Egregor

Egregor tome 3 : une menace implacable

Il n’y a pas à dire, la première semaine de juillet a été très fructueuse en termes de lectures. Alors que l’on entame août, on est encore loin d’avoir pu nous pencher sur toutes les œuvres que l’on a pu découvrir. Parmi tous ces titres se trouvent une série qui a su nous séduire et qui ne cesse de monter en puissance au fil des tomes. Il s’agit d’Egregor, édité chez Meian, dont le troisième volume était disponible sur leur stand. Alors que l’on a pu interviewer l’auteur et le dessinateur, on s’est dit qu’il serait pertinent de faire une chronique dessus au vu de tout ce que ces pages parviennent à proposer. On continue de vagabonder dans ce monde où la mort est prête à bondir à tout instant et l’on est alors ébahi par la tournure que prennent les évènements. La corruption et le malheur qui ronge ces terres se propagent ici à une vitesse extraordinaire alors que l’on observe impuissant l’arrivée d’une force colossale prête à tout emporter. Une excursion qui parvient à nous faire vibrer de plusieurs manières à travers ses nombreuses qualités. Le temps est donc venu d’empoigner son arme et de montrer aux morts que les vivants ne sont pas encore prêts à les rejoindre.

Un appel au combat

Egregor-message

Un message au terrible contenu.

Egregor, scénarisé par Jay Skwar et dessiné par Kim Jae Hwan, nous avait fait suivre le nouveau quotidien de Foa et de ses camarades. Après avoir assisté à la destruction de leur village, chacun de ces quatre survivants fut envoyé à un endroit précis pour apprendre et se renforcer dans l’optique de pouvoir se venger un jour. Notre héros est conduit jusqu’au Rempart du Salut qui n’est autre que le lieu de formation des futurs Egides. Fini les rêves de devenir forgeron pour cet adolescent qui doit maintenant suivre un enseignement drastique pour suivre les pas de sa mère. Le temps file et Foa franchit une étape cruciale dans sa formation de chevalier. Il n’est plus question pour lui de s’entraîner avec de simples épées en bois. C’est maintenant avec une véritable arme à la main qu’il va devoir se confronter aux autres élèves. Au même moment, une missive importante est amenée au Comte d’Hurstland. Son contenu le prévient d’un grand danger qui est sur le point de s’abattre sur ces terres. Face à une telle nouvelle, il se sent dans l’obligation de devoir demander de l’aide.

C’est ainsi que la “Convocation du tonnerre” est enclenchée. Il ne faut pas longtemps aux membres supérieurs de l’ordre pour recevoir cet appel qui les oblige à venir prêter assistance devant une menace bien trop grande pour de simples soldats. D’ailleurs, cet ordre de mission ne se cantonne pas aux paladins du Rempart, mais aussi à tous ceux qui protègent les villes et villages environnants. Le rassemblement va donc avoir lieu à la capitale de cette région tandis qu’ils laissent les jeunes recrues au soin des plus anciens élèves. Ils ne le savent pas encore, mais l’ennemi qui s’apprête à déferler sur ces terres est bien loin de se cantonner à quelques misérables soldats. C’est une force implacable qui marche en direction de ces murs dans le seul objectif est d’éliminer toute existence au coeur de cette enceinte. Un terrible combat se prépare, mais il se pourrait bien que ce face-à-face cache quelque chose de bien plus grand en réalité. Le temps est à présent compté pour tous ces individus qui s’apprêtent à faire face aux ténèbres les plus sombres de ce monde.

Ce qui est très intéressant à observer dans ce nouvel acte d’Egregor, c’est à quel point la menace qui plane autour de nos égides ne cesse d’être plus pesante. A chaque page, on se laisse de plus en plus happé par cette noirceur qui englobe le récit et permet de vivre une aventure littéraire prenante et d’une grande richesse. Nos adorateurs donnent ici un spectacle à la fois macabre et hallucinant qui retient toute notre attention alors que le choc est d’une très grande violence. Des antagonistes qui subliment l’œuvre de bien des façons.

Le danger est omniprésent

On l’avait dit dans le premier, mais les antagonistes que l’on avait découvert jouait un rôle crucial sur l’approche que l’on avait de l’œuvre. Il est dit souvent qu’il y a besoin d’un bon méchant pour pouvoir développer au mieux son héros. Cette affirmation très pertinente trouve tout son sens ici, car on est de nouveau le témoin de ce que ces adversaires sont capables de commettre pour atteindre leur objectif. Il faut d’ailleurs noter à quel point la menace qui guette l’ensemble de la population grandit au fil des pages. Au départ, on reste énormément dans le brouillard concernant la forme que va prendre cette future attaque. On se demande même s’il ne s’agit pas d’un autre camp qui débarquerait sur la scène. Ce mystère permet ainsi à notre imagination de carburer alors en imaginant une pléthore de scénarios possibles. Pendant toutes nos réflexions, on s’attarde beaucoup sur les Egides et le rassemblement qui se prépare. En voyant tous ces guerriers d’élites se réunir au même endroit, un frisson vient nous parcourir le corps. En effet, on ne peut rester impassible devant ce rassemblement de puissance qui nous fait dire qu’il serait presque impossible pour eux de connaître la défaite.

D’ailleurs, la plupart nous sont présentés comme des vétérans qui ont déjà connu de nombreux conflits. Le lecteur se met alors à avoir un certain espoir pour le futur qui s’annonce. Après tout, on a déjà pu voir ce qu’un seul de ces individus a pu faire comme ravage dans les rangs adverses. C’est là que le coup de massue est porté pour mieux nous enfoncer dans ces ténèbres qui rongent ce monde. On apprend très vite qui se cache derrière cette attaque et toute la stratégie qui repose sur cette invasion. En apprenant cela, on comprend alors que tout cela n’est qu’un immense piège où nos protecteurs se jettent sans le moindre doute. Cette approche nous bascule une fois de plus dans cette impression que rien ne peut stopper les moissons alors que la plus grosse récolte s’apprête à avoir lieu. Tout est parfaitement organisé pour que l’on puisse voir à quel point les héros de ce monde ne sont que des marionnettes entre les mains de ces tueurs. Le dernier point qui finit de nous fasciner et d’assombrir cette atmosphère n’est autre que leur armée. De par son immense effectif et le fait qu’elle soit infatigable, on a la sensation d’avoir devant nous un raz-de-marée que rien ne peut arrêter. Ce sont tous ses éléments qui rendent cette lecture aussi grisante et palpitante tandis qu’un terrible conflit éclate devant nos yeux.

L’autre gros point fort de ce troisième volume d’Egregor repose sur nos Egides. En plus de pouvoir découvrir leurs aptitudes, on est aussi conquis par la manière qu’a l’auteur de mettre en opposition les jeunes pousses de ce camp et les anciens. La dualité qui voit le jour en plein coeur de cette bataille renforce notre envie de voir comment les choses vont évoluer tandis que deux principes s’affrontent au sein même de cette troupe qui doit pourtant rester uni pour survivre.

Héros contre traditions

Egregor-mort

Une force de frappe infatigable.

Lors de notre lecture de ses différents chapitres, on a pu découvrir quelque chose de très intéressant. Jusqu’à maintenant, on pouvait voir nos compagnons devenir les victimes de leur destin. Alors qu’ils avaient tous des rêves et des désirs à réaliser, l’événement tragique survenu dans leur village a tout bousculé. Ils se retrouvent alors à devoir apprendre et se battre pour espérer se venger et vaincre les coupables de ce massacre. Il y avait donc toute une thématique autour du futur qui était traité à travers ces pages. Cette troisième escapade va être l’occasion de revenir sur ce sujet, mais d’une manière à la fois différente, pertinente et importante. Cette fois, on ne s’attarde pas tant sur Foa et ses amis que sur les autres Egides et ceux sur le point de le devenir. En tant que lecteur, on a pu observer à quel point l’entraînement pour devenir l’un de ces gardiens respectés était complexe. Que ce soit concernant la formation militaire, l’acquisition de leurs facultés ou bien dans le savoir à posséder, les choses à assimiler sont multiples. Cependant, il y a un élément qui se dégage avant tout de cela. Il s’agit des principes qui ont régi la vie de ces protecteurs du peuple depuis leur création. Même s’il semble particulièrement strict, le code des Egides a permis à cet ordre de tenir et de toujours pouvoir faire face à l’adversité.

Pourtant, la menace qui se profile à l’horizon va remettre en cause la vision qu’ont certains guerriers concernant leur rôle. Suite à la vérité qui a éclaté concernant les raisons derrière un tel assaut, on va assister à une scission au sein même de nos paladins. D’un côté, on retrouve ceux qui sont prêts à suivre les ordres même si cela doit coûter la vie à des milliers de gens. De l’autre, il y a des hommes et des femmes qui se refusent à abandonner le peuple sous prétexte de se soumettre à des consignes qui dictent leur manière de penser. C’est même de par la future génération d’Egides que cette opposition va voir le jour, car pour eux leur statut sert avant tout à protéger les faibles et à être les héros dont ce monde à besoin. Il y a donc un conflit de pensées qui éclate et qui représente parfaitement ce destin que certains souhaitent soumettre de force aux gens alors que d’autres veulent reprendre leur avenir en main pour décider en leur âme et conscience de ce qu’il souhaite faire. Une incroyable dualité qui permet de remettre cette thématique sous le feu des projecteurs et de nous faire réfléchir sur la question. Egregor montre ainsi la richesse dont il fait preuve ainsi que la profondeur de ses propos qui sont bien loin d’être anodins.

Au final, ce titre nous aura fait vivre de sacrées montagnes russes. Alors que le précédent volume calmait un peu le jeu afin d’assister aux nouvelles vies de nos compagnons, cette nouvelle immersion nous replonge en plein coeur de l’action. Le désespoir et la mort entourent constamment ces soldats qui tentent de tenir le plus longtemps possible. Cependant, rien ne semble pouvoir stopper cette faucheuse qui se délecte d’accomplir son travail funeste. Une formidable aventure qui renforce cette atmosphère et cette ambiance pesante.

Egregor et son lot de frissons

Ce qui est fascinant lorsque l’on lit Egregor, c’est à quel point cette aventure peut nous emporter. Misant beaucoup sur son univers, les sujets abordés ainsi que ce côté très sombre, la licence parvient rapidement à s’emparer de nous. On est constamment en train d’observer chaque élément afin de voir s’il ne pourrait pas y avoir l’ombre d’un espoir pour nos héros de renverser la vapeur. Malheureusement, nos recherches sont vaines et contribuent à nous plonger toujours plus dans cette spirale infernale qui constitue le coeur de ce récit. Une fois de plus, on est le témoin d’hommes et de femmes qui se jettent dans la mêlée alors qu’ils savent pertinemment qu’ils vont sûrement disparaître. Ils courent alors vers leur propre fin en espérant juste pouvoir en emporter suffisamment pour retarder l’inévitable. Un excellent travail de l’auteur et du dessinateur qui parviennent à retranscrire cette émotion tout au long de ces cases. De plus, le fossé qui est en train de se créer entre la plupart des Egides accentue notre intérêt pour la suite, car on est à la fois curieux et désireux de savoir qui a raison dans ses propos. Tout semble maintenant être une question de sacrifice alors que l’ennemi est déjà en chemin. 

C’est donc avec toujours autant de joie et de plaisir que l’on recommande Egregor. De par son ambiance unique et son aspect dark-fantasy, la licence offre une expérience à la fois rafraîchissante et captivante. On vagabonde avec bonheur sur ces terres où la quiétude que l’on peut voir n’est qu’une façade alors qu’au loin a lieu un affrontement qui pourrait bien décider de la survie d’une bonne partie de la population. Une situation d’extrême urgence qui est apportée de manière précise et soignée. Cela permet d’apprécier pleinement ce que l’on découvre et d’être totalement happé par cette guerre entre la vie et la mort. Maintenant, on est en droit de se poser de nombreuses questions. Qui a finalement raison au sein même de nos gardiens ? Quel va être le rôle à jouer pour Foa et ses camarades de classe ? Le massacre qui s’apprête à avoir lieu peut-il encore être évité ? Comment stopper un assaut d’une telle violence ? Des interrogations qui ne font que nourrir notre désir d’avoir la suite. Quoi qu’il en soit, cet ouvrage renforce notre avis concernant cette série qui se bonifie constamment au fil du temps. D’ailleurs, si vous souhaitez vous imprégner un peu plus de ce récit et en savoir plus, vous pouvez découvrir le journal de Foa qui apporte pas mal d’éléments sur la nouvelle vie de cet adolescent. Il faudra attendre le 8 août pour découvrir en librairie ce troisième acte.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires vos impressions ainsi que vos attentes concernant ce troisième volume d’Egregor. Qu’espérez-vous pour l’avenir de la série ? Croyez-vous qu’il est possible de venir à bout de ces adorateurs ? Quel chemin décideriez-vous de suivre entre l’ordre et la véritable voie du héros ? Êtes-vous curieux de voir comment les choses vont évoluer ? Qu’attendez-vous de Foa et de ses amis ? On est impatient de pouvoir discuter de tout cela avec vous. 🙂

© Jay Skwar &  Kim Jae Hwan / Kodansha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *