Kingdom 3940

Kingdom tome 39 et 40 : la conclusion d’une longue lutte

Après avoir évoqué les premières nouveautés de cette reprise, on s’est dit que l’on allait repartir dans un monde que l’on adore. Un retour au sein d’un pays en guerre où les légendes ne cessent de naître et de s’effondrer. On parle bien sûr ici de Kingdom, édité chez Meian, qui atteint l’un de ses points culminants. En effet, après le dernier tome lu, on était resté suspendu aux terribles nouvelles qui étaient sur le point de chambouler totalement les fondations de Qin. On était donc impatient de pouvoir se jeter dans cette suite qui allait autant proposer son lot d’actions qu’une conclusion tant attendue à l’un des plus grands duels de cette franchise. En tant que lecteur, on peut clairement dire que l’on n’a pas été déçu et qu’encore une fois, l’auteur parvient à dépasser toutes nos espérances. Alors que l’on ne pouvait imaginer que le récit puisse se surpasser une fois de plus, celui-ci nous montre à nouveau que l’on se trompait. Une lecture qui va enchaîner les moments marquants pour finir en apothéose. L’heure est donc venue d’assister à un très grand changement pour l’ensemble du pays.

Une insurrection pouvant tout changer

Kingdom-violence

Une bête apparaît sur le champ de bataille.

Kingdom, imaginé par Hara Yasuhisa, nous avait laissé alors que Qin se remettait tranquillement des nombreux que le pays avait subi suite à la coalition. Il faut dire que le royaume n’avait pas eu le temps de souffler entre la soi-disant insurrection de Sei Kyou et le conflit particulièrement violent qui suivit contre l’armée de Wei. Heureusement, la victoire fut pour le camp d’Ei Sei grâce à l’ingéniosité et au talent d’Ouhon sans oublier la détermination de Shin et de son unité. A présent, l’heure semblait venue de se reposer un peu et de miser avant tout sur une politique de renforcement des frontières. Un moyen de consolider les territoires pris tout en préparant le terrain pour les prochaines attaques qui auraient lieu. Cependant, un événement inattendu va venir marquer un tournant dans l’histoire de ce royaume. La reine-mère, accompagnée de ses fidèles et d’une armée conséquente, va déclarer va faire sécession et bâtir le nouvel Etat de Ai. Une décision qui allait grandement chambouler les plans de certains et surtout laisser une épée de Damoclès au-dessus de celui qui allait devoir être couronné roi la même année. C’est ainsi que débuta de longs mois d’incertitudes et d’inquiétudes pour tous ceux qui craignaient de voir la guerre ravager de nouveau leur contrée.

Fort heureusement, cette force inédite ne semblait aucunement chercher à acquérir plus de pouvoir en s’attaquant à Qin. Malgré le fait que de nombreux dignitaires étrangers venaient saluer la naissance de cette puissance, rien ne se passa et le jour tant attendu fut arrivé. Alors que l’ensemble de la population s’apprête à fêter comme il se doit l’arrivée de leur suzerain, la majorité des dignitaires sont invités à participer à la cérémonie. Un moment qui allait marquer ces terres à tout jamais et qui récompensait Ei Sei de sa patience et de son courage. Malheureusement, il semblait impossible pour le futur roi de Qin de pouvoir profiter pleinement de ces quelques instants. Un messager vint briser la joie ambiante pour apporter des informations de la plus haute importante. L’Etat de Ai venait juste de franchir la porte de Kankoku et se dirigeait maintenant vers la capitale avec une armée imposante. Une rébellion qui venait frapper le coeur de ce royaume et allait provoquer le pire des scénarios possibles. Avec la reine-mère à ses côtés, il semblait évident pour le souverain de cette contrée que quelqu’un tirait les ficelles dans l’ombre. Son attention se porta alors sur sa némésis depuis toujours, le chancelier Ryo Fui. Leur divergence d’opinion avait entraîné ce conflit qui allait mettre un terme à cette lutte qui avait duré depuis bien trop longtemps. La question était maintenant de savoir qui allait en ressortir gagnant.

La première chose notable dans ces deux volumes de Kingdom et qui fut sans nul doute l’un des moments les plus emblématiques de la série vient de la construction de Ei Sei et Ryo Fui. On a beau savoir qu’un terrible conflit a lieu pas si loin de là où il se trouve, notre attention est totale sur ces deux hommes qui vont s’opposer dans une joute verbale et idéologique absolument grandiose. Un passage qui va montrer que sans même avoir une épée, il est possible de donner beaucoup d’intensité dans un tel échange. Deux discours qui vont nous projeter vers des avenirs opposés et pourtant pas si éloignés.

Une confrontation des visions du futur

On va sûrement s’attaquer là à l’un des plus gros morceaux de ces deux lectures. Le fameux duel opposant Ei Sei et Ryo Fui a enfin lieu sans que cela ne soit organisé en coulisses. Rien que ce point ajoute déjà beaucoup de tension lors de leur rencontre qui se fait presque dans une totale intimité. En tant qu’observateur privilégié, on est suspendu à leurs lèvres en se demandant ce qu’ils vont bien pouvoir évoquer alors que la guerre fait rage dehors. On le sait depuis un moment, mais le chancelier est un adversaire aussi redoutable qu’il est un fin parolier. La discussion qu’il va avoir avec son jeune seigneur va profondément nous marquer de par la justesse des mots qui vont être utilisés des deux côtés. Une bataille d’idées et de visions du futur qui va bien plus nous ensorceler que la plus grande des batailles. On ne va pas tant évoquer le contenu de leur discours pour vous laisser la surprise de la découverte, mais plutôt le fait que ces deux puissants individus recherchent en réalité la même chose, mais par des chemins bien différents. L’un souhaite instaurer la paix via l’économie et ainsi étendre l’influence de Qin par l’échange, le commerce et la richesse. Un monologue très pertinent dans sa vision de voir les choses et surtout dans son approche de la nature humaine qu’il voit comme cupide et cherchant avant tout à s’enrichir. Une raison qui serait la source de la plupart des conflits et qu’il parviendrait à diriger par son expérience en tant que marchand.

Le choix des mots est si bien choisi que le lecteur, autant que l’assistance, va avoir du mal à contredire ses propos. C’est là que le jeune roi va prendre la parole et embellir encore plus ce moment. En fait, toute leur bataille se base sur la véritable nature du coeur humain. Tandis que Ryo Fui voit en chacun une monnaie, Ei Sei va avant tout présenter la bonté et la lumière qui peut se cacher en chacun de nous. Il en a été témoin par le passé et n’a eu de cesse de rencontrer des gens pour confirmer ses dires. On comprend alors totalement où il veut en venir et ce que cela implique que de vouloir s’emparer de la Chine dans son intégralité. Une vision du futur qui va bien plus loin que l’on ne pouvait le penser et qui n’est pas tant là pour instaurer une paix durable dans l’immédiat, mais qui prépare le terrain pour la prochaine génération. Ce qui est remarquable avec ce passage, c’est qu’aucun des deux personnages n’a tort. Ils ont la réflexion, les outils et surtout la parfaite approche pour espérer concrétiser leur rêve. En plus de nous époustoufler par cet échange captivant, ce passage va surtout symboliser l’ascension et les ambitions d’un roi tout en offrant un autre visage à cet homme qui ne semblait qu’être dicté par le pouvoir et les complots. Une formidable preuve d’humanité de la part de chacun d’eux et qui va aussi transformer ce conflit en une rivalité nécessaire et importante pour l’élévation de chacun.

On a beaucoup parlé de l’aspect politique de ces deux tomes de Kingdom. Cependant, on ne pouvait pas ne pas évoquer la bataille qui avait lieu au sein même de la capitale et surtout de la symbolique de cette lutte. Un champ de bataille où l’on va sans cesse être interpellé par les groupes qui rentrent en jeu et surtout nous faire ressentir l’urgence du moment. Que cela soit pour la sauvegarde de la ville, la protection du peuple et le sauvetage a effectué, on va être constamment tenu en haleine. Une guerre qui change de toutes celles que l’on a vues auparavant.

Un sauvetage d’une urgence capitale

Kingdom-débat

Le moment tant attendu.

Lorsque l’on parle d’urgence, il serait facile de citer de nombreuses batailles ayant eu lieu au sein de Kingdom. Des conflits poussant nos soldats à lutter vaillamment avant que toutes les fenêtres de sortie se referment ou bien à capturer un lieu le plus vite possible pour remporter la victoire. Cependant, la bataille que l’on va vivre au sein de ces pages va avoir une saveur toute particulière et capter notre attention comme rarement ce fut le cas. Tout d’abord, il est intéressant de noter que c’est bien la première fois que l’on voit la capitale de Qin subir un assaut direct. Même lors de la coalition, personne n’avait pu atteindre ces hautes murailles. Cela donne déjà le ton et nous met ainsi en condition afin de comprendre les enjeux qui sont propres à cette insurrection. Une défense inédite qui, appuyer par les événements se déroulant tout autour, va être encore plus renforcé dans cet empressement que l’on a de voir Shin débarquer pour apporter son soutien. Là encore, on est une fois de plus pris à la gorge étant donné que l’arrivée de l’unité Hi Shin et de certains de leurs camarades a beau apporter un peu de réconfort, cela ne suffit amplement pas à changer le cours de cet affrontement. Tout est alors une question de gagner du temps afin que des renforts hypothétiques puissent venir.

C’est à cet instant précis qu’une autre variable va venir entrer en ligne de mire. Il s’agit de la mission de sauvetage que va devoir mener notre jeune guerrier et ses hommes pour espérer sauvegarder la descendance de son ami. Une quête qui va venir transformer tout ce que l’on pouvait croire de ce conflit pour le métamorphoser en une course-poursuite dantesque où l’on retient notre souffle. Le suspens en est même insoutenable alors que l’on voit la femme d’Ei Sei échapper de peu à ses poursuivants. Une parfaite maîtrise du rythme qui nous accroche totalement alors que l’on se demande si le couperet va tomber comme ce fut le cas pour Sei Kyou. Si ce champ de bataille est déjà impressionnant, on est avant tout guidé par cette envie de voir ces enfants survivre et chaque pas de cavalerie que l’on a l’impression d’entendre sonne autant comme une lueur d’espoir que comme un possible glas pour eux. Notre cerveau ne peut s’empêcher de carburer à cent à l’heure en imaginant tous les scénarios possibles alors que l’on espère juste que nos camarades puissent enfin avoir le droit à un peu de repos. Une lutte qui est autant pour la préservation de cette capitale, mais aussi de ce pays et surtout afin de construire un avenir paisible pour cette descendance. Le genre de confrontations qui reste en mémoire même après que l’on ait tourné la dernière page.

Kingdom nous démontre à nouveau tout son savoir-faire en matière de narration ainsi que de suspens. On a beau se dire que cela ne peut être la fin pour nos jeunes héros, la tension est telle que l’on se laisse facilement prendre au jeu. De plus, si l’action durant cette insurrection est excellente, la véritable cerise sur le gâteau vient bien de ce face-à-face dantesque entre Ryo Fui et Ei Sei. Tant d’années à combattre de manière indirecte pour finalement se retrouver l’un devant l’autre avec pour seule arme leur parole et surtout leur vision de l’avenir. Tout simplement une pure pépite.

Kingdom tourne une importante page

On va sans doute se répéter à force, mais Kingdom ne s’arrête jamais de se transformer et de nous proposer une épopée aussi grandiose qu’importante. En effet, bien plus que les combats explosifs que l’on a eu le droit jusqu’ici, ces deux volumes vont surtout être là pour amener un tournant majeur à ce récit. Après tant d’épreuves passées pour nos jeunes héros, la voie semble enfin se dégager vers l’avenir qu’ils recherchent. Même s’il y a encore un long parcours à faire, cette lecture aura autant été puissante au niveau de l’émotion que des idéologies présentées. Chaque personnage n’est ni bon ou mauvais. Un traitement bien loin d’être manichéen et qui nous permet d’entrevoir toute la force de cette galerie de personnages qui ne s’arrête jamais de grandir. Alors que l’on se dit que l’on a déjà eu un immense coup de coeur pour certains ouvrages précis de la franchise, on se retrouve avec deux nouveaux tomes que l’on ne peut que qualifier d’exceptionnels. Si Shin et tous les autres continuent de faire resplendir le champ de bataille, c’est bel et bien Ei Sei qui, le temps de quelques pages, tire toute la couverture pour lui. Un pur régal qui satisfait autant notre soif d’action que d’émerveillement par rapport à cet univers.

Le plaisir est donc toujours autant intact même maintenant que l’on a atteint le chiffre incroyable de quarante tomes pour la série. Pas un seul détail n’est laissé au hasard et l’on peut entrevoir, à travers ces quelques cases, un nouveau futur se dessiner. Le mangaka conclut ici une grande partie de tout ce qui a été fait en amont pour repartir vers des horizons aussi prometteurs que multiples. En tant que lecteur, on laisse alors notre imagination faire le reste en attendant de pouvoir lire la suite de cette formidable aventure. Une magnifique prouesse de réussir à conserver, et même à renouveler cette expérience qui nous fait passer par tous les états possibles. Même après avoir fermer ces volumes, on a encore l’image de tout ce qu’il s’est passé et l’on se rend compte de tout ce qui a été franchi. On n’est pas seulement à la conclusion d’un arc fantastique, mais à un virage conséquent pour la saga qui a maintenant le champ libre pour écrire la légende de ces jeunes hommes et femmes qui mènent leur propre combat. Si l’on a une tonne de questions que l’on pourrait se poser, on préfère laisser notre imagination y répondre. Bien sûr, on ne va pas se faire prier pour se pencher sur la suite aussi vite que possible.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ces deux volumes de Kingdom. Avez-vous apprécié la conclusion de cet arc narratif qui aura duré depuis un long moment ? Trouvez-vous que l’on a pu assister à l’un des plus grands moments de la saga ? Pensez-vous que la vision d’Ei Sei pourra amener à une véritable paix durable ? Quelle est, selon vous, la prochaine étape à franchir pour nos camarades de route ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet captivant. 🙂

© Hara Yasuhisa / Shueisha

One Comment

  • Komorebi dit :

    C’est tellement mon arc préféré. J’ai adoré découvrir plus en profondeur le personnage de Ryo Fui que j’ai d’ailleurs trouvé bien plus convaincant que Ei Sei dans le tome 39.
    Ensuite, j’ai adoré cette confrontation qui marchait vraiment bien.
    Et aussi, j’ai trouvé très fort le personnage de Rou Ai. Lui qui est tout simple et sacrément humain, il trouve une fin bien triste puisque Sei ne peut pas sauver tout le monde.
    Bref, une très grande conclusion à cette première partie et j’ai peur pour la suite de trouver plus d’arc ressemblant à la coalition plutôt qu’à celui-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *