Memesis

Memesis tome 1 : l’envie de reconnaissance

C’est une nouvelle semaine qui commence et on peut clairement dire que l’on va avoir beaucoup de choses à vous partager. Pour débuter, on a décidé de s’attarder sur une œuvre assez légère et qui, en plus de cela, affiche un certain potentiel concernant la richesse de son univers. C’est dans le catalogue de Kana que l’on a pu découvrir cette licence inédite et qui nous a fait passer un très bon moment. Il ne s’agit nul autre que du premier tome de Memesis qui est parvenu à nous surprendre à plus d’un titre à travers ses nombreuses qualités et son duo haut en couleur. A la base, on ne s’était que peu attardé sur le synopsis et on s’est laissé guider par notre envie de découvrir de nouveaux récits. C’est donc ainsi que l’on a pu mettre la main sur cette saga qui propose un début prenant un contrepied intéressant par rapport aux autres mangas du genre. Le monde qui s’étend devant nous va autant servir de scène à des combats grandioses qu’à des situations totalement délirantes. On espère donc que vous êtes prêts à vivre de formidables aventures aux côtés de ce tandem explosif !

L’abandon de deux guerriers

Memesis-affrontement

Des duels endiablés.

Memesis, imaginé par Takuya Yagyû, nous plonge dans un univers de fantasy en proie au chaos. En effet, l’armée du Roi du Mal déferle sur ces terres et ravage tout sur leur passage. L’Humanité doit se faire à l’idée de souffrir face à ces monstres contre lesquels ils ne peuvent rien faire. Seuls quelques braves ont décidé de lutter pour contrer les assauts démoniaques de cette force implacable. Parmi eux se trouve un nom qui résonne dans le coeur de chacun comme une lueur d’espoir. Il s’agit de Léon, le guerrier le plus à même de pouvoir venir à bout du chef de cette troupe. Un héros aux yeux de la population qui a pu voir à de nombreuses reprises ses prouesses martiales qui ont sauvé la vie à de nombreuses personnes. Cependant, dans l’ombre se trouvaient d’autres combattants tout aussi redoutable et confirmé qui faisaient de leur mieux pour amener la paix dans chaque région. C’est donc ainsi que l’on fait la connaissance d’Ash et Kijira, un duo qui n’avait rien à envier au plus fort des hommes.

Il s’avère que ces deux épéistes furent autrefois les compagnons de Léon. Un trio qui faisait fureur et ne laissait aucun répit à leurs opposants. Malheureusement pour notre tandem, leur chef décida de se séparer d’eux. Il avait décidé qu’il préférait la compagnie de deux femmes à ses côtés plutôt que de boulets comme eux. A ses mots, nos deux compères subirent un tel choc qui fallut plusieurs jours pour qu’ils s’en remettent. Cependant, la rage qui bouillonne en eux à l’égard de ce soi-disant symbole n’a nullement faibli. Ayant du mal à digérer cette humiliation, ils se sont décidés à voyager de leur côté afin de se perfectionner et d’abattre toutes les créatures du mal qui se dresseront sur leur route. Leur objectif est à présent clair dans leur esprit. Ils doivent tout faire pour corriger cet affront fait par ce coureur de jupons. Quoi de mieux pour cela que d’éliminer le Roi du Mal avant celui-ci. Ainsi débute une course contre la montre délirante et épique où la rancoeur s’avère être un excellent moteur pour continuer d’avancer.

La première chose qui nous a étonnés en lisant Memesis est la profondeur qui se dégage de cet environnement. Tous les paysages que l’on découvre, les villes que l’on explore et les monstres que l’on rencontre servent tous à nourrir la richesse de ce monde. Cela donne ainsi naissance à un ensemble de terres plaisantes à parcourir et qui recèlent de multiples surprises pour le lecteur qui prend la peine de s’y aventurer et d’observer tout ce qui l’entoure.

Un monde vaste et riche

Il faut le reconnaître, le monde de Memesis donne facilement le tournis tant on est propulsé dans un univers aux nombreuses richesses. On passe d’un décor à l’autre sans jamais sentir une impression de déjà-vu. Il ne s’agit d’ailleurs pas uniquement des paysages. On peut autant citer les personnages, le bestiaire ou même les zones explorées pour déceler tout le potentiel de cette licence. A chaque fois, on a envie de s’attarder dans ces lieux et de voir tout ce que l’on peut y découvrir. Une manière très convaincante de saisir le lecteur et de donner naissance à une pièce qui ne tourne pas uniquement pas autour des protagonistes. On a vraiment cette sensation qu’il y a toujours quelque chose à voir derrière chaque massif, chaque buisson ou chaque village. Cela fait que l’on est impliqué dans tout ce que l’on peut contempler et que l’on a envie de s’aventurer toujours plus loin au sein de ces cases qui sont autant là pour nous conter une histoire que nous placer un environnement enchanteur. Cependant, l’étendue de ce monde ne s’arrête pas uniquement à là.

Outre nous offrir une escapade fantastique, Memesis sait comment créer une ambiance singulière à travers tous ces personnages. En réalité, on est autant intéressé par ce sol que l’on foule du regard que par toutes ces âmes qui y vivent. Cela compte autant pour les humains que les monstres. D’ailleurs, on tient à souligner le soin apporté aux dessins concernant certaines bêtes gigantesques qui parviennent à nous impressionner rien qu’en une image. Ainsi, on est littéralement emporté dans cette guerre qui oppose ces deux camps et l’on ressent pleinement le danger que représentent ces guerriers des ténèbres. On en prend plein les yeux pour notre plus grand plaisir alors que l’on savoure chaque instant que l’on passe à analyser et observer la mythologie de cet univers. Ce qui est aussi remarquable, c’est à quel point on prendre conscience de la grandeur de cet environnement alors qu’il ne s’agit que du premier tome. Cela laisse beaucoup de potentiel pour la suite et nous laisse imaginer ce que l’on pourrait croiser lors de nos futures péripéties en compagnie d’Ash et Kijira.

L’autre point qui nous a agréablement surpris est la tournure que prend ce récit. L’heroic-fantasy sert ici à mettre en avant un duo comique détonnant avec le danger qui rôde sur ces contrées. Un aspect qui déroute et permet aussi d’apporter une vision différente à ce style de récit en teintant cette épopée d’une touche de légèreté et de fraîcheur. Un moyen de nous amuser tout en nous immergeant dans cette épopée.

De l’humour et de l’action

Memesis-Golem

Un sacré morceau.

Quand on s’est lancé dans la lecture de Memesis, on ne s’attendait absolument pas à tomber sur une oeuvre de ce genre. Comme on l’a dit, on s’est lancé dans cette aventure sans trop savoir quelle pouvait être l’histoire. Il faut d’abord savoir qu’il faut un petit laps de temps pour se rendre compte de ce que le récit offre réellement. Au départ, on nous présente notre duo comme particulièrement puissant. En seulement quelques coups, ils parviennent à terrasser des monstres imposants et terrifiants. On se retrouve donc en admiration devant ces deux individus qui affichent un certain charisme et une prestance incroyable. Cela nous permet aussi de contempler l’excellent travail qui est fait au niveau des affrontements. Ces derniers sont souvent épiques de par la nature de l’ennemi et la combativité de nos héros. Un déferlement de techniques et de force qui nous en met plein les yeux et finit de nous conquérir au niveau de son action effréné. Cependant, il ne faut pas longtemps pour que l’auteur nous épate avec un revirement de situation improbable qui change notre manière d’appréhender cette oeuvre.

Alors que tout semblait respirer le récit légendaire où l’on aurait assister à la terrible lutte entre le bien et le mal, tout ceci s’effondre pour nous montrer le vrai visage de ces personnages. La raison pour laquelle il se lance dans la traque des forces du mal n’a absolument rien de louable. S’ils sont ici, c’est parce qu’ils veulent juste faire ravaler ses paroles à celui qui fut auparavant leur leader et idole. De par cette motivation, ils se transforment en un duo comique qui ne cesse de réagir au quart de tour lorsque l’on prononce le nom de Léon. Le contraste entre leur vision dramatique de cette séparation et la façon dont elle est montrée au lecteur fait que l’on ne peut qu’éclater de rire en voyant ces guerriers accomplis se ridiculiser en racontant leurs mésaventures. Une approche qui désarme totalement la tension qu’il peut y avoir face à ces monstres afin de nous conter avant tout le désir de vengeance de ces individus. Ainsi, plus on en apprend sur eux et plus l’image que l’on a pu se faire d’eux au départ s’estompe pour laisser place à ces protagonistes atypiques. On se retrouve donc devant eux et on voit ainsi leur caractère qui dénote totalement avec leur rôle et permet par cela d’accroître notre sympathie à leur égard. Même si l’on peut avoir pitié d’eux, cela fait partie intégrante du récit qui joue avec son lectorat.

Au final, Memesis est une oeuvre bien différente de ce que l’on a l’habitude de voir de par le caractère complètement loufoque de cet univers et de ces protagonistes. On est profondément marqué par cette rencontre qui est aussi choquante que fascinante de par l’absurdité des propos tenus par Ash et Kijira. On reste bouche bée devant une telle stupidité, mais qui permet d’avoir une profonde sympathie envers ces deux nigauds qui nous font mourir de rire.

Memesis nous surprend autant qu’il nous fait rire

On a donc été agréablement surpris par la lecture de ce premier tome de Memesis qui a su nous proposer le début d’une épopée prometteuse et unique. Si son aspect délirant peut paraître étonnant au premier abord, cela permet au manga de jouer à fond la carte de l’autodérision à l’égard de ces personnages. Cela sert pleinement à l’ambiance du titre qui montre ainsi la patte propre à l’auteur et qui fascine de par ce savant mélange de combats dantesques et de situations loufoques. De plus, les dessins rendent parfaitement l’aspect épique de ces confrontations où l’on peut oublier le côté loufoque des membres de notre duo qui deviennent alors de véritables guerriers que l’on respecte malgré leur objectif. On ne boude à aucun moment notre expédition en compagnie de ces deux jeunes hommes qui réussissent autant à nous faire rire qu’à nous éblouir. Un voyage plaisant et qui, en quatre tomes, peut offrir quelque chose de divertissant et complet à travers une aventure condensée et particulièrement bien rythmée.

C’est donc avec beaucoup de joie que l’on vous conseille cette introduction à l’univers de Memesis. Si vous aimez les périples totalement absurdes, mais qui conserve tout de même une fabuleuse aura alors cette saga saura vous convenir. Une excursion qui a beau s’annoncer courte, promet d’être intense et mémorable sur de nombreux points. Qu’il s’agisse de son potentiel, de cet environnement fantastique, de ces impressionnants duels ou de ces acteurs inoubliables, tout les ingrédients sont là pour nous permettre de nous évader l’espace de quelques minutes. Après avoir retenu notre attention tout au long de ses pages, le manga nous laisse avec quelques questions pertinentes. Est-il vraiment possible de rivaliser avec Léon ? Quelle est la puissance du Roi du Mal ? Notre groupe peut-il espérer atteindre le niveau de leur ancienne idole ? Changeront-ils d’avis sur le but de leur quête ? On réfléchit à ces interrogations tout en imaginant les prochaines péripéties qui nous attendent dans ce monde peuplé de combattants barrés.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre avis ainsi que votre propre ressenti concernant ce premier tome de Memesis. Avez-vous été convaincu par la motivation de nos deux nouveaux amis ? Pensez-vous qu’ils parviendront à surpasser leur ancien chef ? Qu’attendez-vous pour la suite de leurs péripéties ? Croyez-vous qu’ils ont la puissance nécessaire pour terrasser le chef adverse ? On est impatient de connaître vos réponses à ces questions et d’échanger avec vous. 🙂

© Yagyu Takuya / Shogakukan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *