Pinsaro Sniper

Pinsaro Sniper tome 1 : un titre qui fait mouche

D’habitude, le lundi est là pour vous partager nos articles sur les sorties mangas à venir. Cependant, étant en plein milieu de la trêve estivale, il est impossible de pouvoir vous proposer cela puisque tout reprendra son cours dans quelques semaines. A la place, on a décidé de continuer à mettre en avant des œuvres que l’on a pu découvrir récemment. Des mangas qui nous ont captivés et ont su nous offrir des moments tout simplement mémorables. Pour bien débuter cette semaine, on a donc décidé de vous parler d’une nouvelle licence provenant tout droit des éditions Meian. Cet éditeur a lancé tout récemment une collection inédite baptisée Daitan et qui met en avant des titres atypiques qu’il serait difficile de classer dans un style particulier. C’est donc le premier volume de Pinsaro Sniper que l’on a pu découvrir et qui nous a grandement surpris. Une aventure inhabituelle, mais qui a su grandement se démarquer de par tout ce qu’elle parvenait à proposer en seulement quelques pages. Il est donc grand temps d’observer le quotidien d’une tueuse à gages.

Une vie, deux existences

Pinsaro Sniper - chasseuse

La chasseuse se met en marche.

Pinsaro Sniper, imaginé par Tabe Koji, nous plonge dans un monde contemporain en apparence normale. C’est ici que l’on fait la connaissance de Yuki Kaidô, une jeune employée de bureau qui semble mener une existence tout à fait ordinaire. Passant le plus clair de son temps à travailler et à échanger des commodités et paroles avec ses collègues de travail, rien ne pourrait la soupçonner de mener une double vie. C’est pourtant bien le cas. A l’image de cette ville, cette femme ravissante a deux visages. Le jour, elle reste fidèle à ce rôle de salariée calme et un peu introvertie qu’elle souhaite montrer. C’est quand la nuit tombe que cette demoiselle montre sa vraie personnalité en allant rejoindre son deuxième boulot au Paradise Eve. Ce lieu de débauche cache en réalité un tout autre service derrière la prestation de son hôtesse phare. En effet, cet endroit accueille les blessés de la vie qui ont souffert de la main d’autres individus sans scrupules. La règle est alors la suivante pour ceux souhaitant que justice soit fait. Ils doivent consommer le service spécial de ce salon avant de pouvoir proposer un contrat. Yuki, après avoir bien pris soin de ses clients, se transforme alors en la célèbre et mystérieuse Pinsaro Sniper. C’est sous cette identité qu’elle arpente ensuite les rues pour faire tomber son jugement.

Dès lors qu’une cible lui ait indiqué, cette dernière n’a plus d’échappatoire. Peu importe qu’il s’agisse d’un minable petit truand, d’un escroc sans vergogne ou d’un membre haut placé de la mafia. Tous se retrouvent égaux une fois qu’ils sont dans le viseur de son arme. C’est donc une fois que l’obscurité a recouvert cette cité de son long manteau noir que la chasseuse se met en marche. Un ange de la mort, dont la beauté n’a d’égale que son efficacité, qui s’occupe de nettoyer la ville du mal qui la ronge. Malheureusement, il semblerait bien que cette croisade contre toute cette corruption soit vaine. Peu importe le nombre d’individus abattus et de torts redressés, il y a toujours quelqu’un pour prendre le relais et plonger d’innocentes personnes dans un fossé sans fond. Malgré cela, cette tueuse à gages ne montre aucune hésitation ni doute quant aux bienfaits de ses attaques. Même si cela n’est que pour un temps, ses actions permettent d’éviter de nouvelles victimes et surtout d’offrir un peu de soulagement à ceux qui sont venus la voir. Une boucle sans fin qui pourrait bien trouver sa conclusion dans la disparition de ce prédateur de l’ombre. Cependant, qui pourrait prétendre réussir à la débusquer au vu de ses prouesses hors du commun ? Le jeu du chat et de la souris ne fait que commencer.

Pinsaro Sniper est une lecture que l’on n’a pas forcément l’habitude de lire. On s’est pourtant jeté dedans avec cette curiosité dont on fait toujours preuve et une chose en est ressortie. Le titre fait preuve d’une qualité importante et incroyable dès lors que l’on plonge dans cette aventure au coeur de cette ville qui ne dort jamais. Celle-ci repose sur l’atmosphère captivante qui se dégage de ce premier volume et qui s’empare de nous dès les premières secondes. Une virée dans les bas-fonds de cette cité du vice où tout finit par se régler par un coup de feu.

Une ambiance exquise

L’atmosphère que souhaite insuffler une oeuvre est d’une importance capitale pour l’immersion du lecteur. C’est elle qui permet en grande partie d’avoir cette sensation d’être plongé totalement dans l’aventure. Une pièce essentielle à tout bon divertissement littéraire qui est parfaitement amené dans Pinsaro Sniper. Bien sûr, on pourrait parler du charisme de notre anti-héroïne qui a une double vie, mais ce qui a avant tout marqué notre expérience dans ce premier volume est cette ambiance incroyable. Celle-ci est d’ailleurs amené de manière intelligente dans le récit étant donné que l’on commence notre épopée au contact d’une vie tout à fait banale. En effet, notre protagoniste est une employée de bureau tout à fait ordinaire et qui semble ne rien vouloir d’autre. Un premier contact qui cherche à nous mettre en confiance en contemplant un quotidien classique et paisible sans vraiment de grosses inquiétudes. C’est alors que l’on bascule dans cet autre monde qui ne prend vie que la nuit. La lumière laisse place à une intense obscurité éclairée seulement par les quelques néons et lampadaires de la ville. Un changement qui va frapper notre regard autant par ce bouleversement dans le décor que dans le comportement de notre personnage principal qui va nous présenter une facette en exacte opposition avec ce qu’elle nous a montré jusqu’à maintenant.

Entre le lieu de débauche dans lequel elle travaille une fois que le ciel s’est assombri et les contrats qu’elle accepte après avoir soulagé ces clients, on comprend alors toute la brutalité qui pouvait se cacher derrière cette soi-disant douceur. La paix d’une existence simple est balayée pour laisser place à des excursions nocturnes où notre tueuse à gages s’en donne à coeur joie. La mort vient ainsi prendre une place prépondérante dans ce milieu où nage les pires requins de la société. Si le désir de son équipe est de faire le ménage parmi les ordures qui corrompent ce monde, on est littéralement embrigadé dans ce torrent de sang et de balles qui rythment à présent cette oeuvre. Une pièce qui passe d’une face à l’autre avec efficacité et surtout avec un profond impact. On est alors littéralement plongé dans cet enchaînement de missions qui nous font voir cette cité d’un autre oeil et captive totalement notre attention. Une virée réussie dans les bas-fonds de cette société qui nous décrit avec soin et violence ce qui se passe une fois que la population s’est endormi et que les truands prennent le contrôle des rues. Il y a beau ne pas avoir de véritable fil rouge qui se dévoile pour l’instant, on est totalement happé par ces escapades à la fois grisantes et finement orchestrés qui nous mettent en scène un véritable ange de la nuit qui répand son jugement sur tous ceux qui osent sortir du droit chemin.

Pinsaro Sniper est donc un manga qui n’a pas besoin de s’étendre à travers de nombreuses lignes de dialogues. Tout est avant tout visuel et cette impression d’être complètement immergé dans ce récit est avant tout dû au talent de l’auteur de poser un décor qui nous captive. Chaque scène nous emporte un peu plus dans ce périple sanglant et froid où une simple demande peut se terminer par le trépas de quelqu’un. Une aventure qui maîtrise à la perfection cette notion d’ambiance et qui est encore loin de nous avoir démontré toutes les capacités de cette tireuse d’élite.

Pinsaro Sniper nous a dans son viseur

Pinsaro Sniper - duel

Le moment tant redouté.

Il est clair que Pinsaro Sniper est un titre qui sort un peu des sentiers battus en nous offrant un récit sombre et pourtant saisissant. Il ne nous marque pas, pour le moment, de par son histoire, mais bel et bien de par cette atmosphère qui s’empare de nous dès les premières minutes de la lecture. Un récit plaisant et décomplexé qui a vraiment la prestance de ces oeuvres noires et froides que l’on a déjà pu voir par le passé et qui permet ainsi de vivre une aventure qui reste gravé dans notre esprit. Plus que du simple fan-service, la présence de notre anti-héroïne est avant tout là pour accentuer cette scission concernant les deux mondes dans lesquels elle vit. Le fait que tout ne soit plus que sexe, violence et meurtre vient contrebalancer brutalement cette petite vie tranquille qu’elle s’est façonnée depuis des années. Une évolution qui retient notre attention et nous montre qu’il ne faut jamais se fier aux apparences pour déceler la vraie personnalité d’une personne. On peut dire que l’on a une très belle représentation ici de ce que souhaite proposer l’éditeur au sein de sa nouvelle collection Daitan et l’on espère de tout coeur que l’auteur puisse conserver ce degré de qualité. Une virée aussi effrayante que palpitante et qui n’a pas fini de nous en mettre plein les yeux.

C’est donc un grand oui pour Pinsaro Sniper qui est un genre que l’on a rarement l’occasion de lire et qui nous montre que le divertissement peut revêtir de nombreuses formes. On tient d’ailleurs à souligner le formidable travail visuel du mangaka qui, en plus de nous éblouir de par la qualité des dessins, sert pleinement à poser cet environnement hostile dans lequel on progresse. Si vous aimez les titres qui nous plongent dans la face obscure de la société et que vous aimez les personnages aussi charismatiques que performants alors vous devriez adorer cette série. De plus, cette saga n’étant composée que de trois volumes, cela permet de se projeter sur le court terme et ainsi conserver l’intensité de ces confrontations. Bien sûr, on tient aussi à préciser que l’oeuvre vise un public averti de par ses nombreuses scènes explicites. En tout cas, cette introduction aura rapidement donné le ton pour la suite et il est obligé que l’on se pose plusieurs questions après avoir quitté Yuki. Est-ce que cette dernière ne va pas se retrouver vulnérable en flirtant constamment entre une vie de quiétude et cette voie sanglante ? Qui pourrait bien venir lui mettre des bâtons dans les roues ? Quelle est l’origine de ce groupe dont elle fait partie ? Quel sera son prochain défi ? On a très hâte de savoir ce qu’il en est dans le second volume.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Pinsaro Sniper. Avez-vous apprécié l’atmosphère enivrante et pourtant pesante de ce récit ? Croyez-vous que notre assassin va se retrouver face à une cible plus compliquée à abattre ? Pensez-vous que l’on apprendra plus tard comment elle en est arrivée à pratiquer ce second métier ? Trouvez-vous que le jeu du chat et de la souris entre notre groupe et leur cible est plaisant à suivre ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de cette série. 🙂

© 2018 Tabe Koji, Nihon Bungeisha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *