Twelve Demon Kings

Twelve Demon Kings tome 1 : un raz-de-marée démoniaque

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, on a décidé de s’aventurer sur des terres inhospitalières. En effet, notre voyage au sein du monde otaku nous a permis de découvrir un titre où le désespoir et la peur ronge l’Humanité. Ce manga est Twelve Demon Kings, édité chez Pika, dont le premier tome est sorti la semaine dernière. Cette nouvelle licence est parvenue à capter notre attention tout au long de notre lecture. Il faut dire que l’univers qui prend vie devant nous possède une aura à la fois fascinante et oppressante. Avec un héros charismatique et énigmatique ainsi qu’une très belle maîtrise de son atmosphère, cette oeuvre affiche de nombreuses qualités. On s’est donc dit qu’il fallait parler de ce shônen qui ne laisse que peu de place à l’homme. L’heure est donc venue de prendre les armes et de combattre un ennemi bien trop redoutable pour de simples humains.

L’Humanité contre l’Enfer

Twelve Demon Kings-Adu

Adu, le porteur d’espoir.

Twelve Demon Kings, imaginé par Shin Yamamoto, nous propulse dans un monde chaotique. Cela fait maintenant des années que les démons ont fait leur apparition. Face à cette vague destructrice et impitoyable, l’être humain a perdu tout espoir. Aucun village ni château n’est épargné devant cette cruauté gratuite. Le rapport de force est totalement déséquilibré, car pour un démon de tuer c’est dix humains qui meurent. De plus, l’avant-garde de cette armée infernale a beau avoir une force colossale, cela n’est rien comparé à la puissance destructrice de leurs dirigeants. Rien ne semble pouvoir endiguer cette invasion et l’Humanité est sur le point de vivre ses derniers instants. Pourtant, parmi toute cette population désespérée se trouve un homme qui n’a nullement baissé les bras. Ce soldat aguerri et joyeux se présente sous le nom d’Adu. Son objectif est d’éliminer les douze Rois-Démons qui règnent sur les Enfers. Vaincre ces seigneurs serait le seul moyen pour ces terres de retrouver leur état d’antan. Cette solution est la dernière lumière qui subsiste dans ce torrent de ténèbres.

Cependant, vaincre un seul de ces êtres démoniaques est une tâche quasiment impossible à concrétiser. Malgré tout, cette difficulté n’entache en rien le sourire de ce héros qui compte bien constituer une équipe capable de terrasser un de ces monstres. Peu importe le temps que cela peut prendre, Adu est patient si cela peut lui permettre d’accomplir son but. Alors que deux rois ont déjà disparu, le groupe de combattants s’apprête à s’en prendre au dixième souverain. Peu importe la taille de l’ennemi et les nombreuses troupes se dressant devant eux, ils sont bien décidés à se frayer un chemin jusqu’au coeur de leur cible. Mais le meneur de cette team semble cacher une autre facette. Derrière son attitude nonchalante pourrait bien se cacher un être bien plus cruel que ses adversaires. Quelle est la raison qui le pousse à affronter ces entités ? Quel secret terrifiant dissimule ce grand guerrier ? Pour espérer l’emporter, il sera nécessaire de faire des sacrifices. Cette guerre pourrait bien prendre une tournure inattendue.

La première chose qui nous marque dans Twelve Demon Kings est son personnage central. Adu s’avère être un homme mystérieux cachant un lourd secret. Il est vraiment aux antipodes du titre de héros et va même jusqu’à élaborer des stratagèmes ignobles. Derrière ce sourire se cache un être bien obscur et terrifiant.

Un héros bien sombre

Dès les premières secondes où l’on découvre ce chef d’équipe, on se doute que quelque chose cloche. Derrière ses belles paroles et son visage d’ange, se trouve en réalité un être bien différent. On ne vous spoilera pas pour que vous puissiez conserver la surprise, mais il faut comprendre qu’il y a tout un jeu qui est fait autour de cette double personnalité. Lorsqu’on le rencontre au départ, il est l’archétype même du héros charismatique qui porte ses alliés et les motive à se battre de toutes leurs forces. De plus, il possède une bonne dose d’espièglerie qui fait que cela accentue notre vision positive à son égard. Cependant, comme dit un peu plus haut, le sourire qu’il affiche constamment finit par éveiller quelques soupçons en nous. Même son assurance face à ces bêtes trois fois plus grandes appuie sur cette aura mystérieuse qui plane autour de lui. Sans s’en rendre compte, ce personnage censé représenter l’espoir fait naître en nous une certaine crainte teintée d’une part de curiosité. Notre esprit veut savoir qui il est réellement, mais en même temps, on sent que la vérité ne sera pas reluisante.

C’est à cet instant précis que le voile est levé sur son vrai caractère et son identité. Tout s’éclaire alors dans notre tête tandis que ses compagnons devinent qu’ils ont été bernés. Aux yeux de cet individu, les autres guerriers ne sont que de simples outils lui permettant d’affaiblir un maximum ses proies. Si l’un de ses “camarades” meurt, il est plus embêté que triste de voir qu’il va devoir remplacer ce trou dans ses forces. Malgré tout, peu importe la face qu’il affiche, il n’y a un élément qui est indéniable. Cela concerne son talent pour trucider du démon. Durant ses prouesses, on ne peut qu’avoir une certaine admiration pour cette puissance qui se dégage dans chacun de ses mouvements. Shin Yamamoto est parvenu à donner naissance à un anti-héros qui nous dégoûte autant qu’il nous captive. On a beau détester sa façon de faire, il réussit à prouver par ses actes qu’il est le seul à pouvoir venir à bout de cette menace. D’ailleurs, il y a aussi tout un aspect apprentissage de la part d’Adu que l’on ne peut évoquer sans révéler certains éléments de l’intrigue. On se retrouve alors à suivre ce manipulateur qui laisse derrière lui un long sillon de douleur pour que l’avenir soit lumineux.

L’autre point qui fascine dans Twelve Demon Kings est le soin apporté à ce monde proche de la destruction. On est tout de suite plongé dans les tourments des habitants qui doivent lutter chaque jour pour retarder l’inévitable. Une ambiance dark fantasy qui colle parfaitement à ce récit dénué de la moindre lumière.

Un univers oppressant et captivant

Twelve Demon Kings-Bestiaire

Un bestiaire terrifiant.

S’il y a une chose qu’on ne peut pas retirer à Twelve Demon Kings, c’est la richesse de son environnement. Qu’il s’agisse des cités humaines, des multiples types de démons ou même dans les protagonistes, on ressent tout le travail de l’auteur pour donner une identité propre à son manga. On peut déjà souligner la qualité des dessins qui rendent hommage à la grandeur et à la terreur qu’insufflent ces êtres démoniaques. C’est simple, on se sent tout petit en voyant le tout premier monstre qui se dresse devant nous. Cette sensation ne fait que s’accroître au fur et à mesure des chapitres. Mais ceci n’est rien en comparaison des douze souverains des Enfers. Quand on découvre l’une de ces entités, on reste bouche bée devant son design et sa prestance. Il se dégage d’eux un halo sombre et perfide, mais qui n’enlève rien à leur statut presque divin. Tous les petits détails que l’on peut contempler servent à instaurer un univers très glauque et repoussant, mais dont on ne peut détacher le regard. Outre la faction ennemie, le monde des hommes a aussi de quoi nous émerveiller.

Des splendides cités encore debout au petit hameau, on s’attarde sur chaque petit ornement ou accessoire. L’aspect médiéval est parfaitement travaillé et embellit encore plus cette notion de dernier rempart de l’Humanité. De plus, la beauté de ces lieux sert pleinement au sentiment de tristesse qui s’empare de nous. On se dit que ces sublimes décors ne seront bientôt plus qu’un simple souvenir au vu de l’armée qui avance. De ce fait, le lecteur est absorbé par ce royaume de lumière qui se fait lentement dévorer par les ombres. Même à travers la populace, on se rend compte de la terreur qui guide à présent leur quotidien. Il y a donc constamment cette opposition entre le bien et le mal qui régit le destin de chaque être. Pour ce qui est de la mythologie du titre, on peut remarquer la présence de certaines créatures bien connu du registre de la fantasy. Cependant, l’ajout de la faction adverse ainsi que de la corruption qui en découle permet d’avoir une nouvelle approche concernant l’ensemble de ces créatures folkloriques. Un bestiaire soigné qui donne toujours plus d’impact et de profondeur à la faune de cette contrée qui devait autrefois être éblouissante.

Après avoir lu attentivement ce volume de Twelve Demon Kings, on se rend compte de tout ce qu’il peut offrir. On sent que tout ceci n’est que le début d’une longue et violente aventure. Il faut dire que la liste est encore longue avant de pouvoir retrouver la paix. Un périple qui nous réserve encore de nombreuses surprises.

Twelve Demon Kings monte une équipe solide

Au final, Twelve Demon Kings fut une excellente surprise. Ce shônen donne vie à un univers incroyable qui ne demande qu’à se développer d’avantage. Le fait que l’on ait vu qu’une fraction de ce que cette histoire peut offrir est déjà un point très positif. Ceci ne fait que nous donner encore plus envie de partir explorer ces lieux menaçants. A cela s’ajoute aussi le soin apporté au niveau du personnage d’Adu. La façon dont il est présenté ne fait qu’accentuer la part de mystère qui l’entoure. On veut savoir quelle est sa véritable motivation concernant sa chasse aux rois. Le mangaka a donc réussi un très beau tour en mettant en place un univers riche et grandiose tout en préservant le suspense du scénario. Sans oublier les dessins qui retranscrivent à merveille l’horreur de cette guerre à sens unique et l’effroi qui caractérise ces monstres. Une bien belle trouvaille littéraire qui tient toutes ses promesses et possède un fort potentiel.

On vous recommande donc chaudement de découvrir cette série qui n’en est encore qu’à ses balbutiements. Si vous aimez la dark fantasy ou que vous cherchiez une oeuvre bien sombre alors Twelve Demon Kings est le manga qu’il vous faut. Il y aurait encore beaucoup de points à aborder sur cette lecture et notamment sur son personnage central. Qui est vraiment Adu ? Que dissimule-t-il derrière son soi-disant combat pour la paix ? Quelle sera l’issue de ce conflit ? Beaucoup d’interrogations dont on espère avoir les réponses, mais pas tout de suite. L’important est avant tout de profiter de ce que cette aventure peut donner. Un périple plaisant et intrigant qui est loin d’avoir dévoilé toutes ses cartes. En tout cas, on sera de la partie pour le second tome et on est impatient de connaître la suite de cette terrible traque.

Et vous, qu’avez-vous pensé de ce premier tome de Twelve Demon Kings ? Qu’attendez-vous pour la suite du combat contre les forces démoniaques ? N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre ressenti. 🙂

© Yamamoto Shin / Enterbrain

2 Comments

  • Book-Trotter dit :

    Merci pour cette chronique enthousiaste ! Il me faisait déjà très envie, mais maintenant je suis sûre de l’acheter ^^ (surtout si le protagoniste est chelou xD)

    • EspritOtaku dit :

      Nous sommes heureux de savoir que notre chronique t’ai donné envie de découvrir ce titre et on espère de tout coeur que tu apprécieras cette lecture ^^
      Si tu aimes les protagonistes chelous alors tu devrais adorer Adu XD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *