Battle Royale

Battle Royale tome 1 : que la bataille commence !

Aujourd’hui est un jour à marquer d’une pierre blanche. En effet, on va vous partager notre avis sur une série que l’on apprécie beaucoup et qui a refait surface. Il s’agit du fameux manga Battle Royale qui revient dans une Ultimate Edition chez Soleil Manga. On ne présente plus cette oeuvre qui est l’adaptation du roman du même nom. Ce titre est un classique qui a donné naissance à tout un genre présent autant dans la littérature que dans le cinéma ou bien dans le jeu vidéo. Ce retour est donc l’occasion idéale de nous pencher sur ce seinen légendaire et de voir s’il a conservé tout ce qui faisait sa force. Après lecture de ce premier tome colossal, on peut vous dire que c’est un grand oui. Il est donc grand temps de se plonger dans un jeu démoniaque où la mort plane au-dessus de chaque participant. On prend notre sac à dos et on se lance dans la partie !

Le programme est en route

Battle Royale-professeur

Le “programme” débute !

Battle Royale, scénarisé par Takami Koushun et dessiné par Taguchi Masayuki, nous propulse en plein coeur de la république d’Extrême Orient. Cette dernière est une nation totalitaire se situant en Asie. Si en apparence, cette société semble aussi libre que les autres, elle affiche des règles bien singulières ainsi qu’une forte tendance à la propagande. Le gouvernement a d’ailleurs mis en place un jeu de survie macabre baptisé le “programme”. Les participants à cette tuerie ne sont autres que des étudiants de troisième. Choisis au hasard, les élèves d’une même classe doivent s’affronter et s’entretuer jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un. C’est dans ce contexte que l’on suit Shûya Nanahara, un collégien rêvant de devenir rockeur, et de son ami Yoshitoki Kuninobu. Ces deux amis d’enfance ont été élevés ensemble au sein d’un orphelinat. À présent, ils font parti de la 3ème B du collège de Shiroiwa. Celle-ci est autant composée d’adolescents ordinaires que de certains cas plus singuliers. Tout semble aller pour le mieux dans leur quotidien jusqu’à ce fameux jour.

Alors qu’ils devaient participer à un voyage scolaire, un évènement étrange va survenir durant le trajet en bus. Les élèves vont peu à peu s’endormir sans raison. À leur réveil, ils se retrouvent dans un lieu inconnu ressemblant fort à une salle d’études. Ils y font la connaissance de Yonemi Kamon, un homme qui se présente comme leur nouveau professeur. Sans perdre un instant, l’enseignant leur fait comprendre qu’ils ont été désignés pour être les prochains candidats à la nouvelle édition du “programme”. Horrifié et bouleversé par cette annonce, l’incompréhension et l’effroi s’empare de la plupart des collégiens. Malgré la volonté de certains de résister, ils ne font pas le poids face aux troupes présentes pour surveiller le bon déroulement de la partie. Tandis que Yonemi affiche un sourire carnassier, nos joueurs saisissent qu’ils vont devoir se salir les mains s’ils espèrent survivre. Armé et lâché sur une île lointaine, Shûya va être obligé de lutter contre ses anciens camarades ou bien trouver une solution pour mettre fin à cette farce.

Vous l’aurez compris en lisant ce synopsis, Battle Royale n’est pas à mettre entre toutes les mains. On fait face à un récit violent, sanglant et sans la moindre pitié pour ses protagonistes. Un monument qui a donné ses lettres de noblesse à tout un genre.

Un classique du genre

Lorsque l’on parle de survival-game, Battle Royale est souvent le titre qui revient le plus. Il est devenu celui qui a popularisé ce style d’œuvre et que derrière la brutalité de son récit se cache une profondeur insoupçonnée. En se replongeant dans ce seinen à travers cette édition, on comprend cela dès les premières pages. Il n’est pas simplement question de combats entre de simples adolescents. Cette partie ne sert que de toile de fond à des sujets bien plus pertinents. On peut citer, par exemple, l’importance qu’a le gouvernement qui est la source de tous ces maux. C’est le pays dans lequel ils vivent qui forcent ces collégiens à devoir prendre la vie de leurs amis. Il y a donc une approche très politique derrière ce jeu de massacre qui est organisé pour montrer l’égalité de chacun et remettre sur le droit chemin les éléments perturbateurs. Outre cela, il y aussi un autre point sur lequel se distingue grandement ce manga. Il s’agit du traitement réservé à chacun des membres de la 3ème B et l’effet qu’a ce “programme” sur eux.

C’est une véritable fresque regroupant une multitude d’émotions différentes que l’on découvre lors de ce périple. Certains sont totalement perdus, d’autres succombent à l’appel du sang tandis que quelques élèves tentent de trouver une solution. Cet évènement va réveiller, pour la plupart, ce qu’il y a de pire en chacun d’eux. La joie a totalement disparu pour ne laisser place qu’à un profond désespoir. Cette évolution psychologique est parfaitement retranscrite au sein de ces cases. Que ce soit dans les dialogues ou bien les dessins, un grand soin est apporté à chaque petit détail pour souligner l’influence qu’a cette situation sur l’esprit de ces simples collégiens. Une très belle maîtrise de l’écriture qui sert pleinement à notre immersion et à notre implication concernant ce qui se passe devant nos yeux. On est à la fois horrifié et touché par la fatalité de ce contexte qui force la main à ces pauvres âmes à commettre l’irréparable. Une sinistre aventure qui se saisit de nous pour ne nous relâcher qu’à la toute dernière page.

Ce qui choque et marque le lecteur est la facilité avec laquelle chacun de ces élèves peut se mettre à tuer. Au sein de ce Battle Royale, plus rien n’existe mis à part le devoir d’éliminer ses camarades. Un voyage dans un enfer sans nom où l’amitié laisse place à des adversaires sans pitié.

Tous les coups sont permis

Battle Royale-voyage

Un voyage scolaire pour l’enfer.

On va revenir ici sur l’un des points essentiels qui fait que Battle Royale nous captive autant. Cela concerne la psychologie des différents personnages qui ne cessent d’évoluer tout au long de cette effroyable quête. L’auteur a parfaitement su travailler cet aspect pour en faire le fer de lance de son histoire. Il parvient à démontrer que même le plus doux et attentionné des hommes peut devenir une machine à tuer lorsqu’il est acculé. C’est exactement ce que l’on peut observer durant toute cette première partie du jeu. En sachant que la mort peut frapper n’importe qui, il y a cette perte de confiance qui se fait sentir en chacun de ces protagonistes. Est-il vraiment possible de se fier à ceux qui sont aujourd’hui des concurrents ? D’ailleurs, la présence des soldats et de Yonemi sert aussi à créer cette atmosphère étouffante. Le fait qu’ils soient là sert à prouver que les candidats n’ont pas d’autre échappatoire que de s’entretuer. Tout est organisé pour que ces pauvres individus succombent aux règles qu’on leur impose.

Même Shûya éprouve ce sentiment d’insécurité. Il a beau être le premier à vouloir quitter cette île avec ses amis, il ne peut s’empêcher de se demander s’il a raison de leur venir en aide. La menace d’une éventuelle trahison hante son esprit et c’est aussi ce qui fait le sel de cette intrigue. L’amitié n’a plus sa place sur ce champ de bataille et on le ressent très clairement. Ce “programme” réveille la bête qui sommeille en chaque être et ceux qui refusent d’obéir aux ordres finissent par succomber aux griffes de leurs ennemis. Cependant, cet enchaînement de violence ne sert pas qu’à souligner cette déchéance. Il sert aussi à accentuer les quelques moments d’amour et de tendresse qui persistent encore. Ainsi, on a le droit à des scènes déchirantes concernant des gens qui restent fidèles à leurs principes et qui en font les frais. Cela installe un sentiment d’injustice et une profonde colère à l’égard de tout ce cirque. Ce seinen est avant tout un duel entre la volonté de préserver son humanité et la facilité avec laquelle on peut devenir un monstre.

Battle Royale démontre, avec ce tome, qu’il est toujours aussi pertinent et prenant. Suivre le destin tragique de ces adolescents qui tentent simplement de survivre est à la fois dur et saisissant. Rien ne nous est épargné et cela ne donne que plus de cachet à l’horreur de ce “programme”.

Battle Royale n’a rien perdu de sa superbe

Après lecture de ce premier volume, on comprend tout à fait ce qui fait la renommée de cette licence. À peine découvre-t-on le prologue de cette épopée que déjà, un frisson nous parcourt l’échine. On a beau savoir ce qui va se passer et ce qui attend cette classe, on ne peut être réellement préparé à la douleur et la tragédie qui vont s’abattre sur eux. L’émotion est toujours bien présente plus d’une dizaine d’années plus tard et l’on aborde ce jeu de massacre avec la même boule au ventre qu’à l’époque. Même si aujourd’hui, le survival-game est un style très ancré dans la culture otaku, rien ne peut venir ébranler la puissance de celui qui est derrière tout ce mouvement. De plus, on tient à souligner l’importance considérable qu’ont les dessins dans notre appréciation de l’œuvre. Ces derniers parviennent à transmettre tout le côté malsain et pervers de cet univers avec une facilité déconcertante. Une pépite qui est loin de nous laisser de marbre et qui n’a rien perdu de son éclat.

On ne peut donc que vous recommander ce titre qui a su préserver tout son impact et son efficacité. Que vous ayez envie de redécouvrir ce récit grandiose ou que vous n’ayez jamais eu l’occasion de vous pencher sur celui-ci, alors l’Ultimate Edition de Battle Royale saura vous conquérir. Attention cependant, les nombreuses scènes gores et violentes font de cette série une lecture pour public averti. Ce seinen mérite amplement de trôner dans n’importe quelle bibliothèque de par sa pertinence et la facilité avec laquelle il parvient à nous happer dans son scénario. Shûya parviendra-t-il à raisonner et à sauver la vie de ses camarades ? Existe-t-il encore une once de bonté et d’entraide sur cette île ? Comment lutter face à un ennemi aussi imposant ? Tandis que ces questions ne cessent de résonner dans notre tête, on ne peut que rester impuissant face à cette folie qui recouvre peu à peu ce terrain de jeu. Le cauchemar de ces écoliers ne fait que débuter tandis que les premiers morts sont à déplorer.

Qu’avez-vous pensé de cette édition de Battle Royale ? Ce jeu morbide a-t-il su vous happer et vous inquiéter pour ces étudiants ? N’hésitez pas à partager votre ressenti sur ce seinen culte et si vous avez découvert la saga avec cette version. 🙂

© Takami Koshun & Taguchi Masayuki / Akita Shoten

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *