vagabond

Vagabond tome 1 : le début d’un long voyage

Une nouvelle semaine débute et il est donc temps de repartir sur ces routes inexplorées que le monde du manga peut nous réserver. S’il y a eu quelques nouveautés qui sont arrivées dans notre librairie, la reprise n’aura vraiment lieu que dans les prochains jours. On s’est donc dit que ce serait le bon moment pour se pencher vers des nouvelles séries qui peuvent paraître anciennes, mais qui ont aussi largement de quoi nous raconter des aventures inoubliables. Pour ce mardi, on va frapper un grand coup en se penchant sur un très grand titre dont la réputation n’est plus à faire. Il s’agit de Vagabond qui est disponible aux éditions Delcourt Tonkam. On va ainsi s’attarder sur le premier volume de cette série culte et qui est encore en cours de nos jours. Nous plongeant dans une période cruciale pour le Japon, ce récit va nous mettre aux prises avec un homme qui va rapidement s’inscrire dans notre esprit comme une figure marquante et pratiquement inoubliable. Une aventure portée par un dessin de qualité et qui ne compte pas uniquement sur la beauté de ses dessins pour donner vie à une épopée prenante. Le temps est donc venu de replonger dans une époque de grands changements.

Les conséquences de Sekigahara

Vagabond-défaite

Une défaite qui amène la victoire.

 Vagabond, imaginé par Takehiko Inoue, cherche à nous raconter l’histoire du célèbre Musashi Miyamoto. Cet épéiste de légende a su faire retentir son nom dans tout le pays, et même au-delà à présent. Cependant, comme chaque histoire, cela commence par le rêve d’un homme. Répondant au nom de Takezo, ce dernier s’engage en compagnie de son ami Matahachi afin de pouvoir satisfaire leurs ambitions respectifs. Malheureusement, ils vont vite se rendre compte que le champ de bataille n’est pas un lieu pour concrétiser ses objectifs, mais pour détruire ceux des autres. C’est durant la fameuse bataille de Sekigahara que tout va basculer. Alors que cet affrontement allait mettre un terme à la querelle opposant Mitsunari Ishida et Ieyasu Tokugawa, le nombre de morts fut lourd. Un bilan effroyable où les corps des soldats des deux camps transformaient la zone en un immense charnier. C’est parmi tous ceux tombés que ces deux adolescents de dix-sept ans se retrouvent. Heureux de voir qu’ils sont tous les deux en vie, leurs retrouvailles ne seront que de courte durée. En effet, les chasseurs de fuyards ainsi qu’une partie des troupes sont encore en place et comptent bien traquer chaque personne ayant l’audace de s’enfuir de ce lieu.

Malgré cela, les deux comparses sont bien décidés à rentrer chez eux et à retrouver leur vie d’avant. C’est donc une course-poursuite qui débute et qui va surtout être l’occasion pour Takezo de montrer qu’il est bien loin d’être un simple déserteur. S’adaptant à chaque situation, cet homme ne va avoir de cesse de mettre en déroute les tentatives adverses sous les yeux ébahis de son ami d’enfance. Cependant, la vie réserve aussi son lot de surprises et ce duo va l’apprendre à ses dépens. Une vérité qui va venir les frapper et qui va autant apporte le bonheur chez certains qu’une terrible vie d’errance pour d’autres. C’est ainsi que s’apprête à débuter le mythe du plus grand épéiste qui ait foulé ces terres et qui n’était rien de plus qu’un homme allant là où le vent le guide. Rien ne sera plus pareil pour eux et cela pourrait aussi être une chance pour Takezo de montrer enfin de quoi il est capable. Dans une époque où les bouleversements sont nombreux, un individu va réussir à se hisser parmi les étoiles par la simple force de ses bras et son talent un katana à la main. Les premiers pas du plus légendaire des vagabonds.

C’est ainsi suite à cet événement marquant de l’Histoire du Japon que l’on va se retrouver en compagnie de ces deux survivants. Un duo qui va tout faire pour vaincre sous peine de périr de par le camp qu’ils ont choisi. Une décision qui va les poursuivre un long moment alors que l’on ouvre les yeux sur ce qu’ils devront surmonter pour pouvoir survivre un jour de plus. Un combat pour la gloire et la richesse se transforme alors en une lutte constante pour pouvoir exister et retarder l’inévitable.

L’éveil du guerrier

Ce qui nous a particulièrement marqués, lorsque l’on s’est penché sur Vagabond, c’est l’aura qui entoure notre personnage principal. Même si Takezo est accompagné de son ami Matahachi, on se rend rapidement compte que toute la force de cette oeuvre va reposer sur les épaules du premier. Si l’on ignore encore totalement qui il va devenir, on est avant tout fasciné par ce qui se dégage de ce jeune homme qui ne semble avoir aucune peur face à la mort. Nos deux comparses ont beau être traqué par les chasseurs de fuyards, notre héros n’hésite pas à se jeter dans la mêlée pour pouvoir échapper à son destin funeste. D’ailleurs, le fait de le voir au départ en compagnie de son camarade permet justement d’appuyer cette différence flagrante entre un individu lambda et ce guerrier. Alors que Takezo ne s’arrête jamais de combattre pour sa propre existence, Matahachi va trembler, hésiter et surtout craindre pour sa propre vie. Un comportement que l’on pourrait qualifier de lâche, mais qui représente en réalité ce que l’être humain peut ressentir face à une mort certaine. En réalité, c’est lui qui agit comme un homme ordinaire et son frère d’armes parvient donc à se hisser au-dessus du commun des mortels.

On pourrait tout à fait comprendre que celui-ci soit plus mis en avant que son camarade étant donné qu’il est le héros de cette histoire. Malgré tout, ce n’est pas ce que l’on ressent. En réalité, il est presque envisageable que le spectateur s’identifiera plus par tout ce qui caractérise Matahachi qui, tout comme nous, va contempler les prouesses martiales du futur Musashi. Un spectacle à la fois sanglant et éblouissant où se dresse en son centre un homme qui n’a absolument rien perdu de son ambition. Même s’il est question de survie, on peut ressentir que chaque nouveau défi est l’occasion pour Takezo de prouver au monde ainsi qu’au lecteur qu’il existe bel et bien et qu’il ne compte pas finir ses jours dans l’indifférence totale. Ce premier volume de Vagabond nous délivre alors les prémices d’un combat de grande envergure pour ce personnage qui veut transcender son avenir de simple homme afin de montrer qu’il est bien loin d’être comme les autres. Cela ne passe donc pas par des mots ou de longues discussions. C’est avant tout dans la mêlée et ces fresques morbides que l’on va pouvoir déceler tout le talent de l’auteur pour montrer la puissance de sa création. Un remarquable exploit qui éblouit notre regard.

Vagabond commence sur les chapeaux de roues à travers un premier contact qui donne rapidement le ton. Entre ses paysages magnifiques, son ambiance grandiose et surtout son personnage principal, ce manga montre ici tout ce qui fait sa force. On se laisse alors emporter par le périple de ce garçon dont la marche de progression est tout simplement gigantesque. Une parfaite retranscription d’une ère où la mort pouvait aller à la rencontre de n’importe qui. Un voyage éternel au côté de cette faucheuse qui attend le bon moment pour frapper.

Vagabond écrit sa légende

Vagabond-combat

Un terrible guerrier.

Ce qui est remarquable avec Vagabond, c’est que l’auteur parvient à transmettre tout un tas d’informations sans pour autant s’étendre en de longues phases de dialogues. Bien au contraire, tout parvient à s’exprimer par le dessin, le faciès des personnages, le tranchant de l’épée de Takezo, et même les décors. Une simplicité qui montre qu’une image peut parfois raconter bien plus de choses que le plus riche des monologues. Bien sûr, ce premier tome n’est avant tout là que pour nous présenter les quelques personnages lançant ce récit et surtout pour s’attarder sur ce qui va provoquer l’errance de celui qui deviendra plus tard Musashi Miyamoto. Pourtant, on n’a beau qu’être au prélude de ce voyage, on sent déjà toute la puissance qui pourrait se dégager par la suite. Cela est en grande partie dû à la construction de notre héros et surtout de cette aura impénétrable qui l’entoure dès lors qu’il se jette au coeur de l’action. Une bête assoiffée de sang qui n’est pas tant guidé pour l’instant par une quelconque maîtrise de son art que par une capacité d’adaptation hors du commun. Le simple fait de s’imaginer l’accompagner dans son périple provoque alors un plaisir sans nom.

Vous l’aurez donc compris à travers ces quelques lignes, mais on a été grandement séduit par ce premier acte qui pose les bases de ce qui deviendra une immense épopée. Une aventure qui offre autant son lot d’actions qu’un récit très humain et reposant avant tout sur un homme. Takehiko Inoue délivre ici une introduction pleine de promesses et qui est encore bien loin de nous avoir tout dévoilé. Toutes ces rencontres et ces décors que l’on croise à travers les yeux de Takezo nous offre un dépaysement inégalable et suffisent amplement à nous faire quitter notre réalité pour nous propulser à cette époque. Le silence de quelques planches parviennent alors à extraire toute la beauté, mais aussi la dangerosité de ces moments où tout peut basculer d’une seconde à l’autre. Bien sûr, qui dit premier tome dit aussi de nombreuses questions laissées en suspens pour éveiller notre intérêt. Notre adolescent va-t-il réussir à se sortir du mauvais pas dans lequel il se retrouve ? Comment va-t-il entamer sa longue route pour devenir l’épéiste de renom que l’on connaît aujourd’hui ? Qui seront les prochaines personnes à venir se dresser sur sa route ? Que lui réserve ce futur plus qu’incertain ? Tout cela donne vraiment envie de se pencher sur l’ensemble de cette licence.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti sur ce premier volume de Vagabond. Pensez-vous que cette escapade retranscrit bien tout ce qui arrivera par la suite ? Croyez-vous que notre jeune guerrier ne va cesser d’impressionner le monde qui l’entoure ? Sommes-nous à l’aube de la création d’une nouvelle légende ? Selon vous, quels seront les obstacles qui viendront se dresser sur sa route ? Qu’attendez-vous pour la suite de ce récit ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet. 🙂

© 1999 Inoue Takehiko, Kodansha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *