Le livre des démons

Le livre des démons tome 1 et 2 : un contenu maléfique

Comme souvent, on aime aborder les titres qui viennent de débuter car ils sont toujours source de nouveauté et une invitation à vivre une aventure inédite. Il n’est donc pas surprenant à ce que l’on traite aujourd’hui d’une licence qui vient tout juste d’arriver dans nos librairies. Dès le départ, on avait été attiré par ce que pouvait proposer ce manga qui avait su attirer notre attention de par son synopsis et sa couverture. Cet œuvre n’est autre que Le Livre des démons, édité chez Komikku, dont les deux premiers tomes sont sortis la semaine dernière. On apprécie énormément les récits mettant en scène des monstres issus du folklore japonais et qui affichent clairement une ambiance glauque et étouffante. Avons-nous trouvé cela à travers ces deux lectures ? On ne va pas tergiverser longtemps, car la réponse est oui. Cependant, ce titre ne s’arrête pas uniquement à cela et va même jusqu’à apporter des éléments supplémentaires captivants rendant notre excursion absolument savoureuse. On espère que vous êtes prêts pour partir à la chasse aux démons en compagnie d’un duo atypique et énigmatique.

La naissance du mal

Le livre des démons-duo

Un tandem mystérieux.

Le livre des démons, imaginé par Konkichi, nous fait faire la connaissance de Shôtarô. Ce silencieux gérant d’une librairie de livres anciens passe le plus clair de son temps le nez dans ses bouquins. Il faut dire que sa boutique est loin d’être la plus visitée et peu nombreux sont les gens qui finissent par franchir ces portes. Heureusement, il peut toujours compter sur Shiro, un enfant qui lui sert d’assistant pour la plupart des tâches ménagères. Cependant, son boulot a beau lui tenir à coeur, notre propriétaire est aussi motivé par une toute autre mission. En effet, lui et son jeune compagnon sont à la recherche de mystérieux ouvrages. Affichant une couverture sombre, son contenu l’est encore plus. Les écrits qui se trouvent dans ces œuvres ont un pouvoir maléfique sur ceux qui osent porter les yeux dessus. Quelque chose se déclenche en ces pauvres malheureux qui ont eu la malchance de se lancer dans la lecture de ces chapitres. Ils ne font plus partie des humains et se transforment peu à peu en une créature malfaisante dont le livre fait la description. Les démons se mettent alors à côtoyer les mortels dans l’espoir de rassasier leur éternel appétit.

Cependant, quelle folie peut conduire ces deux êtres à partir à la recherche de ces ouvrages maudits ? Malgré le danger que représente une telle traque, nos deux compères sont bien décidés à accomplir leur devoir quoi qu’il arrive. Heureusement pour eux, ils peuvent se reposer sur l’obsession incessante d’un journaliste à trouver un scoop digne de ce nom. Ainsi, cet homme est toujours là pour partager ses découvertes avec ces deux amis sans savoir qu’il les encourage dans leurs recherches. Une mine d’information qui leur indique toujours les affaires les plus étranges pouvant être liés à l’apparition d’un de ces volumes. Un beau jour, ils vont apprendre l’existence de meurtres morbides dans un village non loin. Attirés par ces cas, ils décident de se rendre sur les lieux du crime. C’est alors qu’ils vont faire une rencontre qui va les forcer à dévoiler leur plus grand secret. A l’image de ces ouvrages, il existe des titres qu’il ne vaut mieux jamais ouvrir. Les apparences peuvent être trompeuses alors que les démons pourraient bien se trouver plus proches qu’on ne le pense.

Clairement, Le livre des démons ne s’affiche pas comme une lecture particulièrement joyeuse. On est plongé dans un océan de meurtre et d’affaires terrifiantes qui sont l’œuvre d’êtres dépassant de loin la compréhension humaine. Cet aspect surnaturel, qui vient se greffer à ce monde très réel, permet de poser les bases d’une ambiance incroyable collant parfaitement à cette pièce où la lumière n’a nullement sa place. Une virée dans des ténèbres oppressante qui sait comment jouer sur notre manière d’appréhender l’histoire.

Une atmosphère pesante

Il ne faut pas longtemps au lecteur pour ressentir quelque chose d’étrange à travers ces cases. Alors que l’on suit tout d’abord ce jeune libraire et cet enfant qui l’accompagne, on pressent qu’il y a quelque chose de bien plus néfaste derrière cela. Ce calme apparent que l’on peut observer au sein de cet endroit dédié à la lecture s’estompe très vite dès lors que la première affaire morbide débarque. On se rend compte alors peu à peu à quel point l’aura sinistre qui se dégage de cette série s’empare de nous au fur et à mesure que l’on progresse. Si l’on a l’impression d’être dans un polar bien noir, cela n’est qu’une faible description de ce que ces deux tomes peuvent fournir comme sensation. En réalité, on est agrippé par une force surréaliste qui nous saisit sans plus jamais nous relâcher. Celle-ci prend la forme de ces êtres démoniaques qui hantent le quotidien de ces gens qui ignorent tout de leur présence jusqu’à ce que leur sentence tombe. Voilà l’une des grandes forces de cette saga qui sait comment nous procurer une impression d’impuissance face à ces créatures qui étaient autrefois humaines.

On se met alors à se demander à quel moment pourrait bien venir la prochaine attaque et ce qui peut bien se tapir dans l’ombre. Même si l’on est en compagnie de nos deux protagonistes, on ne peut s’empêcher d’hésiter à tourner la page de peur de découvrir un monstre effroyable. Une licence qui montre clairement l’individu lambda comme une proie qui n’a aucune chance sur ce terrain de jeu infernal. Ainsi, la série se montre comme une suite d’enquêtes de la part de notre libraire qui consiste toujours à faire face à l’un de ces prédateurs. Chaque cas est unique et instaure ainsi un renouveau constant qui satisfait autant notre curiosité qu’à nourrir cette atmosphère glauque à souhait. Même le peu de réconfort que l’on peut obtenir au contact de Shôtarô et Shiro n’est que fugace de par tout ce que l’on apprend ensuite. Un univers qui recouvre le lecteur de son long manteau noir ou la lumière du soleil ne suffit jamais à nous offrir le répit nécessaire pour contrebalancer le danger que représentent ces dévoreurs de chairs. L’auteur prouve tout son talent pour créer une histoire qui repose autant sur ces personnages que sur cette aura qui fait partie intégrante du récit. La tension que l’on éprouve est si bien maîtrisée qu’elle est un personnage à part entière et sans doute le plus efficace du manga.

Outre sa faculté à nous mettre la boule au ventre, Le livre des démons est aussi captivant de par les nombreux secrets qui pèsent sur nos protagonistes et ces mystérieux ouvrages. On est autant inquiet qu’intrigué par tout ce que peut receler ce monde qui flirte constamment avec l’obscurité. Tout est pensé afin que l’on se sente poussé par une force invisible qui nous oblige à continuer d’avancer constamment.

Des mystères enivrants

Le livre des démons-monstre

La vilaine bête.

L’autre point fort de ce seinen provient de sa manière d’attiser le secret sans pour autant trop en révéler. En effet, chaque élément a beau être décrit, on voit très vite que le sujet n’est qu’effleuré. On peut prendre par exemple le cas de nos deux nouveaux compagnons. On a beau avoir deux volumes entre les mains, on ne sait finalement que peu de choses les concernant. Le lecteur sait ce qui se cache derrière leur soi-disant objectif et ce qu’il cache aux yeux de tous. Pourtant, on n’est tout de même ignorant de nombreuses choses à leur sujet. Cela n’est pas péjoratif, car cela est fait avec une très grande subtilité qui permet d’apprécier pleinement l’oeuvre. On peut même dire que ces facteurs qui nous sont inconnus font partie intégrante du plaisir que l’on peut éprouver au cours de cette expédition. Tout comme les enquêtes qu’ils mènent, on se met à chercher le moindre petit indice permettant de révéler ne serait-ce qu’une infime partie de ce que fut leur passé. Il en est de même sur la majorité des intrigues qui constituent ce scénario et qui servent à capter pleinement notre attention tout au long de notre parcours.

Outre cela, il est aussi intéressant et pertinent de voir la façon dont sont traité les démons dans ces cases. Il faut le reconnaître, ils sont les véritables stars du manga de par leur présence et l’apport qu’ils amènent à la cohésion et à la profondeur du récit. Si le terme utilisé symbolise des êtres machiavéliques qui ne trouvent satisfaction que dans la mort des humains alors ceci n’est qu’à moitié vrai. Il ne faut pas oublier que ces monstres sont d’anciens hommes et femmes qui ont juste eu le malheur de poser les yeux sur un de ces carnets. De ce fait, chaque rencontre avec l’une de ses entités apporte son lot de réflexion et montre que derrière le meurtre et le sang peut se camoufler une profonde souffrance de la part de certains. Il y a donc toujours cette part d’humanité qui s’exprime à travers leurs motivations et les pulsions qu’ils peuvent avoir. Cela permet de ne pas renfermer ce récit sur une simple traque aux créatures maléfiques. On est donc devant des questionnements qui ajoutent une très grande profondeur à l’œuvre qui n’en est alors que plus plaisante à lire.

En conclusion, Le livre des démons est une très belle surprise qui mérite largement le coup d’œil. En prenant pour base cet aspect folklorique effrayant et en la mélangeant avec ce côté humain, le mangaka met au point un travail formidable et palpitant à observer. On se laisse hypnotiser par ces individus qui succombent à cette faim insatiable qui ronge leur corps et les pousse au crime. Une série qui va bien plus loin dans son écriture que ce que l’on aurait pu penser au départ.

Le livre des démons nous ensorcèle

On a vraiment été conquis par cette lecture qui nous prend constamment aux tripes. On ne s’attendait absolument pas à être autant séduit par ce que cette série pouvait nous proposer. Au final, on est littéralement subjugué par la manière qu’a l’auteur de jouer avec nous et de nous faire vibrer tout au long de ces enquêtes macabres. De plus, Konkichi sait aussi attirer notre regard en donnant naissance à des protagonistes qui sont loin d’être des enfants de chœur. Ce récit n’est nullement une lutte entre le bien et le mal. Il s’agit avant tout d’une plongée dans des ténèbres opaques où les démons s’affrontent entre eux. La seule chance que l’on ait est de partager cette aventure en compagnie d’acteurs qui préfèrent s’attaquer aux monstres qu’au reste de la population. On est tellement happé par ce sinistre tableau qui se dessine devant nous que l’on oublie toute notion du temps. Une immersion au coeur d’une multitude de cauchemars qui nous font autant frémir de peur que trembler d’excitation. Un très bon départ pour cette licence qui peut aisément se distinguer de ses concurrents et qui fascinent de par son identité propre.

Vous l’aurez donc compris, on recommande donc grandement Le livre des démons qui a bien fait d’arriver à travers ces deux premiers ouvrages. Cela permet autant d’avoir une vision globale du scénario tout en prenant le temps de connaître et de développer ce duo que l’on suit. Si vous aimez les aventures littéraires sombres et angoissantes nimbées de mystères alors ce titre est fait pour vous. Avant même d’avoir tourné la dernière page, notre esprit n’a eu de cesse de se triturer les méninges afin de répondre aux interrogations que soulèvent ces chapitres. Quelle est l’origine de ces écrits malfaisants ? Saura-t-on ce qu’il s’est vraiment passé entre Shôtarô et Shiro ? Quel lien unit vraiment ces deux individus ? Pourront-ils faire face à toutes les menaces qui se dresseront devant eux ? Alors que l’on réfléchit à tout cela, il ne faut pas oublier de se méfier des ombres qui peuvent surgir la nuit et apporter de terribles souffrances à ceux qui croisent leur chemin. Malgré tout, la curiosité l’emporte et on bravera tous les dangers pour savoir le fin mot de toute cette histoire.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre opinion ainsi que votre propre ressenti concernant ces deux premiers tomes du Livre des démons. Qu’attendez-vous pour la suite des péripéties de notre libraire ? Que se cache-t-il selon vous derrière ces ouvrages ? Croyez-vous qu’il est possible d’empêcher cette malédiction ? Etes-vous convaincu par ce duo qui jongle entre le bien et le mal ? On est curieux de connaître vos réponses et d’échanger avec vous sur le sujet. 🙂

© Konkichi / MAG Garden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *