sto:rage

Sto:Rage tome 1 : un nouveau regard sur la vérité

Le mois de septembre a déjà bien débuté. Il est donc temps pour Esprit Otaku de s’attarder sur les nouveautés de ces derniers jours. Pour bien débuter cette rentrée, on va se pencher sur un manga qui avait su attirer mon attention. Ce dernier est Sto:Rage, édité chez Komikku, qui nous plonge dans un thriller haletant ayant de nombreuses ressources. S’axant sur une idée bien pensée, le récit offre une nouvelle façon d’aborder une enquête policière. Le titre possède tout un éventail d’atouts qu’il arrive à utiliser de manière subtile et pertinente. L’heure est venue de plonger au cœur d’une équipe pas comme les autres. Gardez vos yeux bien ouverts, car on ne sait jamais ce que notre regard pourrait capter !

La mémoire dans les yeux

Sto-rage-technologie

Que peut bien raconter cet œil ?

Sto:Rage, imaginée par Jirô Andô, nous plonge en 2019, dans un Tokyo qui s’apprête bientôt à accueillir les Jeux Olympiques. La ville a beau être en pleine préparation de ce fabuleux événement, cela ne l’empêche pas de voir en son sein d’étranges meurtres se dérouler. En effet, les forces de l’ordre restent perplexes face à ces crimes particulièrement atroces. À chaque fois, un cadavre est retrouvé avec une partie de son corps brûlée. Cependant, ce n’est pas l’élément le plus troublant dans chacun de ces meurtres. En plus d’être calciné, il manque l’œil gauche à chacune de ces victimes. Le jeune inspecteur de police Souta Aoba se retrouve à devoir examiner une de ces scènes de crimes. Ne sachant quoi penser de ce cas, il fait la rencontre d’une jeune femme prénommée Hitomi Tachibana.

Cette demoiselle annonce enquêter aussi sur cette affaire en tant que membre de “l’équipe d’investigation par mémoire oculaire” aussi appelé “L’EIMO”. Face à l’enquête qui piétine, Aoba va être chargé de travailler en collaboration avec cette division aux méthodes d’investigation singulières. En effet, Hitomi lui explique qu’elle fait appel à une technologie révolutionnaire. Cette dernière permet de déchiffrer et analyser la mémoire provenant des yeux des vivants, mais aussi des morts. Ne croyant nullement à cette méthode, la dirigeante de L’EIMO va lui faire une petite démonstration dont il sera le cobaye. Voyant que tout s’avère exact, l’inspecteur Aoba va finalement travailler main dans la main avec cette division pour arrêter le coupable. Ils ne savent pas encore que ces meurtres étranges cachent un dessein bien plus grand.

Derrière ce synopsis intéressant se cache une idée très bien pensée pour attirer le lecteur. Cette dernière n’est autre que la technologie qu’emploie L’EIMO pour résoudre ses enquêtes. Elle apporte une nouvelle façon d’appréhender chaque scène de crime.

Une technologie révolutionnaire

Le premier aspect de Sto:Rage qui marque les esprits repose donc sur la méthode employée par l’équipe d’Hitomi. Surnommé la “mémoire des yeux”, ce procédé permet au lieutenant Tachibana de traiter les informations recueillis par le regard d’une personne. Pour cela, il lui suffit de prendre en photo l’œil d’un individu. Elle peut ensuite la traiter et ainsi voir tout ce que cet organe a mémorisé. On se retrouve face à une technologie futuriste, mais qui est amené de façon si habile que l’on pourrait croire en son existence. Il serait facile de s’imaginer que grâce à ce procédé, notre équipe d’investigation puisse découvrir aisément le coupable. Cependant, c’est là que la mangaka fait fort en nous proposant un système qui a beau être puissant, celui-ci possède aussi des faiblesses.

Tout d’abord, enregistrer les souvenirs d’une personne décédée n’apporte pas forcément les réponses souhaitées. Du fait de la mort de l’individu, les informations mémorisées dans l’œil peuvent se retrouver très endommagé voir inexploitable pour découvrir la vérité. Cela force donc nos enquêteurs à faire appel à tout leur talent de déduction pour espérer trouver un indice qui amènera au coupable. Donc, la technologie aurait pu faciliter le travail des inspecteurs. Au lieu de cela, elle est juste désigné comme un outil au même titre que les autres méthodes d’investigation. Bien sûr, la “mémoire des yeux” est puissante, mais l’intérêt est que justement elle n’apporte pas forcément la solution. Cela permet donc de s’attacher plus facilement aux personnages qui doivent faire leur preuve aux yeux du lecteur. Le dernier point concernant cette technologie est qu’elle ne peut pas être utilisée comme preuve pour un procès. En effet, du fait que l’on peut connaître toute la vie d’une personne à travers son regard, cela apporte la problématique de l’atteinte à la vie privée. Un outil formidable pour enquêter, mais qui ne peut être divulgué au grand public.

Il existe cependant un autre point qui permet à Sto:Rage de captiver le lecteur. Celui-ci concerne l’intrigue du récit qui prend une toute autre ampleur dans les dernières pages du tome.

Un thriller qui prend de l’ampleur

sto-rage-inconnu

Qui est cet homme ?

Au départ, on a la sensation de suivre une enquête comme on peut en voir dans beaucoup d’autres titres. Cependant, cela change rapidement au cours de la lecture. En effet, le récit prend un malin plaisir à dissimuler plusieurs mystères. Ces derniers ne font que nourrir notre envie d’en savoir plus. La première de ces énigmes n’est autre que l’identité de l’inconnu qui ne cesse d’apparaître au fil de l’histoire. Si l’on en apprend davantage sur lui durant le périple d’Aoba, il est la source de nombreux questionnements pour le lecteur. Semblant lié de près à l’inspecteur Aoba, il laisse le spectateur imaginé le lien qui pourrait unir ces deux hommes. Malgré tout, il est très difficile de parler de ce personnage sans dévoiler certaines parties de l’histoire. Je vous laisse donc le plaisir de découvrir les mystères qui l’entourent par vous-mêmes.

Cependant, ce n’est pas la seule interrogation que nous autres lecteurs nous posons. Qu’il s’agisse du passé des différents membres de l’EIMO, d’Aoba ainsi que de nombreux autres éléments, le premier tome de Sto:Rage arrive parfaitement à faire ce que le lecteur attend d’une première lecture. Il apporte les bases de son univers tout en faisant grandir notre désir de découvrir la suite. Cela est possible grâce aux nombreuses zones d’ombre de l’histoire qui nous donnent envie de savoir la vérité derrière tous ces meurtres. J’avoue que la brusque accélération du récit à la fin du tome m’a surpris. Cela ne m’a quand même pas empêché d’apprécier pleinement ma lecture. On finit donc la lecture avec certaines réponses, mais surtout de nombreuses questions qui viennent hanter notre esprit.

Ce premier volume remplit à merveille son rôle de nous faire découvrir l’histoire sans en révéler plus que nécessaire. Au final, Sto:Rage est un seinen attirant qui arrive surtout à susciter l’envie de connaître la suite.

Sto:Rage fait de l’œil au lecteur

En conclusion, Sto:Rage est une bonne surprise. Pour l’instant, il ne révolutionne pas le genre mais apporte suffisamment de bonnes idées pour mettre en place un récit prenant. On se laisse aisément immerger dans ce thriller qui ne cesse de prendre de l’importance au cours de ce premier tome. De plus, le fait d’introduire la “mémoire des yeux” permet d’apporter un peu de nouveautés et une nouvelle façon d’appréhender chaque crime. La mangaka arrive à maintenir un solide équilibre entre tous ces éléments pour qu’à aucun moment on ne boude notre plaisir. Un très bon divertissement qui sait comment captiver le regard du lecteur. Accompagné par une narration qui ne nous laisse que peu de repos, on dévore ce premier volume sans se rendre compte du temps qui passe.

Esprit Otaku vous conseille donc cette première immersion dans le monde de Sto:Rage. Il saura plaire à tous les amoureux de thriller ainsi qu’aux fans d’enquêtes policières. Une œuvre dont je n’attendais pas forcément grand chose. Cependant, elle a su me surprendre et me donner envie de lire la suite. De plus, le titre prend une toute autre dimension à partir du dernier chapitre. Entre révélations et questionnements, cette partie arrive à conclure ce premier voyage de manière marquante en nous laissant cogiter sur ce que pourrait donner la prochaine rencontre entre l’inconnu et Aoba. Les bases du récit sont maintenant en place tandis que notre esprit se retrouve submergé de questions. Qui est donc cet individu à l’œil gauche cousu ? Que cache le passé de l’inspecteur Aoba ? Quelle est la raison de tous ces meurtres ? L’enquête ne fait que débuter et elle compte bien laisser son empreinte dans la mémoire du lecteur dont le regard mémorise chaque détail. La conclusion de cet affrontement aura lieu dans le second et dernier volume de Sto:Rage.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre avis sur le premier tome de Sto:Rage ainsi que vos attentes pour la suite ! 🙂

© Jirô Andô / Shinchōsha

2 Comments

  • J’ai encore plus hâte de découvrir ce récit, j’attends que sorte le tome 2 pour me prendre les deux d’un coup. En tout cas les premières pages et l’intrigue m’ont bien plut.

    • EspritOtaku dit :

      Oui je pense que tu peux attendre le second tome pour avoir toute l’histoire dans son intégralité. En tout cas, comme je le dis, c’est une bonne surprise et j’avoue que je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *