Final Fantasy

Top 10 antagonistes de Final Fantasy

Avec l’arrivée prochaine de Final Fantasy VII Remake, on apprécie grandement replonger dans la licence de Square Enix. Peu importe les épisodes, on a toujours pris un immense plaisir à parcourir ces divers mondes qui ont tous su nous offrir des expériences uniques et inoubliables. On s’est donc dit qu’il serait intéressant de faire un petit top autour de cette franchise et c’est vous qui avez décidé que celui-ci serait autour des antagonistes. Si l’on a bien sûr un grand attachement pour les héros que l’on joue, ces aventures ne seraient rien sans une figure à combattre. Que cela soit des méchants emblématiques ou bien d’autres ennemis annexes, il y a toujours quelque chose à retirer de leur parcours et des défis qu’ils imposent à l’équipe. Voici donc un classement de dix adversaires qui ont su marquer nos divers périples. Bien évidemment, il s’agit d’un top purement subjectif et l’on serait ravi de connaître votre propre sélection. De plus, afin d’étayer nos choix, il est fort probable que l’on soit obligé de dévoiler certains éléments liés à l’intrigue de certains opus. Il est l’heure maintenant de basculer du côté obscur de la fantaisie.

10. Cid (FFXII)

Final Fantasy-Cid

On débute ce top des antagonistes de Final Fantasy avec Cid du douzième épisode. Si ce personnage est l’un des acteurs les plus récurrents de la saga, celui-ci nous a profondément marqués. En effet, jusqu’à sa rencontre, on avait l’habitude de voir Cid comme un personnage principalement là pour soutenir ou aider nos héros. Le fait de voir cette figure emblématique devenir l’un de nos adversaires va tout d’abord nous surprendre. Pourtant, c’est en découvrant qui il est et ce qu’il représente pour Balthier que l’on prend alors conscience de la profondeur de son écriture. En tant que père de ce dernier, on se rend compte à quel point il a été absent pour notre pirate de l’air et surtout ce qu’il a entraîné chez ce dernier. De plus, son obsession pour ses travaux et le culte qu’il voue presque pour tout ce qui touche aux dieux du monde d’Ivalice va transformer cet homme que l’on prenait pour un savant fou au départ. Tout cela n’est en réalité qu’une manigance de ces êtres supérieurs qui ont vu en cet individu une parfaite marionnette pour conduire l’être humain à croire un peu plus en eux et à provoquer un terrible drame.

C’est finalement dans ces derniers instants que l’on redécouvre totalement cet ennemi qui aurait aimé retrouver le temps qu’il a perdu auprès des siens. Un scientifique rongé par la culpabilité et qui n’a rien pu faire d’autre que de s’enfermer dans ce cocon qui était bâti autour de lui et qui l’a peu à peu entraîné dans la folie. La preuve qu’un antagoniste ne s’arrête pas uniquement à la destruction ou à la conquête du monde, mais peut aussi dégager une humanité remarquable et des souffrances provoquant l’empathie du joueur.


9. Ardyn (FFXV)

Final Fantasy-Ardyn

Il est vrai que Final Fantasy XV est loin d’avoir fait l’unanimité. Même si l’on a adoré notre périple en compagnie de Noctis et de ses amis, il y a un élément qui a su sublimer cette aventure. Il ne s’agit nul autre que d’Ardyn, le grand méchant de ce récit. Ce qui est remarquable avec ce personnage, c’est que l’on met un long moment à savoir ce qu’il souhaite réellement. A chacune de ses apparitions, on ne sait sur quel pied danser en se demandant pourquoi il nous vient en aide. De par son charisme incroyable, son attitude nonchalante et son caractère bien différent de ce que l’on pouvait attendre, Ardyn ne semble aucunement être le symbole d’un terrible ennemi. Ce sentiment va grandir jusqu’à finalement disparaître alors que l’on arrive au dernier quart du jeu. On découvre alors la terrible vérité et surtout les raisons qui le poussent à vouloir mettre un terme à ce monde. Encore une fois, on est bien loin du méchant classique cherchant à dominer ou éradiquer le monde. C’est l’être humain qui l’a amené à entreprendre cette voie obscure et néfaste. Alors qu’il est en réalité un être légendaire ayant tout fait pour apporter la tranquillité à son peuple, celui-ci s’est finalement retourné contre lui.

Craignant sa trop grande puissance, il fut trahi par ceux qu’il s’était juré de protéger. De ce fait, on peut ressentir une profonde empathie à son égard et comprendre son désir profond de faire tomber une nuit éternelle sur ces terres. De plus, sa haine de la famille de Noctis prend aussi une toute autre dimension alors que l’on découvre sa véritable identité et cela donne presque un schéma très théâtral au combat qui se déroule. Le type d’adversaire pour lequel on finit par avoir une certaine sympathie et qui nous montre que n’importe qui peut sombrer dans les abysses.


8. Golbez (FFIV)

Final Fantasy-Golbez

Après être retourné dans le dernier épisode de la franchise, il est grand temps de faire un petit voyage dans le temps. En effet, l’antagoniste dont on va parler maintenant provient du quatrième opus et n’est autre que Golbez. Ce magicien noir redoutable a su imposer sa présence tout au long de notre aventure en tant que Cécil. Si l’on ne sait que peu de choses sur lui au départ si ce n’est qu’il prend la place de ce dernier à la tête de sa compagnie de soldats, l’avancée de l’histoire va nous ouvrir les yeux sur ce qu’il est réellement. De par son lien étroit avec le chevalier des ténèbres, Golbez va tout de suite apporter une autre vision du combat que l’on mène et surtout de ce qu’il faudra sûrement faire pour espérer ramener la paix. Tout d’abord, il est à noter que nos premières rencontres avec cet opposant sont fait en sorte que l’on soit ébloui par sa puissance. Il est impossible de pouvoir le terrasser et l’on peut même voir le destin de certains de nos camarades s’arrêter dans cette folle course-poursuite. De par cela, le magicien et son dragon spectral sont présentés comme des adversaires bien trop puissants pour nous. Une manière de mettre le joueur dans une situation désespérée et de se demander comment il peut vaincre un tel monstre.

Cependant, c’est alors que l’on arrive à la dernière partie du jeu que l’on découvre l’effroyable vérité derrière Golbez. Celui qui aurait pu être un allié de poids à tout simplement été la marionnette d’un être qui lui est supérieur. Un individu obligé de combattre les siens et qui découvre alors bien trop tard ce qu’il a commis. Ce sorcier est donc autant un antagoniste qui en impose qu’une victime de la soif de conquête d’une entité lunaire. Une surprise bien menée qui nous fait encore voir d’un autre œil ce que peut être un antagoniste bien écrit.


7. Seymour (FFX)

Final Fantasy-Seymour

Alors là, on va s’attaquer à un méchant qui a su diviser en de nombreux points. On parle bien sûr de Seymour de Final Fantasy X. S’il n’est pas le méchant officiel de cet opus, il faut reconnaître à quel point ce dernier prend un malin plaisir à mettre des bâtons dans les roues de notre groupe. Si l’on se rend vite compte que quelque chose cloche à son égard, il est encore une fois bien complexe de se demander ce qu’il est véritablement. Agissant d’abord comme un allié, on va peu à peu découvrir sa nature la plus profonde et ses ambitions. Cherchant absolument à mettre la main sur Yuna pour former un couple apportant l’espoir à Spira, il  ne va pas hésiter une seule seconde à se dresser devant les gardiens de la demoiselle. Si cela peut sembler assez anecdotique comme raison de se battre, ce n’est qu’après que l’on ait pu le terrasser que cet antagoniste va prendre toute son ampleur. En effet, de par l’urgence du moment, il est impossible pour notre héroïne de guider l’âme de ce dernier dans l’au-delà. Ainsi, celui-ci va revenir bien plus tard en tant que spectre et continuer à mener sa vie comme si de rien n’était. Cependant, la rancune qui le maintient dans ce monde va peu à peu le ronger de l’intérieur et accentuer son désir de voir Yuna entre ses mains.

Un objectif qu’il réussit presque et qui montre aussi à quel point le pouvoir qu’il a lui monte à la tête. Alors que l’on arrive à le battre à chaque rencontre, on peut observer à tous ses retours à quel point il change. Devenant de plus en plus violent et désireux d’acquérir plus de puissance, il sombre de plus en plus dans une folie qui lui est propre. Allant même jusqu’à vouloir devenir Sin, il va finalement oublier l’objectif qu’il s’était fixé et se perdre dans les méandre de cette colère et de cette souffrance qui emplissent son être. Seymour est donc l’exemple parfait de l’être mégalomane qui ne peut plus arrêter ses propres ambitions et qui va finalement se retrouver consumer par elles.


6. Garland (FFI)

Final-Garland

Le cas de Garland est assez particulier. S’il est le premier boss de Final Fantasy I, il est aussi celui par lequel se termine ce récit. S’il laisse la place à Chaos pour le dernier combat, il a su attirer notre intérêt d’une toute autre manière. Avouons le clairement, ce n’est pas notre confrontation avec ce dernier qui a fait que l’on a pu hisser ce grand méchant à la place où il est. En réalité, c’est avant tout ce qu’il représente qui a su éveiller notre fascination pour cet homme. Ce grand méchant est en réalité la personnification de cette boucle de haine, de guerre et de sang qui lie l’humanité et qui se répète en boucle. Cela est parfaitement représenté dans le premier épisode de la franchise avec son retour dans la dernière partie et le discours qu’il tient. En réalité, il fait partie intégrante de la vie et ne peut être réellement terrassé tant que l’homme continuera d’avoir des pensées sombres. Même si les guerriers de la lumière parviennent à briser ce cycle éternel de haine et de combats, cela ne met aucunement un point final à tout ce que symbolise ce chevalier sombre qui a été rongé par l’avidité, le pouvoir et la colère.

Il est à noter aussi qu’il est l’un des personnages ayant le droit à plusieurs apparitions au sein d’autres jeux. Que cela soit Dissidia, Final Fantasy IX ou même sa représentation dans Final Fantasy XII, il est sans cesse question d’un cercle sans fin où il attend patiemment que son rôle l’oblige à intervenir. Un homme qui sait que la défaite est inévitable et qui est condamné à lutter éternellement contre ceux s’opposant à la corruption de ce monde. Un méchant qui a beaucoup de consistance qu’il n’y paraît et qui dépasse de loin le simple cadre du méchant à abattre. Il s’agit avant tout d’une partie bien sombre de l’homme qui est presque impossible à stopper.


5. Kuja (FFIX)

Final Fantasy-Kuja

On avait vraiment envie de diversifier notre top en proposant des antagonistes bien différents les uns des autres. Heureusement, la franchise Final Fantasy a toujours su faire naître des adversaires aussi redoutables que variés et qui nous poussent sans cesse à côtoyer des opposants ayant chacun leur propre identité. Cette fois, on va s’attarder sur Kuja, l’antagoniste le plus connu de Final Fantasy IX. Cet homme androgyne adorant faire des entrées théâtrales est parvenu à s’inscrire dans nos méchants préférés par deux points bien précis. Tout d’abord, il se montre comme un adversaire impitoyable qui, derrière ses sourires, n’hésite pas à éradiquer tous ceux se dressant sur sa route. Il est derrière la plupart des guerres rongeant ce monde et va même jusqu’à créer les mages noirs pour contribuer au chaos qui ronge ces terres. Il nous est donc présenté comme un stratège redoutable et un magicien aux immenses pouvoirs. Ayant même causé la disparition de la reine Branet, il va se présenter comme l’adversaire à abattre.

C’est alors qu’arrive le second point qui va totalement changer notre vision sur ce dernier. Il n’est en réalité qu’une création ratée d’un homme cherchant à pomper l’énergie de la planète pour permettre à la sienne de vivre. Connaissant sa nature instable, il a fait exprès que l’existence de Kuja soit aussi courte que les pantins que ce dernier a façonné. Une vérité qui va le détruire et le faire sombrer dans le désespoir le plus total. La seule réponse qu’il trouve alors est l’extermination de toute vie. En réalité, cet homme que l’on craignait jusque là se présente presque comme un enfant ayant appris la réalité sur son existence et qui lutte désespérément contre sa crainte de mourir. Une approche très humaine de ce méchant qui aurait tout à fait pu vivre une existence normale et qui rend son écriture prenante et d’une richesse incroyable.


4. Hojo (FFVII)

Final-Hojo

Voilà un personnage que l’on peut trouver bien surprenant de voir apparaître dans un tel top. En effet, Hojo de Final Fantasy VII fait clairement partie de nos antagonistes préférés et cela n’est pas dû uniquement à nos rencontres avec lui. Bien au contraire, c’est ce que l’on découvre sur lui à travers les autres personnages qui nous fait prendre conscience de l’importance de cet homme qui a tout simplement créé Sephiroth tel qu’on le connaît. Il faut déjà noter à son actif qu’il est l’individu ayant causé la mort des parents génétiques d’Aerith, qu’il n’hésite aucunement à faire des expériences que la morale réprouve et qu’il a aussi souhaité procurer encore plus d’énergie à Sephiroth, causant de ce fait de nombreuses catastrophes. Si cela est déjà un excellent et terrifiant CV en tant qu’antagoniste, cela n’est rien en contrepartie de son premier fait d’arme. C’est à travers le récit de Vincent que l’on peut en apprendre plus sur ce savant fou qui s’est rapproché de l’être que notre vampire aimait. Ce dernier se souciant avant tout du bonheur de Lucrécia accepta cet amour même si cela le tenait éloigné d’elle. Ce n’est que peu de temps après que la demoiselle tomba enceinte et s’apprêtait à donner naissance à celui qui deviendrait le soldat légendaire. Alors que tout aurait pu s’arrêter là, Hojo décida de profiter de cette occasion pour transformer cette grossesse en une expérience scientifique.

Il injecta donc des cellules de Jenova dans l’embryon qui grandissait chez sa femme et qui causera bien plus tard la folie qui rongera Sephiroth. Ainsi, Lucrécia mourut en donnant la vie et transforma un innocent enfant en un prodige qui allait devenir la marionnette de la Calamité des cieux. Hojo en profita aussi au passage pour tuer Vincent qui s’opposait à lui et se servir de son corps pour en faire l’être de la nuit qu’il est à présent. Jusqu’au bout, ce scientifique dément ne voulut qu’une chose, que l’une de ses expériences soient un franc succès. Constamment caché dans l’ombre de ses pairs et considéré comme un savant raté, il se renferma un peu plus sur lui et son désir de réussite. Un autre type de folie qui le condamna à devenir le véritable symbole néfaste de ce septième opus et qui aurait pu éviter tous ces malheurs s’il avait juste laissé son fils naître en paix.


3. Gilgamesh (FFV)

Final Fantasy-Gilgamesh

Le cas de Gilgamesh est assez particulier. Ce sbire d’Exdeath dans le cinquième épisode peut nous paraître assez idiot au premier abord et c’est effectivement le cas. S’inspirant largement de la légende de Benkei, ce samourai passe le plus clair de son temps à se dresser sur la route de nos amis sans le moindre succès. Pourtant, derrière ses allures d’élément presque comique, Gilgamesh est sans doute l’un des personnages ayant le plus retenu notre attention de par toutes les possibilités qui lui ont été offertes. Suite à sa dernière défaite face à Bartz et ses compagnons, le géant rouge va se retrouver enfermé dans une dimension dont il veut absolument sortir. C’est de par cette situation qu’il va devenir l’un des acteurs les plus récurrents des Final Fantasy. Apparaissant dans de nombreux opus, ce dernier cherche en réalité le chemin qui le reconduira chez lui et va alors souvent avoir une attitude singulière devant nos diverses équipes. Cela peut autant être en tant que PNJ, adversaire annexe ou bien même invocation, celui-ci n’a de cesse de nous surprendre. Outre cela, il est aussi obnubilé par la collecte d’armes légendaires et notamment d’Excalibur. Il va donc aussi se présenter comme un riche collectionneur d’armes et user de son attirail pour nous faire bien mal.

Gilgamesh montre que l’on peut être un méchant de Final Fantasy intéressant à étudier et à rencontrer sans pour autant avoir l’aura des antagonistes les plus emblématiques de la franchise. On pourrait presque le comparer à un vieil ami que l’on rencontre à de multiples occasions et avec lequel on se chamaille constamment. Un guerrier ayant tout de même un sens de l’honneur et qui rejoint alors la famille Final Fantasy pour notre plus grand plaisir. Un easter egg vivant qui a tout de même eu le droit à des confrontations aussi complexes qu’inoubliables.


2. Kefka (FFVI)

Final Fantasy-Kefka

On s’apprête maintenant à attaquer notre duo de tête en commençant par celui qui n’a de cesse de faire des bouffonneries. On parle bien sûr de Kefka, le méchant emblématique de Final Fantasy VI. Il est intéressant de noter à quel point ce clown a évolué au fil de l’opus. Au départ, il est avant tout vu comme un général excentrique de par son apparence et surtout son comportement. Réagissant comme le bouffon qu’il aime faire paraître, il montre rapidement toute l’étendue de sa cruauté. Cela commence par l’empoisonnement de tout un château qui ne laissera qu’un seul survivant en la personne de Cyan. Un premier crime abject qui n’est que le premier pas du joueur dans la folie de cet individu qui a été transformé ainsi suite à de multiples expériences liés à l’Empire. C’est d’ailleurs via une histoire annexe que l’on découvre aussi une partie de son passé et permet de se rapprocher de lui et surtout de la personne qu’il était avant de devenir ce monstre assoiffé de pouvoir et animé par une folie inarrêtable. Outre cela, il faut aussi reconnaître la puissance de cet adversaire qui, une fois la dernière partie du jeu entamé, ne va cesser de grimper en puissance.

Il parvient même à accomplir une bonne partie de son rêve fou en prenant des allures d’ange démoniaque et en dévastant une bonne partie de ce monde. L’un des rares méchants à avoir pu accomplir certains de ses idéaux et qui nous subjugue de par la richesse de son personnage, son caractère loufoque et surtout le danger qu’il représente. Un méchant qui n’a plus aucune once d’humanité et qui a perdu sa raison en même temps que sa liberté. Le bouffon devient alors le seul à rigoler tandis que tous ceux qui l’entourent finissent victime de ses complots.


1. Sephiroth (FFVII)

Final Fantasy-Sephiroth

Il était évident que l’on ne pouvait pas finir ce top sans évoquer celui qui nous a tant marqué étant jeune. Il est vrai que Sephiroth est devenu l’une des figures les plus emblématiques de la franchise et qu’il est presque certain de le voir dans ce genre de top. Cependant, il faut tout d’abord noter que cet antagoniste a été pour nous le premier que l’on a pu rencontrer. Il y a donc tout d’abord un aspect très nostalgique à sa présence ici, mais il faut aussi avouer qu’il a aussi de sacrées prouesses à son actif. Ce qui est remarquable avec ce personnage, c’est que l’on met beaucoup de temps avant de pouvoir vraiment le rencontrer en chair et en os. Tout est pensé au départ pour que l’on soit effrayé sans même avoir eu l’occasion de le rencontrer. On est témoin des atrocités qu’il commet dans le QG de la Shinra et cela suffit amplement à nous procurer une bonne dose de frissons. On se rappelle encore les murs de cet immense building teinté du sang des employés et autres soldats. Même la vision du Midgar Zolom empalé sur un arbre nous fait froid dans le dos étant donné qu’il s’agit d’un monstre bien trop fort pour nous à ce stade du jeu et que Sephiroth parvient à le vaincre sans problème. Ainsi, on est à la fois dans l’attente de ce face-à-face qu’angoissé à l’idée de devoir se mesurer à un tel guerrier.

Bien sûr, on peut aussi citer le massacre qu’il a fait à Nibelheim et aussi les blessures qu’il a infligé à nos amis. Tout ceci montre à quel point la cruauté de cet homme est sans pareil et que l’on a presque l’impression de faire face à la mort elle-même. Un faucheur que nul ne peut arrêter et qui cueille la vie comme le blé dans les champs. Pourtant, comme on a pu le voir précédemment avec Hojo, le fait de découvrir toute la vérité derrière cet épéiste mythique va amener une autre approche chez le joueur le concernant. Même si l’on est toujours déterminé à l’arrêter, on ne peut s’empêcher d’avoir une certaine empathie pour ce jeune garçon qui aurait pu grandir comme les autres s’il n’avait pas été lui aussi une victime. En injectant les cellules de Jénova en lui, Hojo a directement mis fin à l’existence de celui-ci et l’a juste transformé en une partie de cette calamité qui cherche à s’emparer de cette planète. Un guerrier redoutable à l’histoire tragique.

Voici donc la fin de ce top Final Fantasy consacré aux antagonistes de la franchise. Des adversaires qui ont marqué de leur empreinte notre vie de joueur et qui se sont avérés bien plus pertinents que de simples monstres à tuer. Des individus avec chacun des buts, des désirs et des caractères bien différents. N’hésitez pas à nous partager dans les commentaires votre propre classement ainsi que la raison pour laquelle ces opposants se sont inscrits dans votre esprit.

© Square Enix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *