Soul Guardians

Soul Guardians tome 1 : la vie perdure après la mort

Pour le voyage d’aujourd’hui, je suis tombé sur un manga qui m’a beaucoup surpris. Même si le synopsis m’avait bien tenté, je ne m’attendais pas du tout à ce qui se cachait réellement derrière ce titre. Nos prochains pas vont donc nous emmener dans le monde de Soul Guardians, édité chez Komikku. Ce seinen de science-fiction arrive à traiter d’un sujet difficile avec une grande dose d’émotions et de réflexions. À cela s’ajoute un fil conducteur intrigant qui captive notre regard du début à la conclusion de ce tome. Un manga qui possède de nombreux éléments insoupçonnés. L’heure est venue de voguer dans cet univers d’anticipation où la limite entre la mort et la vie est minime. Soyez prêt à rejoindre les rangs de la Soul Brigade !

Un papillon symbole d’espoir

Soul Guardians - Ono

Ono ne fait pas dans la finesse

Soul Guardians, imaginée par Icori Ando, nous plonge au cœur d’une épopée futuriste. Dans ce monde, la mort est régie par une loi très particulière. Lorsqu’une personne décède, son enveloppe charnelle se décompose rapidement. Cependant, alors que le corps relâche son dernier souffle, un papillon se libère de celui-ci. Ce dernier regroupe toutes les données de la vie du défunt. Ces formes de vies n’existent que pour une durée de 49 jours avant de disparaître à jamais. Afin de préserver ce que représentent ces papillons, un groupe fut créé afin de les recueillir. Il s’agit de la Soul Brigade, une unité ayant les ressources pour cryogéniser ces êtres pour ensuite permettre aux familles des défunts de pouvoir communiquer avec eux. Cela permet aux proches de pouvoir faire leur deuil tout en préservant une partie de l’être aimé.

On suit le quotidien d’Ono, nouveau membre de la Soul Brigade. Suite à un accident d’avion, toute sa famille a péri il y a quatorze ans. Cependant, le temps a beau avoir passé, le corps de Senri, la sœur de notre héros, ne s’est jamais décomposé. Son papillon s’avère avoir été dérobé par un inconnu et a plongé la jeune fille dans un état végétatif. Suite à cet évènement, Ono s’est juré de tout faire pour retrouver le papillon ainsi que le responsable de son chagrin. C’est ainsi que sa quête pour offrir le repos éternel à sa sœur jumelle débute. Cependant, il va se rendre compte que la vie des Soul Guardians n’est pas chose facile. De par son comportement singulier et son manque de travail d’équipe, il a beaucoup de mal à s’intégrer avec ses nouveaux coéquipiers. De plus, il doit rester sur le qui-vive pour ne pas révéler la vérité concernant l’état de sa sœur. C’est un long et dangereux chemin qui l’attend s’il espère retrouver le coupable.

La première grosse surprise qui constitue tout l’intérêt du récit repose dans sa thématique. Ce sujet est traité avec tant d’habileté qu’il arrive à toucher aisément le cœur du lecteur.

Une thématique touchante et réfléchie

La mort est toujours un sujet délicat à traité et il faut l’avouer que Soul Guardians le fait avec un certain brio. Tout d’abord, le principe que l’âme d’un être défunt puisse subsister à travers la naissance d’un papillon onirique ajoute un côté symbolique. Cela permet de penser que les personnes ne meurent pas réellement, mais continue d’exister sous une toute autre forme. De plus, le fait qu’il soit possible de communiquer avec la personne disparue apporte un aspect très touchant à la situation. Ainsi, il est possible de pouvoir échanger des dernières paroles avec celle-ci tout en pouvant trouver la paix en son for intérieur. Ce système de préservation des souvenirs apporte une émotion chez le lecteur qui nous bouleverse profondément. Après tout, si ces ressources existaient dans notre monde, on serait ravi de pouvoir s’adresser une dernière fois à une personne qui nous était proche.

Pourtant, il existe un revers à cette vie après la mort. Si l’être humain continue de vivre sous la forme d’hologramme, il perdure à jamais. De ce fait, il est presque impossible pour la famille de pouvoir faire pleinement ses adieux. C’est comme si cette représentation servait de prison aux gens qui restent ainsi enfermés dans le passé. Au final, en mourant les gens gagnent une sorte d’immortalité empêchant aux vivants de se tourner vers le futur. Le lecteur se retrouve donc tiraillé entre le réconfort que peut apporter ce mode de vie et le blocage que cela peut provoquer. D’ailleurs, cela est visible à travers certains personnages de l’histoire qui vivent ce sentiment d’attachement au quotidien. Voilà pourquoi Soul Guardians est aussi intéressant à lire. En plus de nous émouvoir, il nous fait réfléchir sur le fait de vivre pleinement ainsi que le fait d’accepter la disparition de quelqu’un. Une œuvre déroutante qui chamboule notre vision de la vie elle-même.

Cependant, l’intérêt de ce manga ne repose pas uniquement sur cet élément. L’intrigue s’avère être particulièrement prenante et l’on se retrouve dans une histoire où il est difficile de donner sa confiance.

Une histoire pleine de cachotteries

Soul Guardians-mensonge

Ono va devoir cacher la vérité pour protéger sa sœur

Lorsque l’on parcourt les pages de Soul Guardians, une chose finit par nous sauter aux yeux. Il s’agit du jeu de dupe qui se joue entre les différents protagonistes. On découvre vite que chaque membre n’est pas ce qu’il prétend être. Le personnage le plus flagrant est celui d’Ono. Derrière son attitude étrange et souvent imprévisible se cache une volonté de ne rien transparaître sur sa vie. Cependant, il ne faut pas longtemps pour que les autres membres de l’équipe commencent à se poser des questions à son sujet. Contrairement à d’autres titres où le groupe du héros est soudé ou victime de quelques chamailleries, ici il y a une véritable tension dans la Soul Brigade. Tout comme notre soldat, on se demande si l’on peut faire confiance à l’un d’entre eux. On finit même par penser qu’il pourrait y avoir une taupe au sein de cette unité. Si le danger vient de l’extérieur, il existe une forte menace au sein même de cette équipe.

Le fait que l’on éprouve cette sensation d’incertitude démontre tout le talent de la mangaka. Le lecteur s’attache à l’histoire d’Ono et ainsi ressent une certaine peur pour lui. À chaque page que l’on tourne, notre esprit s’inquiète que le secret de cet homme soit dévoilé. C’est un incroyable travail de mise en scène et de présentation des personnages qui est réalisé dans ce premier tome. À cela s’ajoute la fameuse question concernant l’étrange individu qui s’empare des papillons. Qui se cache derrière tous ces enlèvements ? Pourquoi cherche-t-il à s’en emparer ? Le récit arrive ainsi à mettre en place une atmosphère oppressante sans réduire notre volonté de connaître la suite. Notre regard observe ce jeu du chat et de la souris avec attention afin de voir ce qui se cache derrière cet épais brouillard qui nous assaille. La course à la vérité ne fait que débuter.

Au final, Soul Guardians saisit le lecteur dès le premier chapitre. Il pique notre curiosité tout en apportant une histoire très bien ficelée qui risque fort de nous réserver de nombreuses surprises.

Première mission réussie pour les Soul Guardians

Vous l’aurez compris, le seinen d’Icori Ando m’a vraiment séduit à travers ses nombreux aspects finement travaillés. On s’immerge aisément dans ce que souhaite nous raconter l’histoire et le plaisir se fait sentir dès le début de la lecture. La tension et l’atmosphère pesante de ce tome servent parfaitement le récit qui ne prend que plus d’ampleur. De plus, il y a quand même une petite dose d’humour qui permet de couper avec la noirceur de cet univers notamment au niveau d’Ono et de son caractère. D’ailleurs, on s’attache facilement à ce personnage souvent idiot, mais qui voue un puissant amour fraternel à la seule famille qui lui reste. Une très bonne lecture qui nous fait oublier la notion de temps et doté d’un message fort et puissant. Il s’agit en tout cas d’une très bonne entrée en matière qui promet de grandes choses pour la suite de la série.

Esprit Otaku recommande donc grandement cette œuvre qui mérite de trôner dans n’importe quelle bibliothèque. Soul Guardians plaira à tous les fans de récit futuriste accompagné d’une bonne dose d’action. De plus, la manière très touchante avec laquelle est traité le sujet principal de l’histoire mérite amplement que l’on s’attarde dessus. Un papillon empli d’espoir pour bon nombre de gens, mais dont les battements d’ailes peuvent provoquer un cataclysme sans précédent dans la vie des proches du défunt. Avec toutes les questions que ce premier tome fait naître en nous, je ne peux qu’être impatient de me plonger dans la suite de ce voyage. Un périple qui arrive à nous émouvoir et à nous prendre aux tripes en très peu de temps. Il faudra maintenant prendre son mal en patience en attendant d’apercevoir le prochain papillon !

Pour découvrir un autre avis sur ce titre fantastique, n’hésitez pas à lire la chronique de mon amie lire en bulles en cliquant ici.

Qu’avez-vous pensé de ce premier tome de Soul Guardians ? Qu’attendez-vous pour la suite de l’histoire ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires. 🙂

© Ando Icori / Tokuma Shoten

One Comment

  • Le scénario promet de belles choses à venir, même si j’en attends un peu plus au niveau du méchant… il est pas encore assez menaçant pour que je ressente vraiment l’enjeu du titre.
    Mon avis plus élaborer en ligne demain 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *