sekiro_-_hanbei_l_immortel_10494

Sekiro – Hanbei l’immortel : l’errance d’un samouraï hors du commun

Vous le savez sûrement depuis le temps, mais on aime autant l’univers du manga que celui du jeu vidéo. Deux médias qui nous fournissent une multitude d’aventures à vivre et de mondes à découvrir. Il était donc tout à fait normal que l’on soit très intrigué en voyant l’annonce de Sekiro – Hanbei l’immortel qui est arrivé la semaine dernière aux éditions Mana Books. Si ce titre hante encore nos cauchemars avec les nombreuses morts que l’on a pu avoir, on a toujours été envoûté par tout son folklore et surtout l’univers mis en place. A travers cet ouvrage, on souhaite avant tout mettre l’accent sur l’un des personnages secondaires les plus intéressants du jeu vidéo. Celui qui ne peut mourir a toujours su éveiller notre curiosité et surtout nous donner envie d’en apprendre plus sur son passé. En plongeant dans cette lecture, on peut enfin avoir quelques éléments de réponses au cours d’une aventure aussi sanglante qu’épique. Un récit où la mort et la vie ne cessent de se confronter. On espère donc que vous êtes prêts à marcher dans les traces de ce samouraï pour qui la faucheuse est sa meilleure amie.

Un calvaire sans fin

Sekiro-sang

Une oeuvre sanglante.

Sekiro – Hanbei l’immortel, imaginé par Shin Yamamoto et supervisé par FromSoftware, nous plonge en plein coeur du Japon à la période Sengoku. Une ère de troubles où les seigneurs de guerre se multiplient et cherchent à étendre leur influence sur l’ensemble du pays. C’est dans ce chaos le plus total que le maître épéiste Isshin Ashina décide de se dresser contre son destin et participe à cette course pour la suprématie de ces terres. De par son immense talent et son armée redoutable, il parvient à bâtir sa propre province et à devenir une menace sérieuse aux yeux des autres chefs de clan. Cependant, ce samouraï de grand talent ne recule devant rien pour asseoir son pouvoir et surtout se débarrasser de tous ceux qui oseraient se mettre en travers de sa route. Pourtant, c’est lors d’une de ses tentatives de conquête qu’il va se confronter à un homme que les dieux capricieux ont choisis pour s’amuser. Un adversaire qui, même s’il est loin d’égaler la maîtrise de son adversaire, possède un don pouvant facilement le faire passer pour un démon. Alors qu’Isshin le découpe d’un coup de sabre, le plus surprenant va se passer devant ses yeux.

L’individu portant le nom d’Hanbei va alors se relever comme si de rien n’était. Un guerrier incapable de mourir et qui se dresse devant le plus grand guerrier de cet ère de conflits. Ce duel au sommet va alors être le premier pas de cet infecté sur un chemin parsemé de souffrances, de colère, de haine et surtout de résignation. Ainsi va débuter l’errance de celui qui ne peut disparaître et qui va chercher à occuper le temps de son mieux. Cet humain, de par les caprices du destin, va peu à peu perdre son humanité pour devenir un fantôme qui vogue de village en village à la recherche de ce qui pourrait mettre un terme à son calvaire. Le futur le conduira-t-il à rencontrer de nouveau l’homme qui a su se hisser au sommet de ses paires ? Hanbei est encore bien loin de penser à cela alors que la faim ne cesse de le ronger. C’est sa rencontre avec un jeune homme qui va commencer à le faire basculer dans un autre monde où la chaleur humaine peut encore exister. Pendant ce temps, les années passent et le pays s’apprête de nouveau à entendre les tambours de guerre résonner pendant que les regards se tournent vers Isshin. Le vent du changement s’apprête maintenant à souffler.

Sekiro parvient ici à nous conter avec justesse le récit d’un guerrier dont l’immortalité est bien plus un fardeau qu’une bénédiction. Cet individu ne peut connaître le repos éternel et ne va avoir de cesse d’être au contact de toutes les souffrances que peut lui apporter sa condition. Une prison le forçant à vivre un cycle éternel de mort et de renaissance tout en voyant les gens qui l’entourent tomber un à un. Un ouvrage qui met avant tout l’accent sur ce calvaire, et cela, de manière efficace et surtout collant parfaitement à l’ambiance du titre d’origine.

Un sort bien loin d’être joyeux

En plus de nous offrir une lecture très plaisante à lire, ce manga Sekiro va aussi avoir une grande importance dans l’intérêt que l’on peut avoir pour Hanbei. Il faut déjà savoir que ce personnage, sur lequel on peut se défouler pour peaufiner ses techniques dans le jeu, a toujours éveillé notre curiosité. Ainsi, avoir un ouvrage permettant d’en apprendre plus sur lui est très pertinent pour avoir une vision complète de sa place dans cet univers. Soyons clair tout de suite, on ne va pas tant s’attarder sur les raisons de son statut d’immortel, mais bel et bien sur ce qu’il éprouve au quotidien en compagnie de cette malédiction. C’est là qu’arrive toute la force de cette oeuvre qui nous conte avec brio toutes les souffrances qu’il subit. On pourrait se dire que ne pas mourir serait un atout exceptionnel pour un samouraï qui a ainsi la possibilité de combattre éternellement. Cependant, c’est tout le contraire qui nous est prouvé dans ces pages. Le fait de savoir que disparaître symbolise avant tout un renouveau pousse Hanbei à perdre peu à peu son humanité. En effet, à quoi bon s’attacher à tout ce qui l’entoure quand on sait que l’on finira pas y survivre. Cela peut autant être sur un plan matériel que sentimental et donc on a une vision très triste de cet homme qui marche sans le moindre but.

Ainsi, il perd même le réflexe de se protéger, car cela ne sert absolument à rien du fait de sa condition singulière. De la chair à canon qui revient sans cesse et a plus l’apparence d’un spectre hantant les champs de bataille plutôt que celui d’un homme luttant pour sa survie. C’est ainsi que ce qu’il va lui arriver au sein de ces pages va être le parfait reflet de ce qu’est son existence. Alors qu’il vient en aide aux gens et va même sympathiser avec eux, assister à leur disparition ne va pas le toucher tant que cela. Une forme de banalité pour lui qui ne voit en la mort des autres qu’une libération dont il est privé depuis bien trop longtemps. Il y a donc constamment cette mélancolie que l’on peut lire dans son regard alors que ceux qui l’entourent meurent et que lui retrouve un second souffle. Des planches qui parviennent à exprimer de manière incroyable ce vide qui grandit en lui et qui lui fait perdre toute émotion. Ainsi, on peut aussi comprendre la raison pour laquelle il ne cesse de dire qu’il cherche à passer le temps. Il essaye tant bien que mal d’occuper ce manque qu’il a en lui et donc la jonction entre ce passé et le début de l’aventure vidéoludique est habilement orchestré. Une jonction qui donne tout son sens à ces propos tandis que l’on ne peut avoir que de l’empathie pour ce guerrier qui aurait tellement désiré connaître un autre destin.

Alors que l’on peut toujours se poser des questions sur l’intérêt de voir une oeuvre se greffer à un jeu vidéo si celui-ci n’apporte rien, Sekiro – Hanbei l’immortel parvient à accomplir sa tâche avec talent. L’auteur, en plus de nous éblouir à travers de sublimes dessins, va aussi donner une nouvelle approche de ce figurant qui peut sembler anecdotique. Ainsi, cela permet de prendre conscience de l’étendue de son histoire et surtout de la place qu’il a dans un monde où le concept de mort et de vie ne cesse d’être chamboulé. Une lecture idéale pour enrichir un univers déjà grandiose.

Sekiro joue habilement avec la vie et la mort

Sekiro-Hanbei

Un guerrier hors du commun.

Il est toujours compliqué de voir un titre obtenir des spin-off. La question qui revient sans cesse est de savoir si cela est nécessaire ou s’il s’agit juste de surfer sur le succès du matériau de base. Sekiro- Hanbei l’immortel montre qu’on peut tout à fait traiter d’un événement, d’un personnage ou bien d’un passage annexe tout en permettant d’enrichir et d’approfondir un environnement déjà grandiose. Une bien belle manière de rendre hommage à ce jeu exigeant et surtout à l’un des acteurs les plus énigmatiques et captivants de celui-ci. Bien sûr, on peut aussi citer la sublime direction artistique qui a su capter tout ce qui faisait le charme de l’oeuvre originale afin de le retranscrire au format papier. Un récit d’une incroyable violence, mais qui aussi traite d’une humanité perdue qui pourrait bien ne jamais revenir. On retrouve alors tous les éléments qui ont forgé cette fresque au sein de la période Sengoku et qui nous a créé tant de souvenirs. Un passé que l’on a appris découvrir et qui raccroche parfaitement avec ce que l’on connaissait déjà. Une belle prouesse de la part de l’auteur et du studio qui ont fourni un travail d’excellente facture.

C’est donc un grand oui pour cet ouvrage qui frappe un grand coup et nous permet de retrouver un monde que l’on a apprécié explorer une manette à la main. Découvrir ces terres à travers le manga permet une expérience à la fois inédite et captivante où l’acteur que l’on était devient spectateur d’une histoire sombre et envoûtante. On se laisse rapidement emporter par les escapades de notre samouraï immortel qui, s’il ne peut disparaître, perd chaque jour quelque chose de bien plus important. On ne peut que recommander ce titre qui plaira autant au fan du jeu vidéo qu’à ceux qui souhaitent découvrir une aventure prenante avec une thématique forte. Une preuve qu’une lecture peut être palpitante même si cela ne repose que sur un seul protagoniste. S’il est difficile de se poser des questions étant donné que l’on est face à un one shot, cela ne nous empêche pas d’apprécier pleinement cette aventure qui aura été grande tant par son écriture que par tout ce qui y est véhiculé. Un pari plus que réussi pour un périple qui a toutes les cartes en main pour continuer de s’étoffer.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant cet ouvrage Sekiro – Hanbei l’immortel. Avez-vous apprécié de découvrir une nouvelle facette de ce personnage ? Trouvez-vous que cette lecture apporte quelque chose d’intéressant à l’univers propre au jeu vidéo ? Avez-vous ressenti une certaine sympathie à l’égard de cet homme qui ne peut périr ? Croyez-vous que l’on pourrait avoir d’autres oeuvres de ce genre à l’égard d’autres acteurs de cette épopée vidéoludique ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, débattre et surtout discuter autour de cette épopée. 🙂

© 2019 Yamamoto Shin, Kadokawa Shoten

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *