Baltzar

Baltzar tome 1 & 2 : un enseignement plein de sacrifices

On est toujours très curieux au moment de lire une toute nouvelle licence. On se met à imaginer ce que cela pourrait donner avant même que l’on ait commencé à se plonger dans ces pages. Cet aspect est essentiel au plaisir que l’on peut avoir de lire et qui sert pleinement à apprécier une oeuvre dans sa globalité. Ce sentiment fut ce qui nous a guidés dans notre épopée au sein des deux premiers tomes de Baltzar. Cette saga, qui a rejoint le catalogue de Meian, était bien décidée à nous faire vivre une expérience assez inédite au sein d’un contexte militaire prometteur. Après avoir découvert ces deux volumes, on a clairement été convaincu et séduit par tout ce qui nous était proposé. Une expédition aux multiples facettes et qui nous montre un visage bien spécifique d’une académie militaire et de son rôle à jouer dans la politique entre différentes nations. De nombreux atouts que l’on va aborder dans ces quelques lignes. L’heure est donc de s’entraîner pour pouvoir mener la charge face à toutes les situations possibles.

Une académie servant d’expérience

Baltzar-commandant

Le début d’un nouveau poste.

Baltzar, imaginé par Nakajima Michitsune, nous plonge en plein coeur du 19ème siècle. Dans cette ère où se déroule un incroyable jeu de pouvoir sur la scène mondiale, les impérialistes ont su se hisser parmi les plus grands. Alors que l’Empire cherche constamment à étendre son influence, il va finir par signer une alliance avec le Baseland. Ce petit pays bien loin d’être aussi avancé en terme de technologie et d’industrie que son nouvel ami souhaite avoir une plus grande part sur cet immense échiquier. Cependant, pour sceller cette union, le commandant Baltzar est envoyé dans une école militaire de ce royaume. Sa mission est de constater l’état de l’apprentissage inculqué au sein de ces murs et de pouvoir palier au retard qu’a accumulé ces terres en matière de combat. Malheureusement, pour cet homme qui n’a connu que le champ de bataille, rencontrer autant d’élèves et d’instructeurs qui se sont trop longtemps habitué à la paix ne va pas arranger ses affaires. Outre cela, il va aussi devoir faire attention à chacune de ses paroles ainsi qu’à tous ses gestes pour éviter que cela ne soit considéré comme un affront de la part de l’Empire à l’égard du Baseland.

Il va donc devoir agir avec la plus grande vigilance pour réussir à changer les mentalités de cet endroit qui reste ancré dans le passé et la tradition du pays. Son devoir est maintenant de préparer la nouvelle génération à la guerre qui pourrait bien arriver plus tôt que prévu. Un enseignement pouvant être cruel, mais qui va aussi permettre à ces jeunes recrues d’augmenter leur chance de survie et de réfléchir au lieu de foncer à l’abattoir pour faire plaisir à leurs supérieurs. Un combat qui va mener Baltzar sur tous les fronts, devant à la fois être attentif à son nouvel environnement tout en jouant sur des scènes qu’il n’a pas l’habitude de pratiquer. Une épreuve qui va autant changer cette population que ce soldat de métier qui va avoir de nombreuses peines à faire entendre ses idées. Un parcours du combattant pour cet homme qui va devoir faire ses preuves et montrer qu’il n’est pas seulement le toutou de l’Empire. Le vent du changement souffle sur ces contrées qui s’apprêtent à entrer dans une toute nouvelle ère. Sera-t-elle bénéfique ou néfaste pour le Baseland ? Seul l’avenir le dira et celui-ci ne pourra être écrit qu’à travers de multiples sacrifices.

Ce qu’il faut tout d’abord retenir de notre lecture de Baltzar n’est autre que son personnage principal. Celui qui donne son nom à ce manga n’a de cesse, au cours de ces deux lectures, de nous bluffer et d’avoir une énorme influence sur l’ensemble de son entourage. Un soldat aguerri qui essaye tant bien que mal de préparer le terrain pour que les élèves puissent se défendre le moment venu. Une tâche difficile, mais qui ne rend ce protagoniste que plus captivant et intriguant à chacune de ses interventions.

Un officier fait pour la guerre

Notre cher Baltzar n’est décidément pas le type d’individu que l’on peut oublier facilement. En effet, il suffit d’observer son comportement lors de ces deux lectures ainsi que ses agissements pour comprendre à quel point il revêt une importance capitale au plaisir que l’on peut avoir d’explorer ce monde. Tout d’abord, il faut souligner le fait qu’il n’y a aucune place dans sa vie pour la paix. Il a beau avoir été éloigné du front et reléguer à un rôle d’enseignant, il a toujours cette faculté à agir comme s’il était entouré par le danger. Cela fait de lui un professeur parfait pour enseigner à cette bleusaille ce qu’il leur faut pour espérer survivre. Ce dernier terme est important, car rien ne garantit à ces jeunes étudiants de revenir indemne des confrontations futures. Il y a donc constamment une atmosphère pesante qui plane sur ces gamins qui ne prennent pas encore conscience de ce qu’être soldat implique. C’est là que Baltzar vient rappeler ce fait. En tant que vétéran et habitué à côtoyer la mort de près, il n’est pas là pour donner de faux espoirs. On n’est donc nullement dans une oeuvre qui met en avant un quotidien tranquille et paisible. C’est avant tout un manga qui prépare ses acteurs à devoir faire face à une mort certaine.

Outre cela, il y a un autre point qui caractérise fortement notre commandant. Il s’agit de sa faculté à s’adapter à la plupart des situations et à en tirer le meilleur plan. On peut le voir à de nombreuses reprises et cela ne fait qu’accentuer l’admiration que l’on peut avoir concernant cet anti-héros qui doit à tout prix montrer l’efficacité des techniques et de l’armement imaginé par l’Empire. Cependant, s’il essaye tant bien que mal de ne pas aller contre sa mission, il ne peut s’empêcher aussi de réagir afin d’éviter des pertes inutiles. Son véritable but, en tant qu’officier, est que la majorité de ces étudiants puissent retrouver leur foyer en rentrant d’un combat. Il y a donc, derrière tout cet attirail et ce côté très strict, une profonde humanité qui peut se dégager de lui. Cela ne fait qu’attiser la sympathie que l’on peut avoir pour cet homme qui tente de concilier au mieux sa quête et ses propres principes. Il n’hésite d’ailleurs pas à aller contre un ordre direct de par des manœuvres détournées afin de toujours arriver au résultat qu’il souhaite. On a envie de le soutenir et de voir jusqu’où il parviendra à changer ce pays qui a encore un long chemin à faire. Un anti-héros qui n’hésite aucunement à appuyer sur la gâchette, mais qui n’en reste pas moins un être humain refusant de faire verser du sang pour rien.

Bien sûr, qui dit académie militaire dit aussi cours particulièrement difficiles et éprouvants. Baltzar retranscrit parfaitement cet aspect de ce milieu rude qui ne laisse que peu de place à la compassion. En plus de cela, les exercices que l’on peut observer vont aussi offrir une véritable fenêtre ouverte sur toute la culture du Baseland et le retard que ce royaume a pu accumuler au fil du temps. Un excellent moyen de s’imprégner de cet univers et de tout ce qui peut être proposé.

Des leçons marquantes

Baltzar-academie

L’endroit symbolisant le changement.

Ce qui nous choque, tout d’abord, est le fossé qui sépare l’Empire de son nouvel allié. Tout cela se reflète à travers cet établissement qui met en scène des leçons pouvant presque sembler archaïques. Encore une fois, c’est à travers les yeux de Baltzar que l’on peut observer tout cela. On a donc sa vision d’un apprentissage militaire à travers sa propre expérience qui vient se heurter à la réalité de ces terres. Que ce soit au niveau de l’armement que des tactiques, le retard est indéniable et ne fait que renforcer cette idée que la tâche confiée à notre soldat semble interminable. Après tout, comment un seul homme peut-il réussir à remettre sur les rails un pays ayant encore tant de choses à découvrir. De plus, ce que l’on peut contempler nous montre aussi deux enseignements bien distincts. D’un côté, on a l’éducation apportée par notre représentant qui mise avant tout sur la réflexion et le fait de savoir réagir en fonction de la situation. De l’autre, on se retrouve nez à nez avec des méthodes archaïques misant avant tout sur la force brute et le respect des ordres même si cela implique de sacrifier des centaines de jeunes recrues.

Il y a donc une opposition qui est faite entre une modernité plus intellectuelle et des traditions mettant au premier plan une obéissance aveugle. D’ailleurs, cela ne s’applique pas uniquement à l’enceinte de l’école. Même les villages aux alentours vont être victime de cette confrontation qui va avoir un impact sur leur vie. Alors que les habitants souhaitent promouvoir leur propre culture et leur savoir-faire, on les oblige à se soumettre à des idéaux et principes étrangers. De ce fait, on sent pleinement le conflit qui est amorcé et qui aura sûrement de graves répercussions sur l’ensemble de ce pays. Un parti-pris efficace et qui souligne parfaitement ce que peut ressentir une population à qui on impose des choix qui vont à l’encontre de leur mode de vie. L’aspect politique, culturel et humain sont des éléments fondamentaux de ce voyage littéraire qui ajoutent beaucoup de profondeur à ce récit. On ne se concentre pas uniquement sur des personnages, mais sur des royaumes entiers où chaque décision peut avoir un effet dramatique sur tout un peuple. Cela est parfaitement raconté au sein de ces pages qui nous fascinent autant qu’elles décrivent parfaitement ces bouleversements.

Baltzar fait partie de ces œuvres qui nous surprennent de par leur contexte particulier et surtout de la manière dont celui-ci est traité. Une saga qui prend le temps d’installer chaque élément et de nous faire vivre la voie du changement du Baseland avec une précision redoutable. Plus qu’une simple histoire d’affaires militaires, c’est aussi et avant tout une oeuvre mettant l’accent sur la politique et tout ses travers. Les périples de ce jeune officier ne font que commencer pour notre plus grand plaisir.

Baltzar sonne le ralliement

Dire que l’on a été séduit par Baltzar ne serait qu’un euphémisme étant donné toutes les qualités propres à la saga. On a tout simplement été subjugué par tout ce que pouvait proposer ces deux lectures autant sur le plan politique que militaire en passant par les relations entre les divers acteurs. L’auteur a su mettre en place un univers à la fois attrayant, intriguant et surtout d’une richesse incroyable. On s’est laissé emporter par le quotidien de ce soldat qui se retrouve à devoir jouer les professeurs dans un environnement qui lui est inédit et avec lequel il va devoir s’accommoder. Une oeuvre qui change totalement de ce que l’on peut avoir l’habitude de lire et qui fait partie de cette catégorie de récit pouvant nous faire vivre une aventure absolument unique. Une excellente surprise qui a le potentiel pour devenir une énorme pépite. Il suffit juste maintenant que le manga continue sur sa lancée tout en multipliant les enjeux sur les divers plans que l’on peut observer. Le genre d’aventures qui nous fait oublier tout le reste et nous fascine de par tout ce qui se met en place lors de cette introduction pertinente et efficace.

C’est donc avec énormément de joie que l’on recommande chaudement ce titre qui est un véritable coup de coeur. Que vous aimiez tout ce qui peut traiter de géopolitique ou que vous cherchiez une épopée originale alors Baltzar devrait facilement répondre à vos attentes. En plus de poser des bases solides, ces premières incursions dans cet univers sont parvenus à nous en mettre plein les yeux de par toutes les promesses engagées. Une histoire peignant différents tableaux aussi séduisants qu’envoûtants. Bien sûr, les questions fusent dans notre esprit alors que l’on referme le second volume. Qui peut bien être derrière tous ces troubles qui rongent la région ? Notre soldat sera-t-il suffisamment déterminé et tenace pour réussir à accomplir sa mission ? Les jeunes recrues finiront-elles par abandonner leur carrière militaire ? Comment le Baseland va-t-il changer au cours des prochains événements ? De multiples interrogations qui ne font que réveiller notre intérêt pour cette licence prometteuse.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre analyse concernant ces deux premiers volumes de Baltzar. Trouvez-vous le personnage principal intéressant ? Avez-vous été séduit par tout l’aspect géopolitique de ce titre ? Pensez-vous que notre commandant parviendra à accomplir son objectif ? Quel est l’élève qui vous a le plus interpellé lors de ces deux excursions ? On est comme toujours présent pour pouvoir échanger et discuter autour de ce sujet et en débattre. 🙂

© Nakajima Michitsune / Shinchosha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *