The Red Rat in Hollywood

The Red Rat in Hollywood tome 1 : quand le cinéma rencontre la politique

Pour bien terminer cette semaine d’articles, on a décidé de s’attarder sur une œuvre pour la moins atypique. Provenant tout droit du catalogue de Vega, ce seinen a su nous enchanter pour des raisons bien différentes de ce que l’on a l’habitude de voir. Ce titre n’est autre que The Red Rat in Hollywood dont le premier tome est arrivé la semaine dernière chez nous. Après avoir bien pris le temps de le lire en détail et de le savourer, on ressort de cette lecture pleinement satisfait. Abordant une période assez trouble et sombre des États-Unis et de l’après-guerre, ce titre offre un combat prenant et important où deux partis s’affrontent à travers le droit à la liberté d’expression. Une œuvre riche et détaillée qui nous plonge en quelques secondes dans cette Amérique où la censure pouvait régner en maître. Bien loin des habituelles histoires que l’on a l’habitude d’analyser, ce récit mérite vraiment que l’on s’attarde dessus au cours de cet article. Préparez-vous à assister à un duel où les mots et la plume peuvent être bien plus forts que le plus violent des coups. L’heure est venue de rejoindre les spectateurs dans cette confrontation idéologique.

La chasse aux rouges

The Red Rat in Hollywood-hostilité

La chasse est ouverte.

The Red Rat in Hollywood est né de la plume d’Osamu Yamamoto. Ce récit nous plonge juste après la Seconde Guerre mondiale et plus précisément en plein coeur des États-Unis. Alors que le calme et la paix semblent être de nouveau le quotidien des habitants de ce pays, un autre conflit se prépare dans l’ombre. La fameuse guerre froide entre l’Amérique et l’URSS s’intensifie et cela se joue même au centre de chacun des pays. En effet, le communisme semble avoir envahi une partie des terres de l’ouest, ce qui est loin de ravir le gouvernement américain. Ce dernier décide alors de se lancer dans une immense traque de tous les sympathisants de ce courant politique. Malgré leurs efforts, arrêter quelques hommes et femmes n’est pas assez pour convaincre l’opinion publique. Afin de montrer au monde le vrai visage de ceux qu’ils appellent les “rouges”, les hautes autorités décide de frapper un grand coup. Pour cela, il se tourne vers le média qui ne cesse de grimper depuis maintenant de nombreuses années.

Il s’agit bien sûr de l’industrie cinématographique et plus précisément celle d’Hollywood. Assurant de voir des valeurs communistes dans une grande partie des œuvres produites dans ces studios, une commission est mise en place afin de faire la lumière sur tout cela. C’est alors le début d’un immense et long procès envers de grandes figures de ce milieu. Que cela soit les scénaristes ou les acteurs, tous sont maintenant la cible de ce groupe qui ne semble aucunement prêt à faire la moindre concession. Malgré la puissance et le pouvoir de leur ennemi, les auteurs de ces célèbres scripts décident de ne pas se laisser marcher sur les pieds. Ils sont prêts à affronter cette menace à leur liberté d’expression, même si cela doit les conduire à l’intérieur d’une cellule. C’est ainsi que début un éprouvant combat entre ces deux camps qui refusent d’abandonner leurs principes. La créativité et le droit de parole s’opposent à l’impitoyable oppression du gouvernement qui ne semble n’avoir que faire des principes et messages véhiculés à travers ces films. Voici l’histoire de cet affrontement psychologique et juridique qui a chamboulé de grandes choses.

La grande force de The Red Rat in Hollywood repose sur le combat qui est mené tout au long de ses pages. Même si l’on est devant un face-à-face avant tout politique, la question qui se pose concerne d’abord la liberté d’expression. Un sujet pouvant toujours être d’actualité et qui, de ce fait, parvient à nous toucher profondément. On observe avec attention tout ce qui se passe en se demandant où va bien mener cette parodie de procès.

La liberté d’expression

Comme dit un peu plus haut, le sujet qui est abordé à l’intérieur de ces cases peut parler à tout le monde. Plus que la confrontation entre le gouvernement américain et les communistes, c’est avant tout un combat pour la liberté de parole et plus généralement d’expression. Le mangaka, à travers ses écrits, a parfaitement su retranscrire cette bataille acharnée qui a eu lieu. Cette valeur que l’on souhaite absolument défendre est encore plus puissante de par l’ennemi qui se trouve en face. En effet, le fait d’être devant tout un régime qui s’oppose à cela rend cette défense aussi difficile que prenante. Tous les coups vicieux qui sont mis en place sont autant là pour nous dégoûter que nous pousser à vouloir rester jusqu’au bout. Après tout, l’important dans ce genre de titre historique n’est pas tant sa conclusion. En effet, il suffit de chercher un peu pour savoir ce qui a bien pu découler de cette époque de trouble. Le véritable intérêt repose sur tout ce qui a été fait pour en arriver là où nous en sommes aujourd’hui. C’est aussi pour cette raison que l’on reste accroché à ce premier tome qui nous évoque tant de choses.

D’ailleurs, il est intéressant de voir notre perception qui change au fur et à mesure que l’on avance dans le récit. Pour nous, le cinéma a toujours été un univers où chacun était en droit de laisser parler sa créativité en abordant les sujets, les genres et les thématiques qu’il souhaite. On a beau apprendre que ce milieu a aussi été une grande source de propagande durant cette époque, cela nous paraît maintenant tellement loin. Pourtant, lorsque l’on met le nez à l’intérieur de cet ouvrage, on assiste à ce moment important où ce format va prendre son envol. On comprend alors l’importance de chacune de ces scènes où chacun lutte pour préserver sa liberté d’expression qui elle-même sauve l’imagination de ces auteurs. Tout ce qui pouvait sembler être une mascarade à la base devient une lutte incroyable où l’on reste silencieux à observer ces célébrités se tenir devant les puissants. On est alors à la fois subjugué et terrifié à l’idée du verdict qui pourrait être donné alors que l’on sait pourtant où tout cela va nous emmener. Une formidable leçon d’écriture qui préserve le suspens jusqu’au bout et nous implique profondément dans cette histoire.

En plus de nous conter un duel particulièrement prenant, The Red Rat in Hollywood ne se repose pas uniquement sur cet élément. Il y a aussi tout un aspect espionnage qui sert l’ambiance parfois oppressante et sombre de l’œuvre. Dans un monde où les trahisons sont nombreuses, la frontière entre le bien et le mal disparaît pour ne laisser place qu’à deux camps cherchant à imposer leurs idéaux.

Qui est vraiment l’ennemi ?

The Red Rat in Hollywood-période

Une période de trouble.

En dehors du fabuleux message transmis à travers ces dialogues, The Red Rat in Hollywood sait aussi être particulièrement divertissant à travers ce scénario mêlant la grandeur d’un procès à un jeu du chat et de la souris dans tout le pays. De ce fait, on peut suivre tout ce qui est mis en place par le gouvernement pour chasser et condamner tout ceux qui auraient soutenu un jour ce courant politique. C’est durant leurs nombreuses descentes que l’on ouvre les yeux sur tout le jeu qui s’organise au sein de chaque force. Tout d’abord, on peut paraître très mal à l’aise en voyant les horribles stratagèmes dont sont capables les services secrets. Tout est bon pour pouvoir faire chanter leurs cibles et qu’elles se mettent à parler. En réalité, il n’y a pas un seul instant où des trahisons n’ont pas lieu et que l’on remarque à quel point les espions des deux pays sont bien ancrés partout sur le globe. Cet aspect efficace l’est d’autant plus que l’on est constamment surpris par ces nombreux rebondissements. L’auteur a su mettre en place des fausses pistes, des traquenards et des mensonges qui influencent notre approche et nous permet d’être sous le choc lorsque l’on découvre la vérité.

Cependant, on n’aurait pas appelé cette partie ainsi si l’on n’évoquait pas cette difficulté à savoir d’où vient vraiment le mal. Après tout, ils ne font que suivre les principes qu’ils croient justes et c’est là qu’est l’essence de chaque conflit. Le gouvernement, croyant bien faire, se lance dans une campagne de censure effroyable et qui va à l’encontre de tous ceux pour quoi ils se sont battus. Le véritable danger pour eux, à travers les valeurs du communisme, ne concerne que les puissants qui craignent de voir un élan de protestation aller à leur égard. Cette chasse aux sorcières prend alors une tout autre tournure à nos yeux, car la vraie raison de tout ceci n’est rien d’autre que l’intérêt personnel de quelques privilégiés. Cela est montré avec tant de maestria de par ces dessins que l’on ne peut qu’être littéralement emporté par ce récit qui nous fascine de par cette approche très humaine. Si ces hommes, qui se dressent devant la liberté d’expression, font figure de méchants, en réalité il n’existe pas de bien ou de mal. On suit avant tout le face-à-face entre des individus ne souhaitant pas perdre leurs privilèges à des gens qui aiment et souhaitent développer leur métier. Une formidable opposition qui nous prend aux tripes.

The Red Rat in Hollywood est une véritable bonne surprise de par ce récit rarement abordé dans l’univers du manga. Un parti-pris qui marche parfaitement et qui le doit à l’immense travail d’écriture de la part de son auteur. Un voyage dans le temps enrichissant et envoûtant qui sait comment attirer l’attention du lecteur. Comme on l’a dit en introduction, un ouvrage singulier qui montre la diversité des thèmes que l’on peut aborder à travers le dessin.

The Red Rat in Hollywood réussit son casting

Alors que l’on ne pensait pas pouvoir être autant emballé par ce premier volume de The Red Rat in Hollywood, celui-ci nous a montré que l’on avait tort. Bourré d’anecdotes, de faits historiques et de recherches, cette série est une mine d’information sur cette ère où l’angoisse et la peur étaient le quotidien de certains. Misant habilement sur son aspect enquête et la confrontation que l’on nous conte, cette pépite littéraire nous conquiert avec une habileté déconcertante. On a beau être entouré d’un nombre hallucinant d’éléments, on savoure chaque phrase que l’on peut lire. Une aventure qui nourrit autant notre intellect que notre soif de divertissement sans jamais s’écarter du chemin que l’auteur a tracé. Bien évidemment, cette introduction est avant tout là pour nous poser le décor de cette affaire qui va ronger les États-Unis, mais même à travers cette simple présentation, ces chapitres réussissent à nous étonner de la plus belle des manières. Un voyage dans le temps qui n’a absolument rien à envier aux autres et qui s’apprête à marquer bon nombre de lecteurs.

C’est donc avec une grande joie et un immense plaisir que l’on recommande ce manga. Si vous aimez les récits historiques abordant la guerre froide et ses conséquences ou que vous souhaitiez assister à un titre mettant en place un procès palpitant, alors The Red Rat in Hollywood devrait répondre à vos attentes. En tout cas, c’est un grand oui pour nous de par cette efficacité qu’a eu ce début de saga à nous immerger dans cette époque d’après-guerre pour nous montrer à quel point les hostilités n’étaient pas fini. Une oeuvre où la victoire ne se décide pas par la mort de milliers de soldats, mais par un dangereux jeu de persuasion et de menace entre deux blocs qui refusent l’expansion de l’autre. A présent, on ne peut que se demander quel va être le prochain acte de ce conflit. Comment ces scénaristes parviendront-ils à faire entendre leurs droits ? Voilà la question dont on a hâte d’avoir la réponse. Il faut juste maintenant prendre son mal en patience.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre avis ainsi que vos impressions sur ce premier contact avec The Red Rat in Hollywood. Êtes-vous intéressé et curieux de connaître la suite de cette affaire ? Que se passera-t-il, selon vous, ensuite ? Trouvez-vous que le mangaka a su traiter de ce sujet avec justesse ? On est toujours ouvert à la discussion et ce serait un grand plaisir que de pouvoir échanger avec vous sur le sujet.

© Yamamoto Osamu / Shogakukan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *