Old Boy

Old Boy tome 1 : une incroyable incarcération

On a déjà pu évoquer dans de précédentes chroniques à quel point certains titres marquants obtiennent une seconde vie grâce aux rééditions. Aujourd’hui, on a décidé de se pencher sur l’une de ces nouvelles versions en s’attaquant à un manga qui a su laisser son empreinte dans l’esprit de nombreux lecteurs. On parle bien sûr d’Old Boy, disponible aux éditions naBan. Pour ne rien vous cacher, on a jamais eu l’occasion de nous pencher sur la série originale. Cette sortie était donc idéal pour nous lancer dans cette licence que l’on connaissait à travers le film culte de Park Chan-Wook. En tant que lecteur, on s’est dit qu’il serait pertinent de voir ce que ce matériau de base pouvait proposer comme ambiance, mais aussi voir le récit à sa source. Sans perdre une seule seconde, on peut déjà vous dire que ce fut une incroyable expérience autant par sa faculté à nous immerger dans ce conte très obscur que par le face-à-face qui s’installe dans ces quelques pages. Une aventure mêlant thriller, action et psychologie sans jamais briser cet équilibre. L’heure est donc venue de suivre le parcours d’un homme ayant perdu une bonne partie de sa vie.

Une liberté propice à la vengeance

Old Boy-prison

Une prison démoniaque.

Old Boy, scénarisé par Garon Tsuchiya et dessiné par Nobuaki Minegishi, nous plonge dans un Japon contemporain et plus particulièrement à Tokyo. Alors que tout semble normal dans le quotidien des gens qui vivent dans cette métropole qui ne dort jamais, une étrange rumeur se répand dans certains milieux. Il existerait, quelque part, une zone cachée servant de prison pour de multiples raisons. Qu’il s’agisse de vengeance à l’égard de quelqu’un, d’attendre tranquillement la fin d’un problème ou tout simplement pour se faire disparaître quelques temps, ce lieu serait prisé par de nombreuses personnes. Cependant, ce que les gens prennent pour une légende urbaine existe bel et bien. C’est au sein même d’un bâtiment tout à fait banal que se cache un étage secret où quelques “privilégiés” peuvent profiter de ces pièces. Coupé du reste du monde, la plupart des pensionnaires ne sont là que pour un séjour assez bref. Pourtant, il y a toujours une exception à la règle. Parmi toutes ces cellules se trouve un homme qui vit entre ces quatre murs depuis maintenant dix ans. Répondant au nom de Gotô, cette armoire à glace essaye tant bien que mal de ne pas finir fou après un emprisonnement aussi long. Se renseignant sur le monde extérieur à travers sa télévision et s’occupant l’esprit en aiguisant son corps, son quotidien est bien loin d’être reluisant.

Ne comprenant absolument pas les raisons de sa présence ici, cet homme luttant chaque jour pour sa propre santé mentale sait qu’il n’a commis aucun crime. Chaque jour va donc être une véritable souffrance pour lui et la seule chose lui permettant de tenir est ce désir de savoir pourquoi tout cela lui arrive. Finalement, son calvaire va se finir lorsque des hommes vont le tirer de sa prison pour le laisser dans les rues de Tokyo avec un peu d’argent en poche. Une liberté qu’il n’espérait plus retrouver et qui va enfin symboliser la conclusion de tout cet enfer. A présent, il lui faut retrouver une vie normale et essayer de s’acclimater à ce monde qui a bien changé après cette décennie qui venait de s’écouler. Pourtant, quelque chose en lui ne peut accepter de retrouver la normalité avant d’avoir accompli un autre but. Pourquoi s’est-il retrouvé dans cette prison pendant si longtemps ? Qui a bien pu commanditer son enlèvement ? Des questions qui ne cessent d’envahir son esprit et qui l’empêcheront de pouvoir aller de l’avant. Il lui faudra donc trouver les réponses à toutes ces interrogations pour pouvoir espérer enfin tourner la page.

Ce qui fait tout d’abord la force d’Old Boy vient de l’atmosphère qui s’installe peu à peu. Le titre a beau avoir déjà plusieurs années, cela n’entache en rien cette expérience que l’on ressent en parcourant cette ville qui semble particulièrement animée la nuit. On accompagne alors chacun des pas de notre héros en se demandant ce qui va bien pouvoir l’attendre sur le sentier qui se dresse devant lui. Ainsi débute une traque haletante qui va se jouer sur bien des niveaux. Une lutte qui va nous tenir en haleine et surtout s’installer progressivement au fil de l’aventure.

Une ambiance saisissante

Ce qu’il faut noter, au travers de ce premier tome d’Old Boy, c’est surtout à quel point le conflit qui ronge Gotô est parfaitement mis en scène. En réalité, on ne s’arrête jamais de basculer en sa compagnie entre sa découverte du monde actuel et sa recherche d’indices. Ainsi, on se demande si ce qu’il entreprend ne viendrait pas nuire entièrement ses dernières chances de retrouver son ancienne existence. Un parallèle constant qui nous touche énormément rien que par les quelques scènes qui montrent à quel point cette nouvelle liberté est d’une importance cruciale. Il suffit d’une simple page pour ressentir à quel point sa captivité fut éprouvant. Si l’on a l’impression qu’il est fort d’avoir tenu aussi longtemps et que son physique renforce cet aspect de gars costaud, il suffit de voir son visage trembler lors de sa première bouffée d’air frais à l’extérieur depuis bien longtemps pour voir à quel point tout cela l’a chamboulé. Une oeuvre à la fois humaine et contemplative sur ce point et qui réussit parfaitement à exprimer ce florilège de petites émotions qui font toute la richesse de la nature humaine. Quelques secondes permettant d’avoir une profonde attirance et sympathie pour Gotô et cette perte qu’il ne retrouvera jamais.

En plus de présenter habilement le personnage central de cette histoire, cette introduction va aussi beaucoup miser sur son atmosphère découlant directement de ce contact avec cet homme. Alors que l’on débute dans les bas-fonds de cette ville, la liberté de notre héros est comme un immense soulagement pour chacun d’entre nous. C’est alors que l’on va voir à quel point il reste tout de même le prisonnier de ces chaînes que lui a imposé cet inconnu. Il a beau avoir retrouvé le monde réel, il ne peut s’empêcher d’être tourmenté par toutes ces années à ressasser inlassablement ce terrible problème. Même s’il avoir de nombreuses occasions de se poser et d’enfin mettre un terme à cette souffrance, il ne peut finalement tirer un trait sur tout cela. On est alors tiraillé au même titre que lui de savoir pourquoi il s’est retrouvé dans un tel endroit. En quelques instants, on quitte l’obscurité de cette ville juste le temps de contempler un bonheur possible pour finalement replonger pleinement dans ces ténèbres. Un ascenseur autant émotionnel que contemplatif qui va sublimer l’ensemble de ce scénario. Une virée qui va alors mettre en place un duel psychologique d’une grande intensité et que l’on n’aurait jamais imaginé découvrir. On passe alors de la simple enquête à un duel plus que prometteur.

Old Boy nous montre, à travers cette réédition, tout ce qui fait sa renommée. On a beau n’être qu’aux prémices de cette histoire, notre regard est totalement hypnotisé par Gotô et ses réactions. Un grand gaillard toujours prêt à en découdre, mais qui sait aussi faire preuve d’une tendresse incroyable et qui va surtout nous convaincre de partir à ses côtés pour remonter jusqu’à celui ayant commandité son enferment. Une lecture qui nous mène de surprise en surprise et étend sans cesse son emprise sur nous. On a alors plus qu’une seule envie qui est de se projeter dans le futur pour connaître le fin mot de tout cela.

Old Boy s’amuse avec nous

Old Boy-liberté

L’instant tant attendu.

Nous n’avions pas eu la chance de découvrir la toute première édition d’Old Boy et ce fut donc avec beaucoup de joie et de curiosité que l’on s’est lancé dans cette réédition qui s’est rapidement emparé de nous. Autant le dire très clairement, on a adoré chaque seconde que l’on a passé en compagnie de ce prisonnier qui va redécouvrir le monde et surtout être animé par ce désir de savoir ce qui a poussé son enfermement. Le calvaire qu’il a subi est parfaitement retranscrit au sein de ces cases. Outre cela, le jeu du chat et de la souris qui s’organise devant nos yeux montre la parfaite maîtrise de l’auteur concernant sa narration et l’atmosphère qui en découle. En seulement quelques secondes, on se laisse facilement embarqué dans cette enquête personnelle où l’on ne sait pas vraiment qui est la proie et qui est le prédateur. Chaque revirement de situation nous tient un peu plus en haleine alors qu’il ne s’agit ici que du premier volume. On ne peut alors qu’être intrigué par ce qu’il va se passer dans les prochains chapitres de cette aventure aussi sombre que savoureuse. Un très bel exploit de la part du mangaka qui parvient à nous partager la souffrance de cet homme et d’avoir l’impression de ressentir tout ce qu’il a enduré pendant ces dix longues années de captivité.

Dire que l’on a apprécié ce conte serait un euphémisme. Ce qui est incroyable, c’est que l’on dévore ce premier volume sans même s’en rendre compte. N’ayant pas besoin de s’étendre en de multiples lignes de dialogues, Old Boy est avant tout un manga qui exprime toute sa richesse par l’aura qui se dégage de chaque case. Sans même dire le moindre mot, on comprend tout à fait chaque subtilité et émotion qui s’exprime à travers le visage de ces acteurs. En plus de cela, le lecteur a largement de quoi s’investir pour la suite au vu du duel qui vient juste de débuter et qui crée un suspens grandissant. Rien que l’écriture de Gotô est une formidable preuve du talent de l’auteur pour donner vie à des personnages captivants. Un héros qui ne s’arrête jamais d’être tourmenté par son désir de retrouver son existence d’avant et son envie de comprendre et de se venger. Si vous aimez les récits psychologiques et misant avant tout sur une ambiance palpable alors vous serez aux anges avec ce titre. On espère à présent avoir prochainement les réponses aux mêmes questions que peut se poser cet adulte qui a tout perdu. Une quête personnelle qui nous plonge dans un mystère fascinant et excitant.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti sur ce premier volume d’Old Boy. Avez-vous déjà eu la chance de lire la première version ? Quel est votre meilleur souvenir de cette licence ? Selon vous, quelles sont les raisons qui ont poussé cet homme mystérieux à condamner Gotô ? Trouvez-vous que l’on est complètement emporté par la quête de vérité de notre ancien prisonnier ? Quel est pour vous le meilleur atout de cette saga ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette aventure ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet. 🙂

© 1996 Minugishi Nobuaki / Caribu Marley, Futabasha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *