Called Game 1

Called Game tome 1 : une infiltration parmi les requins

Comme toujours, qui dit nouvelle semaine dit aussi de nombreux autres voyages dans le monde du manga. On peut dire que l’on a largement de quoi faire avec tout ce qui est arrivé ces derniers jours. De multiples sorties mangas contenant autant des suites attendues que de nouvelles licences prometteuses. C’est d’ailleurs dans cette seconde catégorie que l’on a pu découvrir des aventures à l’immense potentiel. On a donc décidé que l’on allait parler aujourd’hui d’une nouveauté provenant tout droit du catalogue de Kazé. Il s’agit du premier tome de Called Game. Si l’annonce nous avait grandement intéressé lors de sa présentation, on se demandait tout de même quelle forme allait prendre ce récit nous plongeant dans un univers médiéval. Notre plongée dans le premier chapitre de cette épopée fut largement suffisante pour nous convaincre de la qualité du titre et surtout des possibilités qui pourront s’offrir à nous par la suite. Un périple où tout se déroule dans l’ombre alors que toutes ces demoiselles cherchent à se démarquer de leurs concurrentes. Il est donc grand temps de se lancer dans une mission d’infiltration où le danger peut être partout.

Le ballet des six prétendantes

Called Game - Alna

Une héroïne aux deux visages.

Called Game, imaginée par Kaneyoshi Izumi, nous plonge dans un continent fictif. C’est sur ces terres que l’on va faire la connaissance de la jeune Alna. Cette princesse est la dernière d’une fratrie comportant dix frères et soeurs. De par son statut particulier, elle a souvent eu le champ libre pour pouvoir faire ce qu’elle souhaite et ne pas être mêlée aux intrigues politiques dont les autres membres de sa famille étaient obligés de participer. Passant le plus clair de son temps à s’entraîner à l’épée, cette demoiselle était bien loin des standards que l’on pouvait espérer d’une personne de son rang. Malgré ce que les autres pouvaient dire, elle s’en moquait pas mal. Cependant, un changement de taille allait balayer son existence à tout jamais alors que ses devoirs la rappelaient au sein de la cour. C’est en ce lieu d’une richesse incroyable que son père lui annonça une nouvelle pour la moins étrange. Le roi du pays voisin souhaite faire d’Alna sa promise alors qu’il y avait déjà une autre princesse étrangère qui avait été envoyée pour remplir ce rôle. Malgré l’incompréhension qui régnait suite à cette demande, la situation géopolitique faisait en sorte qu’il était impossible de refuser cette proposition.

Par mesure de sécurité, le roi demanda à sa petite dernière d’échanger son identité avec celle de sa servante Camilla. Cela lui permettrait de faire la lumière sur cette affaire sans être retenue par ses obligations en tant qu’épouse. Lors de leur voyage, les deux jeunes femmes semblaient bien inquiètes de pouvoir tenir cette mascarade et surtout que la servante ne détruise leur plan par une erreur de sa part. Malgré tout, Alna était déterminée à ce qu’elles reviennent toutes les deux au sein de leur foyer. Cependant, son arrivée dans ce royaume allait lui réserver un spectacle qu’elle n’aurait jamais pu imaginer. En arrivant, elle découvre une cour déchirée par les intrigues ainsi que cinq autres prétendantes qui sont prêtes à tout pour s’asseoir au côté du roi. Un véritable nid de vipères où Alna devra jouer à la perfection son rôle de garde du corps tout en s’imprégnant des manigances qui avaient lieu ici. Tous les coups sont justifiés si cela permet d’écarter une concurrente de cette compétition et Alna risque fort de l’apprendre à ses dépens. Romances, alliances et complots se transforment en des lames aiguisées au coeur de ce palais où le moindre faux pas peut conduire à un désastre inévitable.

Si l’on était curieux de voir tout ce qui allait construire le noyau de Called Game, on ne s’attendait pas à ce que cette oeuvre puisse nous mettre une grosse claque en aussi peu de temps. Ce qui est remarquable, lorsque l’on se penche plus en détail sur ce premier contact, c’est à quel point la mangaka réussit à faire monter l’intrigue et le rythme de manière crescendo. Plus on avance et plus notre coeur se serre en comprenant l’endroit dans lequel on a été propulsé. Un véritable enfer qui ne se soucie peu des états d’âme des gens et où l’innocence devient une redoutable faiblesse.

Un jeu de pouvoir qui ne laisse rien au hasard

La première chose qu’il faut retenir concernant cette introduction à Called Game, c’est la manière dont est posé le décor. En effet, les premières minutes de notre voyage peuvent sembler tout à fait calme et l’on se demande alors où l’histoire souhaite nous conduire. On est interloqué par la décision du roi et ce qu’il semble se tramer dans le pays voisin malgré le fait que l’on se doute qu’un grand danger rôde. Pourtant, la curiosité l’emporte et l’on a envie de voir ce qui se cache derrière tout ça. Ainsi, les premières pages servent avant tout à nous présenter Alna et son désir de liberté. On s’attache alors rapidement à cette femme forte et redoutable qui porte des valeurs très importantes. En réalité, tout son jeu d’acteur à partir du moment où elle arrive dans ce territoire inconnu va surtout être là pour la mettre en confrontation avec les autres personnages du récit. On essaye donc de se faire une opinion sur toutes ces prétendantes ainsi que les quelques individus faisant partie des proches du souverain. Pourtant, on a beau essayer de voir ce qui se cache derrière le comportement de tous ces acteurs, l’auteure a su parfaitement leur faire porter un masque nous faisant hésiter entre ce que l’on pense être la vérité et ce qui est un mensonge.

En apparence, tout semble être calme et le rapprochement entre notre groupe et l’une des possibles reines va renforcer cette impression de ne pas avoir à s’inquiéter. C’était sans compter l’envie de l’auteure de jouer avec nous et de nous asséner un coup de massue absolument fracassant. On ne dira rien là-dessus pour que vous conserviez l’effet de surprise. La seule chose que l’on peut dire, c’est que cette licence a su nous proposer une fin de tome qui donne le ton de ce que sera l’ensemble de ce manga. Avec ce premier contact, le lecteur a vraiment cette sensation de se retrouver au piège et de ne découvrir cela qu’au moment où il est déjà trop tard. Chaque élément vu en amont nous saute alors aux yeux pour comprendre où l’on voulait nous mener ainsi que les choses dont s’est rendu coupable Alna sans même le savoir. A partir de ce moment, l’atmosphère chaleureuse, lumineuse et même parfois joyeuse va totalement basculer. En tant que spectateur de ce triste spectacle, on ne peut que ressentir un frisson en imaginant ce qu’il va se passer ensuite maintenant que les hostilités sont ouvertes. Une lecture qui nous prend à la gorge pour mieux nous immerger dans ce qu’il se passe et nous faire ressentir une profonde inquiétude pour notre héroïne et sa servante face à tous ces faux-semblants. La peur prend alors le pas de manière magistrale et l’on tourne alors fébrilement les pages jusqu’au dénouement de ce premier acte d’une incroyable efficacité.

Called Game représente habilement ce qu’il souhaite raconter. Derrière ses dessins d’une profonde tendresse, ses personnages attachants et ses situations parfois touchantes, l’ouvrage lui-même porte un masque. Un voile qu’il ne laisse tomber que dans les dernières minutes et cela ne fait que renforcer l’impact de cette conclusion et de notre désir de connaître la suite. Le jeu de pouvoir a rarement été aussi bien représenté que dans ces quelques pages qui nous posent le décor de cette pièce de théâtre où l’important est d’éclipser tous les autres acteurs.

Called Game lance les hostilités

Called Game 1-prétendante

Que le duel commence.

On va le dire très clairement, Called Game a su frapper très fort. Jusqu’au milieu de cette lecture, on ne se doutait pas un seul instant de ce qui allait se passer. Ce n’est qu’en atteignant les dernières cases que l’on a pris conscience à quel point la mangaka nous a conditionné pour nous donner ce sentiment de sécurité. Une bulle de protection qui nous offrait une bonne dose de réconfort avant d’être violemment déchirée par la dure réalité qui reprend le pas. Il y a même presque un sentiment de dégoût et de rébellion qui naît en nous au même titre qu’Alna. Ces émotions, pouvant nous sembler néfaste au premier abord, servent en réalité à nous imprégner totalement de cette ambiance qui fait toute la force de ce manga. Allant de surprises en surprises, le lecteur ne peut qu’observer impuissant ces adversaires qui n’ont aucune pitié à évincer ceux qui se dressent sur leur route. Une représentation magistrale de ce qui peut animer une cour royale et des conflits qui ont lieu en coulisses pour obtenir un semblant de pouvoir. Convoitise, jalousie et orgueil ne sont qu’une infime partie des raisons pouvant pousser ces personnes à faire usage des pires stratagèmes pour réaliser leurs ambitions.

Vous l’aurez donc compris à travers ces quelques lignes, mais on a eu un immense coup de coeur pour ce premier tome de Called Game. Une aventure qui nous aura pris de cours pour mieux nous surprendre et attiser notre impatience de ne pas avoir la suite. Un conte qui plaira à tous ceux qui aiment les intrigues politiques, les affrontements par de nombreux coups bas ou des confrontations psychologiques. En tout cas, c’est un grand oui de notre part pour cette série qui pose des bases réussies et nous tient en haleine en l’espace de quelques secondes. Le coup d’envoi retentit pour cette guerre entre prétendantes qui pourrait bien être aussi sanglante que le plus violent des champs de bataille. On a parfaitement pu être témoin dans ce premier acte du calme avant la tempête qui s’annonce et dont la puissance pourrait bien tout balayer. Bien évidemment, on ne peut s’empêcher de se poser moult questions suite à ce que l’on a pu lire. La véritable identité d’Alna sera-t-elle démasquée ? Quel sera le prochain coup joué par ses concurrentes ? Tout devra-t-il se terminer dans un bain de sang ? Quelle est la véritable raison de toute cette mascarade ? Il faut prendre son mal en patience pour obtenir les informations dont on a besoin. Un premier jet réussi pour cette série qui a minutieusement placé ses pions sur l’échiquier.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti sur ce premier volume de Called Game. Avez-vous apprécié la tournure des événements ? La fin de ce tome vous a-t-elle fait vibrer ? Selon vous, laquelle des prétendantes représente le plus grand danger pour notre héroïne ? Croyez-vous que les prochaines manigances seront du même acabit que celles présentes dans ces pages ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette saga ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet ! 🙂

© 2017 Izumi Kaneyoshi, Shogakukan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *