Friends Games

Friends Games : un jeu qui brise de nombreuses amitiés

Au travers de nos chroniques, on a déjà eu de multiples occasions de traiter de différents mangas se basant sur des jeux sordides. Voilà un style que l’on apprécie beaucoup et qui a toujours su grandement nous divertir. Cependant, l’un de ceux qui nous a le plus marqué et que l’on suit ardemment ne met nullement des vies en jeu. Celui-ci n’est autre que Friends Games, édité chez Soleil Manga, et qui apporte une toute nouvelle vision de ce que peut être l’horreur de participer à ce genre de parties. Comme le dit si bien son nom, les épreuves que l’on va observer ont pour unique but de tester l’amitié qui lie les participants. Le piège qui se referme alors sur nos héros parvient à nous tenir en haleine à chacun des tomes de par leur aspect stratégique et complètement tordu ainsi que le développement du personnage central. Un titre qui joue à merveille sur le bluff, la trahison et la manipulation. Une licence aux nombreuses qualités et que l’on a décidé de traiter aujourd’hui. La confiance est une chose bien fragile et le spectacle auquel on va assister va prendre plaisir à s’amuser avec elle.

Une question d’argent

Friends Games-Manabu

La gentille mascotte !

Friends Games, scénarisé par Yamaguchi Mikoto et dessiné par Sato Yuki, nous fait faire la connaissance de Yuuchi Katagiri. Ce lycéen en deuxième année vit une vie paisible entourée de ses amis Makoto Shibe, Shiho Sawaragi, Tenji Mikasa et Yutori Kokonogi. Une existence joyeuse et plaisante pour ce garçon qui s’avère aussi être un très gros travailleur étant donné qu’il doit subvenir à ses besoins, n’ayant plus de famille. Cependant, ce quotidien tout à fait banal s’apprête à être chamboulé pour toujours. Tout commence par une simple collecte de fonds au sein de leur classe afin de préparer un voyage scolaire. Grâce aux efforts de Yuuchi et de ses camarades, la somme amassée se monte à 20 millions de yens. C’est alors qu’un beau matin, leur professeur leur annonce que cette cagnotte a disparu et que le coupable de ce vol pourrait bien être l’un des élèves présents dans cette salle. L’ambiance devient alors pesante tandis que les soupçons ne cessent de grandir à l’égard de chaque étudiant. Tout le monde se met à chercher une raison ou une motivation ayant poussé quelqu’un à commettre ce crime afin de pouvoir désigner un bouc émissaire.

Notre héros et ses amis ne font pas exception à la règle et sont même pointés du doigt pour certains. Le soir venu, alors qu’ils tentent toujours de deviner celui qui a bien pu faire ça, notre groupe de cinq va se faire agresser par un inconnu. Katagiri se réveille bien plus tard aux côtés de ses compagnons dans une pièce totalement fermée. Perdu et complètement déboussolé, la peur commence à s’emparer peu à peu d’eux, ignorant pourquoi ils se retrouvent dans cette situation. C’est finalement l’apparition d’une mascotte se prénommant Manabu qui va éclairer nos prisonniers sur leur sort. Cette peluche leur indique qu’ils sont tous endettés et que pour régler leur problème d’argent, il va leur falloir participer à une suite de jeux. A la fin de chaque partie, il sera possible pour le gagnant de remporter une coquette somme. Si l’offre semble alléchante, celle-ci n’est pas sans contrepartie. Ainsi débute le jeu de l’amitié où les mensonges seront révélés au grand jour et où la confiance peut céder à tout instant. Le début d’un enfer qui révélera de terribles mascarades et de déchirantes trahisons.

Ce qui fait une grande partie de l’intérêt que l’on porte à Friends Games concerne le personnage central de ce récit. Cet adolescent qui semble tout à fait normal va, à travers ces parties, faire tomber le masque et dévoiler son vrai visage. L’étudiant lambda laisse alors place à un monstre de stratégie et qui sait toujours comment mener les autres par le bout du nez. Un protagoniste qui nous éblouit de par sa vivacité d’esprit et la facilité avec laquelle il parvient à mener ses coups de bluff.

Le plus grand manipulateur

Il y a des protagonistes qui nous marquent à jamais de par la manière qu’ils ont de jouer avec nous et de cacher leur véritable personnalité. C’est exactement le cas ici, car tout est bien organisé pour laisser planer le doute quant à ce jeune homme. D’ailleurs, il va être difficile d’en parler sans dévoiler certains éléments du scénario même si on va faire notre maximum pour éviter les spoils. Au départ, Yuuchi est décrit comme un adolescent tout à fait normal ayant ses propres problèmes à résoudre. Pourtant, il y a quelque chose concernant son passé et son attitude qui fait naître une petite méfiance dans l’esprit du lecteur. Alors que les pages défilent, on finit par se dire qu’il ne s’agissait que d’un sentiment fugace au vu de son désir d’être solidaire avec les autres. C’est là que cette saga et son auteur présentent un fabuleux tour qui choque et stupéfait l’ensemble de l’assistance. Tout autant que les autres joueurs, on s’est lentement fait piéger par la toile qui fut tissée tout au long de cette introduction. C’est au moment où la tension est à son paroxysme que ce garçon va alors cesser de faire bonne figure.

Son sourire attendrissant et ses gestes bienveillants disparaissent laissant derrière eux un être calculateur et affichant un regard presque sadique en voyant les autres s’enfoncer dans les ténèbres de ces jeux où l’argent décide de tout. On est littéralement bluffé et en même temps fasciné par ce changement de personnalité qui va influencer l’ensemble du récit. En le voyant, on comprend qu’il n’est plus question de piéger de simples étudiants dans une partie où seule l’amitié peut être brisée. Ce changement va entraîner le lecteur et l’ensemble de nos protagonistes à la poursuite d’un objectif bien plus grand et qui sera jonché d’épreuves toutes plus tordues les unes que les autres. Ce génie de l’arnaque et de la manipulation s’inscrit alors comme un anti-héros efficace, inoubliable et qui nous régale de par ses stratagèmes incroyables. Une œuvre qui est telle une partie d’échecs où chaque mouvement n’est pas anodin et où tout peut se décider dès les premières minutes. Une compétition exaltante qui le devient encore plus lorsque ce Yuuchi décide de passer aux choses sérieuses.

Outre ce point, Friends Games ne serait pas ce qu’il est sans les parties endiablées qui ponctuent notre périple. L’organisation qui se trouve derrière tout ce manège s’avère particulièrement imaginatif en pensant aux obstacles qu’ils vont mettre devant ces pauvres participants. Des épreuves qui ne se règlent pas par la force des muscles, mais par l’intelligence de chacun. Un florilège de duels qui illumine notre regard de par leur intensité et les plans menés par chaque opposant.

Des épreuves prenantes

Friends Games-Yuuchi

Il n’est pas très rassurant.

Manabu et ceux qui se cachent derrière lui font preuve d’une créativité débordante lorsqu’il s’agit d’organiser des tests envers leurs participants. C’est l’un des gros atouts de ce manga, car à chaque fois il y a un renouveau entre les différentes épreuves. Sans compter que l’on est ébahi devant l’ingéniosité qu’il a fallu pour imaginer ces compétitions où tout est une question de psychologie. On reste scotché devant ces objectifs à réaliser qui ont peut-être l’air de rien vu de l’extérieur, mais qui s’avère être de véritables calvaires à réaliser. En effet, chaque épreuve laisse penser qu’il suffit juste d’un peu de détermination et de courage pour en venir à bout. Malgré cela, il y a un immense facteur à prendre en compte et qui transforme ces missions en terribles conflits. Il s’agit de l’aspect humain qui est toujours au centre de toutes ces querelles. Le but de ces tests n’est pas tant de faire miroiter de l’argent aux participants que de montrer ce que l’homme est capable de faire pour sa propre avarice. Manabu, à travers ses pitreries, nous propose une fenêtre ouverte sur ce que le coeur et l’esprit peuvent engendrer comme comportement chez ces compétiteurs.

Tout est organisé de manière à ce que chaque épreuve pousse les gens à se mettre des bâtons dans les roues. Cela peut concerner la divulgation d’un secret qu’une personne ne souhaite pas voir être dévoilé, l’appât du gain tout simplement ou même parfois le désir de tourmenter les autres joueurs. Chaque profil est différent et amène un vent de fraîcheur constant à cette série qui met en scène des confrontations qui, encore aujourd’hui, reste gravé dans notre mémoire. Derrière la simplicité de chaque jeu se dissimule un dédale où nos héros se retrouvent isolés et doivent redoubler de vigilance et de coups fourrés pour espérer sortir vainqueur. C’est dans ces moments que la tension devient palpable et elle ne cesse de grandir au fur et à mesure que l’on avance dans cette gigantesque partie. Tout n’es plus qu’une question de faux-semblant, d’amitié et d’alliance éphémère et de coups de poignard dans le dos. Tout cela implique chez le lecteur une volonté de connaître et de déceler qui arrivera à sortir du lot et par quel moyen. On observe cela en tant que simple spectateur et on ne peut qu’être captivé devant l’ingéniosité et la fourberie de certains.

Friends Games fait partie de ces séries qui parviennent à retenir le lecteur en haleine même après de nombreux tomes. Chaque nouveau défi auquel on assiste est une nouvelle raison de s’extasier et de trépigner d’impatience en imaginant ce que notre menteur de talent compte faire. Un manga qui ne perd nullement de sa superbe et qui continue de nous prendre aux tripes tout au long de cette quête qui dicte la conduite de notre anti-héros.

Friends Games sait comment s’attirer notre amitié

Alors qu’il en est maintenant à son dixième tome, Friends Games n’a absolument rien perdu de sa force. Si l’on aurait pu croire que l’histoire puisse tourner en rond, cela n’est pas du tout le cas. On éprouve toujours autant de passion, de joie et de plaisir de voir Yuuchi se démener pour être le grand gagnant. On ne s’ennuie jamais et le temps semble passer à une vitesse folle alors que l’on se plonge dans ce récit à la fois sombre et épique. Un titre qui montre que des affrontements psychologiques bien orchestrés peuvent dégager autant d’intensité que le plus grand des combats. Telle une partie de poker, les concurrents se rassemblent autour de cette table où il est possible de gagner un sacré pactole. Malheureusement, il ne peut n’y avoir qu’une poignée d’élus qui puissent atteindre la grande finale. Tous les coups sont donc permis pour avoir une part du gâteau et cela peut autant révéler le meilleur que le pire chez chacun. Une fantastique aventure littéraire qui sait comment retenir notre intérêt.

Voilà sûrement l’une des licences que l’on suit avec toujours autant d’impatience et qui a réussi à apporter une expérience à la fois pertinente, efficace et surtout palpitante. Que vous aimiez les mangas sur le jeu ou que vous souhaitiez assister à des duels épiques où la ruse est la clé de la réussite, alors Friends Games répondra pleinement à vos attentes. Une oeuvre qui vaut le coup d’œil et qui pourrait bien en surprendre plus d’un à travers l’évolution de ses personnages ainsi que l’excitation que l’on ressent à chaque nouvelle partie. A présent que notre dixième excursion dans cet univers est fini, il nous tarde de pouvoir mettre les mains sur la suite. Yuuchi va-t-il trouver des alliés de confiance ou bien continuera-t-il à se servir des autres ? Difficile de répondre à cette question, mais il est clair que cet adolescent a encore de beaux tours en réserve.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre opinion concernant l’ensemble de la licence Friends Games ainsi que votre ressenti sur celle-ci. Êtes-vous toujours autant convaincu par le déroulement de ces parties ? Pensez-vous que notre manipulateur réussira à atteindre son but ? Croyez-vous qu’il trouvera un adversaire à sa taille ? On est impatient de pouvoir discuter de cette série avec vous et on espère que cette chronique vous aura donné envie de la découvrir. 🙂

© Yamaguchi Mikoto & Sato Yuki / Kodansha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *