Tokyo Revengers

Tokyo Revengers tome 1 : une baston à travers le temps

Après avoir abordé plusieurs animes cette semaine, on a décidé que notre prochaine escale serait sur un manga. Au vu des dernières sorties, on a longuement hésité à savoir de quel titre on pourrait bien parler. Finalement, il y a un tome qui s’est dégagé du reste de par son potentiel et par le plaisir que l’on a eu en le lisant. D’ailleurs, cette licence fait partie de la catégorie des furyo, un genre que l’on apprécie tout particulièrement et que l’on aimerait beaucoup voir sur le devant de la scène. Vous l’aurez donc compris, on va parler aujourd’hui de la toute dernière licence de chez Glénat qui n’est autre que Tokyo Revengers. Son premier volume étant sorti la semaine dernière, on a eu le temps de bien analyser et observer ce qui pouvait faire la force et l’attrait de cette saga. Tout au long de cette lecture, on a été emporté par ce qui nous était raconté alors que l’on s’attachait de plus en plus aux personnages. Un récit qui prend le temps de poser ses fondations pour nous délivrer une histoire particulièrement prometteuse. Le temps est donc venu de cesser de jouer les bons élèves afin de se lancer dans la mêlée. On espère que vous êtes tous prêts à prendre quelques coups en compagnie de nos chers délinquants que l’on aime tant.

Prêt à tout pour sauver une vie

Tokyo Revengers-nouvelle

Une nouvelle qui va tout changer.

Tokyo Revengers, imaginé par Ken Wakui, nous plonge dans un Japon contemporain. C’est là que l’on fait la connaissance de Takemichi. Ce jeune garçon de 26 ans vit de petits boulots ingrats et ne cesse de se faire réprimander par ses chefs. Il est bien loin d’avoir une existence de rêve et cela est bien loin de s’arranger. En effet, il va apprendre un beau jour que son ancienne et unique petite amie est décédée suite à une rixe entre bandes rivales. D’ailleurs, ce tragique incident a aussi coûté la vie au petit frère de cette dernière. En découvrant cela, notre héros va alors se rendre compte à quel point il a tout raté dans sa vie. Il se remémore les souvenirs de son passé et se demande bien à quel moment cela a fini par dérailler. Alors qu’il est dans ses pensées, un accident va l’emporter et provoquer un phénomène bien étrange. Alors qu’il devrait être mort, il est étonné de voir qu’il n’a absolument rien. Encore plus étrange, son corps est celui qu’il avait douze auparavant à l’époque du collège. Complètement désarçonné par ce qui se passe, il doit se rendre à l’évidence qu’il a fait un bond dans le temps.

Même s’il a du mal à accepter la situation, la présence de son ancien groupe d’amis lui prouve que tout cela n’est pas fictif. Il doit accepter l’idée qu’il est de nouveau dans la peau d’un adolescent qui passait ses journées à chercher les problèmes et à jouer les mauvais garçons. Il a beau avoir abandonné ce quotidien il y a bien longtemps, revenir à cette époque lui permet d’ouvrir les yeux sur tout ce qu’il avait. Qu’il s’agisse de ses camarades, des moments de joie qu’il pouvait ressentir à leur côté et bien sûr le fait qu’Hinata soit là. Celle qu’il a aimée se tient devant elle sans savoir que dans le futur elle fera partie des dommages collatéraux d’une vulgaire querelle entre gangs. Ne pouvant accepter ce funeste destin, Takemichi voit en ce voyage dans le passé une occasion en or de changer l’avenir. C’est peut-être sa seule chance de pouvoir sauver son amour de l’époque et qui hante toujours son esprit douze ans plus tard. Ainsi débute le récit de cet homme qui va devoir se frayer un chemin par la simple force de ses poings et de sa détermination pour qu’il puisse encore exister une lueur d’espoir pour son futur.

Ce qui nous a marqué en premier dans ce volume introductif à l’univers de Tokyo Revengers est la présentation des différents protagonistes. Même si l’on est avant tout ici pour nous présenter le contexte ainsi que le fil rouge de ce scénario, cela n’empêche pas de découvrir et d’apprécier la plupart des personnages qui jouent devant nos yeux. Ils ont beau être des caïds pour la plupart, il y a toujours quelque chose en eux qui attire notre regard. La sympathie que l’on éprouve alors à leur égard montre qu’au-delà de la baston se trouve des étudiants qui possèdent une profonde et belle mentalité.

Une galerie de personnages captivant

Ce qui fait la force de ce genre d’œuvres n’est pas tant concernant l’aspect baston et les affrontements que l’on peut avoir. Bien sûr, cela fait partie intégrante de cette identité que l’on apprécie tant, mais le charme principal d’un furyo vient des acteurs que l’on peut observer. C’est exactement le cas ici, car Tokyo Revengers introduit des individus particulièrement intéressant à suivre. On peut bien sûr citer Takemichi pour commencer. Lui qui a passé une bonne partie de son existence à renier son passé et à essayer d’avoir une vie lambda renoue finalement avec cette ancienne facette de sa personnalité. Alors qu’on le prend pendant un long moment pour une personne assez peureuse qui ne souhaite pas aller au contact, on finit par ouvrir les yeux sur ce qu’il est vraiment. Il est tout simplement effrayé par ce brusque bouleversement qui vient totalement briser le caractère qu’il s’était façonné pendant tant d’années. Le bagarreur qu’il était fini par refaire peu à peu surface et alors vient le moment fatidique où ce collégien va marquer notre esprit. Alors qu’il se trouve face à un adversaire bien plus puissant et particulièrement violent, il ne recule pas. Il a beau se prendre les pires mandales qui soient, Takemichi tient bon et ne cesse de se relever. A travers cet unique passage, le personnage principal de ce récit montre ce qui constitue l’essence même du style furyo. La détermination et le courage sont les principaux atouts de ce genre de héros qui, malgré l’adversité, n’abandonne jamais.

En vérité, c’est avant tout une question de principes qui permet au lecteur d’apprécier autant ce type de lecture et qui fait que l’on a un profond respect à l’égard de ces hommes et de ces femmes. Une admiration naît alors entre le spectateur de cette scène et celui qui représente parfaitement l’état d’esprit de ces délinquants. D’ailleurs, comme on l’a dit un peu plus haut, cela ne concerne pas uniquement ce jeune garçon. On pourrait aussi citer Hinata qui, malgré le fait qu’elle se tient à distance de ce milieu, n’hésite pas à s’opposer à ceux qui cherchent à embêter son amoureux. Sa force est alors prouvée par les tremblements qu’elle affiche. Peu importe qu’elle soit effrayée, elle est prête à défendre celui qu’elle aime face aux pires racailles qui puissent exister. Bien évidemment, il y a aussi Manjiro. Lui qui est le chef de toute une bande n’apprécie pas que ces hommes agissent de manière déloyale et participent à des activités pour les moins douteuses. Il affiche un véritable code d’honneur qui éblouit le lecteur et nous permet de voir la grandeur de ce meneur. Voilà en quoi Tokyo Revengers parvient à nous fasciner et à nous tenir en haleine. On suit avant tout le combat de tous ces êtres qui avancent en suivant le chemin qu’ils pensent être le meilleur. Des gens fidèles à leurs idéaux et qui ont beau être, pour la plupart, de sacrés loustics n’en reste pas moins des personnages qui nous tiennent à coeur.

Bien sûr, on ne peut parler de Tokyo Revengers sans parler des tensions qui peuvent exister entre les différents protagonistes de ce conte. Les belles paroles ne suffisent pas dans cet environnement où tout est décidé par la force et uniquement par celle-ci. Le seul moyen de gravir les échelons est de montrer qu’on en a dans le ventre et c’est exactement ce qui se passe pour notre cher Takemichi.

De l’embrouille comme on aime

Tokyo Revengers-baston

Mieux vaut ne pas le chercher.

Furyo oblige, on ne pouvait pas ne pas parler de l’aspect action de Tokyo Revengers. Clairement, ce point n’est pas celui qui est le plus développé dans ce premier tome. Pourtant, c’est loin d’être péjoratif car les quelques instants de confrontations que l’on peut avoir suffisent à nous donner envie d’en voir plus. Outre le mental dont font preuve nos nouveaux amis, ils parviennent à imposer leur vision des choses à travers ces simples échanges de coups. Si la majorité de ces petites frappes ne pensent qu’à se battre pour montrer leur puissance, ce n’est nullement le cas de Takemichi et Manjiro. S’ils décident d’en venir aux mains, c’est avant tout pour réaliser leur souhait et non pas dans l’unique but de détruire le visage de leur opposant. Des face-à-face qui, avant même que le premier poing soit levé, se marquent dans notre esprit de par l’aura qui entoure chacun de ces personnages. En plus de cela, il y a aussi ce côté défoulant qui rajoute du fun et un second intérêt à l’œuvre qui n’en est que plus passionnante à suivre. Le simple fait de retrouver cette ambiance unique où les bandes font la loi rend déjà ce voyage palpitant.

D’ailleurs, ce que l’on peut observer tout au long de ces pages est avant tout là pour nourrir notre curiosité. En effet, en ne montrant aucune véritable baston, l’auteur souhaite avant tout attiser notre imagination. On se met alors à rêver et à supposer de ce que pourrait donner une véritable confrontation entre ces pros de la castagne. C’est ce qui fait toute l’efficacité de ce premier tome qui nous présente avec brio une partie de son casting et à nous accrocher à ce quotidien mouvementé que l’on va suivre à présent. En plus de cela, Tokyo Revengers affiche aussi une certaine beauté à travers cet esprit de fraternité qui commence à exister entre les différents membres du groupe. Les bases sont posées pour donner lieu à une amitié à la fois virile et forte qui va transformer ces inconnus en de véritables frères d’armes. Cela est fait avec tant d’habileté et une efficacité redoutable que l’on ne peut qu’être sous le charme en s’imaginant ce que ce gang pourrait bien réaliser dans le futur. La mèche vient tout juste de s’allumer et on la regarde brûler jusqu’à ce qu’elle provoque une explosion qui s’annonce dantesque et inoubliable.

Tokyo Revengers a beau sembler commencer doucement, cela n’enlève en rien à sa faculté à nous immerger dans son récit. Le fait même de prendre son temps est un très bon point, car cela permet d’apprécier encore plus tout ce que l’on découvre et l’univers dans lequel on évolue. Le périple de notre looser débute à peine que l’on est déjà impatient de le voir reprendre sa vie en main afin de sauver celle qui l’a toujours défendu.

Tokyo Revengers sublime ses délinquants

Au départ, on ne savait pas trop où l’on allait s’engager en se lançant dans la lecture de ce premier tome de Tokyo Revengers. Le fait de mêler voyage dans le temps et le genre du furyo était un pari dont on ignorait totalement le résultat. Finalement, après avoir été au contact de ces quelques chapitres, on a pu voir à quel point on a bien fait de se laisser immerger par ce récit. Les divers ingrédients utilisés se marient parfaitement et donnent ainsi lieu à un plat particulièrement savoureux. Une première bouchée qui laisse une très bonne impression et qui ne cache qu’une partie du potentiel de ce shônen. On a presque envie de plonger à l’intérieur de ces pages afin d’encourager de toutes nos forces ces voyous que l’on apprécie tant. Outre cela, le mangaka parvient surtout à retenir notre attention à travers des personnages travaillés et qui s’avèrent bien plus profonds qu’on ne l’aurait imaginé. Voilà le genre de titre que l’on termine en se demandant pour quelle raison on n’a pas déjà la suite. On observe attentivement cette scène prendre forme alors que les différents acteurs se tiennent fièrement dessus. Une présentation que l’on adore et qui n’est que le début d’une épopée qui s’annonce déjà comme étant géniale.

C’est donc un grand oui pour cette saga qui débute à peine et qui a déjà su nous conquérir. On est vraiment heureux de revoir ce style de récit au sein de nos librairies. Un genre qui a énormément de choses à nous dire et qui est parfait pour passer un agréable moment. Si vous aimez la baston et les histoires où les délinquants sont roi alors Tokyo Revengers devrait largement vous plaire. Bien sûr, comme chaque lecture introductive, il est évident que l’on ressort avec tout un tas de questions. Takemichi parviendra-t-il à reprendre sa vie en main ? Parviendra-t-il à accomplir la mission qu’il s’est donnée ? Que lui attend ce futur aux côtés de Manjiro ? Quel genre de relation va naître entre ces deux-là ? Quels seront les autres membres de cette team hors du commun ? On est impatient de voir les prochaines aventures de nos nouveaux compagnons de route, car cela risque d’être fort grisant !

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre opinion ainsi que votre propre analyse de ce premier volume de Tokyo Revengers. Êtes-vous séduit par ce qu’offre cette série ? Votre curiosité est-elle titillée par ce que vous avez pu voir à travers ces cases ? Que pensez-vous qu’il adviendra de notre jeune loubard au sein de son nouveau clan ? Existe-t-il vraiment, selon vous, un moyen de chambouler le destin d’une personne ? On est impatient de connaître votre avis concernant toutes ces interrogations et de débattre avec vous sur ce sujet. 🙂

TOKYO REVENGERS © Ken Wakui /Kodansha Ltd.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *