Soupinou

Soupinou tome 1 : une bonne dose de douceur

C’est une nouvelle semaine qui débute et on a beau avoir déjà parcouru une multitude de mondes imaginaires et enchanteurs, notre voyage est bien loin d’être fini. On a beau savoir que notre parcours sera éternel, on ne boude aucunement cette joie que l’on a lorsque l’on s’immerge dans une oeuvre inédite. Ce fut grandement le cas pour la licence dont on va vous parler aujourd’hui et qui a fait ses débuts il y a peu. C’est du côté de chez Komikku que l’on a pu découvrir le premier tome de Soupinou. On va le dire tout de suite, on ne savait pas du tout sur quel pied danser au moment de son annonce. Si la couverture était parvenue à nous attirer, on se demandait quand même ce qu’allait pouvoir donner ce scénario. Finalement, la curiosité l’a emporté et on a pu plonger dans le prélude d’une épopée grandiose non pas par ses enjeux, mais tout simplement parce qu’il parvient à nous apporter et à nous raconter. Une oeuvre qui nous réchauffe le coeur et dont il était impossible de ne pas en parler. L’heure est donc venue de braver ces terres glaciales pour faire la connaissance d’une famille pour la moins singulière.

L’arrivée d’un être apportant le bonheur

Soupinou-mignon

Comment lutter ?

Soupinou, imaginé par Yuu Horii, nous plonge en pleine campagne finlandaise. C’est dans cette région du monde régie par la neige et le froid que l’on fait la connaissance d’un frère et une soeur. Répondant au nom de Tina et Nicolas, ce duo tient un magasin de soupes. Ce qui peut sembler comme étant un établissement tout à fait banal s’avère être très prisé. Il faut dire que ces préparations ont la faculté de réchauffer autant le corps que le coeur. La réussite de leur commerce a beau leur donner du baume au coeur, cette fratrie semble pourtant manquer de quelque chose. Ne sachant pas de quoi il s’agit, ces deux individus continuent de suivre tranquillement le cours de leur vie. Cependant, leur existence va alors totalement être chamboulée par l’arrivée d’un inconnu hors du commun. En effet, une petite boule de poils blancs va s’infiltrer dans leur maison. Si son apparition va décontenancer les propriétaires de ce lieu, ces derniers vont finalement comprendre qu’il pourrait bien s’agir d’un Kesaran Pasaran.

Réputé pour se nourrir de poudre à maquillage et apporter le bonheur aux gens qu’ils croisent, notre tandem se décide alors à le garder pour le nourrir et s’occuper de lui. Celui-ci va finalement se transformer au fur et à mesure du temps passé avec eux pour prendre l’apparence d’une petite créature aux allures de félin. Ne voulant pas se séparer de lui, cette fratrie décide de l’adopter et de lui donner comme nom Soupinou. Il faut dire que la petite bête semble raffoler des plats imaginés par ces deux maîtres. C’est ainsi que va débuter un quotidien inédit pour ce trio qui vont vivre des aventures aussi drôles que cocasses. La plus grande épopée d’une personne ne se trouve pas forcément après un très long voyage. La joie tant recherchée est parfois bien plus proche que l’on ne pourrait le penser. Tina et Nicolas vont comprendre cela grâce à cet intrus tout mignon.

On apprécie toujours grandement nous plonger dans une nouvelle série de par le fait que l’on ignore totalement ce que le récit va pouvoir donner. De ce côté, Soupinou ne nous a clairement pas déçus au vu de ce que l’on a pu vivre en compagnie de ces différents acteurs. Un voyage qui sent bon la Finlande et qui va mettre en avant un élément crucial de la vie elle-même. Il s’agit du bonheur que l’on peut avoir aux côtés des gens qui nous entourent et de tous ces instants magiques qui font que chaque existence puisse être joyeuse et porteuse de nombreux rires.

Des rires et de la tendresse

On ne va pas se le cacher, il y a un atout indéniable qui rend Soupinou aussi savoureux à suivre. Il s’agit de la tendresse dont le manga fait preuve, et cela, à chaque case. Bien loin des grandes confrontations que l’on a l’habitude de regarder ou bien des réflexions poussées autour d’une thématique, cette virée aura été l’occasion de se recentrer sur quelque chose de bien plus important. Il ne s’agit nul autre que du plaisir que l’on peut avoir en lisant une histoire simple, mais écrite avec beaucoup de coeur. Cela s’est ressenti à chaque fois que l’on tournait une page. Tout est pensé pour juste nous conter la vie de ce trio de personnages qui doivent surmonter ensemble les épreuves du quotidien. Cette approche est alors amenée avec une joie et une douceur d’un tout autre niveau. Rare sont les titres à réussir à autant aiguiser ces deux facettes et à en tirer une histoire plaisante à découvrir. C’est pourtant le cas au fil de cette aventure qui s’attarde juste sur le lien qui se forge entre cette fratrie et leur nouvel ami. D’ailleurs, ce qui fait le charme de cette introduction vient avant tout de ces acteurs qui jouent à merveille le rôle qui leur a été attribué.

Si l’on pourrait croire que l’on a devant nous une relation proche entre le maître et son animal de compagnie, cela ne serait qu’à moitié vrai. En réalité, si cela commence de cette façon, on se détache de plus en plus de cette image au fil de notre avancée. En fait, il y a presque un échange entre un enfant et ses parents qui se créent, et cela, de manière fluide et efficace. Ainsi, on est encore plus happé par toutes ces interactions qui relie ces êtres. De plus, il faut aussi prendre en compte la symbolique que représente Soupinou. Il est dit clairement dans l’ouvrage qu’il s’agit sûrement d’une créature pouvant apporter le bonheur là où elle se trouve. Tout va donc tourner autour de cette notion qui va prendre tout son sens au fur et à mesure du récit. En fait, la fratrie que l’on suit a beau être heureuse ensemble, on sent rapidement qu’il manque quelque chose et qu’une certaine tristesse semble englober leur vie. Si celle-ci est bien dissimulée, elle finit par exploser lorsque l’on voit la différence entre le comportement avant et après l’arrivée de Soupinou. En s’incrustant dans leur train-train quotidien, cette petite bête va illuminer chaque instant qu’il va passer avec eux. Les petits moments de joie vont se multiplier et les sourires vont alors pleuvoir au sein de cette demeure. Même si l’on ignore avec exactitude les origines de notre être imaginaire, on peut dire qu’il a réussi à transformer la légende en réalité au sein de ce foyer, mais aussi chez le lecteur.

Soupinou a su littéralement nous conquérir en seulement quelques chapitres. Cette étrange créature affiche tellement une joie et une relation puissante avec ses nouveaux maîtres que l’on ne peut rester de marbre. On a alors constamment envie de voir comment celui-ci va réagir face à tout ce que ce monde peut lui apporter et surtout les petits défis de la vie qu’il devra surmonter. Une lecture semblable à une petite brise qui vient nous caresser et nous emporter avec une douceur que peu d’oeuvres parviennent à amener à leur lectorat. Une très belle prouesse de la part de l’auteur.

Soupinou nous laisse avec le sourire

Soupinou-rire

On a pas le temps de s’ennuyer.

Alors que l’on ne savait absolument pas quoi penser lors de son annonce, Soupinou est parvenu à transformer cet essai en une très belle surprise. Loin de tout ce que l’on a l’habitude de lire au quotidien, cette aventure ne recherche qu’une seule chose. Son but n’est nul autre que d’apporter de la joie à son lectorat et on peut clairement dire que le pari est réussi. Il n’y a pas un seul instant où l’on ne fond pas pour cette famille qui vient d’accueillir un nouveau membre. Tout est fait avec une telle tendresse et douceur, qu’il est difficile de ne pas succomber en voyant la petite bouille de cet être qui ne cesse d’évoluer au contact de ses parents. Bien sûr, on peut clairement se demander s’il y aura un fil rouge bien réel au fil des prochains tomes ou si l’on aura juste le droit à une description du bonheur que vivent ces individus dans leur existence. Une question pertinente, mais que l’on oublie rapidement en se replongeant dans ses pages tant on a envie de contempler une fois de plus le bonheur presque palpable qui se dégage de ce groupe. On a devant nous un manga qui apporte le sourire et cela fait énormément de bien d’avoir une oeuvre qui souhaite juste mettre en avant ces instants d’amitié et d’amour qu’il peut y avoir entre les gens et les animaux.

Vous l’aurez donc compris, on recommande chaudement cette série qui parvient à atteindre son but avec une habileté redoutable. Si l’on a l’habitude de conseiller un titre à ceux qui pourraient être intéressés par ce que celui-ci peut offrir, ici c’est un peu différent. De par son contexte et le conte que l’on découvre, Soupinou est une aventure qui peut être appréciée par n’importe qui. Si vous désirez seulement passer un merveilleux moment à rire et à sourire alors cette lecture devrait largement vous satisfaire. Cette fratrie, qui a trouvé une nouvelle joie de vivre, est capable de toucher toute personne tant le bonheur est universel. Derrière la fiction et l’imaginaire de ce manga se trouve avant tout une saga prônant l’amour, la tendresse et la famille. De plus, on peut quand même soulever plusieurs questions donnant de l’intérêt à la suite. Quelle est l’origine de cette boule de poils ? Ce bonheur perdurera-t-il ou finira-t-il par disparaître ? Quelle prochaine découverte va faire ce petit être adorable ? Quoi qu’il en soit, on a hâte de pouvoir frapper une seconde fois à cette porte afin d’admirer cette chaleur humaine qui se dégage de cette bâtisse.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Soupinou. Avez-vous été touché par la relation qui se tisse entre nos deux personnages et leur invité ? Quel est, selon vous, l’origine de cette petite créature toute mignonne ? Trouvez-vous que ce récit offre une véritable bouffée d’air frais ? Pensez-vous que le titre parviendra à durer dans le temps ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger et discuter autour de ce sujet ! 🙂

© 2018 Horii Yu, MAG Garden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *