Heart Gear

Heart Gear tome 1 : un cœur se cachant derrière la machine

Il y a des œuvres qui s’avèrent être de véritables pépites. Alors que l’on ne savait pas du tout à quoi s’attendre, on finit par se lancer et alors c’est le feu d’artifice. Comme on le dit souvent, la curiosité est souvent le meilleur moyen de s’émerveiller à travers des lectures que l’on n’osait pas découvrir. Ce fut notre cas il y a quelques jours concernant l’une des dernières licences de Ki-oon. A aucun moment on ne s’était renseigné dessus et cela nous a permis de nous aventurer dans cette histoire en partant de zéro. Il s’agit de Heart Gear dont le premier tome est arrivé il y a peu dans les librairies. Toujours intéressé de vivre de nouvelles épopées, il n’a pas fallu longtemps pour qu’on décide de le prendre. Une fois la lecture terminée, on a pu se rendre compte à quel point ce récit affichait un immense potentiel ainsi que des atouts indéniables. Un manga qui fait une entrée fracassante autant sur le plan visuel qu’émotionnel et qui a tout pour devenir un grand titre. Un univers post-apocalyptique qui arrive à nous faire avoir une profonde sympathie pour les protagonistes que l’on découvre. Il est donc grand temps de préparer son baluchon et de commencer une toute nouvelle escapade en compagnie d’un formidable duo.

Une humaine chez les robots

Heart Gear-Roue

Un sourire qui nous fait fondre.

Heart Gear, imaginé par Tsuyoshi Takaki, nous plonge sur notre bonne vieille Terre. Malheureusement, il y a maintenant 200 ans que l’espèce humaine a été anéantie de la surface de la planète. Cela est dû à la terrible guerre qu’il y a eu à cette période et qui n’a laissé derrière elle que des cadavres, des ruines et des robots. Ceux sont ces derniers qui ont fini par élire domicile sur ces contrées où ils sont les seuls à avoir survécu. C’est là que l’on fait la connaissance de Zett, un robot pacifique et très curieux, qui s’avère avoir recueilli une pensionnaire bien singulière. Répondant au nom de Roue, cette jeune fille est sûrement la dernière représentant de l’Homme et coule des jours paisibles en compagnie de ce père de substitution. C’est alors qu’un beau jour, notre chère demoiselle va partir explorer un peu les environs. Elle va se retrouver, suite à certains événements, à réveiller une toute nouvelle entité baptisée Chrome. Cherchant un but à son existence, celui-ci va très vite jouer le rôle du petit frère naïf et maladroit au sein de cette famille bien étrange. Malgré tout, cela ne les empêche pas de profiter pleinement de la quiétude de cette existence pendant de nombreux jours. Pourtant, les instants de bonheur ne sont pas faits pour durer en ce monde.

C’est l’arrivée d’un “insane”, un androïde fou, qui va précipiter le groupe dans un terrible cauchemar. En quelques minutes, ce danger de métal va détruire Zett et pourchasser Roue. Ce n’est que grâce à l’intervention de Chrome que notre héroïne parvient à s’en sortir. L’automate a finalement pris une décision et a choisi de dédier son existence à la protection de celle qu’il considère comme sa soeur. A partir de cet instant, il va se transformer en un guerrier à la puissance inimaginable. En une fraction de seconde, il va terrasser son adversaire et mettre sa protégée à l’abri. Heureusement, il leur est encore possible de sauver leur père adoptif étant donné que son unité centrale n’a pas été endommagé. C’est ainsi que débute leur longue et périlleuse quête afin de trouver un corps compatible. Une tâche bien compliquée et qui va aussi leur permettre d’évoluer au contact de cet environnement qu’ils vont apprendre à connaître. Une épopée qui va autant faire appel aux prouesses martiales de notre combattant de fer qu’à la tendresse de cette gamine qui ne souhaite que retrouver ce qu’elle a perdu.

Le synopsis de Heart Gear suffit amplement à comprendre à quel point l’épopée que l’on va vivre s’annonce déjà captivante. Ce n’est pas tant par son action, qui est très bonne, que cette lecture se démarque, mais bel et bien par la profondeur de ses personnages. Ils ont beau être majoritairement des machines, ils nous bluffent de par leur humanité. Cela n’est qu’une infime partie de tout ce que recèle ce prélude qui fonctionne à merveille tant l’auteur parvient à assembler tous ces éléments. Un début remarquable tant par sa forme que par son fond.

Une machine pleine de qualités

Il est très difficile de décrire Heart Gear sans s’éparpiller tant ce premier acte est riche en éléments. Cependant, parmi la multitude d’atouts que peut affiche cette introduction, il y en a quelques-uns qui sont parvenus à se hisser au-dessus des autres. Le premier concerne tout simplement la galerie de personnages que l’on découvre. Il s’agit sans nul doute du plus gros point fort de cet ouvrage. En effet, il ne faut pas longtemps pour que l’on sympathise et que l’on s’attache grandement à tous ces acteurs. Bien sûr, Roue est absolument adorable et touchante que ce soit dans son comportement, son faciès ou même son courage. Outre cela, les différentes machines amicales que l’on va croiser vont aussi trouver une place dans notre coeur tant leur traitement est soigné. Il faut dire que l’on n’est pas devant de bêtes androïdes qui se contentent d’obéir aux ordres. On a devant nous des êtres à part entières qui cherchent tant bien que mal à vivre selon le but qu’ils se sont fixés. Les interactions qu’ils peuvent avoir avec Roue nous font presque oublier leur statut d’instrument créé par l’Homme. En réalité, on a presque la sensation d’avoir devant nous des individus parfaitement humains de par leur attitude, leurs rêves et surtout leur relation avec notre fillette. 

Il y a donc un immense soin qui est apporté à ces êtres fait de câbles et de rouages qui ont presque transcendé leur état de simples objets. Cela est encore plus palpitant à suivre lorsque l’on s’attarde sur l’univers dans lequel tout ce petit monde évolue. Si l’on a le droit à des plans magnifiques et symbolisant parfaitement la disparition de toute société, on est aussi intrigué par tout ce qui s’y cache. On est tout d’abord le témoin de cette nature qui a fini par reprendre ses droits et qui recouvre peu à peu tous les vestiges de l’ancienne civilisation. Les seuls à pouvoir survivre ici sont maintenant les animaux et les robots qui ont un prédateur commun, à savoir les insanes. Ces derniers sont aussi très bien représentés de par cette aura menaçante qui les entoure. Ils symbolisent à la perfection ce que la machine est à la base, à savoir un instrument froid et sans états d’âme qui n’est là que pour éliminer toute présence. On est donc constamment ballotté entre ces deux faces d’une même pièce qui rend le récit encore plus palpitant et pertinent à lire. Le lecteur se retrouve alors totalement subjugué par cette épopée qui ne fait que débuter.

Heart Gear est une lecture qui nous aura grandement séduits de par tous ses aspects. On est à la fois ébloui par les paysages que l’on rencontre qu’interloqué par tous ces robots que l’on croise. Le vide laissé par l’Humanité devient alors un formidable terrain de jeu où la nature et la technologie tentent de vivre en harmonie malgré les dérèglements de certaines machines. Une introduction qui nous montre à quel point l’univers devant nous s’avère riche et étendu. On se laisse alors guidé par notre imagination en se demandant bien ce qu’il pourra bien se cacher sur ces terres.

Heart Gear est à la pointe du progrès

Heart Gear-famille

L’image même d’une famille.

 Vous l’aurez sans doute compris, mais on est complètement fan de tout ce qui nous a été présenté dans ce premier tome de Heart Gear. Qu’il s’agisse de l’univers, des personnages, des affrontements, des dessins et l’écriture en elle-même, tout est parfaitement dosé. On se retrouve alors avec un tome introductif efficace, intéressant et pertinent qui va nous offrir aussi un excellent divertissement. C’est simple, il n’a pas fallu longtemps pour dévorer cette lecture qui nous laisse avec cette envie de connaître la suite. Un formidable travail de la part du mangaka qui nous met des étoiles plein les yeux tout au long de ce premier acte. Même au niveau des émotions transmises cette aventure parvient à faire mouche. Un petit bijou qui doit maintenant conserver ce niveau pour la suite ce qui ne sera pas une mince affaire au vu de ce qui a déjà été présenté. Si l’on est triste du sort qui fut réservé à Zett, cela va permettre de consolider le lien unissant notre duo ainsi que notre empathie à son égard. Outre cette quête, cette saga est avant tout une incroyable invitation au voyage et à la découverte. 

Il est clair que l’on recommande grandement cette épopée qui ne fait que débuter et qui nous a déjà pleinement séduit. On ne peut conseiller cette série à un public précis, car tout dedans permet à une majorité de lecteurs de pouvoir apprécier ce périple. Un premier pas de géant pour cette franchise qui mérite amplement de trôner dans n’importe quelle bibliothèque. Un pur moment de plaisir que l’on a passé en compagnie de Roue et Chrome qui nous a autant divertit que questionner sur de nombreux sujets. Maintenant, on ne peut quitter une lecture sans se poser tout un tas de questions. Sera-t-il possible de trouver un corps compatible pour Zett ? Leur ancienne vie peut-elle encore être récupérée ? Quelles sont les découvertes que vont faire nos deux amis ? Chrome va-t-il continuer à apprendre ce qu’est l’autonomie ? Il y a encore de nombreuses choses pouvant être traités dans ce manga qui n’en est que plus fascinant.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre analyse concernant ce premier volume de Heart Gear. Avez-vous été convaincu par ce prologue ? Ce tandem est-il parvenu à vous séduire à travers la relation qui commence peu à peu à se tisser entre eux ? Pensez-vous que cette petite fille parviendra à réaliser son objectif ? Quels sont, à votre avis, les dangers qui attendent nos héros ? Quel est votre personnage préféré ? Qu’attendez-vous pour la suite de ce récit ? On reste ouvert à toute discussion afin de traiter et d’échanger autour de ce titre prometteur. 🙂

HEART GEAR © 2019 by Tsuyoshi Takaki / SHUEISHA Inc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *