Fate Grand Order 3

Fate/Grand Order épisode 3 : du travail pour Gilgamesh

 On continue inlassablement notre longue et interminable virée au sein des animes de l’automne qui est, pour l’instant, un excellent cru. On a le droit à une multitude de récits ayant tous quelque chose d’intéressant et surtout d’amusant à nous raconter. Parmi toutes ces séries, il y en a certaines qui ont plus retenu notre attention de par toutes leurs qualités. Parmi celles-ci se trouve Fate/Grand Order qui est disponible sur Wakanim. Alors que l’on avait déjà été séduit par les précédents épisodes, cette troisième expédition aura fini de graver ce titre dans notre esprit comme étant une oeuvre à suivre avec attention. A travers un rythme changeant, ce passage va venir combler deux de nos attentes. A la fois épique et réfléchi, on observe en silence ce spectacle qui met en place tous ces acteurs brillant chacun à travers l’aura qui leur est propre. Un acte qui va autant répondre à notre envie de combat, mais aussi nous surprendre de par la chaleur qui s’en dégage. On espère donc que vous êtes parés pour demander une audience à un roi assez difficile à satisfaire.

Se faire accepter par Uruk

 Comme à chaque fois, on vous fait un petit topo de ce qu’il s’est passé précédemment afin de bien cerner tout ce qui se déroule dans cet épisode. Fate/Grand Order Absolute Demonic Front: Babylonia est réalisé par le studio CloverWorks. Ritsuka et Mash nous avaient laissés alors qu’il venait tout juste de rejoindre la cité d’Uruk. Après avoir atterri à l’époque où les dieux et les humains se sont séparés, ils devaient absolument trouver la dernière singularité. Ce n’est qu’en l’atteignant qu’ils pourraient mettre un terme à l’anomalie déréglant le cours du temps et de ce fait protéger l’Humanité de son annihilation. Leurs premiers pas dans cette ère ne furent pas de tout repos. Après avoir dû se frotter à d’étranges bêtes, ils firent la rencontre d’Enkidu. Cette création divine avait été l’ami de Gilgamesh avant que celui-ci n’obtienne ses immenses pouvoirs. Malheureusement, celui-ci est sensé avoir péri devant les yeux de son camarade. Sa présence s’avéra être un piège et ce n’est que grâce à une intervention extérieure que notre duo pu échapper aux griffes de l’ennemi.

Cette aide extérieure fut possible avec l’arrivée de Merlin et d’une autre servante bien mystérieuse. Après un âpre combat, ils purent échapper à leur poursuivant et partir en direction du lieu où ils pourraient enfin trouver des réponses. Malheureusement, leur entrevue avec le suzerain de ces terres prît un tournant inattendu. Comme le mage l’avait prédit, il est bien compliqué de se faire entendre de Gilgamesh. Celui-ci déclara qu’il lui fallait jauger la puissance des envoyés de Chaldea pour voir si ceux-ci sont dignes de confiance. En réalité, il avait espoir de pouvoir les utiliser dans la bataille qui s’annonce. Décontenancé par cette proposition qui avait plus l’air d’un ordre, notre tandem fut obligé de prendre les armes et de s’opposer à cette figure mythique. Ce choc des générations allait être révélateur de bon nombre d’éléments flagrants concernant les capacités de notre master et de son servant. Toutes leurs expériences passées pourraient ne pas être suffisantes pour remporter la victoire face à un adversaire de cette trempe.

Si les premiers épisodes avaient surtout servi à placer les fondations de ce récit, Fate/Grand Order va commencer ici à s’étendre peu à peu. Cela se fait autant par de l’action trépidante que par une approche très particulière de ce monde qui doit lutter face à des êtres célestes. On est alors pris entre deux feux qui nous font autant passer de la joie à l’excitation en passant par une profonde douceur. On fait ainsi face à tout ce qui constitue la grandeur de cette saga.

Fate 2 1

La classe personnifiée.

Entre combats et découverte

On pourrait aisément diviser cet épisode en deux parties. La première se centre sur la rencontre de nos amis avec Gilgamesh. Après que celui-ci ait décidé de les tester, un combat éclate alors. Cet échange de coups n’a pas pour but de nous montrer les capacités de nos héros, mais bel et bien la suprématie de ce souverain particulièrement hautain. Ce face-à-face très bien orchestré nous en met plein les yeux et renforce ce sentiment que l’on est face à des êtres ayant dépassé le simple statut d’être humain. De par son aura, son charisme et sa force, Gilgamesh dépasse de loin toutes nos attentes et cela renforce l’attirance que l’on peut avoir pour son personnage. D’ailleurs, on a aussi cette sensation que cet homme plus proche d’un dieu est partout. De par sa nature quasiment omnipotente, il laisse une trace indélébile chez le dernier master du genre humain ainsi que chez le spectateur. On est réellement ici dans une première partie où tout va très vite et collant parfaitement à l’action qui règne au sein de ce palais. Les événements ne cessent de s’accélérer et on va même obtenir des informations cruciales concernant une de nos précédentes rencontres. De ce fait, on a beau accumuler des connaissances, on a toujours du mal à cerner le puzzle que constitue cette ère et cela ne fait qu’accentuer notre envie de partir à la recherche des pièces manquantes.

Si ce troisième épisode commence en mettant le feu aux planches, la seconde moitié va reposer le rythme et la narration pour une bonne raison. Si l’on était en extase devant l’affrontement dont on fut le témoin, cette suite va venir apporter énormément de profondeur et de consistance à la série. Comme on l’a dit dans notre précédent article, Fate/Grand Order se présente comme une immense épopée où l’on accompagne notre duo dans sa découverte de multiples époques. C’est là que l’on va ouvrir les yeux sur toute la culture propre à cette civilisation. En plus de découvrir d’autres figures historiques, cet acte va aussi être l’occasion de côtoyer le peuple d’Uruk. Ainsi, par de nombreuses tâches pouvant sembler insignifiantes, nos compagnons vont peu à peu s’ouvrir à ces gens qui continuent de vivre et de sourire malgré la menace qui plane au-dessus de leur tête. Une manière pour nos héros et le spectateur de se sentir proche d’eux et aussi d’être impliqué dans ce quotidien parfois difficile, mais aussi chaleureux. On comprend alors que la guerre qui oppose les hommes et les dieux ne se règle pas uniquement sur le champ de bataille et que le devoir d’un roi est aussi de concrétiser le souhait des gens qui le suivent. Il y a donc un équilibre finement trouvé que l’on peut déceler et qui ne fait que renforcer ce plaisir que l’on peut avoir de parcourir ce monde qui nous dévoile toutes ses richesses.

Fate/Grand Order continue de suivre la voie qu’il s’est tracé depuis la première minute. Un anime qui reste fidèle à ce qu’il est et cherche à nous proposer une aventure inédite au sein de cette franchise qui nous a tant séduit par le passé. Le résultat est plus que convaincant, car la série prend son temps pour nous conter tout ce qu’elle désire. De ce fait, on se sent interpellé et attirer par ce qui nous entoure et cet environnement dans lequel avance notre master et son acolyte.

Fate/Grand Order nous sublime

Alors que l’on adore la franchise Fate, on pouvait avoir des craintes sur cette version. De par son approche bien différente et changeant totalement ce que l’on a l’habitude de voir, on peut dire que cet anime est vraiment un cas à part. Malgré tout, on ne peut cacher le plaisir que l’on a pu ressentir tout au long de ces premiers épisodes. Cette troisième excursion ne déroge pas à la règle et va même bien plus loin en arrivant à combiner deux facettes très importantes et parfaitement maîtrisées. On en prend plein les mirettes lorsque l’appel du combat résonne tandis que les moments de calme servent grandement à l’appréciation que l’on peut avoir de l’univers. Au même titre que notre paire de héros, on se laisse guider par cette populace qui essaye tant bien que mal de vivre malgré les bêtes qui se rapprochent de la cité. Outre cela, on a aussi le droit à plusieurs mystères qui font leur apparition sur le devant de la scène. Notre esprit de déduction est alors mis à contribution en essayant de découvrir l’origine de tout ce qui peut bien tourmenter le quotidien de ces habitants. Le studio est parvenu à nous plonger totalement dans cette ambiance unique et magistrale qui se dégage d’Uruk.

Notre avis ne change donc absolument pas et est même renforcé au vu des atouts de cet épisode. Fate/Grand Order est à la fois empli d’un côté très épique que d’une douceur qui vient couper ce premier. Un voyage que l’on prend grand plaisir à faire et qui est encore loin de nous avoir fait atteindre notre destination finale. Une véritable invitation à l’aventure et à suivre ce tandem attachant qui ne cesse de grandir aux côtés de ces grandes figures historiques et mythiques. Un titre qui dévoile peu à peu tout son potentiel et qui se met alors à briller au même titre que cette cité antique dont on ne peut détacher le regard. A présent et au vu de la fin de cet acte, on peut clairement se laisser emporter par le flot de questions qui assaillent notre esprit. Qui va être réellement cette déesse des bêtes ? Nos amis réussiront-ils à repousser son offensive ? Gilgamesh s’apprête-t-il à entrer dans la danse ? Comment notre équipe parviendra à convaincre ce dernier de leur céder un de ses trésors ? Toutes ces interrogations prouvent que l’anime suit le droit chemin en attisant cette curiosité tout en proposant un divertissement de haute facture.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre ressenti ainsi que vos analyses concernant ce troisième épisode de Fate/Grand Order. Êtes-vous convaincu par la tournure que prend cette histoire ? Avez-vous de l’intérêt pour la suite ? Êtes-vous impatient de voir les servants en action ? Que donnera, selon vous, la prochaine confrontation entre la déesse et les humains ? Qu’attendez-vous pour la suite de ce périple ? On reste à votre disposition pour échanger et discuter avec vous autour de cette licence. 🙂

Fate 2 2

Lutter pour montrer son talent.

© Fate / CloverWorks / TYPE-MOON / Wakanim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *