Kono Oto Tomare-6-2

Kono Oto Tomare épisode 6 : au plus profond des ténèbres

On ne pouvait pas ne pas passer une semaine sans évoquer un anime qui nous a profondément marqué et qui continue encore de prodiguer sa magie. Une œuvre qui a fait son apparition il y a quelques mois dans le catalogue d’ADN et qui continue encore aujourd’hui à travers sa seconde saison. On parle bien évidemment de Kono Oto Tomare qui frappe vraiment un grand coup avec cette deuxième partie. Alors que l’on avait pu voir notre spécialiste du Koto se confronter à son passé lors de notre précédente escale, la suite a su offrir pas mal de changements. En effet, on ne s’attendait pas à ce que l’anime décide de consacrer tout un épisode à un personnage que l’on pensait secondaire. Une surprise qui nous aura offerts un moment déchirant tout en bouleversant notre vision concernant cette demoiselle. Entre souvenirs et l’instant présent, on est transporté dans une profonde réflexion et surtout une noirceur inimaginable bien ancrée dans l’esprit de cette femme. Un apport qui va amener de nombreuses choses intéressantes pour le développement de certains et surtout laisser des pistes captivantes pour la suite. Le temps est donc venu de rejoindre notre club pour écouter une histoire tragique.

Un passé douloureux

 Comme à chaque début de review, on ne peut pas rentrer dans le vif du sujet sans évoquer ce qu’il s’est passé auparavant. Cela est nécessaire afin d’avoir tous les outils en main pour comprendre ce qu’il va suivre. Kono Oto Tomare, réalisé par le studio Platinum Vision, s’était arrêté alors que le club avait enfin choisi le morceau qu’il jouerait lors de leur prochaine représentation. Cependant, afin de se préparer au mieux, Satowa dû prendre son courage à deux mains et se confronter à son passé. Cela a entraîné une visite de sa part chez sa mère dont l’accueil fut, comme elle s’y attendait, glacial. Malgré cela, elle n’hésita pas à une seconde à s’agenouiller pour demander son aide en empruntant l’un des instruments de l’école familiale. Il y a beau avoir un passé douloureux entre les deux femmes, la mère de l’adolescente accepta finalement à condition qu’elle ne revienne plus jamais en ces lieux. Ces paroles avaient beaux êtres difficiles à entendre, notre génie du koto était bien déterminé à ouvrir les yeux de la seule famille qui lui restait afin de pouvoir renouer avec elle. L’entraînement pu alors reprendre de plus belle pour nos amis.

Pourtant, il semble bien que le destin avait décidé de leur mettre de nouveaux bâtons dans les roues. En effet, suite à une proposition d’une personne étrangère à l’établissement, l’équipe fut forcée d’accueillir une toute nouvelle personne qui leur servirait de professeur. Il ne s’agissait nul autre que d’Akira, une demoiselle qui suivait le même enseignement que Satowa. Son regard sombre et ses nombreuses remarques avaient rapidement installé un climat hostile au sein de la salle. A ses yeux, ces jeunes gens n’avaient absolument aucun talent et il fallait tout reprendre depuis le début. Malgré la frustration de ces étudiants, ils remarquèrent très vite la différence entre ce qu’ils jouaient et ce qu’ils pouvaient faire en mettant en pratique les conseils de leur nouvelle tutrice. Le doute commença alors à s’installer quant aux raisons qui avaient poussé Akira à leur venir en aide. Même si la confiance n’était pas vraiment de mise, ils ne pouvaient réfuter le fait qu’elle leur apportait un enseignement crucial à leur progression et qui allait s’avérer pertinent pour le concours à venir. Ainsi débuta un tout nouveau quotidien bien plus éprouvant qu’auparavant et qui allait peut-être leur permettre d’accéder à un cercle bien fermé au sein des clubs de koto.

Tandis que l’on ne s’attendait pas à ce qu’Akira devienne le personnage principal de cet épisode, la curiosité a peu à peu pris le pas. La haine et la colère que l’on pouvait avoir pour cette enseignante du koto va peu à peu s’estomper au fil de son récit. On reste alors bouche bée en comprenant ce qu’elle a vécu et les raisons de son comportement actuel. Une fois encore, Kono Oto Tomare nous prouve à quel point il met un point d’honneur à intensifier l’écriture de chacun des acteurs pour que l’on ne s’arrête pas à la première image que l’on pourrait avoir.

Kono Oto Tomare 6 1

Une petite fille innocente.

De la difficulté à avancer

Il est très intéressant de voir que l’on est ici bien loin de notre club. En effet, tout au long de cet épisode, Kono Oto Tomare va avant tout mettre en avant le personnage d’Akira. Cette jeune demoiselle qui était décidée à voir de ses propres yeux ce qui pouvait bien attirer Satowa au sein de ce groupe est alors propulsée sur le devant de la scène. De ce fait, cela permet de mieux connaître ce personnage, ses intentions, mais aussi son passé qui a su nous émouvoir. Le fait qu’un terrible événement soit survenu en ravageant entièrement sa vie nous fait relativiser sur son comportement de par toutes les attentes que l’on avait pour elle. Alors qu’elle était juste une gamine cherchant à suivre les traces de son frère, la voilà obligée de jouer du Koto non pas pour le plaisir, mais bien pour faire perdurer la renommée de leur famille. Alors qu’elle a dû se frotter à des génies de cet art, elle fut obligée de compenser cela par un entraînement rigoureux qui la amenée à avoir un regard froid sur cet instrument. Son objectif n’était plus que de retranscrire parfaitement les partitions sans pour autant chercher à véhiculer une petite touche personnelle. En étant témoin de ces souvenirs, on est obligé d’avoir une forte empathie à son égard, car on comprend que ce n’est pas de sa propre volonté si elle s’est murée dans cette obscurité qui la tient fermement.

D’ailleurs, il y a un autre détail qui rend cet acte encore plus pertinent. Il s’agit du parallèle que l’on peut faire entre son passif et celui de Satowa. Au final, elles ont eu un parcours presque similaire sans même le savoir. Elles ont grandi et évolué dans des ténèbres opaques qui ne laissaient absolument pas entrevoir la lumière. Cependant, notre petite prodige a choisi de se rebeller et de montrer au monde qu’elle existait au contraire d’Akira. Même si cela semble l’avoir un peu plus plongé dans l’abîme, c’est aussi suite à cette expérience qu’elle a finalement pu arriver là où elle est à présent. Elle aurait sûrement pu devenir comme leur nouvelle tutrice si elle n’avait pas eu les membres du club pour la tirer de ce voile obscur qui la recouvrait. On a donc devant nous deux chemins bien distincts qui auraient très bien pu se croiser plus tôt si quelqu’un était parvenu à tendre la main à Akira. Rien qu’à travers ces divers flash-back, on ressent une profonde peine pour cette demoiselle et on se met à espérer que nos amis parviendront à réitérer leur exploit au fur et à mesure de leurs échanges. Une fantastique preuve que cette licence peut nous faire passer d’un sentiment à l’autre en simplement quelques minutes. Le genre de prouesses très difficile à réaliser et qui semble pourtant si facile lorsque l’on s’attarde sur cette fabuleuse série.

Kono Oto Tomare ne cesse de nous faire rêver et surtout de nous faire vivre un voyage émotionnel hors du commun. Il y a encore quelques mois, on n’aurait jamais soupçonné que cet anime puisse avoir autant d’impact sur nous. Maintenant, on ne peut que trépigner d’impatience en se demandant comment tout cela va évoluer. Une épopée qui nous fait autant rêver que pleurer au contact de ces hommes et femmes qui cherchent juste à profiter de ce petit paradis qu’ils ont su construire et qui essayent de montrer qu’ils sont bien plus que des musiciens de seconde zone.

Kono Oto Tomare nous offre une tragique mélodie

 On aurait pu penser que Kono Oto Tomare aurait suivi la voie qu’il s’était tracé depuis tout ce temps. Après tout, cela était déjà redoutable et avait parfaitement su nous séduire tout au long de cette épopée. Cependant, le parti-pris de cet épisode a clairement porté ses fruits, car tout est réalisé avec grand soin. Si l’on avait quitté notre précédente expédition en ayant une certaine rancœur à l’égard d’Akira, celle-ci s’est rapidement évaporé au vu de tout ce qu’elle a enduré. Une vie qui peut parler à n’importe qui et qui fait que l’on peut facilement se transposer à sa place en se disant que l’on aurait peut-être réagi comme elle. La volonté de ne pas vouloir faire défaut à ses proches et l’enfermement que l’on peut éprouver est un sentiment qui peut naître en chaque individu. Une volte-face redoutable qui change totalement notre ressenti à l’égard de cette demoiselle qui pourrait bien être un atout de taille pour ses élèves. En tout cas, on sait maintenant qu’il y a une véritable volonté de sa part de vouloir aider, mais aussi de se libérer de ses chaînes du passé.

Notre avis n’a absolument pas changé depuis tout ce temps. Cette saga reste un immense coup de coeur et cette seconde saison ne fait que confirmer ce sentiment. On vit des scènes incroyables au contact de ces gens qui grandissent à travers leurs péripéties dans le monde du koto. Cet instrument nous est montré comme étant un formidable moyen de s’exprimer et surtout de s’ouvrir aux autres. Tout cela afin de pouvoir partager ce que l’on ne peut forcément dire avec des mots. On continue donc inlassablement de recommander cet anime qui nous met une claque monumentale. Chaque personnage nous surprend de par la façon qu’il a de nous montrer à quel point on peut se tromper en se fiant seulement à la première impression. Une invitation à connaître toutes ces âmes qui gravitent autour de cet art. On ne peut maintenant s’arrêter ici sans se poser quelques questions cruciales. Akira réussira-t-elle à lutter contre ses démons ? Satowa sera-t-elle un modèle pour elle ? Les leçons de celle-ci seront-elles suffisantes pour combler l’écart avec les autres équipes ? Il est presque impossible de ne pas avoir envie de se pencher sur la suite de cette aventure.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce sixième épisode de la saison 2 de Kono Oto Tomare. Avez-vous apprécié que le rideau soit levé sur les origines d’Akira ? Votre vision de cette femme a-t-elle changée après avoir été le témoin de toutes ses souffrances ? Pensez-vous qu’il est encore possible de l’extirper des ombres qui la retiennent prisonnières ? Quel rôle jouera-t-elle, à votre avis, au sein de notre équipe ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette œuvre ? On est toujours disponible si vous souhaitez échanger ou bien partager votre analyse de ce titre. 🙂

Kono Oto Tomare 6 3

Un changement redoutable.

© Amu/SHUEISHA, KONOOTO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *