Tenjin

Tenjin tome 1 & 2 : la recherche du dieu céleste

En ce vendredi, j’ai décidé de tenter une toute nouvelle chose. Il s’agit d’une lecture commune que j’ai réalisé en compagnie de ma camarade blogueuse Sofia de Lire en Bulles. Vous pouvez d’ailleurs retrouver son article ici. Cette collaboration ne sera pas de trop pour parler du titre qui nous intéresse aujourd’hui. L’œuvre que l’on va traiter est Tenjin, édité chez Kana, qui en est à son deuxième tome. Nous proposant de voguer aux côtés de jeunes pilotes, l’univers qui se dessine devant nous à tout pour être enchanteur. En seulement deux volumes, ce shônen arrive à introduire bon nombre d’éléments fascinants. Il est grand temps d’enfiler son casque et de partir à la recherche du dieu Tenjin. J’espère que vous êtes prêt à explorer l’immensité du ciel qui se dresse fièrement au-dessus de nos têtes.

Le rêve d’un jeune homme

Tenjin-rêve

Un jeune homme fasciné par l’immensité du ciel

Tenjin est né de la plume de Yoichi Komori ainsi que de Muneaki Taoka pour le story-board et Tasuku Sugie concernant le dessin. L’histoire débute par une situation de crise. En effet, on assiste au crash d’un avion de chasse en plein centre de la ville de Hamamatsu. Malgré tous les efforts mis en place, cet accident causa la mort du pilote ainsi que celle d’un bon nombre de civils. Ne sachant nullement ce qui fut à l’origine de ce malheur, toute la faute retomba sur l’instructeur de l’élève, le lieutenant-colonel Sakagami. Celui-ci ne cherche aucunement à se défendre et accepte son sort en démissionnant de son poste. Cette situation marqua non seulement Sakagami, mais aussi une autre personne dont le regard a toujours été porté sur lui. Il s’agit de Riku, le fils de cet ancien pilote qui a toujours rêvé de suivre les traces de son père.

Bien des années plus tard, on retrouve ce jeune homme prêt à prendre son envol. Contemplant le ciel, il sait que son destin l’attend là-haut. Il embarque alors avec deux de ses camarades à l’école de formation qui feront d’eux de vrais pilotes. S’il souhaite passer le reste de sa vie à explorer ces étendues célestes, son rêve est avant tout de pouvoir rencontrer le dieu du ciel que l’on nomme Tenjin. Malgré sa forte volonté et ses capacités innées en tant que pilote, Riku va se rendre compte à quel point son objectif ne sera pas chose facile. De plus, il devra se faire une place malgré le souvenir de l’accident dans lequel a été impliqué son père. C’est une route semée d’embûches qui attend notre héros qui pourtant, est bien décidé à aller au bout de ses convictions. Quel futur attend Riku Sakagami dans les forces aéronavales du Japon ? Ce qui est certain, c’est que Tenjin veillera sur lui !

Au cours de ces deux tomes, on se rend compte qu’on fait face à un récit d’action empli d’un côté très dramatique. Le premier point qui marque lors de la lecture est le soin apporté à tout cet univers céleste.

La découverte du ciel

La première force de Tenjin réside dans sa manière de traiter le ciel. Ainsi, il est possible d’admirer plusieurs visages à ce monde céleste tout au long de l’aventure. Dans un premier temps, il symbolise le rêve et la liberté. Un lieu énigmatique que seule une poignée de personnes peuvent explorer. Ensuite, il est représenté comme un terrain de jeu pour les pilotes. C’est là qu’ils exercent leur art tout en perfectionnant leur entraînement. Il y ainsi une multitude de façon d’appréhender le ciel. Cette force permet de rendre ce lieu atypique particulièrement envoûtant aux yeux du lecteur. On se retrouve à se demander qu’est-ce que l’on ressent lorsque l’on vogue sur cette mer céleste. Cependant, ce n’est pas la seule façon dont est abordé cette dernière qui va bien plus loin qu’un simple décor de fond.

Par moment, elle apparaît presque comme un personnage propre à l’histoire. Cette sensation se retrouve accentuée par la soi-disant présence de Tenjin qui veille sur l’ensemble des pilotes. D’ailleurs, cet aspect divin ajoute un côté mystérieux et fantastique à un élément qui, pour la majorité d’entre nous, est assez banal. Outre cela, le ciel est surtout le principal antagoniste du récit. Cet aspect est notamment traité tout au long du deuxième tome. Cette scène où jouaient les protagonistes devient un lieu dangereux pouvant les balayer en un instant. On se retrouve impuissant face aux éléments naturels qui se déchaînent et on prie pour que Riku et ses amis puissent s’en sortir indemne. Tenjin apporte donc un très grand soin à cet élément sur lequel repose la majorité du récit et nous fait ressentir tout un tas d’émotions. On passe de l’admiration à la découverte avant d’éprouver une certaine terreur face à la toute-puissance que dégage le ciel. Un habile traitement de ce qui aurait pu être un simple décor.

On passe maintenant à l’un des grands sujets que traite Tenjin. Il s’agit des liens qui se développent au cœur du groupe Charlie dont les membres deviennent bien plus que de simples camarades.

L’esprit de camaraderie

Tenjin-amitié

La force de l’amitié !

On se retrouve ici face à l’un des aspects qui m’a le plus marqué. Tout le récit que l’on parcourt au travers de ces deux tomes est une ode à l’amitié. En peu de temps, le lecteur comprend que même si Riku a un instinct naturel pour le pilotage, cela ne suffira pas. Notre héros est présenté comme un jeune homme passionné, mais avec beaucoup de lacunes. Malgré toute sa volonté, il n’arrive pas à assimiler les bases du métier de pilote. Face à cette adversité, il pourra compter sur son entêtement, mais surtout sur le soutien des autres membres de son groupe. Ainsi, si au départ, on ressent quelques tensions entre certains élèves, l’ensemble de l’équipe comprend qu’ils devront se serrer les coudes. De ce fait, le lecteur peut observer les échanges qui ont lieu au sein du groupe Charlie. Notre vision est alors chamboulée et on ressent tous les liens qui se forgent entre chaque personnage.

Cet aspect du manga est encore plus flagrant dans le second volume. Cela se renforce à tel point que l’on a l’impression que ces futurs pilotes sont maintenant une famille. Riku va même jusqu’à avouer que s’il en est là, c’est en partie grâce à sa volonté, mais surtout à l’aide de ses camarades. Tout le récit est teinté de ce message et le traite d’une manière si naturelle et humaine que l’on saisit rapidement l’importance d’avoir des gens sur qui compter. De plus, la notion d’amitié va même jusqu’à prendre un tout autre sens à travers le symbole que représente Tenjin. Je ne vous en dirais pas plus dessus pour vous laisser le plaisir de le découvrir. En tout cas, ce shônen dégage une chaleur humaine fascinante au fur et à mesure de la lecture. Un thème d’une pertinence impressionnante qui nous fait nous attacher aux protagonistes et arrive à nous toucher profondément.

Bien sûr, on ne peut pas parler de Tenjin sans évoquer le milieu dans lequel évolue notre héros. Le monde militaire qui s’offre devant nous est d’un très grand réalisme. Il nous décrit toute le côté strict et difficile de ce milieu.

Un monde souvent difficile

On sait tous que l’univers militaire est un terrain possédant de nombreuses règles. Ce côté est traité avec un certain brio dans Tenjin. Dès le début du premier tome, on peut observer la dure loi qui régit toute la base. Le moindre écart se retrouve sanctionné même si cela entraîne toute l’escouade. Cet aspect s’avère primordial pour inculquer à ces futurs pilotes la rigueur nécessaire à l’accomplissement de leur travail. De plus, on découvre aussi tout ce qui constitue ce monde si particulier et qui m’a surpris à de nombreuses reprises. Le cas le plus flagrant fut de constater qu’il est impossible pour une femme de devenir pilote d’avion de chasse. Ainsi, à travers ces deux premiers tomes, on assiste à la terrible formation que suivent Riku et ses amis. Malgré les obstacles qui se dressent devant lui, la volonté de Riku est si palpable que l’on ne peut s’empêcher de vouloir l’encourager.

Le titre plante un décor qui s’avère très froid et pourtant captivant. On ressent vraiment tout le travail de recherche effectué pour donner le plus de réalisme à cette œuvre. Cependant, il y a un autre point qui rend ce monde difficile et que j’ai trouvé particulièrement bien traité. Celui-ci est introduit par l’arrivée d’une journaliste souhaitant faire la lumière sur l’accident d’Hamamatsu. Au départ, son désir n’est autre que de créer un scoop de par cet incident et le fait que notre héros suive le même destin que son père. De par ce fait, on éprouve une certaine animosité envers cette personne qui cherche juste à faire le buzz même si cela touche au malheur des gens. Bien sûr, cela va assez vite prendre une autre tournure, mais cette partie représente parfaitement tout ce qui touche à la presse à scandale. Tous ces éléments insufflent au récit tout son côté réaliste. On a la sensation d’avoir affaire à une histoire qui pourrait vraiment se dérouler.

Le dernier point remarquable de Tenjin consiste dans la philosophie de vie de Riku. Peu importe les galères et ce que l’on pensera de lui, sa volonté d’accomplir son rêve continuera de brûler.

La volonté d’aller au bout de ses convictions

Tenjin-volonté

La volonté de rencontrer Tenjin

Le personnage de Riku Sakagami arrive à nous séduire de par sa vision du monde. Tout au long du récit, le lecteur peut observer le regard de ce jeune homme porté vers le ciel. Son désir d’explorer cette mer céleste est si fort qu’il arrive à nous le faire partager. On se surprend à vouloir fortement découvrir ce qui se cache derrière le mythe du dieu Tenjin. L’écriture du personnage au niveau de ses convictions est si minutieusement travaillé qu’elle en devient contagieuse. Le rêve de Riku devient ainsi celui du lecteur et on ne cesse d’être impressionné par la volonté qu’il affiche. Même si son talent en tant que pilote est indéniable, c’est avant tout le désir qui brûle en lui qui lui permet d’avancer. C’est sa faculté à ne jamais abandonner qui fait de lui un héros mémorable auquel on s’attache.

Il n’est pas rare de voir dans des shônens, un héros prêt à tout pour atteindre son but. Cependant, le travail réalisé sur cet aspect du personnage de Sakagami est particulièrement bien amené. L’histoire que nous conte Tenjin est avant tout celle d’un rêveur. Un homme qui désirait explorer l’immensité du ciel comme son père et son grand-père avait pu le faire. Fatigué de devoir seulement observé de loin l’objet de toutes ses convoitises, il décide de transformer son souhait en réalité. De par ce postulat de départ, il est très facile pour le lecteur de s’imaginer à la place de Riku. À travers ce héros, le manga cherche à nous expliquer qu’un rêve est parfois le meilleur moyen d’avancer dans la vie. De plus, il est tout à fait possible de réaliser ce rêve si l’on s’en donne les moyens et qu’on prend son courage à deux mains. Le lecteur se retrouve donc face à une magnifique leçon de vie qui peut parler à n’importe qui.

Au final, ces deux tomes offrent un rassemblement de thématiques aussi nombreuses que diverses. Le mélange de tout cela donne un récit incroyable et prometteur pour la suite.

Un ballet aérien enchanteur pour Tenjin

En conclusion, j’ai vraiment été embarqué dans ce que souhaitait raconter Tenjin. Si le premier tome est assez centré sur la formation des pilotes, le second apporte son lot de moments épiques. Le côté très technique du monde de l’aviation n’entache en rien le plaisir de lire. On apprend donc beaucoup de choses sur un milieu qui ne parle pas forcément à tout le monde. Cela est englobé dans un récit prenant où l’on se retrouve happé par le rêve d’un jeune homme. Un souhait si palpable que l’on a envie de le réaliser à ses côtés. Le tout est emballé dans un univers traitant de thématiques importantes faisant réfléchir le lecteur. Une œuvre qui arrive autant à nous divertir qu’à nous transmettre tous ces messages. Je tiens vraiment à saluer tout le travail abattu par les auteurs de cette série pour qu’elle s’avère aussi complexe sans pour autant négliger son côté ludique.

Esprit Otaku vous recommande donc chaudement ce titre qui saura vous faire voyager vers des contrées inexplorées pour bon nombre d’entre nous. Un manga qui s’adresse avant tout aux amoureux d’histoires réalistes. Cependant, il plaira aussi à tous les lecteurs en manque d’action. Je souligne aussi qu’il n’est pas nécessaire de si connaître un tout petit peu en avion pour apprécier toute la beauté de ce récit. Après les événements qui se sont déroulés dans le second tome, j’ai vraiment hâte de voir ce que nous réserve la suite. Une série prometteuse qui mérite d’atterrir dans n’importe quelle bibliothèque. Quel avenir attend Riku au sein des forces aériennes ? Jusqu’à quel point son talent va-t-il s’aiguiser ? Ce qui est sûr, c’est qu’il n’en est encore qu’à ses débuts de pilote !

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre avis sur Tenjin ? Qu’est-ce qui vous a le plus marqué dans ce manga ? 🙂

© SUGIE Tasuku & KOMORI Yôichi & TAOKA Muneaki / Shûeisha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *