Samourai Deeper Kyo

Samurai Deeper Kyo tome 1 : le démon aux yeux rouges débarque

On profite pleinement de cette période de confinement pour se replonger dans nos vieux souvenirs. Après tout, notre aventure dans la sphère otaku n’a pas uniquement commencé avec les nouvelles licences qui ponctuent notre parcours en ce moment. Cela a commencé il y a déjà bien longtemps alors que l’on ne savait encore que peu de choses sur l’univers du manga. Après vous avoir déjà parlé d’une première série qui nous a enchanté hier, on va aujourd’hui s’attarder sur un autre premier volume d’une licence qui nous a fait rêver. On parle bien sûr ici de Samurai Deeper Kyo, édité chez Kana, qui fut révélateur de bon nombre de choses concernant notre approche de ce monde et de ce type d’ouvrages. Un premier contact qui allait nous mettre une claque au vu du charisme de son protagoniste et surtout des combats que l’on allait pouvoir observer. On se remémore alors cette première virée tout en relisant ces quelques pages et un frisson nous parcourt. Une nostalgie qui se mêle à une introduction de qualité que l’on va tout de suite analyser. Il est donc grand temps de retourner à une époque où le katana était souvent le meilleur moyen de régler un problème.

Un homme à deux facettes

Samurai Deeper Kyo-mort

Un monde sans pitié.

Samurai Deeper Kyo, imaginé par Kamijyo Akimine, nous plonge en plein Japon féodal. Alors que le pays se remet tout juste de nombreux conflits internes, un jeune homme va de village en village pour proposer ses soins. Son nom est Kyoshiro Mibu et est pharmacien itinérant. Cependant, il s’avère aussi être recherché par tous les chasseurs de primes et plus particulièrement de Yuya Shiina. Cette dernière va finalement lui mettre la main dessus en croyant qu’il s’agit de Kyo aux yeux de démon. Celui-ci va alors lui prouver qu’il n’est pas l’homme indiqué sur l’avis de recherche ce qui va causer le désarroi de la demoiselle qui ne sait plus quoi penser. Pourtant, lorsqu’un danger va venir se dresser sur leur route, notre médecin va totalement changer de comportement. Son secret va alors s’effondrer quand le monstre en lui se réveille et qui n’est autre que le fameux tueur ayant éliminé plus de mille soldats. Face à la puissance hors du commun de cet homme, rien ne semble pouvoir lui tenir tête et même la chasseuse ne sait pas comment lui faire face. Heureusement pour elle, sa durée en ce monde est limitée dans le temps et elle décide alors de rester auprès de Kyoshiro afin de réussir à profiter d’une faille de sa part pour empocher le pactole.

Malheureusement, le meurtrier n’a qu’une envie qui est de retrouver son corps pour pouvoir regagner sa liberté. Il va donc se lancer dans une longue et dangereuse quête qui le fera parcourir l’ensemble du pays et aller à la rencontre de bons nombres de personnages singuliers. A ses côtés, il aura toujours la présence de Yuya qui n’est pas prête à faire une croix sur la prime de 1 million de Ryo. Il y a malgré tout une question qui trotte dans la tête de la jeune femme. Quel peut bien être le lien entre Kyoshiro et Kyo ? Par cette simple interrogation, elle va se retrouver propulsée dans un voyage qui va s’avérer bien plus grand qu’elle ne l’aurait jamais pensé. La vérité sur eux pourrait bien être plus terrible qu’on ne pourrait le croire alors que ces deux âmes doivent coexister si elles veulent pouvoir survivre face aux nombreux obstacles qui vont se dresser devant eux. Surtout quand certaines grandes figures de l’époque vont tourner leur attention vers eux. Le seul moyen de s’en sortir sera alors de faire parler la lame de ce katana dont le vent accompagne toujours chacun de ces coups.

En se lançant dans ce premier volume de Samurai Deeper Kyo, il y a une chose qui s’est révélé à nous. Il s’agit de la puissance se dégageant de chacun des affrontements que l’on observe et qui servent pleinement à l’émerveillement que l’on peut ressentir. Outre cela, il ne faut pas négliger la prestance qui entoure l’arrivée de ce tueur qui nous fait autant frissonner que trembler d’excitation au vu de ce qu’il parvient à accomplir en seulement quelques secondes. La naissance d’un épéiste redoutable qui va nous hypnotiser à chacune de ses confrontations.

Des combats absolument grandioses

Il était habituel, à cette période où l’on a découvert Samurai Deeper Kyo, que la plupart des mangas amenaient souvent une touche de fantastique. C’est alors qu’est arrivé ce titre que l’on a eu entre les mains et qui nous a mis une claque monumentale. Même si on est toujours dans une forme d’exagération et que les pouvoirs vont peu à peu s’ajouter au récit, ce premier volume était incroyable de par l’intensité de ses affrontements. Il n’y avait pas de victoire sans réel bain de sang et tout se décidait au fil de l’épée. On pouvait donc ainsi être le témoin de nombreuses techniques d’escrime qui n’avait rien à envier aux immenses oeuvres mettant en scène la voie des samouraïs. En réalité, on sentait que ces confrontations n’étaient pas là pour durer dans le temps. Tout devait se décider très vite et cela ajoutait un sentiment d’urgence et une profonde intensité à chaque face-à-face que l’on contemplait. De plus, le fait d’évoluer dans un univers où c’était la loi du plus fort qui régnait ajoutait toujours plus d’impact à cette atmosphère qui planait avant de voir le coup fatidique tomber. Une parfaite maîtrise de l’action qui ne laissait absolument aucun répit au lecteur qui restait ainsi scotché à son fauteuil en attendant de connaître le verdict final.

Pourtant, ce n’est pas la seule chose qui faisait la force de ce premier volume. Il faut noter que celui qui formait le coeur de ce récit n’était autre que notre cher Kyoshiro. Ce médecin itinérant, qui cache en lui une toute autre personnalité, a su nous enchanter dès l’instant où il a laissé le démon en lui prendre la place. On découvre alors stupéfait le talent de Kyo pour ôter une vie. Un monstre qui fait froid dans le dos, mais dont le charisme, la prestance et surtout la force font que l’on est avant tout captivé de voir comment il va se débarrasser de son adversaire. De ce fait, malgré les contraintes liées à son enfermement dans le corps de cet individu, ce samouraï à la réputation légendaire nous était présenté comme un tueur né que rien ne pouvait arrêter. Cela se ressentait encore plus lorsqu’il se confrontait, au sein de ces premières pages, à des opposants semblant sûr d’eux et redoutable. Le voir n’en faire qu’une bouchée est à la fois grisant et important pour la vision que l’on a de cet individu recherché activement. En seulement un volume, l’auteur nous délivre ici une fantastique histoire de samouraï qui fait honneur à ce titre et nous émerveille un peu plus à chaque nouvelle case. Qu’il s’agisse du Japon féodal que l’on parcourt en la compagnie de ce duo ou bien les prouesses de notre héros, rien n’est laissé au hasard et l’on succombe avec joie au charme de ce démon qui ne pense qu’à prendre du bon temps.

Samurai Deeper Kyo fait partie de cette catégorie de manga dont la puissance et surtout l’attrait n’a absolument pas diminuer au fil des ans. Bien au contraire, cette magie qui fait toute la saveur de ce titre n’a fait que se renforcer au vu de cette identité unique qui lui correspond et qui rend cette immersion toujours aussi haletante. Un premier volume qui posera à la perfection les bases de cette série qui ne fera que se renforcer au fur et à mesure des tomes et à nous offrir un spectacle digne de ce nom. Encore aujourd’hui, Kyo aux yeux de démon reste profondément gravé dans nos souvenirs.

Samurai Deeper Kyo tranche dans le vif du sujet

Samurai Deeper Kyo-monstre

Le démon se réveille.

Comme on le dit souvent dans nos chroniques concernant des premiers volumes, il est toujours nécessaire pour ceux-ci de réussir à amener certains éléments importants. Qu’il s’agisse d’établir les fondements de l’univers que l’on parcourt, la psyché et présentation des divers protagonistes ainsi que de donner suffisamment de contenu pour susciter notre intérêt par la suite, tout cela est capital pour que l’on accroche à un récit. Sur ce point, Samurai Deeper Kyo coche toutes les cases et remplit tout ce que l’on pouvait espérer d’un premier contact en allant même au-delà de ce que l’on attendait. Si, à l’époque, on se jetait sur un manga sans réellement savoir ce que celui-ci pouvait nous réserver, cela ne faisait que renforcer le plaisir que l’on avait lorsque l’on tombait sur une pépite de ce genre. Avec ses combats mémorables, ses personnages emblématiques et surtout une atmosphère tout bonnement parfaite, cette série venait tout juste de semer les graines d’une aventure hors du commun. Même si l’on peut avoir un avis mitigé sur le dernier arc de la licence, on ne peut oublier que nos premiers pas dans ce Japon féodal ont tout simplement marqué à jamais nos débuts en tant que lecteur et passionné de la culture otaku. Une belle réussite de la part de l’auteur qui savait pertinemment comment donner vie à des acteurs flirtant constamment entre le bien et le mal.

Même s’il peut être encore assez difficile de mettre la main sur l’introduction de cette saga, on ne peut que vous recommander de tester cette épopée. Un ouvrage qui nous captive dès les premières minutes pour finalement exploser dans un feu d’artifice exceptionnel dès que l’on pose le regard sur ce monstre qui se dissimule derrière un visage de saint. Voilà le genre d’oeuvres qui peuvent être un très bon début pour se lancer dans l’univers du manga et surtout qui offre un divertissement de haute volée. Un périple qui nous plonge au coeur d’échanges violents où le sabre exprime bien plus que de simples mots. Sans même jeter un oeil au sein de ces pages, on revoit aisément toutes ces scènes qui ont servi à bâtir la légende de Kyo dont le regard écarlate hante encore notre mémoire. Un personnage qui est bien loin d’être l’exemple même du héros pur et humble et qui n’hésite pas une seule seconde à faire tomber des têtes. On est alors littéralement emporté par cette spirale sanglante qui offre un ballet à la fois terrifiant et captivant. Une autre petite pépite qui brille d’un éclat bien particulier à travers ce premier volume, nous surprenant alors grandement.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Samurai Deeper Kyo ainsi que sur la licence dans sa globalité. Avez-vous été emporté par ce qui parvenait à se raconter au sein de ces quelques chapitres ? Que pensez-vous de cette histoire et notamment du personnage de Kyoshiro et de son double maléfique ? Est-ce que cela vous a donné envie de replonger dans cette série ? Quel est votre meilleur souvenir de cette épopée ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet. 🙂

© 1999 Kamijyo Akimine, Kodansha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *