Basilisk

Basilisk – The Oka Ninja Scrolls T1 : un héritage maudit

Il n’y a pas à dire, ce début d’année est une mine d’or en ce qui concerne l’arrivée de nouvelles licences. Ainsi, chaque semaine est l’occasion de s’extasier un peu plus devant ces séries inédites. Le titre dont on va vous parler aujourd’hui provient du catalogue de Kurokawa. Suite directe d’une de leur saga culte, cette épopée n’est autre que Basilisk – The Oka Ninja Scrolls. Étant fan de la franchise, on était très curieux de voir comment ce manga allait pouvoir s’en sortir. Cette lecture arrive-t-elle à se hisser au niveau de son prédécesseur ? Il est assez difficile de se prononcer sur cette question du fait que l’on a juste un tome en main. Cependant, il est clair que ce nouvel arc affiche de nombreuses qualités qui pourraient bien lui permettre de se faire une place au sommet. Les ninjas s’apprêtent à revenir en force pour notre plus grand plaisir. L’heure est donc venue de retrouver nos deux clans préférés.

A la recherche de l’Oka

Basilisk-duel

Un duo très attachant.

Basilisk – The Oka Ninja Scrolls, dessiné par Tatsuya Shihira et tiré de l’histoire originale de Masaki Yamada, prend place une décennie après les évènements qui ont opposé Kôga et Iga. Alors que ce conflit a laissé de nombreuses cicatrices dans les deux camps, le calme semble maintenant être revenu. A présent, les ninjas des deux forces s’entraident et peuvent profiter d’une paix bien méritée. C’est à cette période que l’on fait la connaissance de Hachirô et Hibiki. Ces jumeaux s’avèrent être fiancé l’un à l’autre et représentent l’avenir de leurs congénères. Il faut dire qu’un terrible pouvoir sommeille en chacun d’eux. Alors que rien ne semble pouvoir entacher leur quotidien paisible, un autre groupe s’apprête à faire son entrée sur le devant de la scène. Une autre force qui se trouve être dans les petits papiers du shogunat Tokugawa.

Les hommes et femmes qui constituent cette troupe se font appeler les “Messies de Jôjin”. Leur objectif n’est autre que de mettre la main sur les deux fameux enfants. Avec leurs facultés bien particulières, ils décident donc de rendre une petite visite aux clans Kôga et Iga. A peine font ils la rencontre du chef des lieux qu’un violent affrontement éclate. Les protecteurs ont beau étaler tout leur savoir-faire, ils ne font pas le poids face à ces envahisseurs. Une terrible vérité éclate alors concernant la naissance de ces deux cibles qui est étroitement liée à la bataille qui a eu lieu il y a douze ans. C’est ainsi que débute un nouveau combat pour ces shinobis qui ne rêvent que de pouvoir profiter d’une vie loin de toutes ces préoccupations. Existe-t-il encore un espoir pour ces enfants de connaître la liberté ? Une lutte pour se libérer des chaînes du passé.

Tout comme le précédent couple, le duo de ce Basilisk est voué à connaître un avenir plus qu’incertain. On apprend ainsi à découvrir ces deux personnages qui ne demandent rien d’autre que de vivre ensemble. Malgré leur profond désir, il est souvent difficile de faire face à un futur aussi dangereux. Un premier tome qui pose bien les bases de ce conflit entre l’envie de liberté et un don au centre de l’attention.

Une histoire de destinée

Une grande partie de ce qui fait le charme et l’intérêt de cette œuvre concerne le tandem que l’on suit. Il ne suffit que de quelques cases pour sentir la complicité qu’il y a entre ce frère et sa sœur. Bien sûr, cela va bien plus loin qu’une simple relation fraternelle et on ne peut s’empêcher de voir en eux l’image de Gennosuke et Oboro. Cette transposition joue aussi sur l’affection que l’on peut avoir à leur égard. Cependant, la force de cette relation n’est pas tant dans la symbiose de ces deux êtres, mais du chemin qu’ils sont obligés d’emprunter. De par le pouvoir qui sommeille en chacun d’eux, ils sont la cible de nombreuses convoitises. Malgré l’horreur qu’il y a eue au sein des deux camps et la paix qui semble finalement s’être installée, il est impossible pour eux de vivre en toute quiétude. La puissance qui sommeille en eux a beau être extraordinaire, elle est avant tout présentée comme un fardeau qui les prive de leur liberté.

C’est aussi là que ce début se différencie de son aîné. Après tout, les membres tombés lors du combat d’il y a douze ans furent obligés de s’opposer entre eux. Ici, les deux clans sont réunis pour faire face à un ennemi commun. Il y a donc une très forte symbolique à travers cette union qui dénote totalement avec le passé. Ainsi il y a une réelle empathie qui se créé entre le lecteur et ces protagonistes qui se lancent dans une mission qui pourrait bien leur coûter la vie. De par ce point, on peut observer une très grande évolution qui a lieu et qui chamboule totalement notre vision de cet univers. C’est aussi le cas pour l’existence même des ninjas. La paix qui règne sur le pays les fait peu à peu disparaître et la plupart finissent par se reconvertir. En appliquant de tels changements, le lecteur peut ainsi ressentir totalement les bouleversements de cette période. Tous ces éléments permettent autant d’apprécier l’environnement dans lequel on évolue que les personnages que l’on croise.

En plus de nous conter un récit captivant, cette suite de Basilisk sait aussi nous offrir une bonne dose d’action. C’est un déferlement de ninjutsu et autres techniques de shinobi que l’on subit tout au long de ces pages. Tout ceci donne lieu à des affrontements épiques qui n’ont rien à envier aux autres titres du genre.

Des duels spectaculaires

Basilisk-messie

Un nouvel ennemi en approche.

Que serait un manga sur les ninjas sans de terribles confrontations. On avait déjà eu le droit à de fabuleux et effroyables combats lors du premier Basilisk. Si ces derniers étaient déjà de qualités, ils font presque pâle figure devant l’échantillon qui nous est montré ici. Il y a une surenchère qui est fait aux niveaux des techniques qui vient en grande partie du troisième camp ayant fait son apparition. Lors de la première altercation, on est totalement ignorant quant à leurs capacités. On se dit alors bêtement que l’on va avoir le droit à des échanges de coups qui raviveront nos souvenirs. C’est alors une incroyable surprise qui a lieu lorsqu’on voit ces nouveaux shinobis faire appel à leur ninjutsu. En un instant, ils arrivent à balayer leurs opposants et à rendre les aptitudes traditionnelles des deux clans presque obsolètes. Cela est très important à noter, car ça réévalue totalement notre approche concernant la force requise pour espérer survivre face à de tels monstres.

On se demande même comment de simples ninjas pourraient rivaliser face aux techniques démoniaques de ce groupe. Si cela peut sembler entraîner une soudaine exagération, cette facette est amenée de manière à s’intégrer parfaitement à ce monde. Ainsi, le fantastique prend un peu plus de place alors que l’on s’extasie devant le déferlement de chaos et violences qui a lieu devant nos yeux. Ce rapport de force a beau sembler déséquilibré, il sert pleinement l’intérêt que l’on peut avoir sur le manga. Après tout, on ne peut que se questionner quant aux chances de notre groupe de pouvoir atteindre leur cible. Notre curiosité est ainsi nourrie de manière à ce que l’on ait envie de se pencher sur la suite de la franchise. Le mangaka parvient donc à accentuer encore plus le plaisir et le divertissement que l’on éprouve pendant ces bastons tout en apportant une bonne dose de mystères.

Basilisk – The Oka Ninja Scrolls parvient aisément à nous hypnotiser de par sa galerie de personnages hauts en couleur et la facilité avec laquelle il nous happe dans son récit. Un premier contact qui sert de prélude à une terrible bataille à venir qui pourrait bien mettre un terme au monde des ninjas. Le sang n’a pas fini de couler à flots tandis que l’union d’Iga et Koga se prépare à la guerre à venir.

Basilisk revient en force

On a été particulièrement convaincu par cette introduction à Basilisk – The Oka Ninja Scrolls. Changeant pas mal de choses tout en conservant ce qui pouvait faire le charme de son prédécesseur, ce titre a tout pour offrir une aventure rafraîchissante et prenante. Que ce soit dans ses combats, ses protagonistes et le potentiel qu’il affiche, cette lecture nous laisse une très bonne impression. Un très bon récit de ninjas qui propose un rythme et une narration sans réel temps mort. On est rapidement plongé en plein cœur de ce champ de bataille inédit. Fun, sanglant et palpitant, ce premier tome est un excellent divertissement. Pour ce qui est des dessins, ces derniers sont sublimes et parviennent facilement à retranscrire cet univers que l’on apprécie tant. C’est avec joie que l’on retrouve ce monde caché régi par ces êtres de l’ombre.

Esprit Otaku recommande donc grandement ce premier volume de Basilisk – The Oka Ninja Scrolls. Si vous avez aimé le précédent titre ou que vous cherchiez un périple jonché d’affrontements dantesques alors cette saga saura répondre à vos attentes. Le temps est à présent compté pour notre héritier qui va devoir se dépêcher pour espérer sauver celle qu’il aime. Malheureusement, de multiples questions nous assaillent. Connaîtront-ils un avenir aussi funeste que les anciens chefs ? Peuvent-ils rivaliser face aux capacités uniques des Messies de Jôjin ? Quel est le véritable plan de ces derniers ? Il y a encore du chemin à parcourir pour obtenir des réponses. Cela nous promet une épopée survitaminée et qui restera longtemps ancrée dans notre esprit. On peut déjà sentir que les prochains chapitres s’écriront sur le cadavre de nombreux individus.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre opinion ainsi que votre ressenti concernant ce premier tome de Basilisk – The Oka Ninja Scrolls. Êtes-vous curieux de voir le conflit qui s’annonce ? Pensez-vous que notre groupe pourra vaincre un adversaire aussi imposant ? Qu’espérez-vous pour la suite de cette histoire ? On est là pour échanger et débattre avec vous. 🙂

© Shihira Tatsuya, Yamada Futaro & Segawa Masaki / Kodansha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *