City Hunter

City Hunter Rebirth tome 1 : le retour de Ryo Saeba

On va terminer tranquillement cette semaine en s’attardant sur une oeuvre qui a permis le retour d’une grande figure du monde otaku. Si je vous dis qu’il ne craint personne et qu’il ne rate jamais sa cible, devinez-vous de qui il s’agit ? Bien sûr, il s’agit du célèbre Ryo Saeba ou Nicky Larson chez nous qui est revenu sur le devant de la scène grâce aux éditions Ki-oon. C’est en effet chez cet éditeur que l’on a pu découvrir le premier tome de City Hunter Rebirth qui a choisi de revisiter ce mythe d’une manière bien singulière. A travers les yeux d’une fan de la franchise, on retrouve tout ce qui fait le charme de cette dernière et le bonheur qu’on a de côtoyer de nouveau tous ces personnages emblématiques. Ce manga n’est pas juste là pour surfer sur la notoriété de cette saga et va même jusqu’à changer un peu notre regard sur cet univers qui nous a tant apporté. L’heure n’est plus de simplement lire les aventures de cet homme, mais de les vivre à ses côtés. On espère que vous êtes prêts pour ces retrouvailles que l’on attendait tant.

Un manga plus vrai que nature

City Hunter-accident

Un gros problème en approche.

City Hunter Rebirth, scénarisé par Tsukasa Hojo et dessiné par Sokura Nishiki, nous fait faire la connaissance de Kaori. Cette femme, ayant la quarantaine, est une grande passionnée de City Hunter. Tombée dedans depuis le lycée, elle n’a jamais pu décrocher des aventures de son héros préféré. Elle voue même un puissant amour à l’égard de Ryo Saeba et son plus grand fantasme serait de partager son quotidien. Cependant, sa triste et morne réalité lui revient toujours à la figure lorsqu’elle se laisse aller à ce genre de rêveries. Simple intérimaire, notre célibataire ne trouve nullement le bonheur dans ce travail ennuyeux et perd peu à peu confiance en l’avenir qui lui semble toujours plus terne et froid. Même si elle trouve un peu de réconfort à l’intérieur de ces livres, elle ne peut nier qu’elle n’est nullement heureuse de son quotidien qui l’étouffe petit à petit. Cependant, celui-ci va être bouleversé un beau jour alors qu’elle rentrait chez elle. C’est sûr le quai d’une gare que sa vie actuelle va prendre fin pour en débuter une toute nouvelle.

En effet, suite à un malheureux accident, Kaori va être percutée par un train à pleine vitesse. Alors que l’on pourrait la croire morte, elle se réveille finalement à l’endroit où a eu lieu le terrible choc. Notre héroïne va alors se rendre compte qu’elle n’a plus rien à voir avec celle qu’elle était autrefois. Réincarnée dans la peau d’une lycéenne dans le Shinjuku des années 80, notre demoiselle se sent alors totalement perdue. Complètement à bout de nerfs et désorientée, elle ne peut que se mettre à pleurer devant le sort qui semble s’acharner sur elle. Finalement, elle décide de jouer sa dernière carte et va jusqu’au panneau de la gare afin de tracer le fameux XYZ. Ce symbole est un message permettant à celui qui l’a toujours fasciné de savoir qu’on a besoin de lui. Alors qu’elle se doute de l’inefficacité d’un tel acte, elle va alors être interpellée par la voix d’un homme. Elle n’en croit pas ses yeux en voyant débarquer son idole. Sa toute nouvelle vie peut ainsi débuter, mais a-t-elle réellement sa place dans cette oeuvre de fiction ? Ce qui est sûr, c’est qu’elle est à présent bien loin de ses tristes habitudes.

La première chose qui rend ce City Hunter particulièrement captivant est la présence de Kaori. En tant qu’amoureuse inconditionnelle de la saga, elle a presque la sensation d’avancer en terrain connu. C’est un rêve éveillé pour elle, mais ses très grandes connaissances pourraient aussi avoir de terribles conséquences sur l’avenir de son nouvel entourage.

Un savoir dangereux

Ce n’est pas rare de voir des titres mettant en avant la réincarnation dans un autre monde. C’est même devenu un genre de plus en plus répandu et qui peut amener à des récits captivants. Cependant, il est moins récurrent d’assister à une histoire où le personnage transposé dans l’autre monde connaît tout de celui-ci. Ce constat est ce qui fait l’une des grandes forces de ce manga. En effet, Kaori sait absolument tout de l’univers de City Hunter et peut donc facilement identifier à quel arc elle peut se retrouver. Cela est une arme redoutable entre ses mains, car ça lui permet d’avoir un avantage sur tout ce qui peut bien se passer. Elle peut donc autant se faciliter sa nouvelle vie qu’aider ses amis au cours de leurs missions. C’est comme si elle pouvait tout prévoir et transforme ainsi son rôle d’observatrice en actrice qui a les pleins pouvoirs. Une très bonne idée qui permet de s’identifier encore plus à ce protagoniste. Après tout, ne serait-on pas dans le même état qu’elle en remarquant qu’on a été envoyé dans notre monde imaginaire préféré ? Il serait donc normal de profiter de toutes les connaissances que l’on a sur l’environnement qui nous entoure.

Malgré tout, cet atout est aussi à double tranchant. En effet, changer le cours des choses peut aussi avoir un effet néfaste sur la trame scénaristique. Ainsi, on peut déjà apercevoir quelques évènements qui n’ont jamais eu lieu dans les livres et qui se sont finalement déroulés au cours de ces chapitres. Cela a beau être des changements mineurs, on peut constater à quel point il est dangereux d’étaler sa science. La joie que ressent Kaori à être un personnage à part entière du monde de City Hunter peut lui faire oublier qu’elle peut tout chambouler en un claquement de doigts. De ce fait, notre célibataire ne peut pas uniquement profiter de sa nouvelle existence. Elle a aussi son propre combat à mener pour éviter que ses agissements ne nuisent à la santé et au futur de ses camarades. Cette facette de ce conte permet de renouveler notre intérêt pour une série que l’on aime et que l’on a déjà vu en imaginant les possibles chemins annexes qu’elle pourrait prendre. Un parti-pris efficace et qui oblige le lecteur à être attentif au moindre détail qui pourrait dévier de sa trajectoire initiale.

Outre cette nouveauté, City Hunter Rebirth est avant tout l’occasion de retrouver l’humour et l’action qui ont fait le charme du manga de base. Tout est là pour nous remémorer ces scènes cultes qui ont marqué notre jeunesse. Un véritable hommage qui sert pleinement ce spin-off et qui joue habilement sur nos souvenirs.

Humour et action

City Hunter-classique

Ryo Saeba est vraiment là ?

On tient à le préciser tout de suite, cette première plongée dans City Hunter Rebirth mise avant tout sur l’aspect comique. On a beau avoir le droit à quelques plans badass de notre cher Saeba, il n’est pas encore question de fusillades et de plans mémorables. Malgré tout, il est facile de supposer que cela viendra à l’avenir et que l’on a utilisé l’humour pour permettre de rebâtir les fondations de cette histoire. Concernant cette facette, tout marche parfaitement et l’on retrouve les célèbres frasques de ce tireur hors-pair envers la gente féminine et la douleur qu’il ressent juste après lorsqu’il se fait écraser par la masse de Kaori. On a beau avoir vu ses plans des centaines de fois, cela ne change en rien le plaisir que l’on ressent en revoyant ce genre d’instants qui ont fait toute l’identité et la magie de la franchise. D’ailleurs, la présence de notre admiratrice de Ryo va provoquer des scènes inédites et qui apportent aussi leur lot de fous rires et de sourires pour le lecteur. L’ambiance est parfaitement fidèle à celle d’origine et permet de rendre ce début de voyage encore plus plaisant.

Outre cela, il est clair que la nostalgie joue aussi un rôle important dans notre propre ressenti. Le fait de revoir Ryo et tous ceux qui gravitent autour de lui à bien sûr un effet immédiat sur la joie que l’on éprouve. Malgré tout, cela ne signifie nullement que les néophytes de la saga ne pourront pas y trouver leur bonheur. Si les références sont nombreuses, cela n’est aucunement un frein à la bonne compréhension de l’histoire et de l’univers dans sa globalité. C’est aussi pour cette raison que ce premier volume prend son temps pour nous mettre en contact avec ses protagonistes et les différents lieux que l’on peut observer. Ceci permet de faire découvrir et redécouvrir tout ce qui constitue l’âme de ce titre légendaire. Après tout, City Hunter c’est avant tout des péripéties fantastiques qui sont à la portée de tous et qui ont parfaitement su mélanger tous ces éléments pour en faire un cocktail explosif.

En conclusion, City Hunter Rebirth est une très bonne surprise et qui parvient à utiliser le matériau de base afin de mettre en place une nouvelle épopée. On se laisse facilement happer tant le divertissement est là. Une expérience littéraire qui mise avant tout sur un plaisir immédiat et qui a tout ce qu’il faut pour nous tenir en haleine dans les prochains tomes.

City Hunter Rebirth tire en plein dans le mille

En lisant City Hunter Rebirth, on a pu ressentir tout ce qui faisait le charme de l’œuvre originale sans pour autant aller dans le simple copier-coller. On a vraiment cette sensation d’avoir perdu de vue Ryo et toute sa clique depuis des années. En réalité, on pourrait facilement s’identifier à Kaori qui a grandi avec cette franchise, mais qui a pu, à travers cette réincarnation, retrouver cette icône qui a fait rêver tant de lecteurs et spectateurs. Il y a donc un effet nostalgie qui nous assaille tout au long de ces pages et qui nous permet de renouer un profond lien avec cet univers que l’on aime. De plus, le contexte très spécial concernant l’arrivée de notre héroïne peut être un facteur déterminant quant à l’évolution de ce spin-off qui peut aller vers de très bonnes surprises. Ce premier contact permet avant tout de remettre les bases de cette saga tout en y ajoutant une variable qui peut tout changer. De ce fait, on est autant intéressé de suivre les prochaines aventures de notre précieuse bande que de voir les conséquences de l’apparition de Kaori et sa tendance à trop en dévoiler.

On a donc été grandement conquis par ce premier tome de City Hunter Rebirth qui mise avant tout sur l’humour. Il est évident que l’action sera au rendez-vous pour la suite, mais c’est important d’avoir suivi ce chemin, car cela permet de sourire directement en voyant les mimiques et les gags emblématiques de la licence. La question que l’on peut se poser à présent est de savoir si l’histoire continuera à suivre son fil conducteur. Les agissements de notre demoiselle n’auront-ils pas un impact conséquent quant à la tournure des évènements ? Va-t-on découvrir une toute nouvelle facette de l’épopée de cet homme ténébreux qui ne résiste à aucune femme ? Ces interrogations font que l’on est excité à l’idée de découvrir l’avenir de ce récit annexe qui réussit à merveille son introduction. Quoi qu’il en soit, on sera au rendez-vous car il est impossible de résister lorsqu’on aperçoit Nicky Larson se jeter dans le feu de l’action. Une lecture que l’on recommande à tous les amoureux de la saga et à ceux qui souhaitent faire la connaissance d’une légende de la culture otaku.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre avis ainsi que votre ressenti concernant cette première escapade dans City Hunter Rebirth. Avez-vous été séduit par ce spin-off ? Êtes-vous curieux de voir la suite ? Selon vous, quelles nouvelles épreuves attendent nos héros ? On a hâte de pouvoir en discuter avec vous et à connaître votre opinion. 🙂

© Hojo Tsukasa & Nishiki Sokra / City Hunter / Tokuma Shoten

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *