Demon Slayer

Demon Slayer T1 & 2 : la naissance d’un pourfendeur

Alors que l’on a déjà parlé de nombreuses nouvelles licences prometteuses, il y en a une que l’on n’a pas eu l’occasion d’aborder. Cela fait bien longtemps que l’on souhaite traiter ce manga qui a su se faire une place de choix dans notre coeur et dont la popularité n’a fait que croître au fil du temps. On parle bien sûr ici de Demon Slayer qui, après une première parution, revient aux éditions Panini. C’est donc les deux premiers tomes qui sont de retour dans les étagères de nos librairies pour notre plus grand plaisir. Pour fêter cette renaissance, il était obligé que l’on traite de ce titre à la fois prometteur et puissant affichant de nombreuses qualités. De plus, il ne faut pas oublier que l’anime, disponible sur Wakanim, a aussi su apporter la visibilité que mérite cette saga fantastique. En plus d’offrir une excellente introduction, le début de cette franchise nous propose une épopée aux multiples promesses et qui laisse entrevoir un univers à la fois grandiose et riche. Il est donc temps de partir en compagnie de ce cher Tanjirô dans sa quête personnelle pour sauver sa sœur.

La nuit où tout bascule

Demon Slayer-TanjiroDemon Slayer, imaginé par Gotoge Koyoharu, nous plonge dans un Japon médiéval. On y fait la connaissance de Tanjirô, un jeune garçon qui tente tant bien que mal de s’occuper de sa famille. Alors que son père a disparu, il a décidé de prendre ses responsabilités et de veiller sur les siens. Malgré l’adversité, rien ne semble pouvoir entacher la bonne humeur qui règne dans ce foyer. C’est durant l’une de ses courses dans le village se trouvant au pied de la montagne où il habite que sa vie va basculer. Ayant pris trop de temps à aider les citoyens, il se mit à rentrer chez lui alors que la nuit venait de tomber. On le força alors à rester chez l’un des habitants en attendant le lever du jour. Il faut dire qu’une sinistre rumeur parle de démons surgissant lorsque la nuit recouvre ces terres de son long manteau. Des adorateurs de la chair humaine qui n’ont aucun scrupule à tuer ceux qui croisent leur chemin. Ayant du mal à croire à ces légendes, Tanjirô accepte tout de même la proposition. Malheureusement, ces mythes vont être bien plus réels qu’il ne le pensait. Alors qu’il s’approche de chez lui, son odorat sur-développé vient le titiller de par l’odeur de sang qui imprègne la zone.

Accélérant le pas, il va trouver toute sa famille massacrée. Déchiré par cet effroyable spectacle, il cherche à savoir ce qu’il s’est passé. C’est alors qu’il va se rendre compte que Nezuko, l’une de ses sœurs, est encore en vie. Il va donc tout faire pour l’emmener voir un médecin et essayer de sauver l’unique membre de sa famille ayant survécu. Malheureusement, sur le chemin du retour, il va découvrir un terrible changement chez elle. Cette dernière va chercher à l’attaquer et son regard doux et chaleureux a disparu pour laisser place à une soif de sang. Il ne le sait pas encore à cet instant, mais il s’apprête à s’engager dans une voie bien obscure pour espérer la sauver de ce maléfice qui la ronge. Son chemin va le mener sur les traces des fameux pourfendeurs de démons. Des hommes et femmes qui consacrent leur existence à l’éradication de ce fléau et qui combattent dans l’ombre pour préserver la paix de ce pays. Un long et périlleux voyage va maintenant débuter pour ce marchand de charbon qui s’apprête à prendre les armes pour sauver la seule famille qui lui reste.

Ce qui nous fascine, en premier, dans Demon Slayer est l’univers qui s’étend devant nous et tout ce à quoi il donne naissance. Plus qu’une simple question d’attrait, cet environnement dans lequel on progresse colle parfaitement à l’ambiance du récit. On se met à se méfier de la moindre obscurité en imaginant que n’importe quel démon pourrait en surgir. Outre cela, il y a presque toute une société qui gravite autour de cette chasse et qui captive notre regard sur bien des aspects.

Un chasseur dans toute sa splendeur

Au moment de commencer cette épopée, on se demande bien ce qu’il va pouvoir se passer. Il suffit alors d’attendre quelques secondes pour voir le quotidien paisible de notre héros s’effriter pour laisser place à un enfer sans nom. Au même titre que Tanjirô, on se laisse emporter dans cette spirale infernale sans savoir quoi faire. C’est finalement grâce à sa rencontre avec un chasseur de démons que l’on va ouvrir les yeux sur un tout nouvel univers. Le lecteur est alors plongé dans ce conflit qui se passe en coulisses et où le sang ne cesse de couler à flots. C’est à cet instant que l’on va prendre conscience de toute la richesse de cette oeuvre. Plus que simplement laisser notre jeune héros faire un voyage initiatique afin de s’élever et de prendre sa revanche, c’est avant tout une découverte. Chaque pas que l’on fait à ses côtés nous montre à quel point cette traque à l’égard de ces monstres a pris une ampleur sans précédent. C’est presque toute une industrie qui s’est créée dans l’ombre pour pouvoir contrer les assauts de ces créatures sanguinaires. Que cela soit par l’entraînement enseigné, les différentes branches propres à nos épéistes, les épreuves à passés ainsi que le rôle de chacun, on ne s’arrête jamais d’être ébahi par ce que l’on apprend.

Tout est là pour nous donner l’impression de faire partie d’un monde encore plus grand qu’on ne pouvait l’imaginer. En plus de tout cela, l’œuvre parvient à utiliser certains aspects classiques du shônen pour les sublimer. Un début qui passe beaucoup par une longue phase de progression, mais qui permet de mieux appréhender tout ce qui gravite autour de notre héros et de comprendre à quel point tout ce qu’il a connu jusqu’à maintenant n’est rien. Il entreprend un voyage le long d’un chemin que peu de personnes connaissent et qui le voue à une vie de combat où la mort peut le faucher à tout instant. En s’attardant sur chacun de ces éléments, l’auteur réussit à nous donner envie d’en savoir plus sur le fonctionnement de ce groupe obscur. Chaque nouvelle leçon que reçoit Tanjirô vient aussi apporter de nouvelles informations pour le lecteur qui est stupéfait de l’ampleur de cette histoire. En plus de tout cela, on ne peut évidemment pas parler de Demon Slayer sans évoquer ses confrontations qui apportent aussi énormément à l’ambiance du titre. De véritables ballets qui font appel autant aux techniques de notre jeune guerrier qu’à sa capacité à s’adapter. Il ne s’agit pas uniquement d’un concours de puissance, mais bel et bien d’intellect et d’habileté. C’est ce qui fait que l’on reste envoûté par le torrent qui accompagne Tanjirô à chacun de ses assauts.

Bien évidemment, il y a un autre aspect qui nous a fait craquer pour ce Demon Slayer. Il s’agit de sa galerie de personnages, que ce soient les protagonistes comme les antagonistes, qui est parvenu à retenir notre attention. Si l’on pourrait croire que l’on va devoir côtoyer certains clichés de ce style de récit, on est rapidement surpris. Chacun de ces acteurs affiche une grande richesse et une profondeur insoupçonnée. Des éléments qui font que l’on s’intéresse à eux et à leur destin.

Des personnages loin des stéréotypes habituels

Demon Slayer-pourfendeurLorsque l’on fait la connaissance de Tanjirô, on pourrait croire qu’il va être un héros de shônen collant parfaitement aux stéréotypes d’un tel statut. Cependant, plus on apprend à le connaître et à être témoin de tout ce qu’il traverse et plus on se rend compte du soin apporté à son écriture. Il n’est pas uniquement le jeune paysan voué à se lancer dans une tâche pour sauver le monde. Ses objectifs sont bien plus personnels et le rendent ainsi plus proche de nous. Alors que l’on peut voir à quel point le massacre de sa famille le bouleverse, on ne peut s’empêcher de partager sa peine et sa rage. Cela donne tout son sens à son désir de vengeance. De plus, le fait de voir que sa sœur est encore en vie permet de lui donner un maigre espoir de salut. Même si elle s’est transformé en démone, le simple fait de pouvoir l’avoir à ses côtés suffi à ne pas le faire sombrer dans le désespoir et les ténèbres. Il y a donc une opposition qui est fait entre sa volonté de punir celui derrière sa souffrance et son envie de soigner Nezuko. Deux tâches bien distinctes, mais qui vont finalement le mener à la recherche du même but. On a donc le droit de suivre un protagoniste aux multiples nuances qui misent avant tout sur sa famille et qui est prêt à endurer les pires blessures si cela lui permet de se rapprocher de son objectif.

Le soin apporté à l’écriture de notre chasseur de démons n’est pas propre qu’à lui. L’ensemble des personnages que l’on rencontre font autant preuve de profondeur que lui. On peut aussi citer son mentor qui, derrière son visage impassible, porte une cicatrice qui ne disparaîtra jamais. On apprend alors à voir l’humain se trouvant derrière le masque et à comprendre sa réticence à vouloir entraîner ce nouvel élève. Même les antagonistes peuvent aussi nous étonner de par leur background qui parvient à aller bien plus loin que le simple monstre amateur de sang. Après tout, chacun d’entre eux a été un être humain avant de devenir ce qu’ils sont aujourd’hui. Chaque duel est donc l’occasion d’offrir une sorte de rédemption et de repos éternel à ces âmes qui souffrent. D’ailleurs, c’est de par la grande empathie et gentillesse de Tanjirô que l’on peut ressentir toute la douleur qui se cache derrière tous ces acteurs. Une scène qui nous bouleverse de par toute sa tristesse et qui commence tout juste à briller avec la venue de ce jeune garçon. Une aventure qui, derrière son côté fantastique et dantesque, est avant tout humaine et cherche à nous faire avoir une profonde affection pour la majorité de ces individus qui croisent la route de notre jeune épéiste.

Si l’on savait déjà à quoi s’attendre en nous penchant sur ces deux premiers tomes de Demon Slayer, force est de reconnaître que le plaisir est toujours intact. On s’est rapidement pris d’affection pour Tanjiro et Nezuko malgré tout ce qu’ils ont pu subir. Une quête que l’on finit par partager avec eux afin qu’ils puissent enfin retrouver un peu de bonheur après le terrible drame qui s’est abattu sur eux.

Demon Slayer fait une sacrée démonstration

A travers ces deux premiers volumes, Demon Slayer réussit parfaitement à accomplir son rôle. Celui-ci consistait à nous faire accrocher à cet univers qui s’étendait devant nous tout en éveillant notre curiosité quant à l’avenir de notre tandem. De par ses débuts sanglants et son peu d’espoir, ce manga parvient à nous tenir aux tripes en nous demandant sans cesse si le massacre continuera. Si les dessins ne sont pas l’atout considérable du titre, cela ne l’empêche pas de souligner à la perfection la puissance de chaque affrontement. On se laisse alors guider avec joie par ce petit garçon que l’on voit grandir au fil des épreuves. Même sa relation avec sa sœur nous touche profondément, car on ressent pleinement l’amour qui peut exister au sein de cette fratrie. Malgré qu’ils soient dans des camps opposés, ce frère et cette sœur continuent de sillonner les routes ensemble. Pour ce qui est de la narration et du rythme, tout s’enchaîne assez vite tout en nous laissant le temps d’apprécier chaque scène que l’on peut observer. Un cocktail savamment dosé et qui nous délivre une première prestation de grande facture.

Vous l’aurez très vite compris, Demon Slayer est un gros de coup de coeur. On espère que cette renaissance va permettre à cette petite pépite d’avoir enfin le succès qu’elle mérite. En tout cas, on est très heureux de retrouver cette incroyable épopée qui démarre sur les chapeaux de roues et qui parvient à allier avec habileté un humour qui fait mouche et un monde d’une profonde noirceur. Si vous avez envie d’un grand shônen affichant un immense potentiel accompagné de personnages d’une incroyable richesse alors cette série est sans conteste celle qu’il vous faut. Maintenant que l’on a pu se replonger dans ce périple, les questions fusent de nouveau dans notre esprit. Tanjirô sera-t-il de taille pour réussir à trouver le remède pouvant soigner sa sœur ? Est-il à la hauteur des prochains démons qui se dresseront sur sa route ? Quel est l’objectif de l’individu se trouvant derrière leur création ? Qui seront les prochains chasseurs que l’on rencontrera ? Des interrogations dont on peut déjà avoir certaines réponses, mais qui nous préservent pour une suite qui pourrait bien faire monter cette saga à un tout autre niveau.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ces deux premiers volumes de Demon Slayer. Pensez-vous que l’on aura le droit à d’autres confrontations plus grandioses encore que celles que l’on a pu observer ? Croyez-vous que notre fratrie parviendra à atteindre son but ? Quel est votre personnage préféré au sein de ces chapitres ? Qu’attendez-vous pour la suite de leurs aventures ? On reste présent pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de cette licence. 🙂

© Gotoge Koyoharu /Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *