La Lanterne de Nyx

La Lanterne de Nyx tome 1 : une boutique pleine d’histoires

Il n’y a pas à dire, les dernières œuvres que l’on a pu découvrir ont vraiment su nous enchanter. Après la très bonne lecture que l’on vous a partagée hier, il est grand temps de s’attarder sur un autre titre qui a pleinement su nous captiver. L’œuvre que l’on va traiter aujourd’hui nous invite à découvrir les formidables histoires qui peuvent se cacher derrière un objet tout à fait banal. Il s’agit de La Lanterne de Nyx dont le premier tome a rejoint le catalogue de Glénat la semaine dernière. Ce manga atypique avait su éveiller notre curiosité à travers son synopsis et les dessins que l’on avait pu voir. Maintenant que l’on a pu découvrir l’intérieur de cette fameuse boutique, on comprend à quel point ce récit est intéressant et d’une efficacité redoutable. Bien loin de ce que l’on a l’habitude de lire, cette série réussit à changer notre regard sur tous ces éléments qui entourent notre quotidien et à nous donner une fascinante leçon d’histoire et de culture. On espère que vous êtes prêts pour un voyage dans le temps palpitant où une jeune femme va débuter une toute nouvelle vie.

Un job qui change une vie

La Lanterne de Nyx-premier jour

Le premier pas dans un monde merveilleux.

La Lanterne de Nyx, né sous la plume de Kan Takahama, nous propulse en 1878 à Nagasaki. C’est à cette période que le pays tout entier commence à s’intéresser aux produits étrangers. Des bizarreries qui attirent le regard de la population et qui permettent de comprendre comment vivent les autres gens dans le monde. Cette année va aussi être l’occasion pour une jeune fille de démarrer son entrée dans la vie active. En effet, on fait la connaissance de Miyo, qui s’avère être une adolescente n’ayant pas forcément les qualités requises pour trouver un travail digne de ce nom. Sa tante, refusant qu’elle vive sans rien faire, décide de l’emmener dans un lieu qui pourrait bien vouloir d’elle. Cet endroit prend la forme d’une boutique tenu par un marchand pour le moins excentrique. Ce dernier se nomme Momotoshi et après quelques échanges avec la candidate, il va finalement décider de l’accepter en tant que membre du personnel. Même si Miyo ne semble pas être à sa place entre tous ces étranges bibelots, elle ne peut que remercier cet homme de lui donner cette chance.

Elle ne le sait pas encore, mais elle va découvrir entre ces murs des merveilles qu’elle n’imaginait même pas pouvoir observer il y a peu. Il faut dire que le propriétaire de ce magasin ne cesse de bourlinguer en dehors des frontières du Japon afin de ramener tout ce qui lui semble unique. Sa dernière escapade lui a permis de participer à l’Exposition universelle de Paris et de ramener tout plein d’objets anodins dans sa terre natale. Son désir de montrer ce qui est fait ailleurs et les histoires qui peuvent être transmises à travers de modestes produits. L’influence de ce patron déteindra-t-elle sur Miyo alors qu’elle pourrait bien avoir un don pour ce boulot ? Ce qui est sûr, c’est que notre héroïne va entamer un long et fantastique voyage au milieu de tous ces produits aussi exotiques à ses yeux. Ce travail pourrait bien être un renouveau pour elle qui ne trouvait sa place nulle part. Des rires, des surprises et de l’émotion sont au programme de cette existence qui reliera deux cultures ensemble.

La Lanterne de Nyx, à travers son contexte de base, nous permet d’entrer en contact avec tout un tas d’objets différents. Si l’on peut se demander l’importance de ces derniers dans l’histoire, on comprend très vite à quel point ils peuvent cacher d’incroyables secrets. Des anecdotes et récits qui permettent de surprendre et d’attirer l’attention du lecteur. Une facette parfaitement maîtrisée et qui permet de sublimer cette œuvre atypique.

Le récit derrière chaque objet

La première chose qui nous frappe lorsque l’on fait nos premiers pas dans La Lanterne de Nyx, c’est le rôle prédominant que joue chaque article dans cette expérience littéraire. Si l’on suit des protagonistes qui sont en charge de vendre ces marchandises, ceux sont ces dernières qui sont les vraies stars de ce manga. On peut se demander ce qu’il y a d’intéressant à s’attarder sur un outil que l’on peut utiliser fréquemment. C’est là que La Lanterne de Nyx joue magistralement sa carte maîtresse qui est l’histoire qui se dissimule derrière ces objets dont on ne fait même plus attention. L’objectif ici n’est pas forcément de s’extasier devant eux, mais de réfléchir et de comprendre la richesse qui peut se cacher derrière cette apparente banalité. Par exemple, une simple machine à coudre devient une chose qui attire notre attention de par ce qu’elle est capable de faire et ce qu’elle peut apporter à une personne. On se tient devant une encyclopédie qui nous décrit avec justesse tout ce qui peut faire le charme d’un produit de l’époque.

A cela s’ajoute aussi un point très positif à ce premier volume qui permet d’être totalement emporté par ce récit. Il s’agit des petites informations qui nous sont dévoilés entre chaque chapitre sur un élément en particulier. Il y a donc constamment cette volonté de nous enseigner des anecdotes qui sont loin d’être anodines. Cela enrichit notre savoir tout en rendant cette lecture saisissante de par ce qu’elle nous apporte. On est loin d’un côté très scolaire où l’on est noyé sous un contenu trop riche. Tout est pensé de façon à ne pas nuire la fluidité de la narration tout en nous offrant la possibilité d’aborder de multiples éléments. En fait, ce qui rend cette aventure aussi agréable est qu’il y a aussi ce parti-pris de nous laisser découvrir les particularités d’un article par nous-même avec l’aide de notre chère vendeuse. Ainsi, le manga n’en oublie pas d’être ludique afin de provoquer une certaine implication de notre part. Un excellent travail réalisé par la mangaka au niveau de cet équilibre et qui nous montre tout le travail de recherche qui a dû être mené.

En plus d’approfondir nos connaissances sur tous ces articles, La Lanterne de Nyx est aussi une véritable prise de conscience sur l’opposition qu’il pouvait y avoir, à l’époque, entre deux cultures. A travers ces personnages, ces échanges et ces expositions on peut observer une opposition captivante entre deux modes de vie variés et ayant chacun ses propres habitudes et évolutions. Une ouverture d’esprit sur ce que l’ensemble du monde peut proposer.

Une invitation à la découverte

La Lanterne de Nyx-chocolat

Plus qu’une simple tablette.

En plus de nous conter de multiples anecdotes sur chacun des produits ramené par Momotoshi, il y a un autre message qui se transmet par ce contact. En effet, l’ensemble des articles que l’on croise proviennent de France et permet donc de voir une opposition se jouer entre la culture de ces deux pays. A cette période, le Japon était en pleine modernisation et désirait vraiment s’ouvrir aux autres. L’enfermement qu’il y a eu jusqu’à présent ce fait totalement ressentir à travers le regard des gens qui se tiennent devant ces objets étrangers. Cela est fait de manière subtile et intelligente, car on voit cet étonnement et émerveillement de par les yeux de Miyo. Elle qui ne connaît rien des autres contrées peuplant ce monde, elle ne peut qu’être subjugué et interloqué par tout ce qui défile devant elle. Ainsi, l’œuvre conserve pleinement cette volonté de découverte qui marche à merveille tant on se met à la place de cette demoiselle. On redécouvre alors des objets que l’on connaît sous un tout nouvel angle et c’est ce qui rend cette excursion littéraire aussi palpitante.

Il n’y a qu’à voir l’exemple de la nourriture pour se rendre compte de l’écart qu’il pouvait y avoir entre deux cultures. C’est donc une rencontre extraordinaire qui se joue entre ces deux pays et qui permet d’avoir une vision inédite sur l’archipel nippone qui est en plein développement et la France qui parvenait à éblouir les gens à travers ces inventions. On se met alors à la place de notre Japonaise qui voit cela pour la première fois. Les expériences qui animent son travail sont telles des fenêtres sur des terres qu’elle n’aurait jamais imaginé pouvoir contempler. A travers cet environnement, elle parvient à toucher du doigt un pays qui semble si lointain. L’émotion prend alors le pas sur tout le reste tandis que l’on voit ce rapprochement s’effectuer entre ces deux nations. Un second niveau de lecture qui approfondit encore plus la richesse de ce titre qui réussit à nous faire rêver à travers un contexte simple mais prenant. Un voyage dans le temps qui se fait sous le signe de l’enchantement.

La Lanterne de Nyx est une lecture qui aura su nous envoûter de par tout ce qu’elle parvient à nous apporter. En plus d’offrir de multiples informations et petits récits captivants, ce titre est l’occasion de s’émerveiller devant ces objets anciens, ces vêtements, ces nourritures et autres articles qui sont bien plus que des outils et éléments de tous les jours. Ils sont une porte ouverte sur les habitudes de ceux qui les ont imaginés et l’environnement dans lequel ils peuvent évoluer.

La Lanterne de Nyx nous propose une excellente visite

Comme on l’a dit en introduction de cette chronique, la curiosité a joué un rôle prédominant dans notre envie de découvrir cette œuvre. Cependant, même en franchissant le cap de prendre cette introduction, on se demandait si l’histoire allait pouvoir tenir sur le long terme. Finalement, on a totalement zappé cette interrogation tant notre plongée dans ce nouvel univers nous a convaincu et séduit. Un manga original et dont l’auteur a su rendre saisissant de par tout ce que l’on apprend et découvre au fil des chapitres. En plus de nous montrer l’intérêt que l’on peut porter à de simples outils, ce récit est aussi une excellente rétrospective sur un Japon qui commençait tout doucement à s’ouvrir au reste du globe. Il y a donc un côté enseignement qui se dégage de ces pages, mais qui ne nuit guère au plaisir que l’on peut ressentir. Cela fait même partie intégrante du divertissement qui nous est proposé, car plus on avance et on reste entouré de ces « babioles » et plus notre esprit se laisse à rêver et à imaginer ce qui peut bien se cacher derrière chacun d’eux. Un ouvrage qui réussit parfaitement à combiner apprentissage et découverte tout en conservant son aspect ludique. Ce mélange est très bien dosé et ne fait qu’accroître la joie que l’on a tout au long de notre excursion.

C’est donc avec un grand plaisir que l’on recommande cette saga qui s’est avérée être l’une des plus belles découvertes que l’on ait pu faire ces derniers mois. Si vous aimez l’Histoire, apprendre plein de petits détails sur certains produits et que vous cherchiez une lecture agréable et plaisante à suivre alors La Lanterne de Nyx devrait facilement répondre à ces critères. En tout cas, il s’agit d’un grand oui à nos yeux pour cette licence qui, en plus de poser des bases solides pour l’avenir, parvient nous donner envie d’en savoir plus sur tous ces “artefacts”. Même la banalité de certains cache en réalité un écho surprenant concernant ceux qui les ont fabriqués, portés ou utilisés. On tourne la dernière page et notre esprit s’en va déjà à rêver de ce qu’il va bien pouvoir analyser lors de notre prochaine visite dans cette boutique qui réussit à nous mettre des étoiles dans les yeux. Un scénario touchant et efficace qui permet à ces reliques de briller de nouveau.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre opinion ainsi que votre ressenti en parcourant les pages de ce premier volume de La Lanterne de Nyx. Avez-vous été conquis par ce lieu recelant de multiples récits ? Quels objets, selon vous, seront au cœur du prochain tome ? Pensez-vous que notre jeune employée parviendra à s’épanouir dans cet environnement si particulier ? On attend impatiemment vos réponses à ces questions. 🙂

NYX NO LANTERN © 2016 Kan Takahama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *