Le Renard et le Petit Tanuki

Le Renard et le petit Tanuki tome 1 : le prélude d’une aventure touchante

Ce qui est formidable avec l’univers du manga vient de sa faculté à pouvoir s’adresser à tous les types de lecteurs. Que l’on soit grand ou petit, il existe une multitude de récits pouvant nous satisfaire et surtout nous faire rêver. C’est alors encore plus fabuleux de se plonger dans une fable qui cherche autant à nous raconter une histoire intéressante qu’à nous offrir une dose de douceur qui nous réconforte le cœur. Ce fut exactement le cas du titre dont on va parler aujourd’hui et qui provient tout droit du catalogue de Ki-oon. On parle bien sûr du Renard et le petit Tanuki dont le premier volume est sorti il y a peu. En utilisant le folklore japonais comme ingrédient de base, la mangaka va chercher à nous délivrer une œuvre qui va autant sublimer notre regard que réveiller en nous de puissantes émotions. Un voyage qui a su attirer notre attention et qui, une fois entre nos mains, a su répondre à nos attentes, et même à les surpasser. On s’apprête donc à vous faire voyager dans un conte onirique où une douce chaleur accompagne chacun de nos pas. Il est donc grand temps de partir à la rencontre d’un duo hors du commun.

Un devoir sacré

Le Renard et le petit Tanuki - Senzo

Un être effrayant.

Le Renard et le petit Tanuki, imaginée par Mi Tagawa, nous conte l’histoire de Senzo. Autrefois, ce renard à la puissance incommensurable insufflait la peur chez tous les animaux. Semant la terreur sur son passage, rien ne semblait pouvoir arrêter sa folie destructrice. C’est finalement grâce à l’intervention des dieux, énervés contre celui-ci, qu’il finit par être plongé dans un profond sommeil dont il ne pourrait se réveiller qu’une fois que ces êtres divins l’auraient décidé. 300 ans plus tard, dans un Japon contemporain, ils décident finalement que le temps est venu pour lui de retrouver la liberté. Une véritable aubaine pour Senzo qui a nourri sa haine pour ceux qui l’avaient enfermé pendant tout ce temps. Il allait enfin pouvoir assouvir sa vengeance contre ses geôliers et retourner à ses carnages. Enfin ça c’est ce qu’il aurait aimé si son état n’avait pas changé. En se réveillant, il se rend compte qu’il a rapetissé et surtout que sa force destructrice s’en est allé. Doté maintenant d’un collier lui servant d’entrave. Il lui incombe alors de réaliser une tâche que les divinités ont choisi pour lui. Malgré ses refus, il ne peut se soustraire à cette autorité supérieure et va donc devoir élever un jeune tanuki répondant au nom de Manpachi afin de faire de lui un digne serviteur de la déesse du Soleil. L’idée de devoir faire la nounou ne le réjouit pas du tout, mais la douleur que lui inflige alors son nouvel accessoire l’oblige à obéir afin de calmer ces crises.

Il est encore loin de se douter de l’histoire de son protégé. Manpachi a, en effet, été rejeté par sa famille à cause de ses immenses pouvoirs. Considéré comme un paria, il s’est retrouvé à errer et à craindre pour son existence. De plus, il a encore beaucoup de mal à contrôler cette puissance qui repose en lui. Ne sachant même pas encore parler, il est tel un jeune nourrisson qui aurait besoin de ses parents pour pouvoir s’épanouir. Même si celui-ci affiche une bouille adorable, Senzo ne peut tolérer cette situation. Il décide donc de faire bonne figure pour le moment, mais va à tout prix chercher un moyen de se défaire de ses entraves. De son côté, le jeune tanuki va être au comble du bonheur en voyant qu’il peut enfin avoir un ami sur qui compter. C’est donc sous le regard des autres serviteurs des dieux que ce nouveau duo va prendre la route afin d’accomplir cette mission. Une question subsiste alors dans l’esprit de certains. Est-ce que le fait d’élever cette créature abandonnée ne cacherait pas un tout autre objectif ? S’il est impossible de prétendre connaître la volonté divine, la plupart des autres animaux ne peuvent s’empêcher de s’inquiéter à l’image de cette innocence côtoyant le mal incarné. Ils pourraient bien alors être surpris de ce qu’il pourrait se passer entre ces deux êtres obligés de vivre ensemble. Apprendre peut ainsi se faire dans les deux sens. Le destin de Manpachi repose à présent entre les griffes d’une terrible calamité dont les agissements risquent fort de bouleverser de nombreuses vies.

Au vu du synopsis du Renard et le petit Tanuki, on sent déjà que l’on va s’aventurer dans une épopée surnaturelle misant beaucoup sur cet aspect fantastique. Cependant, l’autrice va parfaitement utiliser ces éléments pour autant provoquer l’attachement du lecteur envers ces animaux mystiques que de transmettre des valeurs fortes et importantes. Un premier tome qui va donc poser des bases solides et surtout se concentrer sur cette relation naissante qu’il peut y avoir entre cet esprit malfaisant et cette petite créature qui découvre tout juste le monde. Une invitation à vivre des moments uniques et pouvant parler à n’importe qui.

Un conte pour tous

Ce qui est formidable quand on se plonge dans Le Renard et le petit Tanuki, c’est à quel point ce récit nous replonge en enfance. Dès les premières minutes, on a cette sensation d’avoir devant nous une histoire que l’on pouvait nous conter avant d’aller dormir. Cependant, cette fable n’est pas uniquement là pour nous faire rêver. Bien au contraire, elle parvient, à travers ce tome servant d’introduction, à poser des bases solides pour traiter de divers éléments pertinents. Tout d’abord, il faut noter à quel point la direction artistique du manga colle à merveille avec cette ambiance enfantine et touchante. Cela souligne à merveille cette épopée imaginaire que l’on vit et qui fait que l’on va rapidement s’attacher aux divers animaux que l’on rencontre. Il suffit de quelques secondes pour fondre totalement en voyant leur petite bouille et il y a donc un formidable travail au niveau des expressions faciales de chacun. Cependant, c’est avant tout dans ce qui est raconté que ce conte va nous émerveiller. La relation naissante entre ce renard malfaisant et ce petit tanuki adorable a beau n’en être qu’à ses prémices, cela ne l’empêche pas d’être efficace. Notre ami, obligé d’obéir aux ordres de la déesse, va bien sûr se montrer très réticent, et même refuser plusieurs fois la tâche de s’occuper de cet enfant. On cherche donc à nous le présenter comme l’être diabolique qu’il était, mais tout est fait pour que ce soit le contraire qui se passe. Venant toujours à la rescousse de son protégé, on sent que ce devoir n’est pas qu’une simple corvée. S’il se sent forcé de le faire à cause de son collier qui le fait souffrir, il y a aussi quelque chose d’autre qui s’éveille en lui. De même, notre cher tanuki va aussi briller à l’écran, car c’est tout un monde qu’il découvre. Au même titre qu’un nouveau-né, il assimile tout ce qui l’entoure et cherche à comprendre chaque objet ou situation.

Il y a donc une incroyable innocence qui se dégage de lui et qui finit de nous séduire. Cela nous donne envie de le protéger et de le voir s’épanouir. En opposant ces deux êtres diamétralement opposés, l’autrice va autant chercher à réchauffer le cœur de cette créature ayant semé le chaos qu’à souligner aussi un autre point essentiel. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’est nullement question ici du bien contre le mal. Ce premier contact nous montre que l’on est bien loin d’un récit purement manichéen même si l’on ignore encore les tenants et aboutissants de cette histoire. Il suffit simplement de quelques cases pour comprendre que derrière certaines actions néfastes se cache une profonde souffrance qui a rongé petit à petit le cœur d’un être autrefois bienveillant. En plus de ça, la mangaka va aussi mettre en lumière des problèmes graves tels que la mise à l’écart de ceux qui sont différents et les conséquences que cela peut engendrer. Le fantastique a beau nous mettre des étoiles dans les yeux, il sert aussi à représenter un souci bien réel pouvant toucher n’importe qui. Le surnaturel n’aura donc jamais été aussi empreint de réalisme. A cela s’ajoute aussi un formidable univers qui nous est dépeint et qui nous donne envie d’en apprendre plus autant sur les particularités propres à chaque animal que leur histoire. On tourne alors les pages avec un regard emplie d’une profonde tendresse en voyant ces deux protagonistes découvrir ce que peut offrir la vie.

On ne peut alors contenir notre joie en lisant toutes ces pages du Renard et le petit Tanuki. Il y a une telle bonté qui se dégage de cette œuvre que l’on ne peut rester de marbre en voyant la bouille toute mignonne de ces protagonistes. Au-delà de l’aspect attendrissant de ce manga, ce premier volume va aussi se permettre de traiter de sujets importants, et même graves. Le bien et le mal sont ici des notions pouvant sembler concrètes, mais qui sont en réalité bien plus floues que l’on peut l’imaginer. Tout semble alors être une question d’expériences, de passé et aussi de traumatisme. Un périple qui éblouit autant notre regard que notre cœur.

Le Renard et le petit Tanuki nous fait rêver

Le Renard et le petit Tanuki - Manpachi

Une bouille trop mignonne.

Le Renard et le petit Tanuki est exactement ce que l’on pouvait espérer de ce conte. En observant les premières images, on se doutait que l’on allait vivre une aventure aussi délicate que touchante et le résultat nous le prouve totalement. En plus de cela, il y a aussi une certaine profondeur dans les propos tenus et cet objectif pour notre ancien prisonnier de se repentir à travers son nouveau comparse. Les cases s’enchaînent sans même que l’on voit le temps défiler tant on est emporté par l’apprentissage de ce duo. Que cela soit notre sombre renard ou le mignon petit tanuki, chacun d’entre eux apprend au contact de l’autre. Cela peut autant être la difficulté de la vie que le fait de s’occuper de ceux qui nous entourent. Il n’y a pas une seule seconde où l’on n’est pas épris de ces animaux qui font de leur mieux pour accomplir le devoir qu’il leur a été confié. En plus de ça, la relation qui est en train de naître entre nos deux principaux protagonistes va aussi permettre d’élargir les possibilités qui s’offrent à chacun d’eux. Même si on aimerait les voir se rapprocher et s’entendre, on est avant tout curieux de voir ce qu’ils vont découvrir à travers le regard de l’autre. La douceur et la tendresse tentent ainsi de contrebalancer la noirceur qui peut se cacher dans ce monde. Pendant quelques minutes, on retourne en enfance et l’on se met à rêver de pouvoir un jour croiser des êtres aussi merveilleux et fantastiques que nos nouveaux amis.

Le Renard et le petit Tanuki offre un premier acte absolument magique. L’essence même de ce qui fait la force d’un conte enchanteur y est et cela nous permet de nous évader totalement. En plus de ça, on ressort de cette lecture heureux, mais aussi plus compréhensif sur ce qui peut nous entourer. On ne peut donc que recommander cette licence inédite qui vient de faire une entrée remarquée sur le marché. Ici, il n’est pas question de cibler un lectorat particulier étant donné que n’importe qui peut succomber aux charmes de cette histoire. Que cela soit par l’univers présenté, les animaux tout mignons ou même les propos tenus, ce manga semble multiplier les atouts pour notre plus grand plaisir. Un divertissement qui n’est pas comme les autres et dont l’innocence nous touche en plein cœur. La mangaka nous délivre alors une formidable œuvre qui n’a absolument rien à envier aux autres et qui mérite amplement sa place dans n’importe quelle bibliothèque. Le simple fait de poser le regard sur ces bêtes mystiques nous permet d’esquisser un sourire et d’oublier tous nos soucis. A présent, on ne peut quitter une lecture sans évoquer les nombreuses questions qui nous taraudent. Senzo finira-t-il par s’ouvrir aux autres ? Manpachi saura-t-il trouver sa place dans cet environnement ? Quel est le véritable objectif de la déesse ? Nos camarades parviendront-ils à éviter les problèmes qui semblent se rapprocher ? On attend avec joie le prochain acte de cette fabuleuse fresque !

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume du Renard et le petit Tanuki. Avez-vous été affecté par cette lumière qui s’exprime à travers chaque planche ? Trouvez-vous que l’on s’attache aisément à tous ces personnages que l’on suit et qui croisent notre route ? Pensez-vous que l’on aura le droit à un rapprochement intéressant entres les deux principaux protagonistes de ce manga ? Avez-vous succombé aux charmes de cet enfant et de son protecteur ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet 🙂

© 2018 Tagawa Mi, MAG Garden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *