Orient

Orient – Samurai Quest tome 1 et 2 : le début d’un combat de longue haleine

Le contexte actuel a beau ne pas faciliter la découverte de nouveaux titres, on peut quand même voir à quel point des séries prometteuses feront leur apparition dès que tout se sera calmé. Des lectures que l’on a hâte de découvrir et grâce à Pika, on a pu en lire une autre par avance. Il s’agit des deux premiers tomes d’Orient qui est sûrement une saga que beaucoup attendent avec impatience. Il faut dire que l’auteure est connu pour avoir fait Magi et on ne peut donc qu’être enthousiaste à l’idée de se lancer dans cette épopée qui a tout pour nous faire rêver. Alors que l’on était bien plus dans une approche des contes des Milles et une Nuits, ici on va s’attarder sur la mythologie japonaise. Un thème pouvant inspirer de nombreux récits et qui va être exploité dans ces pages de manière très intéressante. Une épopée qui en peu de temps parvient à nous montrer une bonne partie de l’étendue de son univers et surtout de son potentiel. Un récit qui débute de manière éclatante à travers surtout une galerie de personnages dont l’évolution s’annonce déjà captivante. Il est donc grand temps de partir à la chasse aux démons.

L’emprise des Oni

Orient-Musashi

Deux amis souhaitant sauver le monde.

Orient – Samurai Quest, imaginée par Shinobu Ohtaka, nous plonge dans le Japon du XVe siècle. Ce pays s’avère être sous le joug des Oni, des démons qui n’ont aucun scrupule à profiter des gens alors que ces derniers vont même jusqu’à leur vouer un culte. Les seuls à oser se dresser contre ces monstres sont les bushi, des guerriers aux capacités extraordinaires. Malheureusement, de par l’adoration du commun des mortels pour leurs bourreaux, ils sont vus comme les véritables ennemis de l’Humanité et sont donc considérés comme des pestiférés. L’ignorance cause donc un immense écart entre la réalité et ce que les Oni osent souffler aux oreilles de leur bétail. Pourtant, parmi toute cette population ayant quasiment subi un lavage de cerveau existent deux jeunes garçons qui voient clair dans cela. Il s’agit de Musashi et Kojirô, deux amis d’enfance qui ont été élevés par le père de ce dernier qui n’était autre qu’un de ces guerriers paria. C’est lui qui leur a appris la triste vérité sur ce monde qui les entoure et son devoir en tant que bushi.

Ayant été bercé par les récits de cet homme, les deux amis s’étaient alors juré de former leur propre clan avant d’aller éradiquer cette menace qui plane sur chacun. Pourtant, les années ont beau passées, rien n’a réellement changé dans leur quotidien. Kojirô ne veut plus entendre parler de son héritage tandis que Musashi est emporté par les autres pour devenir un mineur au service de leurs seigneurs démoniaques. Cependant, ce dernier n’a jamais abandonné son rêve et s’apprête alors à débuter ses premiers pas sur la voie du guerrier même si cela implique d’avoir le reste du monde contre lui. Heureusement, il pourra tout de même compter sur celui qui l’a toujours accompagné durant ses jeunes années. L’heure est donc venue pour eux de se lancer dans leur quête de grandeur et de liberté. Les chaînes de la destinée s’apprêtent à se briser pour laisser s’envoler deux oiseaux qui pourraient bien changer l’avenir de ce pays.

La première chose que l’on peut noter lorsque l’on s’attarde sur Orient – Samurai Quest est la faculté avec laquelle celui-ci réussit à nous transporter dans son monde. Une virée qui s’empare de nous rapidement et ne va nous donner qu’une envie qui est d’explorer les moindres recoins de ces terres en compagnie de ce duo charismatique. En plus de s’inspirer grandement du folklore nippon, ce manga va aussi créer sa propre culture tout en gardant cette inspiration qui se retrouve dans chaque détail.

Un univers à l’immense potentiel

Rien que le fait de baser son histoire sur une partie du folklore japonais suffit à s’imaginer à quel point le monde dans lequel on s’aventure est grand. En effet, les possibilités sont nombreuses et rien que tout ce que l’on apprend à travers le premier tome permet déjà de cerner une partie du potentiel de cet environnement. Ce qui est remarquable aussi, c’est de voir à quel point toutes ces légendes que l’on a appris à connaître au fil de nos recherches et de nos découvertes sont traitées ici. Se réapproprier des mythes pour les transformer et en sortir un récit unique en son genre est un exercice déjà pleinement réussi auparavant par la mangaka. On a beau n’avoir que deux volumes entre les mains, cela suffit amplement pour contempler toute l’ingéniosité qu’il y a derrière chaque idée. Que cela soit autant sur le plan scénaristique, créatif, et même juste visuel, tout est pensé de manière à ce que l’on redécouvre tous ces éléments. On peut citer le cas des Bushi, des Oni ou même de certains détails qui viennent parfaitement s’ajouter à ce combat qui dure depuis maintenant fort longtemps. Outre cela, il y a aussi un autre point qui va grandement apporter à notre immersion.

Celui-ci n’est autre que l’époque dans laquelle on se retrouve propulsé et qui permet que l’on avance en compagnie de célèbres noms de l’Histoire Japonaise. Qu’il s’agisse des Takeda, des Tokugawa ou même de nos deux protagonistes, on a ici des figures emblématiques d’une époque où le combat était monnaie courante. En plus de cela, le principe de base qui fut installé dès le départ à travers le rêve de ces deux jeunes garçons va aussi nous projeter dans l’avenir. Ainsi, on va se demander ce qu’il va bien pouvoir advenir de leur clan dans les prochains tomes et cela est accentué lorsque l’on admire tout ce que possèdent les autres groupes. Une manière de laisser voir ce qui pourrait bien attendre nos héros sur la voie qu’ils ont choisi et permettent de ce fait d’exploser le potentiel propre à leur évolution. Un point de vue intéressant qui réussit à capter toute notre attention étant donné que l’on est spectateur de leur progrès alors qu’ils commencent de zéro. Le début d’une très longue et palpitante aventure.

L’autre point qui a fait que l’on a totalement été séduit par ce premier contact avec l’univers d’Orient vient des divers personnages que l’on rencontre. Des héros qui peuvent avoir l’air similaires à bien d’autres, mais qui vont aussi nous raconter leur propre histoire et défis à relever. Un début qui met l’accent sur ces gens qui se battent pour que leur pays retrouve la liberté. Cependant, il se pourrait bien que cette mission plus que louable cache aussi des ambitions bien plus personnelles.

Des personnages charismatiques

Orient-démon

Un combat plus que violent.

Que serait un récit sans des acteurs pour lui donner vie ? Orient nous comble de ce point de vue-là étant donné la très large galerie de personnages que l’on peut observer rapidement. Si l’on est dans un shônen qui démarre de manière classique, il est important de noter à quel point chaque individu qui croise notre route va se montrer plus complexe qu’il n’y paraît. Musashi est le premier qui nous vient en tête étant donné qu’il souhaite ardemment réaliser son rêve, mais qu’il est enfermé dans ce moule que les autres ont façonnés pour lui. Avant même de combattre les Oni, il doit surtout briser les propres chaînes qu’il s’est laissé mettre sans broncher. On se retrouve donc dans une lutte à plusieurs niveaux de lecture et qui n’est pas exclusif à notre personnage principal. Son meilleur ami aussi va avoir le droit à ses doutes et ses craintes concernant son propre destin ainsi que le fait d’être né dans une famille de guerrier. Ces premières épreuves vont donc autant permettre de construire leur futur que d’étoffer une écriture déjà soignée afin que le lecteur ait encore plus d’empathie à leur égard. De plus, cela laisse un long chemin pour eux afin de se peaufiner et d’améliorer leurs talents, mais aussi leur propre volonté.

D’ailleurs, cela ne s’applique pas uniquement à notre duo de choc. L’ensemble des gens que l’on va voir débarquer vont se présenter sous diverses formes. Cela peut autant aller du sauveur qui ne cherche en réalité qu’à prendre un peu plus de pouvoir, la personne traumatisée qui va finir par se relever face à son tortionnaire et bien d’autres. Une véritable fresque où se battent et luttent de vaillants combattants menant un combat acharné pour préserver leur liberté, mais aussi accomplir leurs aspirations plus personnelles. Il y a un parfait équilibre sur ce point qui fait que l’on n’est jamais en présence de quelqu’un de tout blanc ou tout noir. On vogue d’une nuance à l’autre et cela ajoute énormément d’intérêt et surtout de puissance à chacune de ses rencontres. Il est même pertinent de noter que c’est souvent à travers la bataille qu’ils doivent mener eux-mêmes que ces derniers arrivent à améliorer leur propre force. Une manière de transformer ses propres peurs, faiblesses ou angoisses en une énergie pour continuer de progresser. Des personnages qui peuvent autant être hilarants que touchants et surtout apportant un vrai plus à l’intégralité de l’oeuvre.

Orient, à travers ses deux premiers volumes, tient toutes ses promesses. On reconnaît aisément la patte de la mangaka qui va nous éblouir autant que nous interpeller. On est donc autant attiré visuellement que sur le plan du scénario qui laisse de nombreuses portes ouvertes pour la suite. On se laisse alors à imaginer tout ce qu’il pourrait se passer et surtout le futur plus que prometteur de nos deux héros. Un shônen qui vient de poser ses pièces de manière intelligente et permettant de débuter un formidable divertissement.

Orient fait une entrée remarquée

Orient est tout ce que l’on attendait de lui, et même bien plus encore. En plus de nous conter ici les débuts d’une épopée qui s’annonce grandiose, on a aussi le droit à tout pleins d’éléments plus ou moins anodins venant renforcer notre immersion dans ce monde. Bien sûr, il faudra attendre de voir si cela continue sur la durée, mais il est déjà captivant de voir à quel point la mangaka a su poser avec efficacité cette toile de fond ainsi que les premiers acteurs qui joueront devant nous. On se laisse alors facilement emporté par toute cette mythologie et surtout cette guerre qui se déroule sur l’ensemble de ce pays face à une menace qui ne cesse de grandir. Des affrontements épiques, des dessins qui retranscrivent parfaitement la puissance qui s’en dégage et surtout un tandem attachant font que l’on a déjà envie de se replonger dedans et de voir jusqu’où pourra aller ce tout jeune clan. Un premier contact plus que convaincant et qui possède une aura magique qui nous donne envie de rêver et surtout de voir toute cette histoire prendre vie.

Vous l’aurez donc rapidement compris, mais on a adoré notre exploration de ce Japon où les guerriers et les démons se retrouvent pour un combat d’anthologie. Rien que les quelques minutes que l’on a pu passer ont suffi à nous donner envie de nous lancer dans la suite. Les deux tomes seront à découvrir dès le 10 juin prochain. Un récit qui plaira à tous ceux qui souhaitent se lancer dans un périple dont la grandeur n’a d’égale que la richesse de son univers. Comme toujours, on ne peut qu’avoir des tonnes de questions suite à cette lecture qui nous laisse sur un excellent suspens. Cependant, on vous laisse le plaisir de la découverte surtout qu’une fois qu’on y a goûté, il est difficile de ne pas continuer à observer ce conte prônant la liberté. C’est donc un premier essai plus que réussi et qui n’en est encore qu’aux balbutiements de ce qui pourrait devenir l’une des plus grandes aventures de ces derniers temps. Une escapade littéraire qui nous émerveille à chaque seconde que l’on passe à suivre les aventures de ce tandem.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires vos attentes concernant cette licence inédite en France ainsi que toutes vos questions. On se fera un plaisir de pouvoir y répondre dans la mesure du possible. Qu’attendez-vous globalement de cette aventure littéraire ? Croyez-vous que l’on est parti pour une épopée pouvant durer dans le temps ? Avez-vous apprécié la précédente oeuvre de l’auteure ? Pensez-vous que l’on aura le droit à un univers qui ne va faire que s’étendre au fil des volumes ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet. 🙂

© 2018 Ohtaka Shinobu, Kodansha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *