Hell's Paradise

Hell’s Paradise tome 1 : l’île des condamnés

On le dit fréquemment, mais le manga est une porte ouverte sur une infinité de mondes. Deux œuvres pouvant aborder deux thèmes identiques peuvent proposer des histoires totalement différentes, mais tout aussi prenantes. Pour le titre du jour, on va retourner dans le monde des shinobi pour une épopée ayant un fort potentiel et surtout particulièrement sanglante. Vous l’aurez peut-être compris, la licence que l’on va traiter aujourd’hui est la toute dernière nouveauté de Kazé. Intitulé Hell’s Paradise, cette saga sombre et violente avait su attirer notre attention en voyant les premières pages. Cette lecture était donc elle suffisamment intéressante pour que l’on s’attarde dessus le temps d’une chronique ? La réponse est un grand oui ! En effet, on a été bluffé par cette excursion où l’hémoglobine coule à flots et par tout ce qui constitue cet univers. Il est donc temps de prendre son courage à deux mains afin de se lancer dans une terrible bataille entre condamnés.

Le vide emporte tout

Hell's Paradise-choix

Une proposition difficile à refuser.

Hell’s Paradise, imaginé par Yûji Kaku, nous propulse au Japon à l’époque d’Edo. A cette période existait des hommes et femmes qui vouaient leur vie à leur seigneur en devenant leur ombre. Ces assassins silencieux n’étaient autres que les ninjas et parmi eux se trouvait un clan particulièrement puissant. Celui-ci porte le nom d’Iwakagure et a toujours su donner des guerriers redoutables. Cependant, il y en a un parmi eux qui est parvenu à surpasser tous les autres. Il s’agit de Gabimaru qui est aussi surnommé “le vide” de par le sang-froid terrifiant qu’il a en exterminant ses cibles. Malheureusement pour lui, il fut finalement capturé et croupi à présent en prison. Condamné à mort, il attend que la sentence tombe mais aucun bourreau ni exécution ne semble pouvoir venir à bout de lui. Sa résistance hors du commun vient de son entraînement qui a poussé son corps dans ses derniers retranchements. Malgré toutes les tentatives, cet homme ne parvient à périr et est obligé de moisir dans une cellule en attendant que la mort veuille bien de lui.

C’est alors qu’il reçoit la visite d’une exécutrice bien singulière. Répondant au nom de Sagiri, cette demoiselle fait partie de la célèbre famille Yamada Asaemon. Connu pour pouvoir trancher n’importe quelle tête d’un coup, la réputation de ses membres n’était plus à faire. Elle vint à sa rencontre pour une raison bien précise. La jeune femme lui propose un marché qui lui permettrait de retrouver sa liberté. Pour cela, il lui faudrait l’accompagner sur la mystérieuse île de Sukhavati pour dénicher l’élixir d’immortalité. Même si personne n’a jamais pu témoigner de son existence, ce liquide a su attirer l’œil du shôgun qui n’a pas proposé ce compromis qu’à notre ninja. Tous les pires criminels enfermés dans les différentes geôles du pays ont reçu cette invitation pour participer à cette chasse au trésor. Ce lieu paradisiaque et maudit va devenir le nouveau champ de bataille pour ces hommes et ces femmes qui n’ont tout simplement plus rien à perdre. Cette île engloutira-t-elle ces intrus ou se fera-t-elle dévorer par la violence de ces derniers ? Une quête qui ne pourra être accomplie qu’à travers le sang et la mort.

Ce qui nous frappe tout d’abord lorsque l’on se lance dans ce premier tome de Hell’s Paradise est le personnage que l’on suit. Gabimaru, derrière son air d’enfant, est un véritable tueur qui n’hésite pas à éradiquer ceux qui se dressent sur son chemin. Un pur anti-héros, mais qui cache d’autre facettes rendant son background et son caractère particulièrement intéressant à suivre.

Un anti-héros fascinant

Au moment de faire la connaissance de notre cher shinobi, on a surtout l’impression de voir un individu complètement détaché de la situation dans laquelle il se retrouve. Résigné au sort qui lui est réservé, sa trop grande puissance l’empêche pourtant d’accéder à l’au-delà. Cela permet donc déjà d’établir le rapport de force qui le met bien au-dessus des autres. Un jeune homme stoïque et qui préfère se murer dans son propre silence que d’aller vers les autres. Malgré tout, on découvre très vite que derrière ce visage impassible se cache un individu bien plus complexe et intéressant. Il n’est pas uniquement une arme dont le but est de trancher tout ce que l’on indique et va même faire preuve d’une humanité troublante par moment. Ces passages offrent un contraste surprenant et très bien amené qui nourrit la curiosité que l’on peut avoir à son égard. Lui qui a passé tant d’années de sa vie à enlever celle des autres souhaite ardemment continuer de respirer dans l’espoir de revoir la seule personne qui ne l’a jamais considéré comme un outil.

On se rend compte alors de cette facette qui vient briser l’image que l’on pouvait avoir de lui au départ. Ainsi, le lecteur nourrit de l’espoir pour ce shinobi ainsi qu’un plus grand attachement envers lui. Pourtant, il ne faut oublier ce qu’il est capable de faire. Ses prouesses martiales, ses techniques de ninjutsu et son attitude glaciale font de lui un adversaire à éviter à tout prix. Son souhait a beau être louable, on peut s’empêcher d’être admiratif et craintif devant son désintérêt pour l’existence humaine. S’il laisse parfois une chance à ses ennemis de se rétracter, cela ne dure que peu de temps. En faisant cela, l’auteur parvient à donner naissance à un protagoniste qui n’hésite jamais à abattre ces opposants, mais dont le but est acceptable aux yeux du lecteur. De ce fait, on ne sait jamais sur quel pied danser et c’est ce qui rend notre observation aussi palpitante et savoureuse. Notre envie de le voir réussir n’a alors d’égal que le poids des crimes qu’il a commis et qui ne s’effaceront jamais de son esprit. Son âme est déjà promise à l’enfer et ce voyage n’est qu’un moyen de s’offrir une certaine rédemption en retrouvant celle qui parvient à lui faire oublier ce fardeau. Un anti-héros parfaitement écrit et qui illumine sans cesse notre regard.

Ce qui marque aussi notre esprit au moment de s’aventurer dans Hell’s Paradise est la violence qui se dégage de chaque case. Une série qui ne fait pas dans la dentelle et qui permet de s’imprégner rapidement de l’environnement dans lequel on va évoluer. La pitié n’a nullement sa place dans cette quête où tous les coups sont permis. Un conflit qui nous prend aux tripes et qui est à la fois délirant et terrifiant.

Un récit d’une grande brutalité

Hell's Paradise-vide

Une sortie fracassante.

On a souvent évoqué dans nos articles des œuvres qui donnaient naissance à des univers impitoyables où seul la loi du plus fort régnait. Hell’s Paradise fait partie de cette catégorie et va même jusqu’à donner un rôle important à toute cette violence qui anime ces personnages. Tout d’abord, cela permet de poser les bases de l’ampleur que va prendre cette quête. On devine rapidement qu’il ne sera pas possible de trouver cet élixir sans que la faucheuse ne fasse sa moisson. Ainsi, on est constamment conscient que cette dernière peut frapper à tout moment et qu’il va être question de tuer ou être tué. L’ambiance devient alors plus pesante pour le lecteur qui observe tous ces participants dont la vie peut se résumer à un immense charnier dont ils auraient été la cause. Même Gabimaru ne fait pas exception à la règle et c’est ce qui rend cette aventure aussi palpitante et fascinante. Tous marchent avec l’ombre de la mort qui plane sur eux et aucun ne mérite d’être pardonné pour tous ces péchés.

Même leurs bourreaux ont les mains souillés du sang qu’ils ont fait coulé en tranchant chaque tête. Il y a donc, dans cette série, un fort lien avec l’au-delà dont les âmes des défunts continuent de hanter ceux qui ont arrachés toutes ces vies. En plus de cela, cette approche de la mort permet de donner encore plus d’impact à cette immense bataille royale qui a lieu sur cette île qui est tel un tombeau pour tous ceux qui osent y poser le pied. Cette volonté de frapper fort permet aussi au mangaka de se lâcher durant les phases de combat qui sont à la fois épiques, sublimes et tragiques. On observe ces affrontements en sachant pertinemment qu’il ne pourra y avoir qu’un seul vainqueur. Une fatalité qui rend cette expérience encore plus immersive. Outre cela, le côté brutal n’est pas uniquement lié à des litres d’hémoglobines, mais aussi aux comportements de certains. Pour espérer survivre, tous les moyens sont bons que ce soit des alliances qui entraînent souvent des trahisons, des attaques-surprises et autres agissements peu recommandables. En voyant tout cela, le nom de cette série prend alors tout son sens et nous offre un voyage inoubliable où l’enfer s’invite au sein de ce paradis.

Sans aucun doute, Hell’s Paradise fait partie des œuvres qui ont su nous offrir une première excursion complètement enivrante. On ne parle pas ici des sujets abordés, mais du plaisir que l’on a eu à observer et à accompagner ces guerriers dans leur mission. De plus, ce début apporte suffisamment d’ingrédients supplémentaires pour faire éclater notre imagination et notre envie de savoir ce qu’il va se passer ensuite.

Hell’s Paradise nous offre un véritable paradis infernal

On ne va pas le cacher, on a tout bonnement adoré cette première lecture de Hell’s Paradise. Un shônen arrivant à se différencier des autres en proposant une identité unique tout en conservant tous les éléments faisant le charme de ce genre de récit. Le lecteur se retrouve pleinement embarqué dans cette expédition qui ne se fera pas dans la joie et la bonne humeur vu les passagers avec lesquels on voyage. Ces compagnons de route vont nous offrir des affrontements dantesques et explosifs sur ce terrain de jeu qui semble avoir de nombreux secrets à nous révéler. Une introduction qui prend le temps de nous présenter Gabimaru et de le développer tout en nous jetant rapidement au coeur de l’action. Un excellent travail de la part du mangaka qui sait comment capter son lectorat et à donner vie à un univers sombre et sanglant à souhait. Notre désir de continuer à observer ces criminels tenter de survivre ne cesse de grandir et nous pousse à vouloir la suite de cette licence. Une épopée décomplexée qui risque fort de ne laisser aucun répit aux participants ainsi qu’aux lecteurs.

On recommande donc chaudement ce titre qui a un très grand potentiel et qui pourrait devenir l’un des grands shônen de cette année. L’univers qui s’étend devant nous semble impressionnant et pourrait bien proposer des possibilités que l’on n’imagine même pas. Si vous aimez les œuvres où tout se règle dans des combats mortels ou que vous désiriez une aventure littéraire prometteuse, Hell’s Paradise est le manga qui pourrait correspondre à vos attentes. Notre shinobi est-il vraiment capable d’abattre tous les autres êtres qui peuplent cette île ? Quelle est l’origine de l’étrange faune et flore de ce lieu surnaturel ? L’élixir d’immortalité existe-t-il vraiment ? Quel sera le prochain adversaire que l’on rencontrera ? Beaucoup de questions qui servent pleinement cette histoire en nourrissant notre envie de continuer notre voyage. Cependant, il va maintenant falloir être patient pour assister au second acte de cette pièce qui recouvrira ces terres d’un rouge écarlate.

Les commentaires sont là si vous souhaitez partager votre avis ainsi que votre ressenti concernant la lecture de ce premier tome de Hell’s Paradise. Quel secret, selon vous, se cache derrière cette île ? Pensez-vous que Gabimaru a une chance de s’en sortir ? Quel autre candidat a su retenir votre attention ? On a hâte de découvrir vos réponses à ces questions. 🙂

© Kaku Yuji / Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *