Les fleurs de la Mer Egée

Les fleurs de la Mer Égée tome 1 : Une envie de liberté

En ce jeudi, on avait envie de partir pour un très long voyage qui est autant une fenêtre sur une multitude de paysages qu’un voyage dans le temps. Vous devez le savoir, on apprécie énormément tout ce qui touche à l’Histoire et on peut clairement dire que le manga est un formidable média pour nous faire vivre des aventures à des moments importants de celle-ci. Que cela soit à travers des conflits légendaires, des époques charnières de certains pays ou même l’existence de certains grands personnages historiques, on a largement de quoi satisfaire notre envie d’explorer le passé. Le titre dont on va parler aujourd’hui répond clairement à ce désir qui réside en nous et n’est autre que Les fleurs de la Mer Egée dont le premier tome est arrivé la semaine dernière aux éditions Komikku. A travers le récit de ces deux demoiselles, cette oeuvre nous propose une virée absolument savoureuse et enrichissante au sein de nombreuses régions ayant chacun leur propre culture. Il est donc grand temps de reprendre la route et de faire de multiples haltes dans des lieux incroyables et grandioses. 

Une rencontre bouleversant le destin

Les fleurs de la Mer Egée-Lisa

Une demoiselle tourmentée.

Les fleurs de la Mer Egée, imaginé par Akame Hinoshita, nous plonge à Ferrare, dans l’Italie du XVe siècle. On y fait la connaissance de la jeune Lisa, une demoiselle de bonne famille qui ne rêve que de voyager à travers le monde. Malheureusement pour elle, son rôle de cadette a beau lui laisser quelques libertés, ces devoirs familiaux l’empêchent d’espérer accomplir son but. Malgré tout, elle ne se démonte pas et est toujours à la recherche d’objets exotiques. Après tout, en faisant cette collection, c’est un peu comme si elle amenait une partie de ces terres étrangères jusqu’à elle. Pourtant, cela ne peut totalement remplir le vide qu’elle a au plus profond de son coeur. C’est alors qu’une rencontre va venir bouleverser son quotidien et lui offrir une chance unique. En effet, Lisa va tomber nez à nez avec Olha, une jeune fille de Qirim. Cette dernière souhaite ardemment pouvoir se rendre sur l’île de Crète afin d’y retrouver sa soeur. Ne pouvant laisser cette dernière dans la détresse, la jeune italienne décide de l’emmener chez elle afin de trouver une solution à ce problème.

Elle va donc faire appel à une des connaissances de sa famille parmi les nombreux marchands faisant partie de leur réseau. Ce dernier va accepter de la conduire au plus près de sa destination et Lisa saute alors sur l’occasion pour demander à faire partie du voyage. Malgré les plaintes de son aînée, celle-ci n’en démord pas et va donc se lancer dans une longue quête afin de prouver à ses proches qu’elle est tout à fait apte à entreprendre une telle virée. Pour cela, elle pourra compter sur les encouragements de sa nouvelle amie, mais surtout sur sa propre détermination. C’est de par ses actions, son sens des affaires et sa curiosité qu’elle va pouvoir obtenir son billet pour des terres qui lui sont totalement inconnues. Un désir de liberté d’une beauté sans pareille et qui mérite amplement de se battre pour voir celui-ci se concrétiser. C’est donc le début d’un grand voyage pour ces deux demoiselles dont le regard ne cesse de se porter vers l’horizon.

Ce qui fait vraiment tout le charme de ce premier volume des Fleurs de la Mer Egée provient autant de ces deux compères que l’on suit que dans cette aventure qui nous permet de contempler de sublimes paysages. La joie que l’on peut lire sur leur visage est tellement bien retranscrite que l’on ne peut que partager ce plaisir devant tous ces lieux qui nous sont inconnus. Une épopée aux multiples parfums et qui va nous montrer que le voyage est souvent plus beau que la destination en elle-même. Une invitation à l’exploration que l’on accepte volontiers et qui s’avère aussi contemplative qu’instructive.

Un voyage enrichissant et sublime

On a pu l’évoquer dans de nombreux ouvrages, mais ce qu’un manga doit réussir à faire, en plus de nous divertir, est de réussir à nous immerger totalement dans son récit. Une chose bien plus compliquée qu’il n’y paraît et sur ce point, les œuvres s’imprégnant d’éléments historiques ont toujours su appuyer cela. En effet, le fait de faire appel à des détails et autres anecdotes qui se sont inscrits dans l’Histoire fait que l’on est interpellé par ce qui nous est présenté. Les fleurs de la Mer Egée suit ce chemin, mais en y apportant sa propre touche personnelle qui fait que l’on est totalement subjugué par ce que l’on peut voir tout au long de ces cases. Dans un premier temps, il faut reconnaître que le postulat de base a largement de quoi nous séduire. Pouvoir admirer cette demoiselle lutté bec et ongles contre les préjugés et les devoirs que lui impose son statut afin de suivre sa propre route apporte un message qui peut parler à tout le monde. On ne peut qu’avoir envie de la soutenir et de l’encourager dans son entreprise malgré les dires de ces proches qui préféreraient qu’elle s’attarde sur les obligations familiales. Ainsi, on met en avant la réalité d’une époque bien renfermé dans ses principes et qui va se confronter au désir d’une demoiselle qui souhaite juste briser cela pour mener sa propre vie.

Outre l’attachement que l’on peut ressentir pour cette jeune femme et sa toute nouvelle amie, il faut aussi évoquer ce périple qui ne fait que débuter. S’il y a un objectif précis derrière cette escapade, on pourrait presque avoir l’impression qu’il ne s’agit là que d’un prétexte afin que nos deux héroïnes puissent partir à l’aventure. Cette sensation ne va faire que se renforcer et va même faire que l’on va presque oublier le but de cette expédition pour s’attarder devant chaque décor que l’on peut voir. Les fleurs de la Mer Egée est une œuvre qui souhaite mettre l’accent sur ce florilège de cultures qui existait à cette époque. Ce qui est incroyable, c’est la façon dont l’auteur parvient à nous donner cette impression que l’on vient de quitter un lieu qui paraissait si grand et qui n’est au final qu’un tout petit morceau d’un tout gigantesque. On ouvre alors les yeux sur toutes ces cités que l’on parcourt et surtout sur l’histoire qui s’exprime à travers chaque habitant, chaque mur et chaque détail. On absorbe toutes les connaissances qui nous sont présentées afin d’enrichir notre propre expérience et surtout afin de faire partie intégrante de ce voyage. Une épopée unique pour nos deux comparses, mais aussi pour le lecteur qui se laisse bercer par cette sublime fresque.

On peut clairement le dire, Les fleurs de la Mer Egée est parvenu, de par ce premier contact, a éveillé une chose cruciale chez nous en tant que lecteur. Il s’agit de cette envie de continuer ce périple même après que l’on ait tourné la dernière page. Un dépaysement total qui nous pousse à vouloir en voir bien plus et qui atteint un tout autre niveau en compagnie de ces deux charmantes demoiselles qui partagent la même curiosité pour tout ce qui leur est inconnu. Une aventure autant humaine que visuelle et qui affiche un immense potentiel pour la suite.

Les fleurs de la Mer Égée entame sa somptueuse fresque

Les fleurs de la Mer Egée-rêve

Le rêve de toute une vie.

Comme on l’a dit un peu plus haut, on a vraiment été emporté par cette première expédition organisée par l’auteur. Les fleurs de la Mer Egée est un manga qui, bien loin des autres titres du genre, cherche avant tout à nous faire participer au voyage. Ainsi, on se sent vraiment à notre place en compagnie de ce tandem attachant et pour lequel on va avoir une profonde sympathie. Cela vient en grande partie du rêve qui anime notre demoiselle italienne qui déteint rapidement sur nous et nous donne envie de monter sur l’un de ces bateaux afin de partir explorer le reste du monde. Une ode à la liberté et surtout à la contemplation de toute cette histoire qui a façonné des siècles d’Humanité. Si l’on se concentre ici sur une période donnée, cela ne signifie pas pour autant que l’on reste cantonné à cette vision que l’on nous offre. En effet, la force de ce premier contact vient aussi de sa faculté à nous ouvrir les yeux sur tout ce que le monde peut nous proposer en terme d’héritage des civilisations ayant jonchés la Terre bien avant nous. Une fenêtre ouverte sur un patrimoine d’une richesse incroyable et qui n’en finit plus de nous en mettre plein les yeux.

C’est donc avec une joie non dissimulée que l’on recommande chaudement cette expérience littéraire qui démarre sur les chapeaux de roues. Si vous aimez les mangas historiques cherchant avant tout à faire découvrir tout ce qui pouvait faire le charme d’une culture alors Les fleurs de la Mer Egée devrait largement satisfaire vos attentes. D’ailleurs, l’équilibre entre amusement et enseignement est parfaitement organisé de manière à ce que l’on ne tombe jamais dans un rythme trop lent. Entre les diverses découvertes que l’on fait, on peut compter sur nos deux nouvelles amies pour ajouter toujours plus de piment à ce périple déjà fantastique. On a beau n’être qu’aux prémices de cette excursion, on est déjà littéralement conquis par tout le potentiel qui s’en dégage et ce que l’on peut admirer durant toute cette traversée. Bien évidemment, on est en droit de se poser de multiples questions au vu de ce qui se passe dans ces pages. Est-il réellement possible pour ces deux demoiselles d’atteindre leur destination ? Seront-elles suffisamment attentives pour ne pas se faire avoir ? Quels sont les autres paysages que l’on pourra découvrir à leurs côtés ? Un début plein de promesses et qui a encore beaucoup de choses à nous raconter.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant le premier volume des Fleurs de la Mer Egée. Avez-vous apprécié partir avec ces deux héroïnes ayant chacune leur propre culture ? Trouvez-vous que le rêve de notre jeune italienne pourra se réaliser ? Croyez-vous qu’ils vont réussir à atteindre le terminus de leur escapade ? Quels sont, à votre avis, les défis qui attendent notre duo ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette série ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de cette licence. 🙂

© 2018 Hinoshita Akame, Flex Comix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *