Tsugumi Project

Tsugumi Project tome 1 : survivre à l’apocalypse

Quoi de mieux pour continuer cette semaine que de se pencher sur une toute nouvelle licence. Comme vous le savez, le début du mois de juillet fut l’occasion de découvrir de multiples séries faisant leur début dans les rayons de nos librairies. On a donc décidé de s’attarder sur une grande partie de ces nouveautés et aujourd’hui, c’est au sein du catalogue de chez Ki-oon que l’on va jeter notre dévolu. Alors que de nombreux mangas nous faisaient de l’œil ces derniers jours, il y en a un en particulier qui a attisé notre curiosité. Il s’agit du premier tome de Tsugumi Project qui était déjà parvenu à nous séduire de par le soin des dessins. Ce n’est qu’une fois entre nos mains que l’on a pu découvrir ce que pouvait bien cacher cet ouvrage. Un premier contact qui nous plonge avec joie dans une quête angoissante et difficile pour notre héros. Un parachutage au sein d’un monde où la moindre erreur peut être la dernière et dont l’ambiance s’empare de nous. Il est donc temps de s’équiper en conséquence pour espérer tenir dans ce Japon totalement ravagé.

Une mission pour les condamnés

Tsugumi Project-captif

Le début des ennuis.

Tsugumi Project, imaginé par Ippatu, sur une Terre proche de la nôtre. On y rencontre Léon, un ancien soldat d’élite d’une Europe militariste. Suite à un évènement pour le moins surprenant, il se voit capturé et retenu par l’armée qui l’emmène, lui et d’autres accusés, pour une mission à risque. Ces hommes ont été conviés par le gouvernement à participer à une quête de récupération dans un pays depuis longtemps abandonné. Celui-ci n’est autre que le Japon qui est devenu, depuis 200 ans, un territoire où la vie humaine n’existe plus et où la nature a repris ses droits. Leur objectif est de trouver une arme qui serait dissimulée quelque part en ce lieu. Son nom de code est Tsugumi. La seule chose que l’on sait d’elle est que sa puissance est si redoutable que le reste du globe a préféré anéantir l’archipel sous une pluie de bombes atomiques plutôt que de lui laisser une chance d’être terminée. Afin de les motiver un peu plus, leurs geôliers les préviennent que ceux qui auront aidé à trouver cette menace pour l’ensemble du monde pourront regagner leurs droits. Même s’il ne comprend pas ce qui se passe, Léon sait qu’il est obligé de participer à cette mascarade s’il veut retrouver sa liberté.

Ils ont donc tous un an pour mener leur recherche avant que le prochain transport n’arrive. Malheureusement, cette quête déjà difficile va être rendu encore plus complexe suite à la tournure que va prendre cette balade. L’avion va s’écraser d’un coup, propulsant la plupart de ses occupants qui se retrouvent disséminés aux quatre coins de la ville. Notre soi-disant criminel va être envoyé dans la baie de Tokyo. Seul, affamé et sans arme, il va devoir s’adapter rapidement à son nouvel environnement s’il veut espérer survivre plus d’une journée. Sa seule protection est la combinaison antiradiation qui lui fut donné avant le briefing. Alors qu’il cherche avant tout à s’abriter et à se sustenter, il va très vite comprendre que la métropole est bien loin d’être déserte. Des créatures aussi étranges qu’agressives hantent ces ruines qui sont à présent leur domaine. C’est ainsi que débute une course effrénée pour notre homme qui doit à tout prix faire les bons choix et agir rapidement s’il ne veut pas disparaître avant même d’avoir eu une chance de trouver cette arme.

S’il y a bien un point où Tsugumi Project parvient à se distinguer, c’est de par son aspect survie. En effet, le terrain sur lequel se retrouve notre protagoniste n’a rien d’un club de vacances. Tout peut tuer que ce soit la faune locale, la nature elle-même, et aussi l’air peut être fatal. On est donc propulsé dans cet enfer terrestre créé par l’homme et où chaque décision et geste doit être soigneusement effectué sous peine de connaître une mort atroce. Un atout de taille pour cette lecture aux multiples visages.

Tout est une question de survie

S’il y a bien un mot qui caractérise cette oeuvre, c’est bien survie. En à peine quelques secondes, on est propulsé dans un milieu hostile où le moindre geste peut être fatal. L’auteur a réussi à retranscrire parfaitement cela à travers ses cases de par de multiples aspects. Le premier n’est autre que cette jungle luxuriante qu’est devenu Tokyo. On ressent pleinement cette atmosphère post-apocalyptique qui se serait cantonné juste à ce pays. Où que l’on regarde, il ne semble plus y avoir de place pour l’être humain. Il y a donc presque un sentiment de solitude qui accompagne notre lecture ainsi que notre héros. C’est cette vulnérabilité constante qui fait que l’on se sent autant immergé dans ce récit. On a envie de savoir comment ce pauvre Léon va pouvoir tenir face à tous les dangers qui se cachent dans l’ombre. D’ailleurs, concernant ces derniers, il y a aussi eu un très gros effort de fait afin de proposer quelque chose qui est à la fois original et qui puisse s’inscrire sans problème dans l’univers propre à ce manga. Le moindre détail est pensé afin de nous mettre dans l’ambiance d’une personne jetée en plein enfer et qui ne peut compter que sur lui-même pour s’en sortir.

De ce fait, on est constamment oppressé par le danger qui accompagne chaque pas de notre prisonnier. Même le premier contact avec des autochtones est imaginé de façon à ce que l’on se sent impuissant devant le calvaire que subit Léon. Tout est donc une question d’adaptation et c’est aussi là que le lecteur se sent impliqué. On se demande bien comment l’on ferait pour se nourrir et trouver de l’eau potable dans un tel chaos nucléaire. C’est donc avec intérêt et une grande curiosité que l’on observe tout ce que fait notre héros qui affiche certaines connaissances, mais qui apprend aussi au fil de ses expériences sur le terrain. Outre cela, la mission a beau être collective, il plane sans cesse une certaine méfiance envers ceux que notre homme pourrait croiser. Après tout, la faim, la peur et la soif peuvent rendre n’importe quel individu capable du pire. Il y a donc aussi un puissant facteur humain qui rentre en jeu et qui nous scotche à notre fauteuil. On est ébahi devant tout ce que ce premier volume est capable d’apporter rien que sur cette unique thématique. Un titre qui réussit son pari de mettre en place une ambiance à la fois anxiogène et grisante.

Outre ce point fort, Tsugumi Projet est aussi adepte des secrets. En effet, à l’image de notre héros, on ne sait quasiment rien de ce qui nous entoure. Cela va autant des autochtones de la zone que de tout ce qui a bien pu se passer. On ressent pleinement cette inquiétude que peut amener l’incompréhension d’une telle situation. Cet élément joue énormément sur notre manière d’appréhender le récit et l’immersion que l’on peut avoir tout au long de notre voyage.

Un florilège de mystères

Tsugumi Project- monstre

Une créature majestueuse et terrifiante.

Que serait un premier tome sans son lot de questions ? Si cet élément est toujours crucial dans toutes les séries afin de donner envie aux gens de continuer à lire les prochains volumes, il est clair que Tsugumi Project manie à merveille cet aspect. Tout n’est que mystère au sein de cet environnement inédit autant pour le lecteur que pour Léon. On est sans cesse en train de se demander pourquoi ou qu’est ce que c’est. Il n’y a qu’à prendre l’exemple de la mission servant de fil rouge pour comprendre cela. On a beau savoir que notre héros doit trouver des informations à propos d’une arme, on ne connaît absolument rien d’autre que son nom. Il est impossible de savoir quelle forme elle a ou bien en quoi consiste sa fonction première. C’est aussi le cas pour tout ce qui sort de ces ruines. On peut autant citer les créatures que l’on croise que tout ce qui a bien pu arriver. L’inconnu fait partie intégrante de cette aventure et est un élément clé de l’immersion que l’on peut avoir. Cela influence grandement la transposition que l’on peut faire avec notre protagoniste. L’objectif est autant de trouver cet objet que de pouvoir répondre à toutes ces énigmes.

Ce point est habilement maîtrisé à travers ces pages et ces cases. En effet, voir autant de mystères peut aussi être un frein au plaisir que l’on a de lire. On peut se sentir totalement perdu et ne rien comprendre de ce qui se passe. Si l’on peut avoir ce sentiment en découvrant Tsugumi Project, cette solitude et ces questionnements sont amenés de manière intelligente. C’est dû au fait que cela s’inscrit pleinement dans le contexte de l’œuvre et de ce premier volume qui, tout comme Léon, nous balance en pleine terre hostile. C’est donc à nous, à travers les actions de cet homme, de recoller les morceaux et de faire carburer notre esprit d’analyse et de réflexion afin de savoir ce qu’il peut bien se passer. De ce fait, le manga parvient à nous faire toujours participer un peu plus au fur et à mesure que l’on avance dans l’intrigue. On a beau n’être que des observateurs, notre imagination ne peut s’empêcher d’essayer de comprendre et de rassembler les morceaux de ce puzzle qui constituent l’origine de toute cette histoire. Une très belle façon de faire réagir le lectorat et de le pousser à se lancer dans la suite. Un titre qui a parfaitement rempli son rôle qui n’était autre que de nous donner envie de découvrir ce monde.

Ce qui est fascinant avec Tsugumi Project, c’est à quel point il parvient à nous attirer de par son aura mystérieuse. Si le dessin arrive à nous appâter au départ, on finit très vite par être captivé par ce que l’on regarde. Le périple que l’on observe offre une certaine bouffée d’air frais ainsi qu’une volonté de nous proposer quelque chose d’unique. Une première escapade qui accomplit parfaitement son devoir qui est d’attiser notre souhait de connaître la suite.

Tsugumi Project accomplit sa première phase

Cette création originale des éditions Ki-oon est, pour l’instant, un franc succès. On a rapidement été aspiré par ce récit qui ne laisse aucun répit à nos héros. Bien sûr, on peut souligner le sublime travail réalisé au niveau des dessins qui, en plus d’être fabuleux, servent énormément à l’atmosphère. A travers ces visuels, on se laisse envoûter par la beauté, mais aussi la dangerosité de cette nature qui est prête à dévorer les malheureux qui osent s’égarer. Outre la beauté des décors et des personnages, le côté survie a aussi un énorme impact sur le plaisir que l’on ressent. C’est toute cette facette de l’œuvre qui rend le prologue de cette histoire aussi palpitante. On a envie d’assister aux prochaines épreuves que cet environnement réserve à nos protagonistes. De plus, la tension qui se dégage de chaque page et le doute qui nous assaille concernant toute cette mission ne font que renforcer notre immersion. On tient à féliciter l’auteur pour tout le travail abattu et sa volonté de nous faire vivre une expérience littéraire sortant des sentiers battus.

Vous l’aurez donc compris, Tsugumi Project est un gros coup de coeur et c’est pour tout ce que l’on a expliqué plus haut que l’on vous recommande vivement de vous laisser tenter par ce titre. Si vous aimez les récits où la survie prime avant tout le reste et que vous désirez une lecture unique à l’esthétique particulièrement soignée alors Tsugumi Project est sans conteste ce qu’il vous faut. Comme toujours, il va falloir attendre les prochains volumes afin de se donner un avis général sur la saga. Cependant, il faut reconnaître que cette nouvelle licence sait déjà comment attirer notre regard. A présent, il est temps de poser sur la table toutes les questions que l’on a pu avoir. Quelle est donc la véritable nature de cette fameuse arme ? Sont-ce les radiations qui ont donné naissance à ces bêtes ? Que veulent vraiment les gardiens de Léon ? Ce dernier pourra-t-il faire confiance aux autres participants de cette quête ? Il y a encore un long chemin à parcourir avant de pouvoir élucider toutes ses énigmes.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre opinion ainsi que votre critique de ce premier volume de Tsugumi Project. Qu’attendez-vous le plus pour la suite de ce récit ? Êtes-vous convaincu par l’aspect survie de ce titre ? Croyez-vous que notre homme parviendra à s’entendre avec ces deux protecteurs ? Selon vous, pourront-ils réussir la mission qui leur a été confiée ? Quels autres dangers aimeriez-vous voir à l’avenir ? On est impatient de pouvoir discuter de cela avec vous et d’échanger autour de cette saga prometteuse. 🙂

© ippatu / Ki-oon

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *