Light-Yagami

Light Yagami : le dieu qui tomba en enfer

On revient aujourd’hui pour un article un peu spécial. En effet, on reprend notre visite des personnages emblématiques de manga. Après le cas Shôto, il est maintenant temps de se pencher sur une grande célébrité. Je parle bien sûr de ce cher Light Yagami, protagoniste principal de Death Note. Ce shônen, édité chez Kana, a su marquer toute une génération de lecteurs. Cela est dû à plusieurs éléments, mais le plus intéressant reste son “héros” ainsi que son évolution au long du récit. Il est temps de faire le portrait de cet étudiant ayant acquis un trop grand pouvoir pour lui. Soyez prêt à entrer en contact avec le Death Note !

Un cahier peut bouleverser une vie

Afin de cerner le caractère de Light, il faut revenir avant que sa vie ne change à jamais. Notre jeune homme était voué à un avenir brillant. Faisant preuve d’une grande intelligence, son avenir était tout tracé et rien ne semblait pouvoir se mettre sur son chemin. Malheureusement, Light semblait ennuyé de cette vie qu’il menait. Il observait le monde et ne voyait que violences, crimes et dangers. Il était résigné à son existence quand arriva le jour fatidique. C’est alors qu’il regarde par la fenêtre de sa classe qu’il aperçoit un cahier tombé du ciel. À la sortie des cours, il se dirige vers celui-ci et le feuillette. Dans ce carnet, intitulé Death Note, est noté des instructions. Si l’on écrit le nom et le prénom d’une personne sur ces pages, celui-ci meurt d’une crise cardiaque.

Pensant à une simple blague au départ, il s’apprête à retourner chez lui. Cependant, sa curiosité fut finalement la plus forte et il embarqua le cahier dans son sac. Se rendant directement dans sa chambre en rentrant, Light ne peut s’empêcher de contempler le Death Note. Il finit par succomber et note le nom d’un criminel dont le nom est apparu aux infos. Peu de temps après, cet homme meurt d’une crise cardiaque à la plus grande surprise de notre héros. Pensant simplement à une coïncidence, il ne peut accepter la réalité. C’est lors d’une seconde situation qu’il put enfin comprendre le pouvoir derrière ce carnet. C’est alors qu’il voit enfin le moyen de régler les problèmes de ce monde. En quelques jours, les pages du Death Note se remplissent des noms de criminels. C’est à cet instant qu’il fait la rencontre de Ryûk, le dieu de la mort à qui appartient son précieux cahier.

Light Yagami-début

Light et Ryûk, un duo iconique

Sa rencontre avec cet être divin va lui ouvrir les yeux sur le pouvoir qui repose entre ses mains. Rien ne pourra se mettre en Light Yagami et ses rêves de justice. Ainsi débute l’ascension de celui que l’on nommera Kira.

La volonté de changer les choses

Au départ du manga, Light nous est décrit comme un homme pétri de bonnes volontés. Son grand désir est de pouvoir débarrasser le monde de la corruption qui le ronge. On le suit donc dans son rôle de faucheur et l’on peut comprendre son souhait. D’ailleurs, tout semble aller pour le mieux car il ne s’écarte jamais du chemin qu’il décide de suivre. Si quelqu’un ose entrer dans la criminalité, alors il subira le courroux de Kira. Sa volonté de changer les choses est palpable et l’on se dit qu’il utilise le don du Death Note pour une noble cause. Il arbore donc l’étiquette de héros avec une certaine prestance. De plus, son raisonnement concernant la nécessité de l’existence de Kira est particulièrement bien pensé. Il ne souhaite pas être sur le devant de la scène pour de très bonnes raisons.

Tout d’abord, l’image d’un être que l’on ne peut voir ajoute un côté mystique. Pour le commun des mortels, Kira prendra la forme d’un dieu abstrait prêt à frapper à tout moment. Une fois implanté dans l’esprit des gens, cela poussera chacun à éviter de commettre la moindre erreur. De plus, si l’on venait à apprendre qu’il s’agit en réalité d’un simple étudiant, il deviendrait tout de suite une cible prioritaire. Tout le monde chercherait à obtenir le pouvoir du Death Note. Qui sait la mauvaise utilisation que l’on ferait de cette emprise sur la vie et la mort. Malheureusement, le règne que Light souhaite instaurer repose en grande partie sur la peur. Pour beaucoup, notamment les forces de l’ordre, ce qu’il fait n’est rien d’autre que du meurtre.

C’est ainsi que débute un face-à-face qui va changer totalement notre vision d’aborder les choses. Qu’il s’agisse du Death Note ou bien de Light Yagami, le spectateur va être totalement pris au dépourvu.

Une lutte sans merci

L

Un adversaire digne de Kira

Il était forcé qu’un beau jour, la mort étrange d’autant de criminels attire l’attention des autorités. Ne sachant où chercher, il décide de se tourner vers l’homme qui deviendra le grand rival de Kira. Il s’agit du plus grand détective au monde qui se fait appeler L. Enquêtant toujours dans l’ombre, notre homme va être le premier à se rapprocher de la véritable identité de Kira. En voyant qu’il se fait manipuler par L, Light Yagami va commencer à sentir l’étau se resserrer. En même temps, le fait de trouver enfin un adversaire à sa hauteur va lui procurer un certain plaisir malsain. C’est ainsi que va débuter une lutte sans merci entre le plus grand enquêteur et le dieu vengeur Kira.

C’est à ce moment qu’on se rend compte de la tournure que prend le récit. Nous qui étions du côté de Light, on finit par se poser plusieurs questions. A-t-il vraiment raison d’utiliser le pouvoir du Death Note ? N’est-il pas en train de devenir ce qu’il combattait ? Et si en réalité, on suivait depuis le début l’antagoniste du récit ? Outre le fait que le conflit entre ses deux forces est magistralement orchestré, le lecteur est totalement chamboulé et doit revoir sa façon de penser. Le coup de massue qui va transformer l’approche que l’on a de Light est le fait qu’il décide d’aller outre ses principes. Il n’hésite plus à tuer des membres des forces de l’ordre pour s’en sortir. Tous ceux qui osent s’approcher de lui finisse par voir leur nom noté dans le Death Note comme les membres du FBI présent au japon.

Plus les tomes passent et plus on se rend compte de la folie qui s’empare de Kira. Le jeune homme empli d’un sens fort de la justice commence à se laisser corrompre par les possibilités du carnet.

Le pouvoir finit par corrompre

Peu à peu, l’humanité et la santé mentale de Light se dégradent. Comme je l’ai dit un peu plus haut, sa vision de la justice se retrouve altéré. Lui qui souhaitait mettre en place un monde utopique dénué du moindre mal, il devient la première source de souffrance. Faisant appel à des stratégies toujours plus abjectes, il parvient à se débarrasser du seul homme qui pouvait lui faire face. Il n’hésite même plus à manipuler son entourage pour atteindre son but. Light Yagami devient la cible qu’il s’était jurée à abattre. Le pouvoir du Death Note finit par corrompre totalement son esprit. C’est là que le personnage de Light devient encore plus intéressant. L’image du dieu justicier devient celle d’une ombre à craindre et qui insuffle un régime de terreur à l’ensemble de l’humanité.

Pour Kira, le moindre faux pas devient un crime à ses yeux. Les gens finissent par vouer un culte à ce dieu dans le simple espoir de ne pas se retrouver dans le carnet. Au final, Light arrive à atteindre son but d’une manière particulièrement abjecte. Cependant, à force de trop abuser du pouvoir des dieux de la mort, il finit par se faire de nombreux ennemis. Après avoir instauré son règne, notre étudiant cherche à le préserver à tout prix. Il est même prêt à faire souffrir sa famille tant qu’il garde sa stature divine. Il n’y a plus de limites à ses actes et la deuxième partie du manga continue à nous montrer Light comme le vrai méchant de l’histoire. C’est justement ce changement de rôle qui fait tout le piment de ce personnage qui avait tout pour réussir.

Naomi Misora

Misora, l’une des victimes de Kira qui va ouvrir les yeux du lecteur

Mais Ryûk l’avait prévenu lorsqu’il était entré en possession du Death Note. Celui qui utilise ce don réservé aux dieux finira par ne connaître que le malheur et la solitude. C’est finalement ce qui est arrivé pour notre cher Light Yagami.

La déchéance de Light

Light Yagami-fin

La puissance corrompt le justicier qui devient criminel

On en arrive finalement à la conclusion de ce personnage. Cet étudiant lambda pétri de principe nous avait captivés et émerveiller. On a suivi son combat pour la justice en y croyant sincèrement et puis tout bascula. Light Yagami finit par devenir une figure néfaste et que l’on souhaite, par notre plus grand étonnement, voir condamné pour ses crimes. Le juge qui jouait aussi le bourreau fini par se retrouver sur le banc des accusés. En fait, Light est un personnage qui nous fait passer par pleins d’émotions. Même si l’on finit par le détester, sur ces derniers instants, lorsqu’il finit par sombrer totalement dans la folie, on ressent une certaine pitié. Il ne fut qu’une victime du pouvoir du Death Note.

C’est en cela que je trouve le personnage de Light si captivant. L’évolution de ce héros en antagoniste principal est parfaitement maîtrisée et en fait l’un des protagonistes les plus marquants du monde otaku. Au-delà de son intelligence hors du commun et ses affrontements fantastiques avec la police, il marque les esprits par sa déchéance. Comme il est dit, l’enfer est pavé de bonnes attentions et cela n’a jamais été plus vrai que dans cette œuvre. En réalité, Light fut la victime du pouvoir qu’on lui a confié. Avoir l’emprise sur la vie et la mort est un trop grand don pour être contrôlé. Pour finir, le vrai méchant n’est-il pas plutôt le Death Note en lui-même qu’une pauvre âme contaminé par lui ?

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre avis sur le personnage de Light Yagami ainsi que sur Death Note. 🙂

© Ohba Tsugumi &  Obata Takeshi / Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *