Turks

Final Fantasy VII Remake : l’importance des Turks

En cette période de confinement, on a toujours du mal à découvrir de nouveaux titres et de pouvoir discuter dessus. Cependant, on s’est dit que ce serait aussi la bonne occasion pour pouvoir traiter d’autres sujets comme on a pu le faire ces dernières semaines. Cette fois, on va quitter l’univers du manga ou de l’anime pour s’attarder sur le gaming comme ce fut le cas hier autour de Final Fantasy VII Remake. Ce jeu vidéo, réalisé par Square Enix, était très attendu et on peut clairement dire qu’il est loin de nous avoir déçu. Pourtant, au vu de tout ce qui constitue cette expérience vidéoludique, on s’est dit qu’il serait intéressant de revenir sur certains éléments de la mythologie de cet épisode. Un moyen de s’attarder sur des histoires qui ne sont pas forcément évoquées et qui, pourtant, apportent énormément au lore de ce monde. Cela permettra aussi de mieux cerner certains éléments importants et de voir à quel point ce titre peut raconter de multiples récits captivants. Pour aujourd’hui, on s’est dit que l’on allait prendre le temps de voir le rôle crucial que joue les Turks dans l’expansion de la Shinra et surtout de voir tout ce qu’ils ont traversés. Le temps est donc venu de s’attarder sur ces joyeux lurons qui n’hésitent pas à se salir les mains.

Un groupe de l’ombre

Pour bien comprendre ce qu’il en est de ce groupe très fidèle à la fameuse multinationale dirigeant Midgar, il faut s’attarder sur certains détails précédents Final Fantasy VII et plus particulièrement tournant autour de Before Crisis. Comme on le sait, les Turks sont des agents chargés des pires besognes pour la Shinra. Cela peut autant être de l’espionnage, de l’assassinat, de l’enlèvement ou même chercher des recrues potentielles pour le SOLDAT. On est donc avant tout confronté à des hommes et femmes n’ayant aucun scrupule à faire souffrir si c’est pour obéir aux ordres. Ce qu’il faut savoir, en premier, c’est que Reno, Rude et Tseng sont bien loin d’être les seuls membres de cette branche. Si l’on ne voit qu’eux dans le Remake, on sait qu’ils seront rejoints par Elena plus tard, mais qu’ils ont aussi eu d’autres agents que l’on a pu rencontrer dans le jeu mobile et dans Crisis Core avec l’apparition de Cissnei. Si l’on s’attarde donc sur tous ces éléments, on se rend compte à quel point il fut une période où cette team était constitué d’une dizaine de membres. Un constat bien loin d’être le cas lorsque l’on découvre Final Fantasy VII pour la première fois. Ce qui est remarquable lorsque l’on aborde ce sujet, c’est de voir à quel point ce groupe arrive autant à être présent à l’écran tout en continuant de jouer avant tout dans les coulisses de ce monde.

En réalité, si l’on est souvent aux prises avec ces individus, on entend très peu parler d’eux lors de nos pérégrinations. Telle une branche secrète, rien ne semble filtrer et il est donc très intéressant de voir qu’à part nous mettre des bâtons dans les roues, on ne sait que très peu de choses concernant les gens qui forment cette élite. Cela ajoute autant une part de mystère que d’intérêt pour le joueur qui aimerait bien en apprendre plus. Surtout que les deux spécimens que l’on rencontre le plus souvent, à savoir Reno et Rude, sont bien loin de l’image que l’on pourrait se faire d’agents secrets. Pourtant, il y a déjà une chose à noter qui concerne leurs capacités martiales. Ceux-ci n’ont rien à envier à certains grands guerriers, car ils arrivent bien à faire jeu égal pendant un long moment contre notre groupe. On peut donc aisément en déduire qu’en plus de devoir accomplir leur sale boulot, leur entraînement n’a rien à envier à l’élite du SOLDAT. Ils représentent donc une profonde menace pour nous surtout que tout ce qu’ils cherchent à faire est d’obéir aux instructions de leur supérieur. Même si certains peuvent se poser des questions, ils ne lâchent jamais un job sans l’avoir mené à bien.

Après avoir installé un peu les bases de leur travail ainsi que de l’étendue des Turks en matière de ressources humaines, on va maintenant attaquer un point particulièrement important pour ce qui est de leur relation avec le groupe Avalanche. Une guerre qui est bien loin d’avoir commencé dans Final Fantasy VII et qui va enrichir grandement le background de ces individus qui ont su faire les sacrifices nécessaires pour sauver le monde. Une information pouvant sembler stupéfiante, mais qui prend tout son sens lorsque l’on s’attarde sur leur passé.

Turks-Before Crisis

Les Turks ont leur propre aventure.

Leur rôle avant la crise

Pour bien comprendre le passé des Turks, il faut aussi s’attarder sur les origines d’Avalanche. Ces deux groupes sont bien plus liés qu’on ne pourrait l’imaginer et ont même une histoire commune très intéressante. Alors que le groupe terroriste venait de naître sous la coupe d’Elfé, la branche d’espionnage de la Shinra venait tout juste de renforcer ses rangs avec de nouvelles recrues. C’est six ans avant les événements de Final Fantasy VII que se passe la première véritable confrontation entre ces deux groupes. Tandis que la demoiselle en charge de défendre la cause de la planète n’a eu de cesse, en compagnie de ses deux compagnons, d’attaquer les diverses installations de leur ennemi, les Turks faisaient de leur mieux pour contrecarrer leurs plans. A l’époque, Tseng n’était encore qu’un simple agent tandis que le chef était un certain Veld. Il y a donc eu de nombreuses altercations entre ces deux groupuscules jusqu’à ce que même le président se mette à douter des intentions de ses propres hommes en voyant qu’il pourrait bien y avoir un traître parmi eux. Ce n’est que bien plus tard que l’on apprend alors qu’Elfé n’est autre que la fille de Veld.

L’ensemble des Turks cherchent à sauver cette demoiselle qui voit sa vie se consumer à cause de la matéria qui est logée en elle. En réalité, cette puissance, qui s’empare d’elle, est sensée réveiller une bête capable d’annihiler le monde entier. C’est finalement grâce à l’intervention de l’ensemble des membres de la branche secrète de la Shinra que le pire est évité, mais malheureusement Elfé meurt et Veld choisi de se suicider pour éviter à ses hommes de subir le courroux de leur supérieur qui les accuse de complicité avec leur adversaire. Malheureusement, un autre danger va venir planer sur le monde et qui n’est autre qu’une Arme cherchant à éliminer les Turks suite à la menace qu’ils représentent. Cependant, cela n’empêchera pas la Shinra d’exécuter huit membres de cette force en ne laissant en vie que Tseng, Reno et Rude. Rien qu’à travers tout cet historique, on prend conscience à quel point le background de cette équipe fut travaillée et principalement à travers le titre qu’est Before Crisis. Un jeu n’ayant jamais atteint notre contrée et qui était avant tout une expérience sur mobile. Malgré cela, il est important de voir à quel point cette aventure secondaire a permis de peaufiner toute l’aura se dégageant de cette troupe de l’ombre et surtout du triste passé qu’ils ont dû vivre.

C’est en ayant tous ces éléments en tête que l’on a pu voir toutes les petites nouveautés qui furent apportées par ce remake et qui font directement référence à cela de manière plus ou moins subtile. Cela s’exprime avant tout par certaines réactions propres à notre trio de survivant qui font de leur mieux pour rester dans le chemin qu’implique leur statut et qui connaît très bien à quel point leur employé peut être redoutable. Des petites phrases qui nous font réfléchir sur la psychologie de chacun.

Une présence plus importante

Pour ce qui est de leur rôle dans Final Fantasy VII Remake, on se rend compte que celui-ci est déjà plus marqué. En effet, lors de l’aventure d’origine, on ne fait que connaissance avec Reno et Tseng à ce niveau du jeu. Cette fois, Rude est aussi de la partie et cela permet d’approfondir plus en détail la relation qu’a ce dernier avec son partenaire de toujours. Si l’on pouvait sentir, lors de notre première virée, qu’ils étaient avant tout des sbires prêts à accepter toutes les missions et à se salir les mains sans sourciller, cela change un tant soit peu dans cette réinterprétation. En effet, ils ont un côté plus humain et l’on s’attache donc bien plus rapidement à ces derniers et même le moment tant fatidique du pilier va avoir une résonance particulière au vu de leur manque d’envie d’y aller. C’est justement pour éviter à d’autres d’effectuer un tel carnage qu’ils acceptent de tout endosser quitte à devenir les pires ordures possibles. Une approche soulignant leur morale qui est bien loin d’être uniquement centré sur leur métier et qui laisse entrevoir leur désir d’aller contre ce destin qui est le leur. Cela revient ainsi à la thématique très forte de ce remake qui est que l’on ne peut échapper à l’avenir qui nous est tracé.

Un autre élément qui vient faire écho avec ce qu’il s’est passé dans Before Crisis est le petit dialogue qu’a Reno dans le bureau de Tseng où il laisse un peu exprimer son désaccord. Malgré cela, il est obligé d’accepter, car il sait le sort qui pourrait lui être réservé s’il échouait ou refusait d’accomplir son devoir. Il pourrait bien s’agir d’un souvenir qu’il aurait concernant ce qu’il y a eu durant la dernière crise des Turks. De ce fait, ce groupe change totalement de celui que l’on a pu connaître auparavant. De par les quelques ajouts que l’on a pu observer, cela suffit largement à enrichir le background, mais aussi l’écriture de chacun de ces hommes qui ne sont presque plus que l’ombre d’eux-mêmes. Des individus ayant perdu toute volonté de rébellion et qui se contente juste de faire le sale boulot même si cela signifie d’avoir des centaines de morts sur la conscience. Une profonde empathie s’installe alors entre ce trio et le joueur qui les perçoit d’une toute autre façon. On a donc un sentiment particulier qui naît en nous, car d’un côté on leur en veut pour ce qu’ils ont osé faire, mais de l’autre on parvient à comprendre leur volonté de vouloir survivre. Si effectivement ce remake prend en compte les événements de Before Crisis, cela ne donnerait qu’encore plus d’impact à cette souffrance silencieuse qui abrite chacun de ces espions qui ne se rattachent plus qu’à cet uniforme qui représente tout ce qu’ils ont.

Il est donc pertinent de jeter un oeil sur le passé de ce groupe qui est bien loin de se cantonner à simplement mettre des bâtons dans les roues de nos héros. Parfaite représentation de ce que la Shinra peut provoquer comme asservissement chez ces employés, on découvre ici un trio qui ne peut plus échapper à cette cage qui s’est formée autour d’eux. Cependant, les répercussions des agissements de notre équipe pourraient bien être aussi l’élément déclencheur permettant à Reno, Rude et Tseng de prendre un nouvel envol.

Turks-Rude

Rude fait déjà son entrée.

Les Turks prennent leur envol

Pour ce dernier paragraphe, on avait envie de se tourner vers le futur et notamment sur ce qu’il pourrait y avoir comme possibilités pour nos Turks préférés. Il faut comprendre que Final Fantasy VII Remake a la chance d’être arrivé bien après toute la compilation FFVII. Ainsi, il peut greffer tous les éléments constituant cet univers étendu afin d’enrichir le jeu de base et surtout les traiter d’une manière qui lui est propre. Toutes ces œuvres qu’ils s’agissent des jeux vidéo, des livres ou même de certains films ont tous permis de poser des pierres à ce monument qu’est cet épisode. Cette nouvelle adaptation peut donc tout à fait s’approprier certaines informations pour nous les dévoiler et c’est ce que l’on a pu ressentir à de multiples reprises lors de notre périple. Rien que le fait qu’Heidegger évoque la possibilité qu’Avalanche soit le groupe qui a essayé de s’en prendre à la vie du Président laisse présager d’une éventuelle utilisation de Before Crisis. Pareil pour les quelques paroles supplémentaires que peut avoir Reno et Rude qui nous montrent au moins qu’ils ont déjà un passé développé. Des éventualités qui ne sont pour l’instant qu’à l’état de suppositions, mais qui permettent de se projeter vers une tonne d’avenirs possibles.

Au vu des nombreuses rencontres qu’il est sensé y avoir entre Cloud et les Turks, on peut se demander si ces échanges vont évoluer. Est-ce que l’on aura le droit à un traitement plus approfondi de ces adversaires ? Il suffit de voir comment ils ont été développés dans cette première partie pour se dire qu’il y a largement de la matière pour les amener à un tout autre niveau que celui de simple boss récurrent. Une écriture plus approfondie qui se ressent déjà ici et qui nous laisse nous demander si notre duo ne va pas finir par changer leur mentalité. Cela peut autant être au contact de Cloud et ses amis qui tentent de lutter contre la destinée prévue que de leur propre chef. En tout cas, ces quelques pièces du puzzle suffisent amplement à donner encore plus de prestige et surtout d’empathie à l’égard de ces gens qui ne vivent plus que pour leur travail même si cela implique de fabriquer un véritable enfer sur ces terres.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre analyse concernant l’importance des Turks. Quel est le membre que vous préférez parmi cette team ? Quel pourrait être, selon vous, le rôle de ce trio à l’avenir ? Croyez-vous que l’on pourrait voir des changements dans le comportement de Reno et Rude ? Est-ce que vous attendez l’arrivée d’Elena avec impatience ? Qu’attendez-vous de leur part pour la suite de cette aventure qui est bien loin d’être finie ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet. 🙂

© Square Enix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *