Shikabana---Fleur-de-cadavre-Vol.-1

Shikabana tome 1 : une perte déchirante

Il y a des titres dont on ne soupçonne pas la portée ou la force au premier regard. Ce n’est qu’une fois que l’on est perdu dans leurs pages que l’on peut véritablement en déceler toute la puissance. C’est alors dans ces moments-là que l’on peut tomber sur des séries incroyables affichant un immense potentiel. Des oeuvres qui dépassent nos attentes pour nous proposer une histoire qui retient rapidement toute notre attention. C’est exactement le cas pour la série dont on va parler aujourd’hui qui a fait récemment ses débuts dans le catalogue de Glénat. On va donc traiter de la dernière licence en date de l’éditeur à savoir Shikabana dont le premier tome est arrivé la semaine dernière. Si l’on avait été interpellé par son annonce, on avoue que c’est surtout sa couverture ainsi que l’ambiance qui semblait s’en dégager qui nous a finalement poussé à l’achat. Après lecture, on peut dire haut et fort que l’on ne regrette pas un seul instant ce choix. Un ouvrage qui pose des bases solides pour un récit plus que convaincant. Il est donc l’heure d’aller à la rencontre d’un jeune homme qui s’apprête à tout perdre.

La mort s’invite chez les vivants

Shikabana - Mizore

Un couple touchant.

Shikabana – Fleur de cadavre, scénarisé par Nojo et dessiné par Kei Monri, nous plonge dans un Japon contemporain et plus particulièrement à Kyoto. C’est dans cette ville que l’on va faire la connaissance de Tsuyu qui semble vivre une vie idyllique en compagnie de sa petite amie Mizore. Même s’il se chamaille de temps en temps et qu’elle refuse constamment ses demandes en mariage, rien ne semble pouvoir briser ce petit couple. Même les amis du jeune homme ne peuvent qu’être jaloux en voyant la complicité qui le lie à elle provenant directement d’une histoire bien tragique. Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin et celle-ci peut prendre diverses formes. C’est alors qu’elle se rend à la supérette du coin que Mizore va subir un grave accident qui va la tuer sur le coup. En une fraction de seconde, le monde de Tsuyu s’effondre et il ne peut accepter cette réalité qui le ronge. Malgré le soutien de ses camarades, celui-ci ne peut supporter la disparition de sa bien-aimée. Son entourage va même craindre qu’il ne commette l’irréparable suite à cette disparition. Alors qu’il est totalement désespéré et désemparé concernant la marche à suivre, l’adolescent va alors découvrir un élément qui va totalement changer son existence. Une lettre qui va lui redonner un semblant d’espoir même si celui-ci paraît totalement fou.

Cette dernière s’avère avoir été écrite par Mizore. Ayant du mal à le croire, Tsuyu va tout de même être interpellé par les quelques lignes posées sur ce papier. Elle lui demande en effet, dans l’éventualité de sa mort, de ne pas incinérer le corps si celui-ci est encore entier. La jeune femme lui déclare qu’il doit garder son cadavre jusqu’à ce qu’un miracle arrive. Rien qu’en entendant ce dernier mot, les yeux du jeune homme se mettent à briller d’une faible lueur. Lui qui pensait avoir tout perdu aurait peut-être une chance de retrouver celle qui hante chacune de ses pensées. Malgré ses craintes que cela ne soit que des racontars, il finit par obéir à la dernière volonté de sa petite amie. Les jours vont alors défiler tandis qu’il va passer le plus clair de son temps à rester à son chevet. Plus les heures passent et plus son espoir s’amenuise. Les questions fusent alors constamment dans sa tête et même la faim qui l’assaille ne suffit pas à lui faire quitter son poste. C’est finalement à deux doigts de s’évanouir qu’il décide de chercher quelque chose pour le sustenter. A l’instant précis où il va tourner le dos au corps de sa bien-aimée, un événement invraisemblable va se produire. Le miracle se serait-il finalement produit ou bien est-ce le signe d’une terrible catastrophe ? Le désespoir peut engendrer beaucoup de choses et Tsuyu est sur le point de l’apprendre à ses dépens.

Si l’on était intrigué par le résumé de Shikabana, on avoue que l’on se demandait vraiment sous quelle forme allait prendre ce récit. Ce premier volume va ainsi se présenter en deux grandes parties qui vont chacun avoir une importance considérable. Deux actes qui vont transformer une tranche de vie fort sympathique en un cauchemar sans fin pour ce jeune homme qui va alors basculer dans un monde fort sombre. Une atmosphère incroyable qui va accompagner chacun de nos pas au sein de cette aventure aux nombreux rebondissements. Une virée horrifique parvenant aussi à traiter de nombreux messages très puissants.

D’incroyables surprises

Pour bien comprendre toute la force et l’intérêt de ce premier tome de Shikabana, il faut s’attarder sur les deux grandes parties organisant cette introduction. Bien sûr, on évitera les spoils un maximum pour vous laisser le plaisir de la découverte. Tout d’abord, le récit se présente à nous comme une tranche de vie tout à fait banale concernant Tsuyu et sa petite amie. En voyant les interactions entre les deux et même les échanges avec les autres personnages que l’on rencontre, rien ne tend à souligner que l’on va partir vers un côté plus sombre. Cette douceur, cette normalité et ces liens vont permettre quelque chose d’essentiel. Il s’agit de réveiller notre sympathie à l’égard de ce duo qui s’avère de plus en plus attachant au fur et à mesure que l’on apprend à les connaître. Derrière les sourires et les taquineries se cache une relation profonde et touchante qui nous affecte particulièrement. On se dit alors que l’on aimerait bien voir comment va évoluer ce couple alors que ces deux personnes semblent totalement différentes. Toute cette introduction va ainsi servir à rendre la seconde partie encore plus marquante et violente pour le lecteur qui ne s’attendait pas forcément à une telle tournure. Tel un coup du destin, une vie comblée par les rires et la joie se brise pour se transformer en une coquille vide. La transition est alors autant brutale que sincère étant donné que l’on n’est jamais préparé à ce genre de situation. Un événement tragique qui va faire basculer l’ensemble de l’oeuvre, mais aussi le lecteur et Tsuyu dans un autre monde.

On va alors se retrouver dans l’envers du décor. Tout ce qui va suivre cet événement tragique ayant provoqué la disparition de Mizore ne va faire que renforcer cette descente aux enfers. Là encore, le message est pertinent à analyser étant donné que l’auteur utilise le surnaturel pour amener des sujets bien réels. L’action qui va suivre, les revirements de situation et surtout les fondations posées pour la suite de l’oeuvre vont se baser sur un fait simple. Tout ce qui arrive va être causé par ce refus d’accepter la mort de quelqu’un. S’il est bien sûr question de fantastique, c’est le fait de vouloir retrouver l’être perdu qui va être la source de tous ces malheurs. Un état qui est tout à fait compréhensible, car il peut toucher chacun d’entre nous. Cette seconde partie va donc amener cette thématique sur la table en la traitant autant de manière divertissante que pertinente. En réalité, on a presque l’impression de suivre la quête de rédemption d’un homme qui n’a pas vraiment pu faire ses adieux à sa moitié. Dans ces pages, la mort finit par appeler la mort d’autres êtres et ce n’est qu’une fois déterminé à dire au revoir aux gens qui ne sont plus là que l’on peut aller de l’avant. Un changement de rythme qui est joué à la perfection et nous embarque encore plus dans cette épopée déchirante et macabre.

Shikabana ne va avoir de cesse de nous surprendre au fil de ce premier tome. Une parfaite entrée en matière pour cette série qui va autant jouer sur l’émotion, l’effroi et l’action. Trois faces qui se combinent à la perfection pour donner naissance à une épopée marquante. Il n’y a alors pas un seul instant où l’on n’est pas happé par ce conte tragique où la mort réveille de nombreuses cicatrices. La perte d’un être cher devient alors une chaîne pouvant amener à la disparition de ceux qui restent. Le surnaturel de cette oeuvre va ainsi sublimer une réalité présente en chacun de nous et ajouter encore plus d’impact à cette fresque.

Shikabana démarre sa transformation

Shikabana - rencontre

Un passé tragique.

La surprise fut totale avec ce premier volume de Shikabana qui nous a offert une introduction d’une efficacité redoutable. On a grandement apprécié toute la dimension humaine qui est venu s’incruster à une trame narrative s’axant sur le fantastique. Deux éléments qui s’associent à la perfection pour proposer une aventure unique en son genre. La promesse qui nous est faite au sein de ce premier volume est absolument incroyable et introduit à merveille ce qui pourrait être le prélude d’une grande aventure. Deux parties pouvant sembler à l’opposée l’une de l’autre, mais qui au final n’ont jamais été aussi liés. C’est la tristesse d’un être humain qui va entraîner le réveil de la grande Faucheuse qui va prendre un malin plaisir à faire tomber des têtes. L’évolution du protagoniste est fascinante et l’on se prend énormément de sympathie pour ce dernier qui pourrait tout à fait être n’importe qui. C’est maintenant à lui de prendre les choses en main pour espérer faire la paix avec le malheur qui l’accable. Cela passe maintenant par une traque captivante qui nous délivre une bonne dose d’action sans pour autant oublier la profondeur du combat mené par ces individus de l’ombre. On éprouve vraiment une tristesse en parcourant ces quelques pages qui parviennent à retranscrire à merveille cette tragique réalité pour enchaîner avec un grand divertissement.

C’est donc un immense coup de coeur pour ce premier contact avec Shikabana. Un récit sombre et morbide qui s’empare aisément de nous pour mieux nous faire vibrer. Le résultat est éblouissant et l’on est ébahi par l’imagination de l’auteur qui combine une tranche de vie courte, mais efficace à une lutte surnaturelle pour se faire pardonner. Si vous aimez les contes affichant une atmosphère aussi oppressante que captivante et parvenant à insuffler une profonde humanité au scénario alors vous devriez largement être convaincu. C’est en tout cas une série que l’on suivra de près et qui est parfaite pour ce mois de l’effroi. On est plongé du début à la fin dans cette quête très personnelle de Tsuyu qui va le voir se confronter à la mort et aux cicatrices qu’elle laisse sur ceux qui restent. A présent, on ne peut s’empêcher de se poser tout un tas de questions concernant la suite de cette saga. Est-ce que notre jeune homme parviendra à arranger la situation ? Qui peut bien être derrière ce miracle désastreux ? Tsuyu sera-t-il prêt à faire ce qui doit être fait pour le bien de tous ? Les remords et la tristesse qui envahissent son coeur vont maintenant être la source d’une profonde détermination. Une traque hors du commun est sur le point de débuter et on est impatient d’assister au prochain acte.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Shikabana. Avez-vous apprécié la tournure que prend ce récit ? Vous attendiez-vous à être transposé vers une chasse aux monstres ? Croyez-vous qu’il soit possible de sauver l’une de ces créatures maudites ? Pensez-vous que notre jeune homme parviendra à trouver la rédemption à travers ce combat ? Etes-vous impatient d’en apprendre plus sur cette lutte mystique ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet. 🙂

© 2018 nojo (scénariste) / Monri Kei, Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *