La Petite faiseuse de livres---Ascendance-of-a-Bookworm

La petite faiseuse de livres tome 1 : mon monde pour un livre

Pour continuer notre semaine d’exploration au sein de tous les œuvres que l’on a pu lire récemment, on a décidé que l’on poserait nos bagages dans un monde bien singulier. Il est connu que le genre isekai a été la source d’un nombre incalculable de titres et continue encore de nous offrir des surprises. Cependant, il arrive parfois que l’on tombe sur une lecture qui parvient à traiter d’un concept déjà vu maintes fois d’une façon tout à fait singulière. C’est le cas pour La petite faiseuse de livres dont le premier tome vient tout juste d’arriver chez Ototo. Pour certains, le titre est loin d’être inconnu étant donné que l’on a déjà pu découvrir l’adaptation en anime sur Crunchyroll. Même si l’on n’a pas eu l’occasion de nous pencher sur cette version, on s’est dit que l’arrivée du manga serait parfait pour nous lancer à la conquête de cet univers. Suite à ce premier contact, on peut clairement dire que la surprise fut grande au vu de la profondeur de ce récit et surtout de la vision que l’on a de ce second monde qui va ressembler à un véritable cauchemar aux yeux de notre héroïne. On espère donc que vous êtes prêts pour un voyage où lire n’est réservé qu’à une élite.

Une réincarnation terrifiante

La Petite faiseuse de livres-réveil

Un réveil bien difficile.

 La petite faiseuse de livres, scénarisé par Miya Kazuki et dessiné par Suzuka, nous permet de faire la rencontre d’Urano Motosu, une femme ayant dédié sa vie à la lecture de tous les ouvrages qui lui tombait sous la main. Peu importe le sujet, elle dévorait chacun de ces livres et a pu accumuler de multiples connaissances au fil des années. Malheureusement, un tragique incident va venir mettre fin à son existence. Ce fut finalement sa passion qui finit par venir à bout de son existence. Cependant, cela ne signifiait pas qu’elle en avait terminé avec la vie. Bien au contraire, par un étrange phénomène elle se réveilla dans un lieu qui lui était inconnu. Le plus étrange était surtout qu’elle n’était pas dans son corps, mais dans celui d’une petite fille prénommée Maïn. Paniquée en comprenant qu’elle s’était réincarnée, elle désirait absolument pouvoir mettre la main sur l’un de ces précieux trésors. Malheureusement pour elle, la petite demoiselle ne trouva absolument aucune source de lectures à se mettre sous la dent.

C’est au contact de sa nouvelle famille qu’elle va apprendre la terrible vérité. Cet univers parallèle est bien loin de permettre aux personnes moins fortunées d’avoir accès à ces récits. Une mine de connaissance réservée à une élite ce qui est loin d’être le cas de cette fille qui va devoir absolument trouver un moyen pour assouvir son besoin de lectures. Pour elle qui a toujours eu accès à ses précieux ouvrages, ce monde s’est transformé en un véritable cauchemar. Malgré tout, Maïn ne se décourage pas et est même prête à se retrousser les manches pour accomplir son rêve. Elle va cependant se rendre compte que le manque de ressources n’est pas le seul problème qui va se dresser sur sa route. Avec un corps aussi fébrile que le sien, chaque tâche est une corvée et elle va devoir redoubler de courage pour pouvoir espérer obtenir le résultat qu’elle escompte. C’est ainsi qu’Urano va se lancer dans sa propre fabrication de livres. Ses connaissances ne seront pas de trop pour lui permettre de réaliser un tel exploit avec le peu de choses qu’elle a sous la main. Heureusement, elle va pouvoir compter sur le soutien de son nouveau foyer.

En réalité, il serait dommage de qualifier La petite faiseuse de livres de simple isekai. Bien au contraire, le principe de réincarnation dans un autre monde prend ici un tout autre sens. Vu plus comme une contrainte que comme une possible seconde vie, ce changement va nous être montré sous un autre jour particulièrement fascinant à suivre. On se retrouve alors emporté dans une spirale infernale au côté de notre chère demoiselle qui se voit obligée de se retrousser les manches pour obtenir l’objet de toutes ses convoitises.

Apprendre et s’adapter

Lorsque l’on s’est lancé dans La petite faiseuse de livres, on se demandait ce qui allait bien pouvoir nous attendre et surtout ce qu’allait pouvoir donner l’histoire à travers ces cases. C’est alors que notre regard s’est perdu au sein de cet univers qui nous a profondément marqués de par tout ce qu’il représente pour Urano. Alors que cette demoiselle ne souhaitait que vivre entourée des objets qu’elle adorait, la voilà propulsée dans un monde où sa passion se retrouve totalement bridée. En plus de cela, elle est réincarnée dans le corps d’une petite fille dont la frêle constitution n’arrange rien à ses affaires. On sent alors pleinement le mal-être de notre héroïne ce qui tranche totalement avec la majorité des isekai. On est témoin de son refus d’être ici et de l’horreur que cela est de ne pas pouvoir trouver le moindre bout de papier à lire. De ce fait, le travail fait au niveau de notre protagoniste est absolument formidable de par cette souffrance qu’elle ressent et qui est retranscrite habilement par le dessin. Même si cela peut sembler déroutant de la voir se morfondre autant pour de simples livres, ce titre met avant tout en lumière le fait de ne pas pouvoir vivre en compagnie de ce qui peut faire battre notre coeur et permettre à chacun de se relâcher.

En réalité, l’accès à sa passion est possible, mais il est bien loin d’être facile à trouver de par le statut de sa nouvelle famille. Il est donc autant question ici de la séparation entre richesse et pauvreté et ce que cela implique concernant son quotidien en cet univers qui lui est inconnu. On assiste donc avec intérêt à sa volonté d’apprendre afin de pouvoir avoir les outils nécessaires à la concrétisation de son rêve. Malgré sa santé fragile, les soucis d’argents de ses proches ou le manque d’informations, Urano ne baisse à aucun moment les bras. Le lecteur ne peut rester de marbre devant le courage de cette petite fille qui, même si elle est incomprise par la plupart de son entourage, continue de se battre pour son rêve. On observe en silence ses efforts pour s’adapter à cette vie et à toutes les épreuves qu’elle doit surmonter. C’est d’ailleurs au coeur de cette tourmente et des défis qui se dressent sur sa route que l’on perçoit toute la puissance des liens qui se forgent au sein de ce foyer. Une famille qui, même si elle n’a pas forcément les moyens, fait de son mieux pour que chacun ne manque de rien. Une douceur qui vient briser la rudesse de ces terres où chaque sou compte et où un simple livre devient un véritable trésor. Ainsi, l’auteur parvient à nous transmettre la quête de son personnage central et à nous donner envie de l’encourager et de partager cet objectif avec elle.

La petite faiseuse de livres est un titre qui nous aura subjugué, mais pas pour les raisons que l’on attendait. Si l’on a clairement pas été déçu par cette lecture qui nous a fait vivre une introduction captivante, on ignorait totalement à quel point cet univers allait pouvoir nous parler. Un monde pouvant sembler fantastique, mais qui n’en est pas moins emplie d’une profonde réalité parfois difficile à observer. On se met alors à vouloir encourager de toutes nos forces cette jeune demoiselle qui ne cherche juste qu’à avoir accès à un peu de lectures. Un récit qui parvient à mêler émotions, tendresse et détermination au sein d’un seul personnage.

La petite faiseuse de livres nous fait rêver

La Petite faiseuse de livres-monde

Un monde aussi beau que triste.

On ne se lasse jamais de découvrir de nouvelles histoires. C’est avec toujours autant de magie que l’on ouvre un manga pour se plonger pleinement dans le récit qui nous est conté. Parfois, le voyage est calme ou bien particulièrement mouvementé. Cependant, il y a toujours quelque chose qui retient notre attention et fait que l’on prend un plaisir monstre à parcourir ces pages. Chez La petite faiseuse de livres, cet élément qui a totalement su nous prendre au dépourvu et la volonté de cette héroïne qui illumine notre regard et nous pousse à vouloir la soutenir de toutes nos forces. Si elle peut sembler agaçante au premier abord, elle représente juste une personne qui ne vit que pour sa passion et qui se retrouve totalement démunie le jour où on lui enlève. De par la justesse de ses propos, la tendresse qui se dégage de la majorité des planches et surtout l’envie de voir si elle pourra concrétiser son objectif font que l’on s’attache et s’intéresse au devenir de cette actrice. Une pièce magistrale qui nous livre ici un premier acte captivant et juste où l’on est captivé par les efforts de chacun pour que cette existence soit la meilleure qui soit malgré certaines difficultés. En tant que lecteur, on ressent alors pleinement le bonheur qui peut exister à chaque instant au contact de cette famille.

On a grandement apprécié notre virée au sein de cet univers bien plus complexe qu’il n’y paraît et qui ne nous aura pas laissé indifférent. Loin de là, on a apprécié chaque minute que l’on a pu passer en compagnie d’Urano et de ses proches qui nous racontent un récit teinté de fantastique, mais qui peut parler à tout le monde. On recommande donc avec joie cette lecture qui a tout pour plaire et qui surtout s’adresse au passionné que l’on est. Le lecteur peut facilement s’identifier à cette petite héroïne qui, malgré son obsession pour n’importe quel ouvrage, est avant tout une personne qui s’exprime à travers ce qu’elle aime. Rien que par le message véhiculé et l’envie de vouloir observer ses progrès, on ne peut qu’avoir envie de nous lancer directement dans la suite de cette épopée humaine et littéraire. Bien évidemment, qui dit première lecture d’une licence inédite dit aussi de multiples interrogations servant à cultiver notre intérêt. Comment Urano pourra-t-elle accomplir la mission qu’elle s’est donnée ? N’est-ce pas un peu trop de travail pour une petite fille comme elle ? Son savoir va-t-il changer la face de ce monde ? On est en tous cas intrigué de voir le futur de cette dévoreuse de livres.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de La petite faiseuse de livres. Avez-vous été séduit par le but de notre héroïne ? Pensez-vous qu’elle aura une chance d’accomplir un tel objectif au vu du monde dans lequel elle évolue ? Appréciez-vous tout ce qui gravite autour de ce quotidien bien loin d’être facile ? Pensez-vous que les actions de cette petite fille auront des conséquences sur l’ensemble de son entourage ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette aventure ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de cette série. 🙂

© 2015 Miya Kazuki / Suzuka (mangaka), TO Books

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *