre cela, l’histoire est aussi très plaisante à suivre, notamment aux niveaux des révélations qui nous sont déjà proposés. Un seinen qui donne naissance à une atmosphère unique et assez déroutante que ce soit par ses protagonistes, ses pantins ou même ses environnements. D’ailleurs, les dessins sont soignés et parviennent à combiner ce côté réaliste dans les propos à certains éléments plus fantastiques. On peut le dire haut et fort, cette première immersion fut plein de surprise et a su nous emballer du début jusqu’à la fin. Une licence qui arrive à nous emprisonner pleinement dans son scénario et qui continue de nous imprégner même après que l’on ait tourné la dernière page.

On recommande donc grandement cette lecture qui tient toutes ses promesses en posant des fondations solides. Si vous aimez les titres profonds mettant en avant des thématiques cruciales alors The Empire of Corpses saura répondre à vos attentes. De plus, cette série ne fait que trois volumes et permet donc au scénario de ne pas  trop s’étaler dans le temps. Cela promet donc un rythme assez soutenu en ce qui concerne la narration et l’évolution de l’intrigue. Watson parviendra-t-il à venir en aide à Vendredi ? Quelles sont les recherches menés par Alexeï Karamazov ? Quel est le secret derrière les notes du docteur Frankenstein ? Tant de questions qui nourrissent notre curiosité et ne font que donner encore plus de richesse à cette saga. On est impatient de connaître la suite des péripéties de notre étudiant en médecine et jusqu’où ses pas vont le conduire.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre avis et votre ressenti concernant ce premier tome de The Empire of Corpses. Avez-vous été touché par les messages véhiculés ? Qu’attendez-vous pour la suite des aventures de Watson ? Que pensez-vous de ces êtres revenus à la vie ? On serait ravie d’en discuter avec vous. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *