Ragnafall

Ragnafall tome 1 : la ballade des deux guerriers

Après vous avoir parlé cette semaine d’une première partie de la collection Kurotsume, on va aujourd’hui s’attarder sur l’autre titre qui a inauguré cette partie du catalogue de Kurokawa. On parle bien sûr de Ragnafall qui, contrairement à Imperium Circus, affiche un contexte un peu plus classique, mais qui n’en reste pas moins très intéressant à découvrir. En effet, affichant d’autres qualités pertinentes, ce titre a su nous proposer un voyage vraiment palpitant. A travers son duo efficace, drôle et touchant et surtout un univers éblouissant, ce conte est parvenu à nous offrir une seconde belle surprise. Comme précédemment, on ne savait pas encore à quoi s’attendre et c’est la curiosité qui a pu nous faire vivre un moment de pur magie. Une expédition qui nous plonge dans une contrée glaciale et pourtant si attirante. Un voyage dépaysant qui affiche de multiples qualités que l’on avait envie de mettre en avant à travers ces quelques lignes. On espère donc que vous êtes prêts à braver le froid mordant de ces contrées pour assister aux prémices d’une épopée prometteuse.

Bienvenu à l’ère des vikings

Ragnafall-duo

Un tandem hilarant.

Ragnafall, scénarisé par Marujirushi et dessiné par Shizuha, nous plonge dans un monde fantastique et plus précisément dans la petite ville de Lynir. Cette dernière s’avère être en effervescence, car elle accueille un événement majeur de Midgard. Il s’agit du Sommer Solstice, une fête sacrée permettant à tous de profiter d’un bon moment et surtout à ceux qui sont choisis pour l’organiser de montrer de quoi ils sont capables. C’est donc une occasion en or pour ces habitants qui font tout leur possible pour que rien ne vienne entacher les préparatifs. Parmi cette population se trouvent deux individus qui s’apprêtent à vivre une journée mouvementée. Répondant au nom d’Adalrik et d’Hammer, ces deux jeunes hommes sont apprentis forgerons. Malheureusement pour eux, ils sont incapables de se supporter et cela joue énormément sur la qualité de leur travail. Malgré les colères de leur mentor et ses discours sur l’entente et l’importance de leur tâche, ce duo ne semble pas réussir à enterrer la hache de guerre. Leurs querelles va alors prendre une toute autre ampleur quand, suite à une dispute lors d’une de leur tâche, ils brisent le minerald qui était façonné par Astrid. Un véritable drame pour cette demoiselle qui avait eu le grand honneur d’être choisi pour ce devoir vital à la bonne marche de la fête.

Désespérée et déchirée par cet accident, la jeune femme verse toutes les larmes de son corps. Devant leur maladresse, les deux forgerons se sentent coupables et ce n’est pas le courroux de leur maître qui va atténuer ce sentiment. Afin de corriger leur faute, ils s’apprêtent donc à partir pour une expédition assez risquée afin de trouver un autre minerald. Ils vont devoir alors apprendre à s’entraider et à cesser leurs chamailleries pour espérer accomplir cette tâche urgente. Il faut dire qu’en plus de l’importance de cette quête, le temps leur est compté du fait que la fête se rapproche à grand pas. Ils ne doivent pas perdre une minute et ils sont bien décidés à faire de nouveau sourire Astrid. Cependant, il se pourrait bien que ce problème devienne le cadet de leurs soucis alors qu’une ombre menaçante se rapproche de leur foyer. Un vent néfaste s’apprête à souffler sur cette terre et à détruire le quotidien paisible de ces habitants qui ne se doutent de rien. La joie et la clameur qui résonnent au coeur de ces ruelles pourraient très vite se transformer en d’effroyables cris et appels de détresse.

Ce qui fait une grande partie de la puissance et de l’intérêt de Ragnafall est l’attrait que l’on a pour ce duo et l’environnement qui les entoure. Encore une fois, on se retrouve propulsé dans des contrées qui attirent notre regard et qui nous offrent une véritable bouffée d’air frais. Une lecture qui maîtrise les codes du genre tout en les appliquant à sa propre vision des choses et c’est ce qui fait que l’on a autant de facilité à accrocher à ce scénario. On assiste à la mise en pot de plusieurs graines qui n’attendent plus qu’à grandir et s’épanouir pour nous en mettre plein les yeux.

Une recette qui fonctionne

Si l’on devait citer les points forts de ce premier volume de Ragnafall, il y aurait deux aspects qui nous viendraient tout de suite en tête. Tout d’abord, on a été fasciné par le tableau sur lequel se dessine cette épopée. En effet, l’univers établi possède cette petite étincelle qui fait que l’on est immergé dans ce que l’on peut y découvrir. Que ce soit la mythologie, la culture de cette ville, les habitants qui y vivent, et même la faune que l’on rencontre, on est complètement dépaysé par le spectacle que l’on admire. Si l’on ressent, bien évidemment, une profonde inspiration de tout ce qui touche aux vikings et au folklore nordique, on arrive tout de même à se dissocier de cela pour avoir la sensation que le manga possède son propre lore. De cette manière, on avance dans ce conte en restant émerveillé de par tous les éléments que l’on peut contempler. D’ailleurs, chacune de ces briques servant à construire les fondations de cette oeuvre sont aussi pertinentes et importantes pour nous de par les questions que l’on peut se poser. Il n’y a qu’à voir les querelles dont on peut être témoin concernant les adeptes de différentes divinités pour avoir envie d’en apprendre plus sur ce panthéon et son influence sur toutes ces âmes.

L’autre atout de Ragnafall vient du tandem formé par Adalrik et Hammer. Le premier point que l’on peut relever concernant ces deux acteurs vient de l’humour qui découle de chacune de leurs actions. On ne cesse de rire devant les petites piques qu’ils se lancent sans cesse. Pourtant, il serait dommage de cantonner ces deux héros par leur comportement délirant. En effet, au fil des pages, on se rend compte que chacun affiche ses propres motivations. Que cela soit par leurs croyances, leurs rêves ou bien leurs aptitudes, ils parviennent à marquer le regard du lecteur que l’on est. On se met alors à se poser de nombreuses questions à leur sujet et c’est ce qui fait l’intérêt d’un personnage au départ d’une oeuvre. On les voit évoluer, mais on a aussi envie de mieux les cerner afin de comprendre leurs intentions et aussi de mieux apprécier leur compagnie. D’ailleurs, si on sent constamment leur hostilité l’un à l’égard de l’autre, cela n’empêche pas de constater que leur relation ne s’arrête pas à ce simple état de fait. On peut alors ressentir tout le potentiel de leur travail d’équipe et ce qu’ils peuvent s’apporter mutuellement. La naissance d’un duo pouvant devenir mythique.

Dire que l’on a apprécié notre voyage au sein des pages de Ragnafall serait trop faible. Tout comme l’autre titre de cette collection, on a eu ce mélange parfait entre la surprise et l’émerveillement. Une épopée qui peut sembler démarrer de manière classique, mais dont le cadre et les multiples routes qui se profilent au loin suffisent amplement à satisfaire notre besoin d’évasion. Un premier tome qui remplit à merveille son rôle et qui a tout compris de comment divertir et amuser son lectorat.

Ragnafall nous livre un beau combat

Ragnafall-combat

De la tension dans l’air.

On dirait bien que l’on tient là une collection à l’immense potentiel avec KuroTsume. Le plaisir que l’on a ressenti avec Imperium Circus est le même qu’en ayant lu Ragnafall. Ce premier tome nous a fait oublié tout le reste pour ne nous concentrer que sur le récit de ces deux hommes. Une formidable prouesse qui a su aller bien plus loin que toutes les attentes que l’on pouvait avoir. On a devant nous un manga qui affiche clairement son identité et qui ne cesse de mettre en place des idées bien pensées et qui s’inscrivent habilement dans ce contexte nordique. D’ailleurs, c’est l’une des principales forces que l’on peut reconnaître aux deux œuvres de cette nouvelle partie du catalogue de l’éditeur. Elles arrivent à donner vie à des mondes dont on n’a aucune envie de partir. Notre désir d’en savoir plus est bien plus fort et cela rend la fin de ce volume encore plus frustrante étant donné que l’on ne peut se jeter sur la suite. Outre cela, l’action et l’humour qui sont présents au sein de ces pages suffisent amplement à nous faire vivre une expérience à la fois plaisante et divertissante. Des premiers pas qui suscitent la curiosité du lecteur et montre aussi toute l’imagination des gens se trouvant derrière cet ouvrage.

Ragnafall est une expérience littéraire que l’on recommande chaudement de par tout ce que cette introduction parvient à nous raconter. Si vous aimez les récits d’aventures avec un contexte original et captivant alors ce titre saura vous laisser un excellent souvenir. En plus de cela, on tient encore à souligner à quel point toutes les petites descriptions que l’on peut avoir au cours de notre périple sont utiles et permettent de s’imprégner toujours plus de la richesse de Midgar. Un formidable travail du scénariste qui nous délivre ici une histoire qui réussit à nous tenir en haleine et à nous surprendre plus d’une fois. A cela s’ajoute aussi la très bonne direction artistique de l’œuvre qui colle parfaitement à l’univers traité et qui souligne aussi avec efficacité toute la violence des confrontations qui jonchent notre parcours. Comme à notre habitude, on quitte cette lecture avec tout un tas de questions en tête. Quelle est l’origine de la menace qui plane sur Lynir ? Nos deux amis sont-ils sur le point de débuter une quête bien plus longue qu’ils ne l’avaient imaginé ? Quelle tournure va prendre le Sommer Solstice ? Il va falloir être patient pour connaître la réponse à ces interrogations.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti sur ce premier volume de Ragnafall. Avez-vous été séduit par l’univers proposé ? Trouvez-vous qu’il y a suffisamment de matières pour que l’aventure dure dans le temps ? Qu’avez-vous pensé de notre tandem particulièrement bruyant ? Croyez-vous que les prochaines épreuves permettront à ces deux-là de s’entendre un peu mieux ? Qu’attendez-vous pour la suite ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger et discuter autour de ce sujet. 🙂

© MARUJIRUSHI & KTA / KuroTsume / Kurokawa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *