Shishio

Makoto Shishio : l’épéiste de feu

Même si Halloween vient tout juste de se terminer, on avait envie de faire perdurer un peu cette magie à travers un dernier article. Afin de clore en beauté cette semaine thématique autour de ces antagonistes qui nous ont fait rêver, on avait envie de mettre en avant un certain personnage. Cette figure maléfique est parvenue à se graver dans notre esprit et à nous marquer profondément alors que l’on venait tout juste de débuter notre voyage interminable au sein de la culture otaku. Son nom est Shishio Makoto et il s’agit de l’un des principaux méchants de la saga Kenshin le Vagabond. Datant un peu à présent, cette licence qui est chère à notre cœur était parvenue à donner naissance à un adversaire à la fois charismatique, incroyable et redoutable. On s’est donc dit que pour rendre hommage à cette franchise et à cet épéiste de renom tout en le faisant découvrir à ceux qui ne le connaissent pas, il serait le sujet de cette chronique. Face à un tel adversaire, on peut vous dire qu’il vaut mieux ne pas faire l’idiot sous peine de se faire dévorer par les flammes de sa haine. Le temps est donc venu d’étudier cet homme sinistre qui n’est pas qu’un simple ennemi à abattre.

Un homme déterminé à se venger

Il faut tout d’abord remettre le contexte en place pour bien cerner toute l’étendue du pouvoir qu’a Shishio sur nous. Alors qu’un immense danger plane sur le pays suite aux agissements d’un groupe d’individus, Kenshin et ses amis décident de faire un front commun pour les empêcher de commettre leur méfait. C’est le début de l’arc où l’on va faire la connaissance de cet homme qui marque les esprits dès sa première apparition. Tout commence déjà par son design si atypique et collant parfaitement à sa personnalité et à son histoire. Cet épéiste de grand talent recouvert de bandelettes attire notre regard de par cette particularité qui va trouver son explication au fur et à mesure de notre escapade. En plus d’accroître son aura, cela va aussi éveiller notre curiosité et symboliser parfaitement toute la haine qu’il porte à ceux qui lui ont infligés ces blessures. On pourrait facilement le comparer à un mort en sursis qui a su éviter la faucheuse pour continuer d’hanter ces terres.

Tout cela, en plus de lui donner un style particulier, va appuyer son aspect sinistre. Cependant, plus qu’un simple désir de paraître imposant, tout cela va permettre d’entamer notre voyage au sein de l’histoire d’un homme à qui on avait confié un rôle difficile et pourtant si recherché. Lui qui devait prendre la suite de Battôsai fut finalement trahi par ses compatriotes et brûlé vif. Alors que n’importe qui aurait du mourir après un tel traitement, Shishio lui a su tenir le coup et s’accrocher à la vie. Non pas parce qu’il avait peur de la mort, mais parce qu’il était désireux de planter son épée dans le dos de ce gouvernement qui l’avait abandonné et jeté. Si cela n’excuse en rien tous les actes affreux qu’il a commis, ce récit nous permet de mieux cerner la personnalité de Shishio et aussi d’apprécier ce personnage qui a des raisons personnelles de vouloir contrôler l’ensemble du pays. On est donc tiraillé entre l’angoisse qu’il peut insuffler en nous et un certain respect pour ce guerrier qui a tenu bon malgré toutes ses blessures pour pouvoir exister même si cela n’est animé que par la vengeance.

Ce qui est très fort lorsque l’on plonge dans l’arc narratif où Makoto Shishio est l’antagoniste principal, c’est à quel point l’écriture prend une place prédominante. Accompagné de fabuleuses confrontations, ce passage nous envoûte de par tout ce qu’il parvient à nous raconter. C’est encore plus vrai dans l’affrontement final entre Kenshin et cet adversaire flamboyant. La folie qui peut le ronger, mais aussi tout son passé parvient à ressortir à chaque coup d’épée. Un choc qui va nous emmener sur le terrain de celui que l’on pourrait considérer comme cinglé, mais qui est bien plus que cela.

Shishio - plan

Un homme déterminé.

Un combat qui reste dans les annales

Si tout au long de l’arc, on peut contempler la folie et surtout la noirceur qui se dégage de Shishio, tout ceci va prendre une toute autre ampleur lors de sa confrontation avec Kenshin. Il faut tout d’abord comprendre que pouvoir vaincre cet homme légendaire et très important pour notre antagoniste. Après tout, il est celui à qui il avait pris la relève et qui l’avait finalement conduit à la situation l’ayant amené à se frotter à l’enfer. Il y a donc presque un passif qui se ressent dès les premiers échanges de coups et qui va porter une grande partie de la rencontre à un tout autre niveau. On est alors fasciné par les compétences martiales de chacun, et même Kenshin ne nous semble pas aussi fort qu’avant. On sent qu’il n’est pas tant question de le mettre en valeur que son adversaire qui représente une incroyable menace. C’est cette notion qui est cruciale, car cela oblige le lecteur ou spectateur a éprouvé de l’inquiétude pour son héros.

On se demande alors s’il ne vient pas de tomber sur l’opposant pouvant détruire sa succession de victoires. Cette question fuse dans notre tête et ne nous quitte à aucun moment. Ce qui est aussi incroyable dans cette confrontation et qui sert aussi pleinement à développer Shishio n’est autre que son style à l’épée. S’il est déjà particulièrement redoutable avec une arme à la main, ses techniques se combinent parfaitement avec ce qu’il a subi. Ainsi, plus que de développer un style particulier, c’est son passé qui vient se greffer à sa lame qui représente toutes les souffrances qu’il a vécu auparavant. Tous ces petits détails font que l’on oublie pratiquement la présence de notre héros pour se concentrer uniquement sur cette momie vivante qui se tient devant lui. Un charisme fou, une volonté inébranlable et la force nécessaire pour réaliser ses ambitions font de Shishio un méchant que l’on craint autant que l’on admire.

Si l’on a pu caractériser Shishio par de multiples adjectifs péjoratifs lors de ces quelques lignes, il ne s’arrête pas uniquement à cela. Derrière le mal qu’il fait et son aspect impitoyable se cache aussi un combattant que l’on va apprendre à respecter et même à admirer. Une dernière danse de sa part qui nous prouver à quel point il se hisse au-delà de tous les autres acteurs de cette pièce et même du rôle principal. La preuve vivante que même les méchants peuvent trouver grâce à nos yeux lorsque l’on s’attarde un peu plus sur ce qu’ils sont réellement.

Shishio nous éblouit de son talent

Encore une fois, ce qui est incroyable chez cet homme est la manière dont il va conclure son récit. On a déjà pu en parler auparavant, mais la fin d’un antagoniste est toujours un élément crucial pouvant apporté énormément d’éléments pour la suite que ce soit en termes de développement de l’univers ou bien des autres protagonistes. Shishio ne déroge pas à la règle et va même sublimer cela à travers son duel l’opposant à Kenshin. Alors que l’on a constamment eu une vision très péjorative de cet individu sombre qui ne recule devant rien pour assouvir ses ambitions, un autre sentiment va naître en nous à travers ces quelques minutes de combat. Tout d’abord, on se retrouve subjugué par ce ballet mortel qu’effectue cette paire d’ennemis qui nous offre ici leur plus belle prestation. Si l’on avait l’habitude de voir notre ancien assassin se débarrasser de chacun de ses adversaires, il se retrouve maintenant en difficulté. Devant lui se tient un homme qui a tout perdu et qui ne trouvera jamais le repos qu’il désire. Tout ce qu’il souhaite, c’est se venger de ce gouvernement qui la trahit. La rage qui l’anime alors va lui procurer une force inégalable dont on ne peut rester de marbre. Il a beau prendre des coups, il continue à lutter et le monstre que l’on a pu voir s’estompe alors pour laisser la place à un véritable épéiste. Un guerrier déterminé et dont le talent au sabre finit par nous hypnotisé.

En effet, un profond respect commence alors à se créer en nous et même notre héros ne peut s’empêcher de trembler devant lui. On a donc un revirement de situation qui en plus de réécrire totalement la vision que l’on a de Shishio va aussi préparer le terrain à son grand final. Tandis que nous sommes totalement absorbés par tous ces échanges de coups, on commence à entrevoir la possible défaite de Kenshin. Une chose que l’on n’aurait jamais pensée possible au vu de toutes les épreuves que l’on a déjà traversé en sa compagnie. Pour la première fois, il semble avoir trouvé plus fort que lui et cela fait nettement grandir Shishio qui nous tétanise de par sa puissance et son charisme. Malheureusement, toute vie à une fin et celle de notre antagoniste se termine alors qu’il était à deux doigts de se débarrasser du seul homme pouvant détruire son but. Ce n’est qu’à cause de ses anciennes séquelles et de la chaleur incontrôlable de son corps qu’il va finir par périr. Ainsi, sa disparition n’est absolument pas néfaste pour lui, car à nos yeux il aurait très bien pu en terminer et il n’a finalement été vaincu que par son passé. Il garde donc cette sorte d’invulnérabilité et on le contemple alors avec une sorte de respect. Un combattant qui aurait très bien pu chambouler toute l’histoire. C’est le fait qu’il termine son rôle de cette façon qui va faire grandir son personnage que rien ne pouvait arrêter mise à part le temps.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant Makoto Shishio. Est-ce l’un de vos méchants préférés ? Trouvez-vous que sa fin le rend encore plus spectaculaire ? Qu’est-ce que vous retenez de lui ? On espère que cette petite semaine thématique vous aura plus et qu’elle vous aura permis de découvrir ces adversaires sous un tout nouveau jour. Il n’y aura jamais de bon héros sans des méchants écrits avec soin. Des figures emblématiques qui ont profondément gravé leur nom dans l’esprit de nombreux lecteurs et spectateurs. On reste à votre écoute si vous souhaitez discuter et échanger autour de ce sujet. 🙂

Shishio - combat

Un combat éternel.

© Watsuki Nobuhiro / Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *