Zen'itsu

Zen’itsu : la peur lui va si bien

Aujourd’hui, on a décidé de s’attarder sur un personnage que l’on adore de par tout ce qu’il parvient à raconter à travers son comportement et ses actions. Si l’on apprécie grandement les antagonistes et que l’on aime les héros sortant du moule, il y a aussi d’autres personnages qui parviennent à s’attirer toute notre sympathie de par le décalage qu’ils offrent. C’est exactement le cas pour ce très cher Zen’itsu de Demon Slayer dont on rappelle que le manga est édité chez Panini Manga et que l’anime est disponible sur Wakanim. Si l’on souhaitait absolument évoquer le cas de ce chasseur de démons, c’est parce qu’il est en totale contradiction avec l’attitude de ses camarades. Alors qu’il est entouré de guerriers n’hésitant jamais à se lancer dans la mêlée, notre blondinet est avant tout un couard. Cependant, cette peur qui le ronge s’avère bien plus complexe et intéressante à analyser étant donné l’environnement dans lequel cet épéiste évolue. Sans nul doute l’un des personnages les plus pertinents et bien construits de ce récit. On espère donc que vous êtes prêts à suivre les malheurs de ce jeune homme qui aimerait être ailleurs.

L’élément comique et absurde

Pour bien cerner toute la richesse de ce protagoniste, il faut tout d’abord revenir aux premières impressions que ce dernier laisse au lecteur et spectateur que l’on est. En effet, la première fois qu’on le croise, c’est durant le fameux examen pour devenir l’un des pourfendeurs où il est l’un des qualifiés. Il suffit de voir déjà ce qu’il reçoit comme corbeau pour comprendre qu’il est avant tout là pour nous faire rire. Cependant, ce n’est que bien plus tard que l’on va faire plus ample connaissance avec ce sacré spécimen. Rapidement, Zen’itsu va montrer son côté le plus drôle et surtout le plus agaçant. Ne s’arrêtant jamais de hurler, de pleurnicher et de fuir, cet adolescent est bien loin de l’image que l’on peut avoir de ces légendaires épéistes qui sont prêts à donner leur vie pour protéger la population. Il y a donc un très fort contraste qui se joue entre lui et Tanjirô qui est, pour sa part, l’incarnation même du guerrier cherchant toujours à se surpasser et qui est prêt à se jeter dans la mêlée pour sauver les innocents. Ce fossé, qui sépare ces deux acteurs, ne cesse de nous sauter aux yeux dès lors qu’ils entament leur première mission en commun. Un sauvetage qui va accentuer l’aspect comique de cet épéiste peureux.

Il est vrai que depuis le début de la série, on évolue dans un monde particulièrement sombre où la mort est partout. On ne s’arrête jamais d’être emporté par ce torrent de haine, de souffrance et de tristesse perpétré par ces monstres qui se nourrissent de sang. L’arrivée de Zen’itsu va avoir l’effet de désamorcer quelque peu cette situation pour nous permettre de sourire et de voir cette aventure d’un autre oeil. Il a donc, tout d’abord, un rôle primordial concernant l’ambiance du récit et surtout dans la façon que l’on a d’appréhender chaque situation. S’il est aussi prise de tête, c’est parce qu’il agit ainsi alors qu’il est sensé faire preuve de courage et se battre de toutes ses forces. Il va donc à contrepied de tout ce que l’on a pu observer depuis nos premiers pas dans cette épopée. Ce qui n’est pas tant pour déplaire, car on apprécie autant qu’il nous fasse rire que l’on aime par moments le détester de par sa couardise. On a presque même la sensation qu’il n’a pas sa place dans cet univers où le courage est plus que vital pour pouvoir surpasser ses peurs et oser aller au contact de ces êtres terrifiants. Pourtant, il ne faudrait pas s’arrêter à cette première impression, car notre peureux de service va autant avoir une bonne raison d’agir comme cela qu’être le parfait représentant de ce que n’importe qui ressentirait face à de tels dangers.

En réalité, ce jeune homme est le personnage dont on peut presque se sentir le plus proche au fur et à mesure que l’on avance en sa compagnie. Même s’il est bien sûr très excentrique et bien loin d’agir comme un homme ordinaire de par son comportement loufoque, sa mentalité n’a absolument rien à envier aux autres et va même faire tout l’intérêt de son écriture. Une peur qui le ronge sans cesse et qui va juste nous prouver à quel point ce combat que mènent ces combattants de l’ombre n’a rien d’une balade de santé.

Zen'itsu-humour

Un guerrier craintif.

Un garçon dont l’humanité ne fait aucun doute

En fait, lorsque l’on s’attarde plus en détail sur les événements auxquels participe notre trio de chasseur de démons, on remarque que Zen’itsu est celui qui évolue bien plus que les autres. Si sa peur est constamment présente au fond de lui, c’est parce qu’il est l’un des rares à prendre conscience du danger pouvant les attendre à chaque coin de rue. Un peu poussé à devenir un chasseur malgré lui, ce garçon est le premier à ouvrir les yeux sur le fait qu’ils peuvent perdre la vie à tout instant. Bien sûr, cela est exagéré afin d’appuyer cet élément comique. Cependant, on ne peut que confirmer ses propos. N’importe quel être humain serait paralysé en faisant face à des monstres de ce calibre qui prennent un malin plaisir à tuer et à se nourrir de la chair humaine. Notre parcours ne s’est jamais arrêté de nous présenter cela et finalement on avait presque perdu cette sensation d’angoisse au vu des prouesses de Tanjirô. C’est finalement avec l’arrivée de Zen’itsu que l’on va reprendre conscience de cette menace et donc ressentir de nouveau cette peur que l’on pouvait avoir au départ. Un rappel à l’ordre parfaitement orchestré et qui remet l’humain sur le devant de la scène alors que celui-ci peut sembler impuissant contre ces ennemis rôdant dans l’ombre.

Au final, c’est presque Tanjirô et Inosuke qui nous paraissent surhumains au vu de leur faculté à avancer face au danger. Ainsi, on a vraiment ce rapprochement qui peut se faire entre Zen’itsu et le grand public de par ses craintes et son irrépressible envie de fuir tout cela. D’ailleurs, il est intéressant de noter que la seule manière qu’il a de se battre est de tomber dans un sommeil presque instinctif. Une façon pour lui de s’évader de la réalité ce qui lui permet de faire fi de l’ennemi en face de lui et ainsi montrer tout son potentiel en tant que pourfendeur de démons. Ces passages-là sont alors sublimés de par cet écart entre sa véritable personnalité et cette machine à tuer qu’il devient lorsqu’il n’est plus conscient du monde qui l’entoure. Une manière détournée de lui permettre d’avoir son moment de gloire et qui est si particulière qu’elle ne peut que marquer notre regard. Cependant, c’est bel et bien pendant la confrontation avec toute la famille de Rui que Zen’itsu va nous toucher. S’il reste fidèle à lui-même, on va aussi avoir la chance d’en apprendre plus sur son passé où il faisait déjà preuve d’une certaine ténacité dans son désir de fuir. En voyant cela, on pourrait se dire que rien n’a changé, mais il suffit alors de s’attarder sur les quelques mots qu’il va dire pour comprendre à quel point ce garçon n’a juste pas envie de mourir. Il voudrait pouvoir tailler du démon à tour de bras sans avoir à réfléchir, mais il ne peut oublier que la moindre erreur de sa part pourrait lui coûter cher. Il y a donc constamment ce rappel à l’ordre qui s’effectue dans son esprit et rend la personne que l’on a devant nous d’une richesse incroyable.

C’est à partir de ce point et des épreuves qu’il va devoir traverser que Zen’itsu va franchir un nouveau cap dans son existence. S’il ne pourra oublier cette fin tragique qui pourrait l’attendre à chaque coin de rue, il commence tout juste à trouver la force et la détermination pour pouvoir avancer. Peu importe que tout son corps tremble et lui demande de faire demi-tour, il continue d’aller de l’avant à son propre rythme. Une très belle leçon pour un personnage qui n’a de cesse de nous surprendre et d’attirer notre attention.

La véritable marque du courage

Voilà tout ce qui constitue le personnage de Zen’itsu qui n’en est que plus passionnant à suivre de par chaque progrès qu’il fait. Il a beau être terrible par instant, il n’en reste pas moins l’un des personnages ayant le plus d’intérêt à nos yeux concernant son approche de ce monde et surtout sa possible évolution. Lui qui n’a eu de cesse de fuir, de courir et d’échapper au danger de peur d’être blessé a fini par le vivre très mal. Il se sent même parfois idiot en voyant ses amis se jeter vers le danger alors qu’il reste en retrait. Ce dernier a beau se dire qu’il a raison de ne pas risquer sa vie sans raison, il se sent presque minable et affiche donc une certaine envie à l’égard de ses camarades. Il essaye donc, petit à petit, de changer même si cela lui coûte énormément. De plus, le fait qu’il ne sache maîtriser qu’une seule technique de son école ne fait que l’exclure encore plus du reste des pourfendeurs qui semblent bien plus puissant et capable que lui. Un gouffre à ses yeux qu’il ne pourra jamais franchir, mais où il va finalement ouvrir peu à peu les yeux sur l’idiotie de cette vision. Le vrai courage n’est pas d’être au même niveau que les autres, mais de tracer sa propre route sans jamais sans détourner. C’est là que l’on revoit les leçons que lui a donné son mentor et qui prennent alors tout leur sens dans ces situations difficiles.

Même s’il est craintif et qu’il n’a qu’une seule corde à son arc, cela signifie juste que chaque pas qu’il fait est déjà un immense progrès. Zen’itsu ne connaît pas d’autres techniques que celle qu’il possède, cela n’est rien étant donné qu’il lui suffit juste de parfaire ce simple atout. Ce qui pouvait sembler être à la base un cul-de-sac laisse alors entrevoir une porte sur de nombreuses possibilités. Ainsi, on est admiratif lorsqu’on le voit faire ses quelques progrès qui peuvent sembler dérisoires au vu des autres, mais qui sont tellement cruciaux pour lui. Cela donne encore plus envie de se poster derrière lui et de le pousser à aller encore plus loin. Derrière la comédie, les cris et la terreur se cachent en réalité un enfant qui essaye tant bien que mal de grandir et de progresser à sa manière. De par cette écriture, l’auteur nous délivre sans nul doute le membre le plus captivant et surtout celui auquel on peut le plus s’identifier parmi ce trio hors du commun. Il est autant un rappel à l’ordre de la dangerosité de leur mission que la preuve que chacun doit progresser à son rythme et surtout faire abstraction de ce qui l’entoure. De par tout cela, Zen’itsu se distingue véritablement comme l’un des protagonistes les plus intéressants à suivre et dont le futur nous interpelle grandement.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant le personnage de Zen’itsu. Pensez-vous qu’il est l’un des personnages les plus importants de l’oeuvre ? Trouvez-vous qu’il apporte quelque chose de crucial à l’ensemble de ce récit ? En avez-vous marre de son comportement ? Selon vous, va-t-il finalement oublier totalement sa peur au cours de leurs péripéties ? Va-t-il enfin prendre conscience, à votre avis, de son plein potentiel ? Qu’attendez-vous de lui pour l’avenir de la licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet. 🙂

Zen'itsu-courage

Un regard qui en dit long.

© Gotoge Koyoharu /Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *